Carnet d’espérances

Au secours, le PS revient !

Publié le

Macron-Hollande

Par Marine Le Pen le 02/05/2017

Ce matin, M. Macron a annoncé à Jean-Jacques Bourdin qu’il était prêt à accueillir Manuel Valls dans sa majorité présidentielle. Confiant dans la propagande que le système fait pour lui et dans le soutien aveugle que lui ont accordé sans réfléchir tant de responsables inconscients, Emmanuel Macron ne cherche même plus à dissimuler son véritable projet : faire réélire les socialistes qui ont largement contribué à la ruine du pays depuis cinq ans.

Au premier rang de son meeting du 1er mai, d’anciennes gloires du PS étaient réunies, tout sourire, ravies du mauvais tour joué aux Français. De Ségolène Royal à Robert Hue, d’Édith Cresson à Alain Minc, de Jacques Attali à Daniel Cohn-Bendit, les amis de M. Macron représentent le pire du système depuis des décennies. C’est la continuité parfaite des idées et des politiques que les Français rejettent.

M. Macron a fondé tout son argumentaire sur le renouveau de la vie politique qu’il prétend incarner. Mais il n’y a aucun nouveau visage autour de lui. En réalité, responsable des orientations économiques du quinquennat Hollande, ce n’est pas le renouveau qu’il propose, c’est le recyclage.

Plein de mépris pour tous ceux qui se sont ralliés à lui dans l’entre-deux-tours, M. Macron n’accorde aucune concession à personne. Au contraire, il durcit son projet et son discours profondément antisocial et antidémocratique. Il déclare lui-même traiter non pas en adversaires mais en « ennemis » tous ceux qui sont en désaccord avec son projet. Cette attitude n’est pas républicaine. Dès l’été 2017, il a l’intention d’imposer une loi El Khomri puissance 10 par ordonnances, sans respecter ni l’opinion publique ni l’Assemblée nouvellement élue.

Nul besoin d’être grand prophète pour comprendre comment se déroulerait un éventuel mandat de M. Macron : entouré de quelques amis choisis, presque tous issus du PS et/ou du monde la finance, il mettrait à exécution toutes les exigences de la Commission européenne et traiterait par le plus grand mépris ceux qui voudraient s’opposer contre lui par des mouvements sociaux.

Un quinquennat Macron ne serait qu’un second quinquennat Hollande, en pire, et on peut d’ailleurs se demander quel accord existe déjà entre MM. Hollande et Macron pour assurer à celui qui sera bientôt l’ancien président une place de choix dans la majorité de son dauphin, héritier et successeur désigné.

M. Macron doit clarifier la place qu’il dit vouloir accorder à M. Valls. Il doit s’engager très clairement sur le rôle que joueront dans sa majorité ses collègues ministres de M. Hollande et M. Hollande lui-même. Il doit faire savoir avant le second tour combien de députés socialistes sortants il a investis (et dans quelles circonscriptions).

Et les Français doivent prendre conscience que, s’ils choisissent M. Macron, ils ne verront pas se retirer de la vie politique ceux dont ils ne veulent plus. Au contraire, ils les verront tous revenir en force, plus arrogants que jamais.

Vous n’en vouliez plus aucun ? Avec M. Macron, vous les aurez tous !

Dimanche, entre le système et la France, je vous demande solennellement de choisir la France !

Marine 2017

Du bureau de Marine Le Pen

Publié le

Marine Bureau 1

Mes chers amis,

Cette fin de campagne de premier tour est sombre, elle souligne à quel point les enjeux sont immenses.

Je veux rendre hommage à nos forces de l’ordre, à nos courageux policiers et en particulier à Xavier Jugelé, lâchement assassiné dans la force de l’âge hier soir par un terroriste. Qu’il repose en paix, après avoir servi la Nation jusqu’au sacrifice ultime, et que sa famille, ses proches, soient assurés de notre immense solidarité.

Ce drame épouvantable nous rappelle combien la situation est grave, à quel point le cauchemar continue.

J’ai souvent rappelé les mesures que je propose pour lutter contre le terrorisme et l’islamisme. J’en ai beaucoup parlé, seule et dans le désintérêt général de mes concurrents, dans chacune de mes réunions publiques, parce que je considère que c’est un sujet crucial pour l’avenir de notre pays, de nos enfants. La menace est réelle, constante, les politiques, de droite comme de gauche, sous les deux derniers quinquennats, n’ont rien fait. Cela doit changer. Il est temps d’agir. Nous devons prendre conscience de l’importance des enjeux et décider les mesures qui s’imposent. Je le ferai, sans faiblir, en accord avec vous.

Dimanche, je vous appelle solennellement à aller voter et à faire voter tous ceux que vous connaissez. C’est important. Le vote est bien plus qu’un droit pour les citoyens, c’est un devoir. Et, dans la situation où se trouve notre pays, c’est un devoir vital. Chaque bulletin de vote a un poids immense. Chacun doit sentir la mission dont il est investi et l’importance du choix que notre peuple est amené à faire. Aucune voix patriote ne doit manquer à la seule candidature utile pour la France. Plus que jamais, les Français doivent s’unir pour défendre et protéger leur pays, leur modèle social, leur identité.

Courage, restez unis, fiers, courageux, je compte sur vous comme vous pourrez compter sur moi, et bon vote !

Front National

Whirlpool Amiens ne fermera pas

Publié le

Whirlpool Amiens.jpg

Par Marine Le Pen le 13/04/2017

L’usine Whirlpool d’Amiens doit être délocalisée dans quelques mois en Pologne, jetant dans l’incertitude la plus totale ses 295 salariés, mais aussi les intérimaires employés sur le site et les dizaines de sous-traitants.

Cette délocalisation est insupportable. Elle permet à la maison mère d’être gagnante sur deux tableaux en même temps : en baissant ses coûts de production pour augmenter ses marges, tout en conservant un accès libre au juteux marché français, le premier marché de Whirlpool en Europe, le quatrième dans le monde.

C’est trop facile.

Je répète l’engagement qui est celui de mon projet présidentiel : chaque produit qui sortira d’une usine délocalisée afin d’être revendu sur le marché français sera taxé à hauteur de 35 %. Cette taxe sur les délocalisations sera une juste réponse à des choix financiers inacceptables. Mais elle sera aussi une arme de dissuasion : la délocalisation ne peut pas être du 100 % gagnant pour les multinationales ; il faut qu’elles en paient aussi le prix, pour y réfléchir à deux fois avant d’agir.

Bien sûr cette taxe sur les délocalisations nécessitera pour être mise en œuvre qu’on se libère des interdits de l’Union Européenne : mon projet l’a prévu.

Une délégation de Whirlpool est reçue ce jour à Matignon au sujet de l’avenir du site. Je veux dire aux salariés de l’entreprise, à ceux qui travaillent au quotidien avec eux, à leurs familles, que présidente de la République je ne laisserai pas faire. Whirlpool Amiens n’a aucune raison de fermer, le savoir-faire est présent, il est reconnu. Et Whirlpool Amiens ne fermera pas.

On fera le bras de fer avec le groupe pour le dissuader de fermer ce site.

Et si le groupe prend malgré tout la folle décision de fermer, on cherchera des repreneurs industriels sérieux et responsables.

Et l’Etat lui-même via la Caisse des Dépôts et Consignations interviendra directement tant qu’un repreneur privé n’aura pas été retrouvé.

Mais Whirlpool Amiens ne fermera pas.

J’en prends l’engagement.

Marine 2017

La lettre de Marine – 7 avril 2017

Publié le

marine-2007-edito

Par Marine Le Pen le 07/04/2017

Mes chers amis,

Cette semaine, je me suis encore rendue sur le terrain dans toute la France, à la rencontre des Français. Partout, j’ai trouvé le même accueil enthousiaste et le même espoir pour l’avenir de la France. Cette ferveur populaire me porte et me donne l’énergie pour amplifier encore notre campagne. Après le très réussi meeting de Bordeaux dimanche, je me suis rendue à la foire de Lencloître dans la Vienne. Ce grand marché, qui a lieu le premier lundi de chaque mois, fait partie de ces traditions anciennes et vivaces qui font le cœur de la culture populaire de la France. L’après-midi, au Château-Couvert de Jaunay-Clan, j’ai rencontré les propriétaires de ce lieu exceptionnel. Ils font vivre le patrimoine en ayant transformé cette bâtisse Renaissance en lieu d’exposition pour des œuvres d’art contemporain. Alors oui, je peux vous l’affirmer : pour peu qu’on cherche à la voir, il n’est pas difficile de trouver la culture française, l’art français. Ce n’est pas que l’héritage de notre passé, c’est aussi une vie présente, intense, créative, avec des passionnés qui se dévouent pour entretenir le patrimoine matériel et immatériel, l’enrichir de créations modernes et le transmettre à nos enfants.

J’ai fini cette très riche journée par une belle réunion publique à La Bazoche-Gouet, en Eure-et-Loir. Rencontrer le monde rural et les agriculteurs est d’une extrême importance pour moi. Jamais je ne réduirai la France à quelques grandes métropoles déconnectées du reste du pays.

Mardi, j’ai défendu mon projet pour la France dans le débat organisé entre les onze candidats sur BFM et CNews. Cet exercice démocratique inédit n’était pas inintéressant et j’espère qu’il aura conduit beaucoup de compatriotes à approfondir leur connaissance de mes engagements !

Mercredi, j’étais en Alsace, dans le Bas-Rhin, à Monswiller, où la population s’est montrée enthousiaste à l’idée de faire disparaître les grandes régions fusionnées sans âme que Hollande a imposées aux Français sur injonction de la Commission européenne. Car les régions que nous aimons, ce ne sont pas des structures administratives lointaines et opaques. Nos régions, c’est la vie locale et la culture populaire. Et cela, rien ne pourra l’enlever aux Français !

Enfin, vendredi matin, je suis allée rencontrer Marcel Campion et les forains à la Foire du Trône. Il s’agit encore d’une belle tradition qui amène de la vie dans nos villes et nos villages. Il est important de défendre ces fêtes populaires, traditionnelles et conviviales. Ce sont des lieux de rencontre qui permettent à tous de se distraire et de se retrouver pour passer un bon moment en famille, entre amis, entre voisins.

C’est aussi cela, le lien social qui nous unit.

La campagne présidentielle entre désormais dans sa dernière ligne droite. J’ai besoin de vous dans cette période cruciale de campagne officielle. Plus que jamais, jusqu’à la dernière minute, il va falloir rassurer et convaincre. La vision que je porte est celle qui permettra à notre beau pays de retrouver sa grandeur.

La France est riche, elle est belle, et chaque déplacement que je fais me donne encore plus d’énergie pour la défendre et défendre son peuple. Plus que jamais, je le crois, nous pouvons l’emporter et rendre aux Français la maîtrise de leur destin !

Bonne campagne !

Marine 2017

Prières de rue : Marine s’engage à rétablir la laïcité et l’ordre public !

Publié le

marine-frejus-3

Par Marine Le Pen le 07/04/017

Voilà la France de Messieurs Macron et Fillon. Voilà le résultat de deux quinquennats de laxisme, où rien n’a été fait pour lutter contre le communautarisme. Pis, le communautarisme a été entretenu, presque encouragé, par des politiques nationales, déclinées au niveau local, totalement ubuesques.

Les prières de rue qui se déroulent désormais chaque semaine à Clichy, dans la banlieue parisienne, choquent évidemment les habitants. Je l’ai déjà dénoncé il y a des années, dans l’indifférence générale, et je le redis aujourd’hui avec beaucoup de fermeté : la rue est un espace public où les religions n’ont pas à s’exprimer.

Je respecte toutes les religions et toutes les croyances, je pense que la foi est, quelle qu’elle soit, éminemment respectable, mais qu’elle est une démarche personnelle, que l’on vit dans son cœur et que l’on exprime, que l’on partage dans un lieu de culte si l’on est pratiquant. Mais il n’y a aucune raison qui justifie qu’on tolère ces expressions prosélytes dans l’espace public.

Nous savons très bien que ces dérives inacceptables sont le terreau de la radicalisation. Nous savons très bien qu’en autorisant ce genre de manifestation, les pouvoirs publics entérinent une démarche qui n’est plus strictement religieuse, mais qui est idéologique, politique, et qui va clairement à l’encontre de l’unité de la nation. Pire, ces réflexes communautaires ont des conséquences terribles sur la radicalisation et l’endoctrinement de jeunes qui sont amenés à cultiver une forme inacceptable de rejet de la laïcité, principe pourtant essentiel de notre République, et même, qui sont amenés à entretenir une véritable haine de la France.

Alors, on peut à l’infini disserter sur les responsabilités de telle ou telle municipalité, sur les tenants et aboutissants de cette situation. Mais ce n’est pas le sujet. Il convient maintenant d’adresser une réponse extrêmement ferme et d’appliquer quelques principes de base que je rappelle dans mes engagements présidentiels.

La collectivité n’a, en aucun cas, à financer la construction de lieux de culte. C’est de la responsabilité des croyants, et ce quelle que soit bien entendu la religion concernée. Les financements ne peuvent bien entendu non plus provenir de puissances étrangères, parce qu’on sait très bien qu’elles peuvent par ce biais chercher à diffuser en France une idéologie contraire à notre République.

Je ne veux plus que se développent en France des pratiques clientélistes de la part des municipalités, qui cherchent à acheter des voix par des contournements inacceptables de la loi de 1905 qui a défini la laïcité en France et organisé de manière très claire les rapports entre la puissance publique et les religions.

Je veux enfin directement m’adresser à mes compatriotes musulmans, pour leur dire que je suis du côté de l’immense majorité d’entre eux, qui vivent leur foi et leur religion de manière tout à fait paisible, dans le respect des règles républicaines, et qui sont les premiers à être choqués par les dérives que je dénonce. Car ce sont eux les premières victimes de l’image déplorable qui est véhiculée par ce dévoiement de la religion.

Marine 2017

Améliorons enfin la prise en charge des troubles du spectre autistique

Publié le

Horizon vision

Par Marine Le Pen le 02/04/2017

C’est aujourd’hui la journée mondiale de l’autisme. Elle arrive comme une piqûre de rappel à nos gouvernants qui n’ont pas eu à cœur de rattraper le retard phénoménal que nous avons pris dans la prise en charge de l’autisme, qui, je le rappelle, touche environ 650 000 Français.

Que des enfants de la République soient contraints à l’exil pour trouver une main aidante, je ne m’y résoudrai jamais. Les créations de places et d’établissements annoncées il y a plusieurs années n’ont pour beaucoup pas encore été réalisées, faute de moyens alloués, mais surtout faute de volonté et de pilotage cohérent. Je m’engage à lancer un grand plan national pour les troubles du spectre autistique afin de combler enfin nos lacunes dans l’accueil des enfants et des adultes autistes. À la fin de mon quinquennat, toutes les places nécessaires devront avoir été créées et elles seront accessibles à ceux qui en ont besoin.

Nous pouvons le faire !

Le grand plan Autisme que j’envisage comprendra également un débat national sur les méthodes de prise en charge qui sera placé sous le patronage de la Haute autorité de santé et de l’INSERM. Les méthodes de prise en charge sont semble-t-il un gros point d’achoppement, car les théoriciens de plusieurs approches s’affrontent au lieu de discuter et de travailler de concert. Ce débat national aboutira, je l’espère, à un consensus sur les meilleures pratiques en terme de prise en charge des troubles du spectre autistique, en tendant vers les méthodes d’accompagnement et les méthodes éducatives. Il faudra bien entendu mieux former les professionnels et offrir une information adéquate aux familles pour garantir une application optimale des recommandations. Ces dernières permettront une détection et un diagnostic plus précoces des troubles du spectre autistique, ce qui fait aujourd’hui défaut en France. Ainsi, c’est souvent en naviguant sur Internet que des familles, après des années d’errance thérapeutique, font le lien entre les symptômes de leur enfant et le tableau clinique du spectre autistique.

Il est inadmissible de laisser ces familles seules, dans le doute pendant de trop nombreuses années et plongées dans un sentiment de culpabilité et d’impuissance, ne sachant pas comment s’y prendre pour aider leur enfant, car pour vaincre la maladie, il faut d’abord l’identifier.

Cette concertation nationale sera appuyée par une hausse de 30 % des budgets publics de la recherche qui permettra aux scientifiques de mener leurs travaux dans de meilleures conditions et avec plus de moyens. Les entreprises innovantes, qui proposent des solutions thérapeutiques et organisationnelles novatrices, seront soutenues grâce à un fonds souverain d’aide à l’innovation en santé, et le Crédit d’impôt recherche sera recentré sur les petites et moyennes entreprises, tandis que les dons à la recherche biomédicale seront totalement défiscalisés.

Je plaide pour une coopération en bonne intelligence entre les professionnels de santé physique, psychique et sociale, car, ne l’oublions pas, l’OMS définit la santé comme un « complet état de bien-être physique, mental et social ». Il faudra ainsi créer des équipes pluridisciplinaires dans toutes les structures qui prennent en charge des personnes atteintes de troubles du spectre autistique, associant des médecins, des infirmiers, des psychologues, des orthophonistes, des travailleurs sociaux… Et pour éviter de rompre la continuité de la prise en charge entre l’établissement et la ville, je m’engage à faire rembourser par l’Assurance maladie toutes les consultations nécessaires en secteur libéral, notamment dans le cas actuel où beaucoup de structures sont saturées et affichent des délais d’attente de plusieurs mois. Cela concerne particulièrement les orthophonistes, les psychomotriciens mais également les psychologues et neuropsychologues qui sont pris en charge en secteur public mais pas en secteur libéral, ce qui apparaît comme une aberration dans de nombreuses maladies, alors qu’ils jouent un rôle capital dans leur prise en charge (bilans neuropsychologiques, remédiation cognitive, thérapie comportementale et cognitive…).

Les jeunes autistes doivent pouvoir suivre une scolarité en milieu normal. Pour cela, les enseignants doivent être mieux formés aux spécificités du handicap, et il faudra faire preuve de pédagogie auprès des élèves pour qu’ils apprennent à accepter la différence. Les AESH doivent pouvoir sortir de la précarité et être mieux formés, car leur rôle est fondamental : ils contribuent très largement à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes en situation de handicap. Des campagnes de communication seront utilisées pour sensibiliser la population au handicap en général mais aussi sur les pathologies qui souffrent de préjugés importants, telles que l’autisme.

C’est en s’inspirant des expériences internationales, en revalorisant la recherche, en construisant une approche pluridisciplinaire et en respectant les engagements en termes de créations de places en établissements que nous permettrons aux Français touchés par un trouble du spectre autistique et à leur famille d’améliorer leur quotidien.

Nous devons rattraper le retard accumulé depuis des années. Je m’y engage.

Marine 2017

Docteur Macron et Mister Système

Publié le

Hollande Macron Valls

Par Marine Le Pen le 29/03/2017

Manuel Valls a donc rallié Emmanuel Macron.

La réalité de la candidature Macron apparaît dès lors au grand jour : c’est une vaste entreprise de recyclage des sortants du système.

Manuel Valls dit ne pas accepter « la marginalisation de la gauche de gouvernement ». On entend plutôt qu’il n’accepte pas ‘la marginalisation du gouvernement de gauche » qu’il a dirigé avec Hollande.

L’arrivée de Manuel Valls confirme qu’Emmanuel Macron est devenu un simple rouage dans ce grand plan de sauvetage de la Hollandie. Sa candidature est manifestement sous la tutelle des sortants, sous la tutelle du système qui veut se recaser à tout prix.

Il a beau se démener à nous faire croire le contraire, s’il était élu en mai prochain, il est évident qu’Emmanuel Macron aurait à s’appuyer à l’Assemblée nationale sur une majorité de sortants. Il est aussi évident qu’il continuerait sans en changer une virgule la politique désastreuse menée ces dix dernières années, application stricte de la feuille de route de Bruxelles. On savait que la candidature d’Emmanuel Macron était la candidature du vide, on sait désormais qu’elle n’est que le paravent du système.

Je suis frappée par l’indécence du comportement de la e politique française vis-à-vis de la démocratie. D’un côté ou d’un autre s’affiche le mépris pour le résultat des primaires pourtant présentées à l’époque comme le summum de la vie démocratique. A droite, la candidature de François Fillon a failli être remplacée par celle du perdant et elle reste aujourd’hui contestée de toute part. A gauche, le perdant de la primaire, Manuel Valls, qui s’était pourtant engagé à soutenir le gagnant, s’assoit désormais sur sa promesse et rejoint toute honte bue Emmanuel Macron.

On voit bien que pour le système, c’est toute la vie démocratique qui est sous tutelle : le seul objectif, en permanence, est de recaser les sortants, de garder les postes et les places. Du peuple on ne fait jamais aucun cas.

Tout cela est pitoyable et montre à quel point il est temps de tourner la page de la vieille politique. Dans toute cette agitation politicienne, rien n’est sain, rien n’est sincère. Les Français rejetteront dans les semaines qui viennent ces tentatives désespérées d’un système aux abois. Ils se tourneront vers la seule candidature sincère dans cette élection, la seule qui s’appuie sur une vision et un projet clairs, c’est-à-dire ma candidature, celle que je porte au nom du peuple.

Marine 2017