Communiqué du groupe ENL-France

Pour la Commission européenne, l’idéologie immigrationniste passe avant la sécurité sanitaire !

Publié le

Commission européenneCommuniqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Jean-François Jalkh Député français au Parlement européen du 21/06/2017

À plusieurs reprises, j’ai tenu à interpeller la Commission européenne sur les liens entre immigration et risques sanitaires. Les réponses de Bruxelles ne semblent pas être à la hauteur de la gravité de la situation.

Les faits sont têtus : d’après le journal Le Monde, 60 % des nouveaux cas de tuberculose recensés en France concernent des personnes nées à l’étranger. Lorsqu’elle est interrogée sur la santé des migrants, la Commission européenne répond sur les « besoins de santé publique des migrants ».

Pourtant, les conséquences sur la santé des Européens ne sont pas moins préoccupantes ! En 2015, la Commission européenne affirmait à la fois ne disposer « que de peu d’informations précises sur la santé des migrants » et « [ne pas avoir l’intention] de proposer comme mesure de précaution des mesures de refoulement ».

Aussi, pour maîtriser les conséquences sanitaires de l’immigration, mes collègues et moi-même avons proposé plusieurs résolutions sur ces sujets. Celles-ci allaient de la prévention par des contrôles médicaux aux frontières à l’évaluation des coûts sanitaires liés à l’immigration.

Difficile de protéger la santé de nos concitoyens, quand on sait que le Parlement européen n’a souhaité donner suite à aucune de ces propositions des élus du Front National !

Sources : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/10/le-faux-retour-de-la-tuberculose-en-france-du-aux-arrivees-de-migrants_4947490_4355770.html?xtmc=tuberculose_etranger&xtcr=3
http://www.europarl.europa.eu/sides/getAllAnswers.do?reference=E-2017-000203&language=FR http://www.europarl.europa.eu/sides/getAllAnswers.do?reference=E-2015-009067&language=FR
http://www.europarl.europa.eu/sides/getAllAnswers.do?reference=E-2015-010391&language=FR

Le vrai visage de l’Union européenne : une dictature mondialiste et immigrationniste

Publié le

ferrand-png

Communiqué d’Édouard Ferrand, Chef de la Délégation FN-RBM au Parlement européen du 15/06/2017

En obéissant comme à l’accoutumée aux oukases de la Commission, le Parlement a donné son aval aux sanctions contre la République tchèque, la Hongrie et la Pologne. Ces nations européennes ont été sanctionnées pour avoir refusé de subir la politique de submersion migratoire édictée par Merkel et Juncker, rejoints récemment par Macron. L’Union européenne veut dénaturer nos nations, noyer notre civilisation, mettre en péril la survie de nos peuples. A contrario, le Parlement s’est montré tout aussi agressif à l’égard de Marine Le Pen qui avait voulu avant tout mettre en garde nos concitoyens contre le danger islamiste. Un autre rallié, au passage, au système Macron…

Il est plus que temps, dans la foulée du Brexit, de se débarrasser de Bruxelles et de sa caste mondialiste et dictatoriale.

FN-ENL

La Cour de justice oblige la Commission de Bruxelles d’enregistrer une initiative populaire contre le TTIP

Publié le

fn-pe-logo

Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen du 15/05/2017

La délégation du FN/RBM au Parlement européen se félicite de l’arrêt de la Cour de justice européenne annulant la décision de la Commission de Bruxelles de refuser l’enregistrement de la proposition d’initiative citoyenne européenne « Stop TTIP ».

En juillet 2014, un comité de citoyens avait demandé à la Commission européenne d’enregistrer cette initiative citoyenne, qui invitait la Commission à recommander au Conseil d’annuler le mandat pour négocier le traité de libre-échange avec les États-Unis, dit TTIP (TAFTA), et de ne pas conclure le même type d’accord avec le Canada (CETA).

À juste titre, les citoyens en question considèrent que les procédures de règlement des différends entre investisseurs et États constituent une menace pour l’État de droit, et craignent que le TTIP mène à un affaiblissement de certains services publics, de la protection sociale et environnementale, de la vie privée, etc.

La Commission a refusé d’enregistrer la proposition en septembre 2014, sous prétexte que celle-ci si situerait en dehors du cadre de ses attributions en vertu desquelles elle peut proposer des actes juridiques.

Or, la Cour de justice européenne, par son arrêt du 10 mai 2017 a annulé la décision de la Commission. Selon la Cour, la proposition d’initiative citoyenne « ne constitue pas une immixtion inadmissible dans le déroulement de la procédure législative, mais le déclenchement légitime d’un débat démocratique en temps utile ».

Cet arrêt est un véritable camouflet pour la Commission de Bruxelles, qui comptait tout faire pour que l’initiative citoyenne reste une coquille vide, juste bonne à donner l’impression qu’il existe une dose de démocratie directe au sein de l’UE.

Rien ne pourra empêcher les organisateurs de l’initiative citoyenne contre le TTIP d’entamer la collecte du million de signatures requises pour être admise.

Notre Délégation s’en réjouit, et appelle les Français à soutenir l’initiative.

FN-ENL

Dioxyde de titane : protégeons nos enfants !

Publié le Mis à jour le

Dioxyde de titane

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Jean-François Jalkh et Sylvie Goddyn, Député français au Parlement européen du 20/04/2017

En septembre 2016, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) concluait que les expositions actuelles des consommateurs à l’additif E171 n’étaient « pas de nature à entraîner un risque sanitaire ».

Pourtant, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) préconise désormais la poursuite des études pour confirmer ou non le caractère cancérigène, pour l’homme, de l’additif alimentaire E 271, composé de nanoparticules de dioxyde de titane. Elle s’appuie sur une étude de l’Institut national de la recherche agronomique qui démontre la formation de lésions colorectales chez les rats soumis à une alimentation fortement supplémentée en E171.

Ces inquiétudes s’ajoutent au fait que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait déjà é en 2006 le dioxyde de titane comme cancérigène « probable » par inhalation.

Depuis 2014, les députés du Front national au Parlement européen n’ont eu de cesse d’insister sur la nécessité d’une application stricte du principe de précaution vis-à-vis de cet additif présent dans les bonbons que consomment les enfants.

Leur santé vaut plus que les intérêts des lobbies !

Front National

Le baiser de Judas du Parlement européen

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de la délégation FN RBM au Parlement européen du 05/04/2017

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui une résolution sur les négociations entourant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Au-delà d’un appel de pure forme à la bonne coopération, l’institution entend surtout livrer le peuple britannique à la vengeance des eurocrates. La délégation FN/RBM s’insurge contre ce texte qui démontre une volonté claire de faire passer le Royaume-Uni sous ses fourches caudines.

Le Parlement européen prétend ainsi se mêler des relations entre les quatre nations constitutives du Royaume-Uni, et notamment des relations avec l’Irlande du Nord. Cet enjeu relève pour nous des affaires intérieures du seul Royaume-Uni. L’Union européenne, qui a toujours cherché à diviser les nations, joue là un jeu dangereux en exacerbant les tensions dans une région encore marquée par son histoire tragique.

Les propositions avancées sur le déroulement des négociations sont quant à elles tout à fait irréalistes. Le Parlement européen voudrait les séquencer en trois temps : retrait, période transitoire et accord futur, tout en soulignant hypocritement que le Royaume-Uni doit rester un « partenaire proche ». Il est parfaitement inconcevable d’agir de la sorte. Les négociations doivent se faire en sachant quel type de relations futures le Royaume-Uni et l’Union européenne entretiendront. En refusant cette approche de bon sens, le Parlement européen tombe le masque et démontre qu’en fait de « partenaire proche » il entend maintenir le peuple britannique dans une forme de vassalité.

In cauda venenum, la résolution du Parlement européen prend prétexte enfin de la sortie du Royaume-Uni pour appeler au renforcement de l’Union européenne. Refusant de tirer les leçons de ce referendum, toujours aussi sourd à l’opposition grandissante des peuples d’Europe, le Parlement européen radote : « la réponse, c’est plus d’Europe ! ».

À présent, se profile pour les États-membres restants la menace de devoir combler financièrement le vide laissé par les Britanniques. La délégation FN/RBM se veut très claire sur ce point : le Brexit doit entraîner une baisse conséquente du budget européen ainsi que du nombre de parlementaires, au moins à hauteur de la participation britannique.

Ce texte est en réalité un avertissement à tous les peuples européens : « nous ne vous laisserons pas reprendre impunément votre liberté ». Quand on ne peut plus convaincre, on menace…

Front National

La Commission européenne s’immisce dans la campagne de l’élection présidentielle française

Publié le

Commission européenneCommuniqué de la Délégation FN-RBM au Parlement européen du 31/03/2017

Selon le site Politico.eu*, la Commission européenne « s’est impliquée, de façon indirecte, dans la politique française, avec une campagne de vérification des faits pour contrer le discours anti UE du Front National de Le Pen ». L’article en question cite un haut fonctionnaire anonyme de la Commission selon lequel une victoire de Marine Le Pen serait « un désastre ». Tout en admettant que la Commission européenne peut difficilement soutenir un candidat de façon officielle, le haut fonctionnaire confie à Politico que « la Commission voterait pour Macron sans aucun doute ». Dont acte.

Ce mépris de la souveraineté nationale de la France est un scandale. Quelques jours à peine après le déclenchement de l’article 50 par le gouvernement britannique, la Commission de Bruxelles démontre une fois de plus son décalage par rapport aux réalités concrètes des États membres. La Commission n’a aucune idée pourquoi les Français tout comme les Anglais ou les Grecs sont toujours plus nombreux à être dégoutés de ce genre d’ingérence inadmissible dans les affaires intérieures de leurs États respectifs.

La Commission de Bruxelles se prend maintenant pour une sorte de Ministère de la Vérité façon Orwell. Avec sa « campagne de vérification des faits », elle tente de délégitimer toute réplique à la propagande qu’elle déverse continuellement aux frais du contribuable.

Marine Le Pen a demandé des explications à la Commission européenne, en déposant une série de questions écrites. Elle veut notamment savoir si la Commission a demandé l’accord du gouvernement français pour cette ingérence dans la campagne présidentielle française. Elle veut connaître le coût estimé de la « campagne de vérification des faits » de la Commission, sa durée dans le temps et le nombre de fonctionnaires impliqués. Il serait également intéressant d’apprendre qui, au sein de la Commission, en est le responsable politique.

Les données des « vérificateurs » seront-elles d’ailleurs elles-mêmes vérifiées?

FN-ENL

60 ans du Traité de Rome : quand les européistes font la fête sur le pont du Titanic….

Publié le Mis à jour le

fn-pe-logo

Communiqué de la Délégation FN-RBM au Parlement européen du 25/03/2017

En célébrant hier avec faste les 60 ans du Traité de Rome, les fédéralistes européens font preuve de la pire des indécences.

Indécence à l’égard des peuples soumis à l’austérité consécutive à l’imposition de l’euro monnaie unique.

Indécence à l’égard des agriculteurs, des industries et des travailleurs ruinées par le libre-échange absolu défendu par Bruxelles.

Indécence à l’égard des peuples européens qui doivent subir la submersion migratoire, le terrorisme et l’islamisation.

Alors que les peuples européens se ressaisissent, de Londres à Budapest en passant bientôt par Paris, les festivités européistes ressemblent aux dernières notes de l’orchestre du Titanic …

FN-ENL