Non classé

Communiqué de Jean-François Jalkh cosigné par Mireille d’Ornano et Sylvie Goddyn, Députés FN au Parlement européen

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de Jean-François Jalkh cosigné par Mireille d’Ornano et Sylvie Goddyn, Députés FN au Parlement européen du 15/06/2017

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un rapport encadrant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, s’inscrivant dans le cadre de l’accord de Paris. La délégation FN/RBM au Parlement européen s’est opposée au rapport de M. Gerbrandy, conformément aux positions défendues depuis dix-huit mois et compte tenu du retrait des États-Unis de l’accord de Paris, lequel entraîne sa quasi-nullité.

Le texte est en effet arc-bouté sur la réduction des gaz à effet de serre dans le but de réduire le réchauffement climatique. Le mode opératoire retenu consiste en un système d’enchères écologiques et une plateforme d’investissements qui accélèreront la financiarisation du domaine, sans aucun gage de résultats. Nous plaidons pour la relocalisation de l’économie comme préalable nécessaire à une véritable politique de protection de l’environnement, y compris dans son aspect climatique.

Les contributions financières exigées toucheront d’abord les pays occidentaux, pourtant largement désindustrialisés. De plus, le retrait des États-Unis accroît d’autant le poids financier appelé à peser sur la France. En effet, la modification des niveaux de référence indexés sur le critère du PIB/habitant conduit les pays riches à payer le fruit de leur propre travail et à devoir fournir plus d’efforts de réduction des émissions alors qu’ils supportent déjà l’essentiel de cette diminution à l’échelle de l’Union européenne.

Nous souhaitons que prévale un critère de PIB/émissions.

Conscients des périls immenses qui pèsent sur la santé publique et la protection de l’environnement, nous refusons de soutenir une contrainte à la fois financiarisée et nuisible à l’industrie française, incertaines dans ses résultats pratiques et imposant une autorité internationale dangereuse à l’indépendance des États.

Front National

Macron supprimera bien 120 000 postes de fonctionnaires !

Publié le Mis à jour le

martin-dominique-officiel

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français au Parlement européen du 30/05/2017

C’est confirmé, Macron supprimera bien 120 000 postes de fonctionnaires, 50 000 pour l’État et 70 000 pour les collectivités locales. Cette promesse de campagne, dont le Ministre de l’Action des Comptes publics, Gérald Darmanin, est l’ordonnateur, s’oppose au souhait premier des français : lutter contre le chômage. Bien entendu, il s’agit d’un non-renouvellement des départs, fort heureusement, mais ce sont des postes qui ne pourront plus être pourvus : des opportunités en moins pour nos jeunes.

Monsieur Darmanin n’hésite pas à se moquer des français ! Il « respecte les agents de la fonction publique. On ne supprime pas des fonctionnaires mais des postes de fonctionnaires ». Arriverait-il à regarder droit dans les yeux les 120 000 futurs jeunes qu’il « respecte » et qui ne pourront pas intégrer la fonction publique ?

Si nous mettions de l’ordre dans nos finances publiques, comme le propose le Front National, en mettant fin aux mauvaises dépenses publiques liées à l’immigration et à l’Union européenne, et en mettant fin à la fraude sociale et fiscale, la France pourrait se permettre de garder ses fonctionnaires et même de créer de nouveaux postes, dans la police et la gendarmerie (15 000), ainsi que dans la douane (6 000).

Front National

Ralliement de Marie-Guite Dufay à Macron

Publié le

Dufay PS

Communiqué de presse du groupe BFC-Les Patriotes-Front National au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté du 06/04/2017

Ainsi donc Marie-Guite Dufay décidait de se dévoiler hier soir par l’intermédiaire des réseaux sociaux : elle soutiendra et votera bel et bien pour Emmanuel Macron à l’élection présidentielle qui approche.

Loin d’être une surprise quant au fond, on s’étonnera tout de même qu’après avoir sévèrement tancé Manuel Valls et le non-respect de sa parole donnée pas plus tard que la semaine dernière, Mme Dufay s’apprête à trahir le parti et les électeurs qui l’ont élue en se jetant derrière le même candidat.

Ce ralliement opportun promet d’accentuer les fractures au sein de la majorité régionale, déjà le vice-président Mathieu et le président de groupe Durain critiquent ce choix par voie de presse ou sur les réseaux sociaux : une ambiance entre des « motions » digne des plus illustres congrès du PS.

Cette décision n’est donc une surprise pour personne, dès lors qu’on connaît les choix politiques portés par la présidente du Conseil régional : ils correspondent bien aux orientations et au bilan du candidat Macron.

Marie-Guite Dufay soutiendra l’ancien ministre de l’Economie responsable du démantèlement d’Alstom, dont la branche énergie fut honteusement abandonnée, fragilisant un fleuron français pourtant particulièrement présent et dans notre région. Ce scandale Alstom est l’image, le symbole même d’une désindustrialisation catastrophique touchant la Bourgogne Franche-Comté et contre laquelle la majorité régionale ne fait rien.

Marie-Guite Dufay vante « la force de l’engagement européen » de Macron ? C’est peu dire que l’ex-banquier est le plus fervent soutien de l’action de la Commission Européenne. L’exécutif régional, de son côté, nous confirmait vendredi 31 mars la  libéralisation des lignes TER en Bourgogne Franche-Comté : une politique de destruction des services publics défendue par l’UE, et donc par Macron.

Macron propose d’augmenter la CSG, au détriment des catégories populaires, es moyennes et petits retraités ? Mme Dufay fait voter la hausse drastique des tarifs de la carte grise, toujours au détriment des plus faibles et dépendants de leur véhicule.

Désindustrialisation, casse des services publics et politique antisociale : toute l’action de Marie-Guite Dufay la portait donc naturellement vers ce choix. Le groupe Les Patriotes – Front National se félicite de cette clarification mais regrette qu’elle n’intervienne seulement qu’aujourd’hui, après tant de promesses faites aux électeurs.

Groupe BFC « Les patriotes.Front National »

Au sujet de l’alliance entre M. Estrosi et M. Macron

Publié le

Macron Estrosi

Par Marine Le Pen le 01/04/2017

La rencontre de ce matin entre M. Estrosi et M. Macron est plus qu’un symbole.

C’est une clarification salutaire de la campagne électorale que nous ne nous lasserons pas de décrypter.

« Travailler ensemble », dans le « respect », « voire l’amitié »… La poignée de main est plus que cordiale, les mots échangés sont doux, et l’on prend à peine la précaution de dire qu’il ne s’agit pas d’un ralliement.

Si ce n’est pas un ralliement, c’est en tout cas une belle alliance, en bonne et due forme. Les Français ne sont pas dupes, il faut cesser de les prendre pour des imbéciles.

Cela ne surprend guère de la part de M. Estrosi, lui qui codirige déjà dans les faits la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur avec M. Castaner, socialiste, premier et indéfectible soutien de M. Macron. L’alliance LR-PS s’était déjà manifestée lors des élections régionales de 2015, elle se renforce aujourd’hui.

Et l’alliance ne change pas d’objectif, puisqu’il s’agit nous dit-on, pour les deux camps, En Marche et LR, d’unir leurs forces pour lutter contre le Front National.

Toujours la même rengaine, toujours la même façon de se défausser de ses échecs. Eh bien je dis à MM. Macron et Estrosi, que mon objectif à moi est de lutter contre les ravages de leur politique, de lutter contre le chômage, contre la baisse du pouvoir d’achat, contre l’insécurité, le terrorisme et contre l’immigration de masse.

Les Français, de PACA et des autres régions, voient bien que le système n’hésite plus désormais à afficher son union, pour la sauvegarde des postes, des prébendes, mais contre l’intérêt des Français, grands oubliés de ces manoeuvres politiciennes.

Les électeurs de M. Fillon sont d’ores et déjà prévenus. A bon entendeur…

Marine 2017

Communiqué de Presse du Front National du 29/03/2017

Publié le

FN Pupitre

Communiqué de Presse du Front National du 29/03/2017

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès d’Alexandre Cavé.

Il était un infatigable militant patriote, qui avait rejoint le Front National en 2014 et avait été élu cette année-là maire de sa commune de Catigny (Oise).

D’un dévouement reconnu par tous, il laissera le souvenir d’un homme de conviction, toujours au service de ses administrés. La direction du Front National salue sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Front National

Marine Le Pen, la candidate de l’avenir de la langue française et de la francophonie des peuples !

Publié le

Marine Québec 200316

Communiqué de Loup Viallet, président du COMEF du 20/03/2017

Il y a un an, Marine Le Pen se rendait au Québec pour promouvoir une francophonie des peuples et alerter les Québécois sur les dangers de l’immigration massive.

Contrairement à son concurrents Emmanuel Macron et François Fillon, Marine Le Pen veut protéger l’universalité de la langue française, c’est pourquoi elle ne s’est jamais exprimée en anglais et a souvent regretté les atteintes à l’article 2 de la Constitution (« La langue de la République est le français ») et la faiblesse actuelle de la loi Toubon (Loi 101 au Québec).

C’est dans cet esprit qu’elle entend réserver la moitié du temps d’enseignement au français à l’école primaire, et qu’elle permettra l’abrogation de la loi Fioraso qui étendait l’enseignement en langue anglaise dans les universités de France !

Partisane d’une France unilingue et d’un monde multilingue et multipolaire, Marine Le Pen entend aussi faire de la francophonie une priorité diplomatique afin de renforcer les liens entre les peuples qui ont le français en partage.

Si elle est élue Marine Le Pen n’agira pas comme dirigeante d’un Etat-membre de l’Union européenne mais comme présidente d’une France souveraine, maîtresse de ses alliances, de ses investissements et de ses coopérations. A ce titre elle entend respecter le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et œuvrer pour la croissance et la stabilité d’un monde francophone dont les Etats et les peuples ont été affaiblis par la mondialisation sauvage.

Ciment de la culture française, véhicule de son rayonnement, instrument diplomatique et atout commercial, quel statut aura la langue française dans cinq ans ? Celui d’une langue universelle porteuse d’un modèle d’échanges adapté aux rythmes des peuples qui l’ont en partage ? Ou le statut d’une langue secondaire dans une mondialisation anglophone ?

Ce 20 mars 2017, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle,  Marine Le Pen s’affirme comme la candidate de l’avenir de la langue française et de la francophonie des peuples.

Comef