Publié le Mis à jour le

 

Migrants acceleration

Loi Travail XXL_RS-link-768x425

Emprunt patriotique

 

 

Publicités

Fusion Alstom-Siemens, Emmanuel Macron poursuit le dépeçage de l’industrie française

Publié le

alstom-belfort-vue-aerienne

Communiqué de presse du Groupe FN/RBM au Parlement européen du 26/09/2017

C’est un nouveau jeu de dupes qui se tient aujourd’hui pour l’industrie française. La fusion Alstom-Siemens que l’on présente comme la naissance d’un champion européen n’est rien de moins que la prise de contrôle d’un fleuron français par une entreprise allemande. La branche « énergie » de notre champion national avait déjà été bradée par François Hollande sous le regard bienveillant d’Emmanuel Macron. La disparition de la branche « transport » n’est que l’aboutissement logique d’une absence totale de vision pour notre industrie nationale.

La liste des renoncements industriels par les gouvernements français est longue : dans le nucléaire et le transport avec la fin d’Alstom, dans l’industrie navale avec STX, dans le domaine de la défense avec la fusion Nexter – Krauss-Maffei Wegmann. Mais aussi le ciment avec la fusion Lafarge – Holcim ou le parapétrolier avec la prise de contrôle de Technip par l’américain FMC. Nous n’oublions évidemment pas la tragédie Arcelor et le désastre Alcatel.

Emmanuel Macron comme tous ses prédécesseurs donne la preuve d’une absence totale de stratégie industrielle. Alors qu’il avait déclaré durant sa campagne : « la France sans industrie n’est pas une option », il met à l’encan le TGV. Sa politique européenne affichée n’est que le faux-nez d’un renoncement national insupportable.

La délégation Front national bien consciente de la concurrence internationale nes’oppose pas à la constitution de champions européens. Néanmoins, ceux-ci doivent être le fruit de rapprochements entre égaux et non la soumission des fleurons français à leurs concurrents européens.

FN-ENL

Opération « escargot », pénurie de carburant, colère des transporteurs : pourquoi ?

Publié le

Barrage routier.jpg

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français au Parlement européen du 26/09/2017

Les causes principales en sont la réforme de la loi travail (indemnités, licenciement , congé de fin d’activité) et surtout le détachement des transporteurs. Après avoir été acculés par la Directive travailleurs détachés (on le voit bien sur l’autoroute, les camions français se font rares, ils ont été divisés par trois en 15 ans) les transporteurs français vont subir de nouvelles réformes de l’Union européenne qui dégraderont encore plus leur situation.

1. Tout d’abord, il est question d’enlever le secteur du transport de la révision de la Directive travailleurs détachés. On se demande ce que Macron a promis pendant son voyage dans les pays de l’Est… Quel a été le rôle de la Pologne ?

2. En effet, Bruxelles a mis dans les tuyaux une nouvelle directive, spécialement « pour le détachement de conducteurs dans le Secteur des transports routiers ». Ce texte qui ne reflétera pas la réalité sociale française renforcera sans nul doute le dumping social.

3. Enfin, le dernier rempart des transporteurs, le cabotage , est sur le point de céder. Cette limite imposée aux transporteurs étrangers de ne livrer en France qu’un nombre maximum de livraisons sur une durée limitée est menacée.

La solution est pourtant simple : abroger la Directive travailleurs détachés. Une seule règle : même rémunération, mêmes charges sociales, mêmes conditions de travail dès le premier jour travaillé,maintien du cabotage et lutte contre les fraudes au chronotachygraphe.

Pour résumer, seul le Front National veut lutter en priorité contre le dumping social et la précarisation de nos transporteurs nationaux.

Front National

Hausse de la taxation sur le diesel : un nouveau coup porté au pouvoir d’achat des Français

Publié le

Bay 6 sept 2017

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front national, Député français au Parlement européen du 25/09/2017

Alors que le pouvoir d’achat des Français ne cesse de diminuer et qu’il est difficile pour les Français de baisser leur consommation en carburant au quotidien, en particulier pour nos compatriotes qui vivent dans les territoires ruraux ou périphériques, le gouvernement a décidé d’augmenter encore les taxes sur le diesel en 2018.

Cette décision est aussi injuste qu’inutile écologiquement dans la mesure où l’État a incité pendant des années les automobilistes à opter pour des véhicules diesel et que dans le même temps, comme l’a reconnu ce matin Christophe Castaner, une hausse des taxes sur l’essence est également envisagée.

Si gasoil comme essence sont frappés par une hausse des prix à la pompe, comment en effet favoriser la consommation du carburant le moins polluant ?

S’il est nécessaire de prendre des mesures en faveur de la protection de notre environnement, la politique qui consiste en une punition fiscale pour des millions de nos compatriotes déjà accablés d’impôts et de taxes, et confrontés à la paupérisation, n’est en aucun cas une solution.

L’écologie ne doit pas être punitive mais incitative.

Front National

Communiqué de presse de Valérie Laupies sur l’école du 25/09/2017

Publié le Mis à jour le

Flamme large

Communiqué du Front National du 25/09/2017

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, est sans doute le ministre d’Emmanuel Macron le plus audible et le plus rassurant pour les Français actuellement. Il faut dire que son prédécesseur, Mme Najat Vallaud-Belkacem, avait réussi à faire l’unanimité contre elle ;parents, professeurs, collectivités locales, fustigeaient ses réformes d’idéologue gauchiste.

Jean-Michel Blanquer affirme sa volonté de mettre le savoir et l’autorité des professeurs, au cœur de l’Ecole ; c’est évidemment une très bonne chose. En revanche, on est en droit de poser les questions suivantes :

– comment réaliser ce défi lorsque l’on garde à des postes de responsabilité les personnes mises en place par Najat Vallaud Belkacem ? Par exemple le président duConseil supérieur des programmes et tant d’autres cadres de l’EN.

– comment réaliser ce défi lorsque l’Union européenne dicte un modèle utilitariste de l’école ayant pour but de faire de nos enfants des citoyens « employables » plutôt que des personnes libres et éclairées. L’évaluation des élèves sur « les compétences » et non sur « les savoirs » est la preuve de cet objectif.

Si M. Blanquer est prêt à poursuivre l’autonomisation des établissements scolaires dans la logique de Najat Vallaud-Belkacem et de Luc Chatel, le Front national quant à lui, y est opposé.

En effet, la compétence des enseignants ne se mesure pas à l’aune des projets d’établissement « pédagogico-culturels » mais à la capacité des professeurs à enseigner strictement leurs disciplines respectives.

Front National

Carte européenne des services : le nouvel outil de l’UE pour aggraver le dumping social !

Publié le

martin-tribune

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député européenCommission Emploi et Affaires Sociales, Groupe Europe des Nations et des Libertés du 25/09/2017

Alors même que Jupiter Macron simule une modification de la Directive travailleurs détachés, faisant sans succès le tour des popotes des pays de l’Est, Bruxelles prépare actuellement un nouvel outil pour développer la sacro-sainte mobilité des travailleurs au sein de l’UE.

Son idée ? Après avoir institué le dumping social entre salariés, via la Directive travailleurs détachés, installer l’identique entre artisans et indépendants avec la « carte européenne des services ».

Cette carte permettra une plus grande concurrence déloyale car l’artisan ou l’indépendant de n’importe quel États membres pourra venir travailler sur le sol français sans avoir besoin d’intermédiaire, et en réduisant drastiquement bon nombre de démarches, d’autorisations et de déclarations administratives.

Ainsi le plombier polonais, le charpentier roumain, le peintre bulgare, le maçon tchèque, etc. pourra exercer chez nous en toute l’égalité.

Même le Parlement allemand critique vivement la base juridique « insuffisante » utilisée par la Commission, et le fait que les pays d’accueil n’aient qu’une semaine pour s’opposer. Par ailleurs,plusieurs secteurs craignent vivement qu’elle renforce « le phénomène des faux travailleurs indépendants, le travail non déclaré et les faux détachements de travailleurs » .

Il aura fallu attendre 2017 pour qu’enfin les politiques reconnaissent la position du Front National sur les effets pervers de la Directive travailleurs détachés. Espérons qu’ils soient plus réactifs sur la carte européenne des services : il faut protéger nos artisans et nos indépendants du fléau de demain.

Front National

Communiqué du Front National à la suite de la forte progression de notre mouvement aux élections sénatoriales

Publié le

FN Pupitre

Communiqué du Front National du 24/09/2017

Le Front National présentait, pour les élections sénatoriales de ce dimanche 24 septembre, des candidatures individuelles et des listes bleu marine pour la défense de nos communes et de nos départements dans 39 départements. Alors qu’il ne disposait théoriquement que d’environ 700 grands électeurs dans les départements concernés, le Front National a obtenu 2026 voix, enregistrant une progression d’environ 60% par rapport à 2011.

Parmi les hausses les plus significatives, on peut signaler l’Essonne (de 18 voix en 2011 à 87 voix en 2017), la Haute-Loire (de 7 à 24 voix), le Pas-de-Calais (de 101 à 260 voix) ou encore les Pyrénées-Orientales (de 27 à 56 voix). Enfin, deux listes de rassemblement, conduites par des élus de droite mais présentées par le Front National, ont permis respectivement de passer de 45 à 122 voix (Isère) et de 64 à 107 voix (Seine-et-Marne).

Ces importantes progressions montrent qu’un nombre important de grands électeurs, notamment dans la ruralité, ont été convaincus par les candidats Front national qui défendaient nos départements et nos communes menacés par la politique du gouvernement qui met a mal leur autonomie financière et vise à les supprimer au profit des intercommunalités et des métropoles. Le Front national s’affirme plus que jamais comme le grand mouvement de défense des terroirs et des territoires.

Front National