Armées

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

Publié le

Marine 3

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 13/12/2017

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

63 ans après l’enterrement par l’Assemblée nationale du plan Pléven de création de la Communauté Européenne de Défense (C.E.D.) sous supervision de l’OTAN, le tandem franco-allemand MacronMerkel et l’UE reviennent à la charge pour que la France  abandonne sa souveraineté  militaire afin de réaliser une nouvelle lubie : l’union de la sécurité et de la défense européenne.

C’est ainsi que la Commission européenne vient de signer un accord avec 23 États membres de l’UE qui prend la forme d’une « coopération structurée permanente » en matière de défense (CSP ou PESCO, en anglais). Selon J.C Juncker et F. Mogherini, ce serait « un moment historique pour la défense européenne».

Ce projet de l’UE est tragique pour l’indépendance de la FranceC’est une liquidation de la défense française. Notre patrie est la seule puissance nucléaire continentale en Europe. En 2009, N. Sarkozy avait déjà soumis la France aux États-Unis en l’incorporant au commandement intégré de l’OTAN.

Et maintenant, elle devrait se fondre dans un pacte européen de défense. Les arguments politiques des europhiles sont toujours les mêmes : économiques. Il s’agirait de mutualiser le financement et la production industrielle de matériels militaires.

A l’heure où le risque terroriste islamiste est très élevé sur notre territoire, l’Union européenne pratique une politique ultra-immigrationniste qui aggrave le danger d’attentats.

Enfin, depuis 1945, l’Allemagne est au faîte de sa puissance économique dans l’UE. Avec ce nouveau projet d’Eurodéfense, l’Allemagne se réarmerait pour redevenir une grande puissance militaire. La Francedoit-elle prendre ce risque de vassalisation accrue? Il est donc inconcevable de transférer notre souveraineté militaire nationale à une institution supranationale et encore moins à des pays tiers.

Si E. Macron  entérine par son vote ce projet «d’Eurodéfense» lors du Conseil européen du 14 et 15 décembre prochains, le chef des armées françaises commettra un acte de trahison contre les Français.

En matière de politique de sécurité et de défense nationale, je proposais, à l’inverse d’E. Macron, la construction d’un second porte-avions nucléaire, une hausse du budget militaire portée à plus de 2 % du PIB et précisais que « Notre défense doit être la priorité. C’est une question majeure pour recouvrer notre souveraineté nationale ».

Front National

Publicités

NON à l’armée de Bruxelles ! Oui à l’armée française !

Publié le

Armée de terre Opération Sentinelle

Communiqué de presse du Front National du 15/11/2017

Lundi 13 novembre, 23 des pays européens membres de l’Union européenne ont signé un accord pour la mise en place d’une « Coopération structurelle renforcée ». Soit « un symbole fort vers l’Europe de la Défense », selon les mots de la ministre des Armées, Madame Parly.

Ce dispositif créé par le Traité de Lisbonne, autorisera le développement de projets d’équipements communs, d’enveloppes budgétaires militaires mutualisées, et des déploiements de troupes conjoint. Tout un arsenal omettant la souveraineté diplomatique et militaire de la France, soit le dernier clou du cercueil de notre indépendance.

Dans un contexte international que l’on sait tumultueux, défaire la France de sa souveraineté militaire est irresponsable au plus haut point. La coordination, oui. La soumission, non.

Front National

Macron : ni force ni ordre

Publié le Mis à jour le

Bilde Bruno bureau

Communiqué de presse de Bruno Bilde, Député du Pas-de-Calais du 19/10/2017

Macron : encore de la communication ; à quand l’action ?

Faut-il que M. Macron soit à ce point dénué d’imagination pour nous servir, en guise de projet de sécurité publique, un tel chapelet de poncifs : dans un inventaire à la Prévert, il nous propose de renouer avec des mesures qui ont toutes été essayées et qui ont toutes échoué, comme la police de proximité, rebaptisée pour l’occasion, ou le énième plan de lutte contre le malaise dans la police. Comme si la réponse policière seule suffisait, le président fait l’impasse sur la politique pénale ou carcérale qui constitue pourtant le cœur du problème de la délinquance.

Un président hors-sol

Avec ce plan, M. Macron montre une vision hors-sol : il nous parle de « plan de dé radicalisation » quand il faudrait un plan contre l’islamisation ; il nous dit « accueil des migrants » quand il faudrait un moratoire sur l’immigration, première cause de l’insécurité ; il nous dit « abaissement de l’état d’urgence » quand la menace terroriste se fait plus pressante. Il nous parle de « sentiment d’insécurité » quand les Français subissent des agressions effectives et demandent des mesures pour faire respecter la loi républicaine.

Des mesurettes inefficaces ne font pas une politique

Bruno Bilde, Député Front National du Pas-de-Calais, dénonce l’indigence irresponsable de ce plan qui ne peut tenir lieu de politique. Il demande que soit mise en place sans plus tarder une politique de tolérance zéro (certitude des poursuites, des condamnations et des peines) qui s’accompagnera, pour les délinquants étrangers, d’une expulsion automatique.

Front National

Exigeons une grande loi contre le terrorisme islamiste !

Publié le

Opération Sentinelle

Le projet de loi contre le terrorisme présenté parle gouvernement est totalement insuffisant. Loin de renforcer la sécurité des Français, il affaiblit les dispositions de l’État d’urgence que le texte prétend pourtant reprendre et pérenniser dans le droit. Ainsi, par exemple, les assignations à résidence tout comme les fermetures administratives définitives de mosquée deviennent impossibles à mettre en œuvre avec ce projet de loi.

A l’Assemblée Nationale, les élus du Front National ont défendu des amendements permettant de lutter efficacement contre la menace tels que :

– L’assimilation du terrorisme à un acte de guerre dans le Code pénal;

– L’autorisation du port d’arme pour les policiers, gendarmes et militaires en retraite;

– L’expulsion automatique des délinquants et criminels étrangers;

– La déchéance de nationalité des binationaux djihadistes;

– La création d’une Cour de sûreté de l’État contre le terrorisme;

– L’interdiction des organisations islamistes.

Parce que le terrorisme n’est pas un acte criminel de droit commun mais un acte de guerre, parce qu’on ne pourra pas vaincre le terrorisme djihadiste sans s’attaquer à l’idéologie islamiste et à toutes ses ramifications dans notre société, avec nous exigez une grande loi d’union nationale contre le terrorisme islamiste !

Pétition en ligne sur le site du Front National

Communiqué de Marine Le Pen suite à l’attaque de Levallois-Perret

Publié le

Marine 29072016 France 2

Communiqué de Marine Le Pen du 09/08/2017

Ce matin à Levallois-Perret, 6 militaires de l’opération Sentinelle ont été lâchement attaqués par un conducteur qui semblait selon toute vraisemblance vouloir porter atteinte à leurs vies.

Nos pensées vont à ces soldats blessés et à leurs proches.

Les militaires, tout comme nos policiers et gendarmes, sont désormais très régulièrement la cible des terroristes. Les tentatives d’attentat se produisent en effet à un rythme qui s’accélère dangereusement. La situation s’est tellement dégradée qu’en quelques jours, en plein été, deux tentatives d’attentats ont été commises, à la Tour Eiffel puis à Levallois-Perret. Ces attaques interviennent après celles de Notre-Dame et des Champs-Elysées.

C’est insupportable.

A court terme, il est urgent de réfléchir à la façon de protéger les militaires de l’opération Sentinelle. Dans ce contexte il est inadmissible que le gouvernement diminue de manière drastique le budget de la Défense, à l’heure où nos armées interviennent sur de multiples terrains à l’étranger, et sont activement mobilisées par l’opération Sentinelle.

A l’inverse, il faut l’augmenter fortement.

De manière plus générale, il est temps de prendre le gigantesque problème du terrorisme islamiste à la racine. Le gouvernement n’entend pas agir, pas plus que le précédent. C’est l’angélisme et le laxisme qui prévalent, alors qu’il faudrait prendre des décisions fortes dans maints domaines : rétablissement de frontières nationales, expulsion des fichés S étrangers, fermeture des mosquées radicales, ne sont que quelques unes des mesures urgentes à prendre.

Front National

Démission du général Pierre de Villiers : les Armées perdent un défenseur acharné

Publié le Mis à jour le

Marine Concarneau 2017

Communiqué de presse de Marine Le Pen du 19/07/2017

La démission du Chef d’État-major des armées, le général Pierre de Villiers, est une très mauvaise nouvelle pour les armées françaises qui perdent un homme d’une valeur inestimable qui s’est toujours attaché à défendre ses troupes, sans jamais manquer à ses obligations et gardant toujours à l’esprit l’intérêt supérieur du pays et de sa sécurité.

Cette démission illustre les dérives très graves et les limites très inquiétantes de Monsieur Macron, aussi bien dans son attitude que dans sa politique.

Humilier devant ses troupes un homme comme le général de Villiers n’est pas digne d’un vrai chef des Armées.

Sabrer dans le budget de la Défense, au mépris de sa propre parole et des dangers du monde, n’est pas digne d’un chef d’État lucide et responsable.

La démission du Chef d’État-major des armées, événement rarissime, doit alerter l’ensemble des Français sur les risques que la politique de Monsieur Macron fait peser sur notre sécurité et la défense de nos intérêts vitaux.

Le Front National continuera à se battre pour que les Armées françaises disposent d’un budget équivalent à au moins 2% du PIB, puis tende vers les 3%, soit le minimum que la Nation leur doit.

Front National