Communiqué du FN39

Communiqué d’Eric Silvestre, Secrétaire départemental du Front National du Jura du 28/05/2017

Publié le Mis à jour le

FN 39 - Logo normalise

Communiqué d’Eric Silvestre, Secrétaire départemental du Front National du Jura du 28/05/2017

Monsieur Jean-Pierre Mouget, ancien conseiller régional et ancien secrétaire départemental du Front National du Jura nous a quitté le samedi 27 Mai 2017 en début d’après-midi.

Cet homme de caractère aura servi la France tout au long de sa vie ; d’abord jeune engagé au sein de la Légion Etrangère où il y effectuera une longue carrière jusqu’en 1993, il continuera à servir la France en tant que fonctionnaire territoriale au sein de la DDE.

Homme de conviction attaché à son pays, il rejoint le Front National en 2003 ; il sera alors de toutes les batailles, candidat aux élections. Il sera élu conseiller régional et effectuera son mandat de 2010 à 2015.

En retrait de la vie politique depuis 2015, il avait alors pu se consacrer entièrement à son autre grande passion : le tir sportif. Il était le dynamique Président du club de tir d’Arbois.

La maladie l’a rattrapée il y a quelques mois, et après un rude combat, il a, à 63 ans, baissé les armes pour la première fois ; c’est elle qui a gagné.

Toutes nos pensées et nos plus sincères condoléances vont à sa famille, à sa compagne Ghislaine Fraisse  qui mène le combat politique à nos côtés, ainsi qu’à ses proches et ses frères d’arme.

Qu’il repose maintenant en paix au sein de sa terre natale.

Publicités

Le FN39 en place pour les législatives

Publié le Mis à jour le

FN39 candidats législatives 2017

La Commission d’investiture du Front National a désigné dernièrement les trois candidats qui représenteront le mouvement dans les trois circonscriptions du Jura pour les législatives des 11 et 18 juin prochains.

Jean-Paul Ecard sera candidat dans la première circonscription, Nathalie Desseigne, conseillère régionale, sera candidate dans la deuxième, et Stéphane Montrelay, maire de Rans, sera candidat dans la troisième circonscription.

Le Secrétaire départemental du Front National, Eric Silvestre a notamment indiqué « Pour le moment, on est dans une bonne dynamique de campagne »A noter que notre permanence lédonienne a encore une fois été prise pour cible dans la nuit de vendredi à samedi .Eric Silvestre a annoncé qu’il pourrait porter plainte.

Photo : Le Progrès

L’inquiétant M. Fillon

Publié le

marine-le-pen-frejus-2016

Carnet d’Espérances

Par Marine Le Pen le 13/12/2016

François Fillon, par une tribune publiée ce jour dans Le Figaro, tente d’éteindre l’incendie que son projet santé a allumé et que ses lieutenants ont nourri de manière continue. Tentant de nuancer ses propos, en enfonçant des portes ouvertes, et sans contredire les déclarations polémiques de ses proches, cette vraie-fausse reculade pose plus de questions qu’elle n’en règle.

En réalité, M. Fillon suscite encore plus d’inquiétudes qu’il n’en dissipe. Prenons les problèmes que pose sa déclaration un par un.

De deux choses l’une…

François Fillon écrit aujourd’hui que, promis juré, cela n’a jamais été dans son projet de changer quoi que ce soit à l’Assurance Maladie, que les Français seraient toujours aussi bien protégés sous sa présidence qu’aujourd’hui, et encore mieux, que les soins coûteux seraient mieux pris en charge. Et par soins coûteux, on entend bien entendu le dentaire, l’optique et l’auditif… Relevons pour l’anecdote que le même jour, sur l’antenne de RMC, Mme Stoppa-Lyonnet, sa conseillère santé, explique quant à elle que les médicaments aujourd’hui remboursés à 15/30% par l’Assurance Maladie devront passer sur l’assurance privée… Il serait peut-être temps que le camp Fillon accorde ses violons !

Mais il y a plus grave que cette cacophonie, et cela renforce l’inquiétude que suscite la candidature de M. Fillon.

Première possibilité. Sur ce dossier de la Sécurité sociale le candidat se débine et recule intégralement à peine deux semaines après sa désignation, et cela en dit long sur son absence de droiture, laissant entrevoir cinq ans d’immobilisme absolu dans le cas où il serait élu. Souvenons-nous des déclarations de campagne de M. Fillon pendant la primaire « je suis le candidat de la vérité », « je ne dévierai pas de mon projet », « je ne changerai rien à mon projet une fois la primaire gagnée »… C’est très mal parti !

Quand on constate un tel problème de méthode, pour un simple candidat, on se dit qu’il serait vraiment dangereux de l’installer à l’Elysée. Ce candidat n’est pas sérieux, il n’est pas crédible, il n’a pas l’étoffe d’un président. Un président doit avoir une vision, et s’y tenir.

Seconde possibilité, plus probable. François Fillon est en train de mentir effrontément aux Français, en dissimulant la réalité terrible de ses intentions. Cela ne serait guère étonnant. Et d’ailleurs, le flou total de sa tribune, notamment sur la question du périmètre des remboursements, et le niveau de privatisation des soins qu’il envisage en témoignent. Tout porte à croire que son ambition reste la même, c’est-à-dire confier à ses amis d’AXA ou d’autres assurances privées la gestion de la Sécurité sociale, avec le cortège ravageur d’inégalités, de déremboursements et de renoncements aux soins que cela implique.

À quelle sauce Fillon souhaite-t-il nous manger ? Soit il a menti aux électeurs de la primaire, soit il est en train de mentir aux Français.

Ensuite, François Fillon occulte sa propre responsabilité dans la faillite du système.

François Fillon fait un constat sur lequel on peut s’accorder : le système de santé, et plus largement le système de protection sociale, est à l’agonie. Toutefois, l’ancien chef du gouvernement élude totalement sa responsabilité dans cette situation. En 2017, Fillon veut « sauver la Sécu », quand en 2010, alors qu’il gouvernait la France, le « trou de la Sécu » atteignait la somme abyssale de 30 milliards d’euros. L’absence de réaction à la crise de 2008 et le laxisme généralisé dans la gestion des comptes sociaux, notamment face à la fraude, ont contribué pendant le quinquennat Sarkozy-Fillon à précariser l’avenir de la Sécurité Sociale, à pousser de nombreux Français à renoncer aux soins et à creuser les inégalités en matière d’accès à la santé.

Il est cocasse quand il accuse ses adversaires d’être les fossoyeurs de la protection sociale, alors même qu’il a largement contribué à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Et bien au contraire, mon projet vise à redresser et consolider le système de protection sociale, quand François Fillon propose de le détruire…

Enfin, François Fillon oublie un principe essentiel de la Protection sociale.

Dans sa tribune, il affirme les caractères universel et obligatoire de la Sécurité Sociale… mais, terrible aveu, il oublie totalement le troisième principe fondamental sur lequel le système est fondé : la solidarité ! Solidarité entre riches et pauvres, entre bien-portants et malades, entre petit risque et gros risque. Le fameux gros risque sur lequel François Fillon veut concentrer l’Assurance Maladie…

Pas plus tard qu’hier matin, Jérôme Chartier affirmait sur les ondes que tous les types de rhumes ne seront plus pris en charge par l’Assurance Maladie, faisant suite aux propos de Dominique Stoppa-Lyonnet dans Les Échos la semaine dernière, assénant que « la grippe, les troubles digestifs temporaires, l’optique, le dentaire, les prothèses auditives n’ont pas à être pris en charge par l’Assurance Maladie obligatoire ». Quid des familles, des es populaires et moyennes, des retraités ? La Mutualité française chiffre l’application de son projet à 1200 euros de dépenses annuelles supplémentaires pour une famille avec deux enfants. Le renoncement aux soins risque d’exploser, et, partant, les complications éventuellement coûteuses…

M. Fillon trébuche donc déjà sur la question de la Sécurité sociale. Sur ce sujet pourtant essentiel, il n’exprime pas clairement ses intentions, il est en train d’essayer de mentir aux Français. Gageons qu’ils ne seront pas dupes. Et de toute évidence, la Protection sociale n’est pas le seul sujet sur lequel cela va se passer. Quand il s’agit de présider au destin de la France, il y a vraiment de quoi s’inquiéter. Mais nous serons très attentifs à ce qu’on ne mente pas aux Français, et surtout à leur démontrer qu’il existe une autre voie, autrement plus crédible et salutaire, celle que je porte avec tous les patriotes.

Nicolas Bay, Secrétaire général du FN dans le Jura

Publié le

Le Secrétaire général du Front National Nicolas Bay était ce soir venu dans le Jura, à Chamblay, rencontrer les cadres, militants, adhérents et élus du mouvement dans notre département.

Il a pu faire une récapitulation de la situation pour le moins chaotique de notre pays, de notre continent et de la catastrophique gestion de ces dernières années par un Système UMPS qui ne fait que de se balancer les patates chaudes que sont le chômage, la crise économique et industrielle bien souvent liée à la mondialisation voulue par l’Union européenne, et celle de l’immigration et de la folie de la « répartition » de ces êtres humains partout sur notre territoire.

Il a rappelé avec force, les positions du Front National et le choix qui s’offrait aux Français en 2017.

Tous avec Marine Le Pen pour la présidentielle 2017 et avec nos candidats pour les législatives de juin !

Quartiers interdits aux femmes : réaffirmons nos valeurs

Publié le

France-Télévisions.jpg

Communiqué de Presse de Jordan Bardella, Conseiller régional d’Île-de-France et Président du Collectif Banlieues Patriotes du 08/12/2016

Dans son journal télévisé du 7 décembre, France Télévisions a diffusé un reportage alarmant sur ces quartiers de banlieues où les droits des femmes s’effondrent sous le poids de cultures étrangères rétrogrades.

Adaptation de leur tenue ou de leur maquillage, violence verbale, asservissement et contrôle social ; dans l’indifférence générale et, en premier lieu, de celui des pouvoirs publics, les femmes subissent un recul des libertés fondamentales se voyant contraintes de déserter l’espace public chaque jour un peu plus.

« L’islam est le code pénal » dénonce une militante de la Brigade des mères à Sevran, association présidée par la courageuse Nadia Remadna.

Seule femme et mère de famille à diriger un parti politique, Marine Le Pen sera toujours aux côtés des femmes qui aspirent à reconquérir leur liberté en brisant les chaînes de ces ghettos culturels. L’élection présidentielle de 2017 constitue, au delà d’un choix politique, un enjeu de civilisation.

Front National

Clandestins : à entrée illégale, expulsion légale !

Publié le

 

Bay SG FNÉditorial de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National du 30/09/2016

Le gouvernement en a unilatéralement décidé ainsi : les migrants clandestins de la « jungle » de Calais seront bientôt répartis sur l’ensemble du territoire national. Hormis l’Île-de-France, déjà totalement saturée, et la Corse, aucune région française n’échappera à cette politique de peuplement.

À l’heure où le gouvernement s’apprête à réduire une fois de plus les allocations logement pour les Français, à geler les pensions de retraite, on remarquera qu’il trouve, en revanche, les moyens pour loger des milliers de migrants, parfois même dans des châteaux ou des centres de vacances.

Si François Hollande promet que la France ne sera pas un pays de « campements », ne nous faisons pas d’illusions. Après les premières vagues d’arrivants dans les centres d’accueil, d’autres suivront jusqu’à recréer des « jungles » partout sur le territoire. Et une fois vidée, on ne voit pas bien pourquoi la « jungle » de Calais n’accueillerait pas aussitôt de nouveaux migrants, aucune mesure de lutte contre l’immigration n’étant mise en œuvre. Tout compte fait, on va disséminer les clandestins de Calais sur l’ensemble du territoire pour laisser la place à de nouveaux !

Le Front National, se faisant une fois de plus le porte-parole d’une majorité de Français mais aussi d’élus des petites communes, refuse catégoriquement ce coup de force. En lançant la charte « ma commune sans migrants », Steeve Briois a ainsi proposé à tous les maires de villes comme de villages de refuser de se faire les complices d’une immigration devenue impossible à intégrer et encore moins à assimiler.

Front National