Non classé

Questionnaire de la refondation : un succès déjà acté !

Publié le

FB_IMG_1512306859671

Communiqué de presse de Steeve BrioisSecrétaire général en charge de l’organisation du Congrès du 13/12/2017

Il y a maintenant un mois, et après une longue séquence électorale à l’issue de laquelle notre mouvement a franchi un palier jamais atteint, nous lancions de manière inédite une grande consultation de nos adhérents.

Cette consultation, une des étapes de la refondation souhaitée par notre Présidente, Marine Le Pen, a pris la forme d’un questionnaire envoyé à nos 51 487 adhérents à jour de cotisation au 19 novembre. Ce document de 80 questions aborde tous les sujets relatifs au fonctionnement de notre mouvement, à son organisation et à nos propositions pour construire le projet du Front National de demain.

Après la grande affluence enregistrée lors de chaque étape de la tournée des régions de Marine Le Pen, l’opération « questionnaire de la refondation » peut déjà être considérée comme un grand succès ! Face à un nombre exceptionnel de retours (27 371 à ce jour et dans l’attente de réponses supplémentaires des Outre-mer et des Français de l’étranger) des militants bénévoles de nos fédérations franciliennes ont été sollicités pour procéder à l’ouverture de ces milliers de contributions.

Les opérations de dépouillement commencent dès cette semaine  au siège du Front National et en parallèle s’ouvre une nouvelle étape de la refondation : nos 18 ambassadeurs se rendront dans chaque fédération à l’écoute des élus, cadres et fidèles militants.

Cette mobilisation exceptionnelle à chaque étape, et dont le point d’orgue sera observé lors de notre Congrès à Lille les 10 et 11 mars prochains, portera, j’en suis sûr, ses fruits lors des prochains scrutins.

Front National

Publicités

UE : l’obsession de la mobilité

Publié le

Bilde Dominique Parlement européen

Communiqué de presse de Dominique Bilde, Député européen FN du 11/12/20017

On connaissait déjà l’obsession de Bruxelles pour la mobilité, prétendant que la meilleure solution au chômage serait de rendre les travailleurs mobiles afin qu’ils se déplacent en fonction du marché de l’emploi. Tout doit y concourir. Erasmus+ doit ainsi apprendre à tout Européen à vivre à l’autre bout de l’Europe. Europass doit faciliter la recherche d’un travail au-delà des frontières nationales à l’aide d’un CV à la forme identique pour tous. Bref, l’idée est de faire de nous tous des travailleurs détachés.

Cette mobilité n’est pas au service des travailleurs mais au service des entreprises. Elle ne concerne d’ailleurs pas seulement ceux qui recherchent du travail mais aussi ceux qui sont en poste. Un exemple : l’UE envisage de contraindre tous ses fonctionnaires interprètes basés à Strasbourg d’accepter une mutation à Bruxelles. Peu importe qu’eux et leurs familles y soient installés depuis de nombreuses années, ils paieront le prix d’une mauvaise gestion conduisant le Parlement à siéger à la fois à Strasbourg et Bruxelles. Si l’on ne parle plus de liberté de circulation comme autrefois, mais de « mobilité », c’est tout simplement parce que celle-ci n’est plus choisie mais imposée.

Le dogme est tellement puissant que la « mobilité » devient aussi obligatoire sur le plan professionnel. Le Secrétariat général entend par exemple rendre obligatoire à partir de janvier le changement de poste aux agents permanents des institutions de l’UE en charge de la gestion interne, communément appelés Assistants (AST), lorsqu’ils sont au même poste depuis au moins 7 ans. Peu importe que vous soyez satisfait de votre poste ou que l’on soit content de votre travail, il faut bouger.

A l’heure où l’idéologie du bougisme est remise en cause, l’UE nous ferait-elle une crise de spasmophilie ?

Front National

Projet de réforme de la Zone Euro : Non à la mise sous tutelle budgétaire de la France !

Publié le

Nouveau Front MLP

Communiqué de presse du Front National du 06/12/2017

Comme le Front National l’annonçait depuis plusieurs mois, la Commission européenne, pour tenter de pallier l’accumulation des risques bancaires et financiers et l’échec économique de l’UE, fait ses propositions de réforme de la gouvernance de la zone euro.

Dans sa fuite en avant fédéraliste, l’Union Européenne se verrait ainsi dotée d’un ministre fédéral des finances de la zone euro; d’un budget européen fédéral autorisé à se financer directement sur les marchés mondiaux; et transformerait le mécanisme européen de stabilité (MES) en un Fonds Monétaire Européen chargé d’imposer des saignées budgétaires, d’inspiration allemande, aux pays en difficulté et à intervenir directement dans les liquidations bancaires, dans le dos des États.

Ainsi, cet euro-ministre fédéraliste, technocrate non élu, vice-président de la Commission européenne, supplantera progressivement notre ministère des finances à Bercy dans ses dernières prérogatives budgétaires nationales et de représentation dans les instances internationales. Cet euro-ministre des finances sera chargé de mettre en place un budget véritablement fédéral puis de lever directement un impôt fédéral pour le financer, en plus de la fiscalité nationale.

Et, en cas de début de pressions des marchés financiers sur la France, l’Europe de Bruxelles pourra même, grâce au Fonds Monétaire Européen, mettre la France sous tutelle (cf. la Grèce).

L’UE et les partis LREM, LR, PS, au nom d’une idéologie de la mondialisation au service du totalitarisme financier, construisent l’arsenal de l’austérité contre les nations et les peuples ! Il est vital au contraire que les États non seulement conservent, mais accroissent, ce qu’il leur reste d’autonomie de leur gestion budgétaire.

Le Front National, plus européen que les européistes, s’oppose farouchement à cette aberrante construction fédéraliste de l’UE et propose un modèle alternatif respectueux des citoyens : l’Union des Nations Européennes, où les projets communs seront véritablement choisis par et pour les peuples.

Front National

V. Pécresse instrumentalise honteusement la Shoah

Publié le

WDSJ 2016 1

Communiqué de Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN-IDF à la région Ile-de-France du 22/11/2017

Les élus prétendument républicains persistent dans l’instrumentalisation dégradante du devoir de mémoire.

La semaine dernière, V. Pécresse avait pris la décision de refuser à tous les élus du Conseil régional d’Ile-de-France la possibilité d’accompagner les scolaires à Auschwitz, au motif que deux élues du groupe FN avaient osé s’inscrire.

Aujourd’hui, V. Pécresse a demandé à tous ses élus de voter un amendement du Front de gauche réservant ce voyage aux « élus de groupes représentant les forces républicaines et démocratiques de l’assemblée régionale ».

Cet amendement est scélérat : que la gauche communiste le propose n’est pas étonnant, mais en s’y associant, V. Pécresse et les élus « républicains » se déshonorent. En outre, ils se croient autorisés à désigner les élus « républicains et démocrates » et ceux qui ne le sont pas.

Ce scandale prouve que ces élus dévoyés n’ont aucun scrupule à se servir de la Shoah et du devoir de mémoire pour mettre en place des combines politiciennes et sectaires.

Les plaintes pénales et les recours administratifs nécessaires seront déposés afin de tenter de faire cesser cette injustice moralement monstrueuse.

Front National

Vols de biens culturels à répétition

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de Dominique BildeDéputée européenne du 17/11/2017

Le 9 novembre, le commissaire européen Pierre Moscovici, au titre de responsable des douanes, a présenté à la commission Culture une proposition de règlement concernant l’importation de biens culturels. L’idée est simple : lutter contre le trafic illégal de biens culturels en imposant un contrôle plus strict (via des certificats et des déclarations signées) sur les biens culturels, lors de leur entrée dans l’espace Schengen.

Si cette mesure va dans le bon sens, elle est malheureusement très insuffisante. Schengen reste un espace de libre circulation dépourvu de tout contrôle. L’actualité nous l’a tragiquement rappelé ces derniers jours. En effet, huit tableaux de l’église Saint-Jacques à Dieppe ont été volés et une partie du trésor d’art sacré de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, a été dérobée.

Pour ces œuvres, la proposition de règlement de Moscovici n’offre aucune solution. Les méfaits ayant eu lieu au sein de l’espace Schengen, les trafiquants pourront revendre ces biens culturels dans un autre État membre sans franchir une seule frontière douanière. On lutte donc contre le trafic de biens culturels provenant de pays tiers, mais on est incapable de protéger notre propre patrimoine. Tout cela, au nom de la sacro-sainte mobilité !

Front National

« Socle européen des droits sociaux », encore un sommet pour rien

Publié le

flamme-3

Communiqué du Front National du 17/11/2017

Emmanuel Macron participe aujourd’hui en Suède à un sommet européen contre le dumping social. A l’issue de celui-ci sera validé un « Socle européen des droits sociaux ». Y seront délivrés des discours creuxsur l’Europe sociale et la nécessité de lutter contre le réveil des peuples européens face à la technocratie bruxelloise.

Toutefois, et comme pour l’accord récent sur le travail détaché, ce sommet et sa déclaration finale ne serviront à rien. Le texte n’aura aucune portée contraignante et la vingtaine de principes qu’il égrène, n’ont qu’une valeur incitative. Preuve de l’inutilité de l’exercice, Angela Merkel préfère rester en Allemagne pour constituer son gouvernement, que de faire le déplacement à Göteborg.

Dans l’Union européenne, le salaire minima varie aujourd’hui de plus de 1700 euros selon les pays et six états n’ont même aucune norme dans ce domaine. La réalité est que, tant que la directive des travailleurs détachés n’aura pas été abrogée, tant que des droits de douane protecteurs et des mesures fiscales spécifiques contre les entreprises qui délocalisent, n’auront pas été mis en place, les délocalisations et le moins-disant social européen continueront de détruire nos emplois.

Aussi longtemps que l’Union européenne confisquera la souveraineté des Nations et empêchera une concurrence non faussée et loyale par le biais de règles équitables et d’un protectionnisme intelligent, les délocalisations intra-européennes continueront. En France, l’exemple d’aujourd’hui, ce sont les salariés de Castorama, qui en font l’amère expérience.

Front National

L’Éducation Nationale ne financera pas le Musée de l’Immigration !

Publié le

Collard 2017

Communiqué de Gilbert Collard, Député RBM – FN du Gard, membre de la Commission des Lois du 10/11/2017gard

Chacun s’accorde à dire que les crédits de l’Éducation Nationale sont trop faibles (maternelles, primaires, collèges, lycées).

Or j’ai constaté qu’en 2018 le Gouvernement envisage de détourner 2 millions d’euros des crédits éducatifs pour financer le Musée de l’Immigration de la Porte Dorée.

Ce tour de passe passe est strictement inadmissible.

C’est la raison pour laquelle les Députés nationaux et moi-même avons déposé un amendement afin d’éviter cette captation de crédits.

Si, par extraordinaire, l’Assemblée ne votait pas notre amendement et avalisait ce détournement de fonds publics, je saisirais immédiatement le Premier Président de la Cour des Comptes.

Front National