Communiqué de presse du Front National du 14/10/2016

Publié le

FN Pupitre

Communiqué de presse du Front National du 14/10/2016

Le Front National adresse ses condoléances au peuple thaïlandais après le décès du roi Bhumibol.

Tout au long d’un règne de 66 ans, ce souverain aimé de son peuple a œuvré à maintenir la cohésion nationale et à garantir la paix civile dans les périodes mouvementées de son pays.

Front National

Publicités

La fonction présidentielle affaiblie comme jamais

Publié le

Philippot officiel 1

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 13/10/2016

Les attaques très sévères de magistrats contre un président de la République sont difficilement tolérables pour tous ceux qui sont attachés à la fonction présidentielle et au respect republicain qu’on lui doit.

Quand la fonction présidentielle flanche, c’est l’image de la France qui fléchit.

Cependant si ces attaques sont aujourd’hui possibles, cela tient en premier lieu aux deux derniers présidents de la République, qui par leur attitude désinvolte ont affaissé comme jamais la fonction présidentielle.

À jouer les commentateurs permanents de sa propre action, plutôt que de gouverner, François Hollande affaiblit en outre nettement sa position et prête le flanc à toutes les critiques.

Il est plus que temps de retrouver à la tête de l’Etat un véritable capitaine avec Marine Le Pen.

Front National

Migrants en Vaucluse : les Vauclusiens, pris en otage par l’idéologie immigrationniste des Socialistes

Publié le

Marion Maréchal-Le Pen 2

Communiqué de Presse de Marion Maréchal-Le Pen, Député de Vaucluse du 14/10/2016

Après l’installation de migrants à Bonpas l’été dernier, le gouvernement continue sa politique d’éparpillement de clandestins sur l’ensemble du Vaucluse. Aujourd’hui, la commune du Pontet voit arriver une dizaine de clandestins auparavant logés dans l’ancienne gendarmerie de Bonpas et le village de Grambrois devrait accueillir plusieurs familles en provenance de Calais.

Les Socialistes imposent aux Vauclusiens et à leurs élus leur projet immigrationniste. La dispersion de la jungle de Calais ne règle pas les problèmes migratoires, au contraire elle les multiplie et les aggrave au cœur de territoires ruraux subissant déjà les conséquences d’une immigration non assimilée. Alors que les revendications communautaristes gangrènent le Vaucluse, l’arrivée massive de migrants ne ferait que les exacerber au risque de faire monter les tensions.

Avec un taux de pauvreté de 19.4%, le Vaucluse est le département le plus pauvre de la région PACA et le sixième le plus paupérisé du pays.

Cette priorité étrangère est totalement injuste vis-à-vis des Vauclusiens vivant en dessous du seuil de pauvreté et bien souvent dans des conditions insalubres. Ce n’est pas à nos communes, sinistrées par la pauvreté, le chômage et l’insécurité, de pallier l’échec de la politique migratoire de Bruxelles !

Par ailleurs, l’absence totale d’informations fournies aux élus locaux et le refus de reconnaitre à la population le droit de se prononcer sur l’accueil d’étrangers en situation irrégulière reflètent le mépris du gouvernement à l’égard de notre département. C’est au peuple de décider de la politique migratoire.

Il est urgent de mettre un terme à ces relocalisations qui créent des incitations pour les candidats à l’émigration. Ces clandestins qui violent la loi avec la complicité des associations d’extrême-gauche et des Socialistes, doivent être expulsés du territoire. Quant au droit d’asile, il nécessite une profonde réforme pour ne plus être transformé en filière d’immigration économique ou clandestine : expulsion des déboutés pour que les demandeurs ne se maintiennent plus illégalement sur le territoire et saturent les structures d’accueil, révision de la liste des pays sûrs, réduction de la procédure de demande en limitant les recours suspensifs et l’aide juridictionnelle, restrictions des critères d’éligibilité à l’asile, expulsion définitive des individus ayant fraudé sur leur identité

Front National

La vie de certains malades, 2000 emplois et 200 entreprises immédiatement menacés

Publié le

marine-frejus-3

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 13/10/2016

Parmi les suites tardives de l’incroyable affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP, mises sur le marché après certification d’un « organisme notifié », la Commission Européenne impose de nouvelles dispositions d’accréditation, qui vont s’appliquer à toutes les entreprises fabriquant des dispositifs médicaux en France, concernant de nombreuses entreprises, allant de celles qui produisent du sparadrap à celles qui fabriquent des prothèses de hanche ou un cœur artificiel.

Or ces dispositions, potentiellement légitimes au regard de la sécurité des malades, ont été très mal préparées en France par l’Agence Nationale de Sureté du Médicament : cette dernière ne les a en effet transmises aux entreprises, souvent des TPE, PME et startup solides, que le 27 septembre dernier, pour une application au 15 octobre.

Résultat : à cette date, 200 entreprises n’auront plus le droit de distribuer leurs produits, menaçant ainsi directement et immédiatement 2000 emplois et surtout, les soins appropriés, voire la vie, de certains patients à l’état très fragile.

C’est donc la disparition programmée de nombreuses entreprises très performantes, parfois leader européen ou mondial de leur secteur. Elles seront de fait remplacées par des entreprises chinoises ou américaines, qui ont quant à elles été certifiées par les organismes notifiés, et qui vont capter une partie d’un marché de 13 milliards d’euros, avec pourtant une performance moindre.

Marine Le Pen, alertée par le CAP Santé et les eurodéputés du Groupe ENL au sein de la Commission ENVI, s’indigne de cette nouvelle atteinte à une industrie française de pointe, qui s’apparente à un véritable sabotage programmé.

Elle demande à Mme Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, à laquelle elle adresse ce jour la lettre ouverte ci-jointe, de prendre toutes les dispositions nécessaires, dans le cadre de ses prérogatives souveraines, pour arrêter, dès aujourd’hui et en toute urgence, cet ultimatum de la Commission.

*******

Lettre ouverte de Marine Le Pen :

Madame Marisol Turaine
Ministre des Affaires sociales et de la Santé
14 avenue Duquesne
75700 PARIS

Nanterre, le 13 octobre 2016

Madame le Ministre,

Comme vous le savez, l’industrie française du dispositif médical est tributaire des organismes notifiés qui délivrent les marquages CE, indispensables à la mise de leurs produits sur le marché.

La révision des conditions d’exercice de ces organismes notifiés a été soutenue à Bruxelles par vos services pour durcir les exigences qui pèsent sur eux mais aussi sur les fabricants, pour l’essentiel des TPE/PME. Ce sont plus de 60 000 emplois qui sont concernés, et des millions de patients traités quotidiennement, en France mais aussi à l’étranger.

Au 15 octobre, par votre manque d’anticipation, d’information et d’accompagnement des entreprises, et par l’impéritie de vos services, ce sont des milliers d’emplois qui seront immédiatement menacés car près de 200 fabricants français ne seront plus autorisés à commercialiser leurs produits. En effet, ces sociétés ne seront pas encore prises en charge par l’un des quelques organismes encore notifiés, submergés par l’afflux de demandes. Nous craignons aussi, logiquement, des ruptures de livraison et des patients non pris en charge.

Nous vous demandons d’urgence de résoudre cette situation véritablement catastrophique, en soutenant les entreprises en difficulté par l’octroi de moyens pour travailler avec des organismes notifiés non francophones, ou en obligeant le LNE G-MED, organisme notifié mais surtout établissement public, à prendre en charge les dossiers des fabricants français, et surtout en étudiant au cas par cas les situations des sociétés concernées.

Il est essentiel et très urgent maintenant de protéger la santé et les emplois français. Votre négligence met en péril notre souveraineté sanitaire, en sabotant notre industrie nationale du dispositif médical et notre capacité à̀ produire en France les produits dont nous avons un besoin vital et quotidien.

D’avance je vous sais gré de bien vouloir prendre les décisions nécessaires et vous prie d’accepter, Madame le Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Front National

Refus du démantèlement du camp illégal de Norrent Fontes: le tribunal de Béthune a choisi la préférence étrangère !

Publié le Mis à jour le

Briois_7

Communiqué de presse de Steeve Briois, maire d’Hénin Beaumont, député européen et vice-président du Front National du 13/10/2016

Le tribunal de Béthune a refusé de démanteler le camp de migrants de Norrent Fontes et débouté la commune et des propriétaires terriens du groupement agricole des Moulins des Bois qui subissent depuis plusieurs années, l’occupation illégale de leurs terres agricoles par près de 300 migrants, tous originaires du Soudan, d’Erythrée et d’Ethiopie. Cette décision inique est notamment « motivée » par la soit disante absence de solutions alternatives d’hébergement. Il convient pourtant de rappeler que plutôt que d’être hébergés, ces clandestins auraient dû être placés en centre de rétention administrative avant de se voir notifier une décision d’expulsion du territoire national.

Ce jugement en référé rendu sous la pression d’associations pro migrants gavées d’argent public, témoigne du laxisme judiciaire qui règne dans les prétoires mais aussi de la préférence étrangère qui anime certains magistrats, plus soucieux de protéger des camps illégaux occupés par des clandestins, que de garantir le respect du droit de propriété de nos compatriotes, qui demeure un des corollaires de l’Etat de droit. Ces derniers sont depuis trop longtemps contraints de subir sur leurs terres et sur lesquelles ils payent des impôts fonciers, une emprise irrégulière que ni le préfet du Pas de Calais ni le juge judiciaire ne veulent faire cesser !

Steeve Briois apporte tout son soutien au maire de Norrent Fontes et aux propriétaires terriens victimes de la préférence étrangère du juge des référés. Il invite son collègue maire à adopter la charte « ma commune sans migrants » et à utiliser tous les moyens légaux pour faire respecter l’Etat de droit et obtenir le démantèlement immédiat de camp illégal. Il demande que les associations pro migrants qui se rendent complices de ces violations graves de la loi, ne soient plus subventionnées par le contribuable et que l’hypothèse de leur dissolution administrative soit étudiée par le ministre de l’intérieur.

Front National

Annonces de Manuel Valls : s’adapter au chaos ne fait pas une politique

Publié le

Bay

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 12/10/2016

Pressé par la légitime colère des policiers et l’émotion populaire après l’attaque survenue contre les forces de l’ordre à Viry-Chatillon, le Premier ministre Manuel Valls s’est livré à une série d’annonce devant les députés.

Ainsi, Manuel Valls a-t-il évoqué des tenues ignifugées pour les policiers, ce qui est déjà en dotation pour les uniformes des Brigades Anti-Criminalités ou des CRS, ou encore des dispositifs anti-caillassages sur les véhicules (des films sur les vitres notamment), qui là aussi sont souvent déjà en place. Plus étonnante est l’annonce de la création de 9 000 postes, car c’était déjà une promesse de campagne de François Hollande ! Ces postes devaient être créés entre 2012 et 2017, or il n’en est rien puisque d’après la Cour des Comptes ce sont seulement 390 postes qui ont été réellement pourvus.

En réalité, la seule chose que propose Manuel Valls aux forces de l’ordre, c’est de s’adapter au chaos. « Puisque les criminels ont décidé de mettre le feu aux policiers, achetons des tenues ignifugées » semble dire celui qui est amplement responsable de la situation en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur lui-même. Le retour à la sécurité dans notre pays, pour les Français et ceux dont la mission est de les protéger, ne peut passer que par le rétablissement de l’autorité de la République partout, sur chaque mètre carré de notre territoire.

Si cela demande bien sûr des moyens (humains et matériels), cela passe aussi et avant tout par une réponse pénale à la hauteur en rompant avec le laxisme judiciaire auquel les policiers sont trop souvent confrontés dans l’exercice de leur service.

Front National