Non à l’aéroport de Notre Dame des Landes, oui à la modernisation de l’aéroport actuel

Publié le Mis à jour le

collectif Nouvelle écologie logo

Communiqué de presse du Collectif Nouvelle Ecologie du 26/06/2016

Alors que la consultation populaire sur le transfert aéroportuaire vers Notre-Dame-de-Landes s’apprête à être organisée en Loire-Atlantique, le Collectif Nouvelle Ecologie rappelle son opposition ferme à ce projet, tout autant aberrant économiquement qu’écologiquement.

L’aéroport actuel de Nantes est largement suffisant pour absorber une forte hausse du trafic si l’on modernise ses équipements de contrôle aérien. Le Collectif Nouvelle Ecologie s’exprime donc résolument contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, projet inutile, onéreux, non financé, qui ferait progresser à l’excès l’urbanisation et la métropolisation de Nantes et sacrifierait terres agricoles et espèces protégées.

 

Communiqué du Front National du Jura du 15/06/2016

Publié le

FN Jura logo officiel

Communiqué du Front National du Jura du 15/06/2016

Le passage de Thibaut Monnier à la tête de la fédération locale du Front National a été une étape importante dans le développement de ce parti politique dans le Jura. Tous les militants et les sympathisants du mouvement ont su reconnaître en lui un responsable  aussi compétent que dynamique et efficace. Ils le voient partir avec regret mais savent les exigences du combat politique auquel il ne s’est jamais dérobé. Voilà pourquoi leurs meilleurs vœux l’accompagnent.

Un terme a été mis, en effet, à son mandat, quand il a été nommé au même poste en Isère.

Sa fonction vient d’être remplie par la nomination par Marine Le Pen au poste de Secrétaire départemental d’Eric Silvestre.

Eric Silvestre n’est pas un inconnu au sein de la fédération jurassienne du Front National puisqu’il a été l’adjoint de Thibaut Monnier tout au long de son mandat.

Marié, père de six enfants, implanté dans le canton de Moirans-en-Montagne, Eric Silvestre milite depuis plus de vingt ans au Front National. Plusieurs fois candidat, il a éliminé la gauche dans son canton aux dernières élections départementales, empêchant la présence de celle-ci au deuxième tour. Il est conseiller municipal de sa commune de résidence, Alièze, depuis les dernières élections de 2014. Il était troisième de la liste Front National aux dernières élections régionales et a remporté 36,09% des voix sur son canton, améliorant ainsi de quatre points sa performance par rapport au dernier scrutin.

C’est avec grand plaisir que les militants et sympathisants qui le connaissent et l’apprécient le voient arriver à la tête de leur fédération. Outre sa connaissance du mouvement, Eric Silvestre a en effet de nombreuses cordes à son arc. A moins de 50 ans (il est né en avril 1967) c’est un chef d’entreprise confirmé-ce qui représente beaucoup de talent, mais aussi un officier de réserve déterminé. Pilote, il se perfectionne en passant actuellement sa licence IFR qui autorise à voler aux instruments. Il a été sapeur-pompier volontaire, ce qui est sans doute le plus bel engagement désintéressé et altruiste auquel quiconque puisse se prêter.

Eric Silvestre, entend poursuivre, tout en la renforçant, l’action de Thibaut Monnier au sein de la fédération. C’est ainsi que le bureau politique comme les responsables communaux ou cantonaux seront appelés à  toujours davantage d’efforts dans les semaines qui viennent pour encore plus d’efficacité à la veille de l’échéance la plus importante de la vie politique française : l’élection présidentielle où il conviendra de porter la candidature de Marine Le Pen là où elle rencontrera la France, seul souci des patriotes.

Aujourd’hui, Cambronne est anglais

Publié le Mis à jour le

Collard Nîmes 2015

Communiqué de Presse de Gilbert Collard, Secrétaire général du RBM du 24/06/2016

On le sentait monter ce printemps des peuples cher à Marine Le Pen. La quasi victoire de notre ami Norbert Hofer à la présidentielle autrichienne fut une première secousse, la large victoire du vote en faveur de la sortie de l’Union européenne hier en Grande-Bretagne est un tremblement de terre. Sous les coups de boutoir des peuples d’Europe, la technocratie bruxelloise se fissure et est prête à s’effondrer. Messieurs Juncker et Schulz doivent en tirer les conséquences et démissionner sans tarder.

Ne nous laissons pas duper par les cris d’orfraie des éditorialistes et la chute très provisoire des marchés financiers. Passé le coup de tonnerre de cette reprise en main de son destin par le peuple, les affaires reprendront comme toujours leur cours, pas comme, mais mieux qu’avant, tirées par une économie réelle redynamisée et débarrassée des contraintes absurdes du carcan européen et dopées par ce vent nouveau de liberté soufflant sur les côtés d’Albion.

Les Britanniques une fois de plus donnent une leçon de courage et de démocratie à l’Europe. Une leçon qu’il nous sera facile de suivre, le processus référendaire enclenché outre manche étant l’exacte reprise de ce que demande Marine Le Pen pour la France depuis toujours. Que l’on rende sa voix et sa souveraineté au peuple, principe fondateur de la démocratie et de notre République, c’est tout le sens de notre engagement.

Brexit – Conférence de presse de Marine Le Pen du 24/06/2016

Publié le Mis à jour le

Brexit : en route vers l’Europe des Nations !

Publié le Mis à jour le

Bay

Éditorial de Nicolas Bay  du 24.06.2016

Projet dévoyé, ayant trahi sa vocation originelle, l’Union Européenne se voit aujourd’hui infligée une gigantesque gifle. S’il s’agit avant tout d’une victoire pour le peuple britannique, c’est aussi une victoire pour la démocratie et tous les peuples d’Europe qui ont plus que jamais soif d’identité, de souveraineté et de liberté.

Avec 52% des suffrages exprimés en faveur d’une sortie de l’Union Européenne, la volonté des Britanniques doit maintenant être respectée et mise en œuvre. N’oublions pas que le peuple Français, lui, avait voté NON au traité constitutionnel européen en 2005 et que ses dirigeants, Nicolas Sarkozy en particulier, avec la participation effective des instances européennes, l’avaient honteusement trahi en bafouant son vote avec le traité de Lisbonne !

Comme les Britanniques, les autres peuples d’Europe aspirent aujourd’hui à retrouver leur indépendance nationale, décider de leurs lois, retrouver l’entière maîtrise de leur destin. En cela, le Brexit c’est aussi, et surtout, le rejet d’une immigration massive présentée par les technocrates de Bruxelles et leurs complices nationaux comme « une chance » économique.

Le Front National et Marine Le Pen le réclament depuis des années : il est temps qu’un référendum ait lieu. À l’issue d’un vrai débat, les Français doivent avoir le droit de se prononcer et de trancher, d’autant qu’ils ont beaucoup plus de raisons que les Britanniques, lesquels ne sont pas dans l’espace Schengen et ont eu la sagesse de conserver leur liberté monétaire, de vouloir s’extraire de ce carcan.

L’Union Européenne doit désormais laisser la place à la véritable Europe : cette civilisation faite de patries souveraines et libres. C’est ce projet pour une autre construction européenne, basée sur ces réalités intangibles que sont les nations, que nous allons continuer de porter et que Marine Le Pen et son gouvernement mettront en œuvre.