Image Publié le Mis à jour le

Bandeau Brachay 2016

Marine TF1 110916.jpg

Vivement 2017.pngFN39 siège Lons

 

Burkini : le législateur doit prendre ses responsabilités

Publié le Mis à jour le

Marine 1er mai 2016 2jpg

Communiqué de presse de Marine Le Pen du 26/08/2016

La décision du Conseil d’Etat sur un arrêté municipal anti-burkini est évidemment regrettable mais pas très surprenante. Elle confirme l’analyse que nous faisons depuis des années déjà : pour lutter contre le communautarisme, pour protéger les femmes, pour affirmer la laïcité et notre mode de vie, le législateur est seul habilité à agir. Comme hier les professeurs sur la question du voile à l’école, les maires aujourd’hui au sujet du burkini ne peuvent pas être laissés seuls, démunis face à la pression des fondamentalistes islamistes.

La balle est donc dès ce soir dans le camp du législateur français, qui doit faire voter au plus vite une loi d’extension de la loi de 2004 à l’école, pour bannir les signes religieux ostensibles dans l’espace public (hors personnel religieux). Le burkini en fera évidemment partie. Seuls nous faisons cette proposition, depuis 2012, qui s’impose de plus en plus évidemment.

Plus largement, le débat sur le burkini est révélateur des conséquences de plus en plus néfastes de l’immigration massive et du communautarisme que les gouvernements de droite et de gauche ont organisés depuis de nombreuses années.

Il faudra sur le fond s’attacher à résoudre ces problèmes majeurs.

Front National

« Camp d’été décolonial » : la République une nouvelle fois défiée

Publié le Mis à jour le

Philippot officiel 1

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National, Conseiller régional Grand-Est du 25/08/2016

Du 25 au 28 août doit se tenir près de Reims un « camp d’été décolonial » dont, selon la presse, sont de fait exclus les blancs, puisque les organisatrices en ont réservé l’accès aux seules personnes prétendument victimes du « racisme d’État français » et que pour elles le « concept même de racisme anti-blanc ne tient pas » (sic).

Plus encore dans le contexte actuel de tensions et de provocations répétées contre la République, il est parfaitement incompréhensible que le préfet du département concerné n’ait pas déjà interdit ce « camp d’été » d’apartheid, insultant pour la France dans son appellation même, et dont la « non-mixité » est revendiquée et assumée à « 3000 % » (sic) par ses organisatrices.

La tenue d’un tel événement met une fois de plus en lumière la prolifération des groupes et associations communautaristes et racialistes qui défient quotidiennement la France et ses valeurs, laissant apparaître un gouvernement totalement tétanisé et incapable d’agir. L’UMP et le PS ont organisé l’immigration massive, incité au communautarisme et toléré les expressions de haine contre la France depuis tant d’années : voilà le résultat aujourd’hui.

Pour des raisons évidentes d’ordre public, mais aussi pour des raisons hautement politiques et morales, nous demandons au préfet concerné de prendre ses responsabilités et d’interdire immédiatement ce « camp d’été décolonial » dont les motivations portent aussi gravement atteinte aux valeurs de la République et à l’unité de notre nation.

Front National

La sécurité à l’école ne relève pas de la culture

Publié le Mis à jour le

Laupiès Tarascon

Communiqué de Valérie Laupiès, vice-présidente du Collectif Racine du 25/08/2016

La ministre de l’Education nationale accompagnée de Bernard Cazeneuve, a détaillé mercredi 24 août, plusieurs mesures devant permettre aux écoles de s’adapter à la menace terroriste. L’une d’elle consiste à ce que les enseignants organisent un exercice de sécurité simulant une intrusion dans leur établissement, sous la houlette du directeur.

Cet exercice a en fait déjà été réalisé après l’attentat du Bataclan. Il s’est avéré particulièrement anxiogène pour les enfants de l’école primaire notamment, sans que le directeur puisse véritablement mettre en place les conditions de sécurité adéquates. En effet, dans la plupart des écoles, le directeur se doit à la fois d’être dans sa classe pour enseigner et à la fois se doit de gérer l’alerte et le confinement de l’ensemble des élèves de l’établissement, élèves de 2 à 10 ans.

D’autre part, ce n’est pas « la volonté affirmée de développer dans l’institution scolaire une culture pérenne de la gestion du risque et de la sécurité » de Mme Najat Valaud Belkacem, qui va faire des enseignants, des professionnels de la sécurité. En effet, assurer la sécurité publique est un métier, ce n’est pas une culture.

Bref, il n’est pas certain que les dernières incantations de notre gouvernement aient rassuré les parents, les élèves et les enseignants, à quelques jours de la rentrée. D’autant plus que ces consignes sont totalement contradictoires avec celles passées auparavant par les ministres de l’Education nationale durant des décennies, à savoir que l’école devait être à tout prix « ouverte sur le monde ».

Laïcité : c’est à la République d’être revendicative

Publié le Mis à jour le

Flamme large

Communiqué de presse du Front National du 24/08/2015

Depuis des années, sous l’effet d’une immigration massive imputable aussi bien à la droite qu’à la gauche, la France est confrontée à des revendications communautaristes de toutes sortes qui altèrent gravement l’unité et la cohésion nationale.

Les polémiques récentes sur le « burkini » ou le voile à la plage n’en sont qu’une énième illustration qui s’ajoute aux revendications politico-religieuses dans les entreprises, à l’université, dans les transports, dans les services publics, etc.

Le débat est toujours le même : au mépris de la laïcité, des extrémistes cherchent à imposer des pratiques et des codes politico-religieux dans l’espace public.

On le voit, de nombreux groupes de pressions communautaristes, français ou étrangers, cherchent à récupérer voire à suciter des polémiques stériles pour faire reculer nos principes républicains et notre mode de vie français.

Dans ce rapport de force, la République ne doit pas faiblir. Elle aussi doit savoir se montrer revendicative.

A ce titre, rien ne sert d’enfumer ou d’exciter les tensions comme le font « Les Républicains » pour masquer leur responsabilité dans l’explosion de l’immigration et du communautarisme en France. Au contraire, pour parer à la fragilité juridique des arrêtés municipaux, seule une loi d’interdiction générale des signes religieux ostensibles dans l’ensemble de l’espace public sera à même d’apporter une réponse ferme aux dérives communautaristes.

Dans le même temps arrêtons l’immigration, dans l’intérêt de tous les Français.

Front National

Lactalis : derrière l’avidité des géants industriels, l’ombre de Bruxelles et la faiblesse du gouvernement français

Publié le Mis à jour le

Producteurs de lait

Communiqué de presse du Front National du 23/08/2016

Des centaines d’éleveurs ruinés ont entamé le blocage de Lactalis, numéro un mondial de l’industrie laitière. Expliquer, comme le font bon nombre de commentateurs, que ces éleveurs sont victimes d’une conjoncture défavorable due à une crise de surproduction permet de faire oublier que leur calvaire a avant tout des causes politiques.

Le démantèlement des quotas et la libéralisation du secteur laitier, voulus par la Commission européenne et les multinationales, et acceptés d’abord par le gouvernement de M. Sarkozy, puis par celui de M. Hollande, a permis à certains pays membres de l’UE d’augmenter considérablement leur production. Les débouchés tant vantés par les tenants de la dérégulation du secteur s’étant avérés totalement surestimés, les cours se sont effondrés, certains pays membres n’hésitant pas à tirer profit de la situation pour s’emparer de nouvelles parts de marché chez leurs voisins. Cette crise de surproduction, annoncée dès 2009 par les défenseurs des quotas laitiers aux premiers rangs desquels Marine Le Pen et les élus du Front National, est donc avant tout le résultat des choix politiques effectués lors des deux précédentes réformes de la PAC. Le refus de M. Hogan, commissaire européen à l’agriculture, d’admettre l’existence même de cette crise durant plus d’un an puis la faiblesse des mesures finalement avancées aggravent encore la situation.

Côté français, il est regrettable de constater qu’une fois encore, la gauche au pouvoir, pas plus que la droite avant elle, n’a su défendre les intérêts de notre pays. Réclamé de longue date par le Front National, l’étiquetage de l’origine des produits laitiers annoncé pour le 1er janvier 2017 est bien entendu une bonne nouvelle. Après deux années dramatiques, cette décision est malheureusement bien tardive et n’aura pas l’effet attendu. Pour cela, il faudrait également, comme le propose notre mouvement, mettre en place une régulation des marchés par un encadrement des volumes produits et des prix, tout en protégeant nos éleveurs des importations issues de pays aux normes inférieures aux nôtres.

Nous refusons également de laisser une poignée de multinationales – Lactalis n’étant pas la seule concernée – imposer à notre pays le modèle ultra-industriel des fermes géantes, synonyme de désastre social, territorial et environnemental, et apportons donc tout notre soutien aux éleveurs qui se mobilisent cette semaine pour dénoncer le plan social sauvage dont ils sont victimes.

Front National

Réforme des APL : Gilbert Collard alerte le gouvernement

Publié le

Collard Nîmes 2015

Question écrite de Gilbert Collard, Député du Gard du 22/08/2016

M. Gilbert Collard alerte Mme la ministre du logement et de l’habitat durable sur les conséquences néfastes de la réforme des aides publiques au logement (APL).

En effet, le décret du 7 juillet 2016 va entrainer de lourdes diminutions sur les APL qui seront versées au mois d’août à 76000 familles. La réduction moyenne de 10 % risque de masquer des pertes d’ APL allant de 20 % à 100 %.

Il en sera tout particulièrement ainsi pour les ménages à moyens revenus et pour les seniors ayant élevé des enfants qui ont quitté le foyer mais qui ont conservé leur ancien appartement.

Ces catégories, qui calculaient leur loyer après versement des APL ne pourront plus faire face à la nouvelle charge nette de leur location ; et certains septuagénaires ne trouveront pas un nouveau logement, du fait des dispositions de la loi Mermaz Malandain.

.Monsieur Gilbert Collard souhaiterait savoir pourquoi le gouvernement persiste ainsi à s’acharner sur les es moyennes et surtout sur nos séniors et nos aînés

De façon plus pratique Monsieur Gilbert Collard souhaiterait savoir si la Ministre n’envisage pas de rapporter un décret aux conséquences socialement dévastatrices.

Ne serait il pas au moins raisonnable de ne pas appliquer la diminution des APL aux ménages déjà locataires et rentrés dans les lieux avant le 7 juillet 2016, date de publication du décret ?

Rassemblement Bleu Marine