Migrants en Vaucluse : les Vauclusiens, pris en otage par l’idéologie immigrationniste des Socialistes

Publié le

Marion Maréchal-Le Pen 2

Communiqué de Presse de Marion Maréchal-Le Pen, Député de Vaucluse du 14/10/2016

Après l’installation de migrants à Bonpas l’été dernier, le gouvernement continue sa politique d’éparpillement de clandestins sur l’ensemble du Vaucluse. Aujourd’hui, la commune du Pontet voit arriver une dizaine de clandestins auparavant logés dans l’ancienne gendarmerie de Bonpas et le village de Grambrois devrait accueillir plusieurs familles en provenance de Calais.

Les Socialistes imposent aux Vauclusiens et à leurs élus leur projet immigrationniste. La dispersion de la jungle de Calais ne règle pas les problèmes migratoires, au contraire elle les multiplie et les aggrave au cœur de territoires ruraux subissant déjà les conséquences d’une immigration non assimilée. Alors que les revendications communautaristes gangrènent le Vaucluse, l’arrivée massive de migrants ne ferait que les exacerber au risque de faire monter les tensions.

Avec un taux de pauvreté de 19.4%, le Vaucluse est le département le plus pauvre de la région PACA et le sixième le plus paupérisé du pays.

Cette priorité étrangère est totalement injuste vis-à-vis des Vauclusiens vivant en dessous du seuil de pauvreté et bien souvent dans des conditions insalubres. Ce n’est pas à nos communes, sinistrées par la pauvreté, le chômage et l’insécurité, de pallier l’échec de la politique migratoire de Bruxelles !

Par ailleurs, l’absence totale d’informations fournies aux élus locaux et le refus de reconnaitre à la population le droit de se prononcer sur l’accueil d’étrangers en situation irrégulière reflètent le mépris du gouvernement à l’égard de notre département. C’est au peuple de décider de la politique migratoire.

Il est urgent de mettre un terme à ces relocalisations qui créent des incitations pour les candidats à l’émigration. Ces clandestins qui violent la loi avec la complicité des associations d’extrême-gauche et des Socialistes, doivent être expulsés du territoire. Quant au droit d’asile, il nécessite une profonde réforme pour ne plus être transformé en filière d’immigration économique ou clandestine : expulsion des déboutés pour que les demandeurs ne se maintiennent plus illégalement sur le territoire et saturent les structures d’accueil, révision de la liste des pays sûrs, réduction de la procédure de demande en limitant les recours suspensifs et l’aide juridictionnelle, restrictions des critères d’éligibilité à l’asile, expulsion définitive des individus ayant fraudé sur leur identité

Front National

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s