Paroles d’élus

Attentat de Barcelone : ne jamais s’habituer

Publié le

Marine Paris 1er mai 2016

Communiqué de presse de Marine Le Pen du 17/08/2017

Les mots viennent à manquer tellement les attaques terroristes sont désormais fréquentes et monstrueuses. Aujourd’hui la si joyeuse ville de Barcelone a été frappée par l’horreur, très certainement islamiste selon des premiers éléments diffusés. Nous avons une pensée très forte pour les victimes, parmi lesquelles des enfants, et témoignons au peuple espagnol notre entière solidarité.

L’horreur islamiste est plus présente que jamais, mais il est hors de question de s’y habituer. Au contraire chaque attentat, chaque vie volée ou brisée doit renforcer notre détermination à éradiquer sans tarder cette barbarie.

Chaque fois nous sommes contraints de refaire le même constat car pas grand chose n’avance : il est urgent de redonner à nos pays des frontières nationales, urgent de pourchasser les djihadistes partout où ils se trouvent, urgent de renvoyer chez eux les fichés S étrangers, urgent de mettre un terme au flot insensé de migrants qui facilite l’entrée de terroristes dans nos pays.

Il ne nous faut que du courage, de la volonté, de l’énergie.

Front National

Quand la mondialisation met en danger l’agriculture biologique régionale

Publié le Mis à jour le

aliot-louis-fn

Communiqué de presse de Louis Aliot ,député à l’Assemblée nationale et Edouard Ferrand député au Parlement européen du 14/08/2017

Qui veut casser la dynamique de l’agriculture bio française ? Dotées par l’État à hauteur de 25%, et par l’Europe à hauteur de 75%, plusieurs aides de la politique agricole commune (PAC) visent à soutenir l’agriculture biologique. Cependant, depuis plus de 3 ans, les 1.500 agriculteurs bio de la région Occitanie – 27.000 sur le plan national – n’ont pas perçu les subventions européennes alors qu’ils ont respecté les critères d’attributions.

Raison : problème informatique. La société française qui devait réaliser un logiciel de cartographie à la demande de la Commission européenne, l’a fait sous-traiter en Inde et ne fonctionne pas. Et depuis, les logiciels des centres de paiements régionaux ne sont plus adaptés !

A présent, l’argent destiné à ces agriculteurs bio dort dans les caisses de la région Occitanie en attendant la régularisation informatique sans aucune réaction ni solution transitoire. Et nos agriculteurs doivent payer leurs charges sociales en temps et en heure, ainsi que leurs emprunts professionnels.

Quand l’eurocratie folle et tatillonne, une mondialisation débridée et une absence de réaction politique, conduisent à la mise en danger de notre agriculture régionale. En ces temps de crise agricole et de chômage, il est temps de retrouver notre souveraineté agricole.

Front National

Les indignations à géométrie variables de François de Rugy…

Publié le

Ménard Emmanuelle

Communiqué d’Emmanuelle Ménard, député de l’Hérault du 09/08/2017

Alors que François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale s’est engagé à sanctionner le parlementaire qui a imité des cris de chèvre en plein débat alors qu’une députée de La République En Marche s’exprimait, je suis toujours en attente de sa réaction alors que j’ai moi-même été insultée par un député communiste dans l’hémicycle.

Y-aurait-t-il deux poids deux mesures ? Si je m’associe à la protestation de la députée LREM Alice Thourot et à la condamnation du président de l’Assemblée de pareils comportements et de pareils propos, je m’étonnes que ce dernier n’ai rien à redire quand un parlementaire communiste, Stéphane Peu, ne trouve rien de mieux que de me traiter de « facho » en pleine séance.

Dans un courrier que j’ai adressée le 4 aoùt à François de Rugy, je lui rappelais que ce « facho » a été proféré par ce député alors que j’intervenais sur … la liberté d’expression.

Et d’ajouter « je ne doute pas un  instant que vous interviendrai de la même façon  à mon sujet (que pour la députée Alice Thourot ) auprès du député communiste Stéphane Peu pour le rappeler à l’ordre de la plus élémentaire courtoisie républicaine. Et devant la gravité de l’insulte je suis certaine que ce rappel à l’ordre de votre part fera l’objet d’une inscription au procès-verbal de la séance, conformément à l’article 70 de notre réglement intérieur ».

Faute, à l’heure qu’il est, de toute réponse de François de Rugy, alors qu’il vient encore dans l’hémicycle, de rappeler sa ferme condamnation de l’incident dont a été victime la députée LREM Alice Thourot, je crains que celui-ci n’ait des indignations à géométrie variable : Scandalisé à juste raison quand il s’agit d’une « attitude inadmissible » à l’égard d’une députée de sa sensibilité, il ne trouve rien à redire lorsqu’une « attitude inadmissible » vise une parlementaire dont il ne partage pas les opinions…

On pouvait espérer un comportement différent du président de l’Assemblée nationale, alors même qu’il aspire, dit-il, à une pratique différente de la politique.

Comme quoi, les vieux réflexes politiciens ont la vie dure…

Source : Page FB d’Emmanuelle Ménard

La saignée historique infligée par Emmanuel Macron aux communes de France !

Publié le

Bilde Bruno AN

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député Front National du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 02/08/2017

La purge d’Emmanuel Macron continue de frapper très durement nos collectivités territoriales. Plutôt que de réduire le budget dédié à l’asile et à l’accueil des migrants (en augmentation de 217 millions d’euros) ainsi que celui destiné à l’hébergement d’urgence (en hausse de 122 millions d’euros), le Président de la République Emmanuel Macron et son Premier ministre, Edouard Philippe ont préféré passer un coup de rabot historique sur les dotations allouées aux collectivités territoriales.

Plus de 300 millions d’annulation de crédit et 280 millions d’autorisations d’engagement non honorées : cela représente une perte considérable pour des communes déjà confrontées à une baisse de 10.7 milliards d’euros de dotations entre 2015 et 2017.

Par cette décision irresponsable et injuste, cet échelon de proximité pourtant plébiscité par une immense majorité de Français, sera privé d’une grande partie de ses capacités de fonctionnement et d’investissement.

C’est le bon fonctionnement des services publics de proximité et de l’économie locale qui est menacé.

Ce sont les communes rurales qui sont en danger d’asphyxie budgétaire, présageant tout bonnement leur disparition ! Là encore, les prévisions de Marine le Pen concernant les véritables intentions d’Emmanuel Macron se sont révélées être exactes : le Président de la République est bien le serviteur des métropoles et le fossoyeur de la France périphérique et de la ruralité.

Nous appelons les maires, les élus locaux et tous les Français à se mobiliser pour défendre la survie de leurs communes.

C’est l’avenir de nos territoires et de la démocratie locale qui en dépend.

Front National

Crise migratoire à Calais : le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb a capitulé !

Publié le

Bilde Bruno député du PDC

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député Front National du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 31/07/2017

Le Conseil d’Etat a confirmé le jugement du tribunal administratif enjoignant la commune de Calais et l’Etat à mettre à disposition des migrants clandestins, des points d’accès à l’eau et des sanitaires. Sous prétexte d’un risque de violation d’une liberté fondamentale, cette décision irresponsable rendue par la haute juridiction administrative va à nouveau faire de Calais, un point de fixation pour les migrants décidés à passer en Angleterre. Désormais des centaines d’entre eux vont se rassembler à Calais, prélude à la constitution d’une nouvelle jungle et avec elle son lot de chaos et d’anarchie.

Dans le même temps, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb vient de décider d’ouvrir deux centres d’accueil pour migrants à Troisvaux et à Bailleul, passant outre l’avis des riverains et dont les capacités de prise en charge ne correspondent même pas au nombre de potentiels « demandeurs d’asile » ! Les libertés fondamentales des Calaisiens, des habitants de Troisvaux et de Bailleul et parmi elles, celle de vivre en sécurité, ne pèsent pas lourd face au lobbying indécent des associations d’extrême gauche pro migrants ni face à un Conseil d’Etat à genoux devant la convention européenne des droits de l’homme.

La mansuétude pour les clandestins mais l’indifférence crasse pour les citoyens français : telles sont les terribles conséquences du renoncement de gouvernement d’Edouard Philippe à la souveraineté juridique et territoriale.

Bruno Bilde demande au ministre de l’intérieur Gérard Collomb de fermer immédiatement ces deux nouveaux centre d’accueil et de les remplacer par des centres de rétention administrative. Il l’exhorte d’engager dans les plus brefs délais, un projet de réforme du droit de l’immigration et de l’asile dont le fil conducteur doit aboutir à l’expulsion du territoire, de toute personne y ayant pénétré illégalement. Enfin, les contrôles aux frontières nationales doivent être immédiatement rétablis pour empêcher les migrants d’arriver jusqu’à Calais.

Face à l’immigration massive, il faut appliquer la tolérance zéro !

Front National

Nationalisation bienvenue pour les chantiers navals de Saint-Nazaire

Publié le

STX Saint-nazaire

Communiqué du FN 44 du 29/07/2017

La nouvelle d’une nationalisation prochaine des chantiers navals de Saint-Nazaire est plus que bienvenue.

Il s’agit d’un revirement spectaculaire du président, par rapport à ses engagements de campagne et sa politique en général, plutôt favorable aux privatisations, mais peu importe, car cela répond à une nécessité que l’État sanctuarise ses actifs stratégiques, pour des motifs de souveraineté industrielle. Et encore, Christophe Castaner, porte-parole du Gouvernement, bien embêté, cherche à minorer ce revirement !

Au Front National, ces quatre dernières années, nous demandions régulièrement cette nationalisation des chantiers navals, a minima partielle (51 % des capitaux) et temporaire dans le temps. Jean-Claude Blanchard, qui fut ouvrier-soudeur aux Chantiers, et ses colistiers, avaient porté les premiers cette thématique dans le débat public nazairien, durant la campagne municipale. À l’époque, le FN était bien seul…

Depuis, des personnalités politiques locales comme nationales avaient rallié cette position, opportunément, car au gré de campagne électorales : Arnaud Montebourg lors de la primaire de gauche, Benoît Hamon pendant la campagne présidentielle, Laurianne Deniaud durant la campagne législative, etc. Nous avions finalement raison les premiers.

FN 44