Assemblée Nationale

Politique de la France et de ses alliés dans le conflit irako-syrien : les révélations s’accumulent, le gouvernement reste muet

Publié le


Marine AssembleenationaleCommuniqué de presse de Marine Le Pen, député du Pas-de-Calais, Présidente du Front National du 15/12/2017

Pas un jour sans que la presse révèle des faits soulignant l’ambigüité des pays occidentaux dans le conflit irako-syrien et donc dans la lutte contre l’Etat Islamique.

Avant-hier, l’entreprise Lafarge, accusée d’avoir payé  Daesh pour pouvoir continuer son business, expliquait que le gouvernement via le Ministère des Affaires étrangères était tout à fait au courant ; la révélation d’hier, encore plus grave, nous confirmait que des armes fournies par les États-Unis et ses alliés (et donc la France) avaient in fine atterri dans les mains des djihadistes de l’Etat Islamique.

Le Front National a toujours dénoncé cette politique de soutien à des rebelles syriens modérés, car il savait que ces soi-disant modérés étaient au mieux complices des islamistes et au pire eux-mêmes djihadistes. Rappelons-nous les propos de M. Fabius sur Al-Nosra!

Marine Le Pen a déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale le 13 octobre 2017 une proposition de résolution demandant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le rôle du ministère des Affaires étrangères dans ce conflit. Elle n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Suite aux annonces formulées par l’Union Européenne de déblocage de fonds pour la reconstruction de la Syrie, Marine Le Pen a sollicité le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 24 novembredernier, là encore pas de réponse du gouvernement.

Les différentes révélations sur le conflit syrien montrent jour après jour qu’un certain nombre de choix stratégiques se sont avérés désastreux pour la paix dans cette région. Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, Marine Le Pen demande au gouvernement des explications sur ses choix politiques passés et futurs.

Front National

Publicités

Classement du bassin minier en bassin urbain à redynamiser : la victoire du vote Front National !

Publié le

Drapeaux BBR

Communiqué de presse des députés Front National du bassin minier du 06/12/20017

L’Assemblée Nationale vient d’adopter l’article 13 du projet de loi de finance rectificative pour l’année 2017 qui prévoit la création de dispositifs d’exonération fiscale au profit du bassin minier. Cette mesure fiscale est une victoire sans précédent pour les électeurs du Front National. L’élection de cinq députés soutenus par Marine le Pen a créé un électrochoc et instauré un véritable rapport de force avec le nouveau gouvernement. Ce que les édiles socialistes étaient incapables d’obtenir pendant le quinquennat Hollande, la simple élection des députés du Front National a permis en moins de six mois, d’obtenir un ement du bassin minier en bassin urbain à redynamiser.

Le principe d’une exonération du paiement de l’impôt sur les sociétés, de la taxe foncière, de la cotisation foncière et sur la valeur ajoutée des entreprises créée à partir du 1er janvier 2018 va dans le bon sens. Il est un préalable nécessaire, mais non suffisant à la revitalisation économique d’un territoire qui a payé le prix fort de la désindustrialisation et des délocalisations.

– Non suffisant, car il n’est pas garanti dans le temps et ne permettra donc pas d’assurer un effet levier optimal en matière de création d’entreprises. Pour garantir l’exonération de l’impôt sur les sociétés pour au moins cinq ans, les députés du Front National ont déposé un amendement rejeté par le gouvernement, prorogeant ce dispositif jusqu’en 2022.

– Non suffisant, car la moitié de l’exonération de la taxe et de la cotisation foncières devra être supportée par les communes, qui n’en ont plus les moyens. Là encore, les députés du Front national ont déposé un amendement rejeté par le gouvernement, demandant que la prise en charge de l’exonération incombe entièrement à l’Etat et non à des collectivités territoriales qui ont largement pris leur part dans la réduction des dépenses publiques.

Malgré le sectarisme du Gouvernement, les députés du Front National ont dans l’intérêt des populations, voté en faveur de l’article 13 du projet de loi de finances rectificative. De plus, ils présenteront très prochainement des propositions concrètes au nouveau délégué interministériel en charge du bassin minier et se mettront à disposition de tous les maires de leur circonscription pour les accompagner dans la communication des dispositifs d’exonération fiscale. L’enjeu pour le renouveau du bassin minier commande désormais l’action collective au-delà des clivages partisans.

Front National

Lancement de la « Journée du Drapeau »

Publié le

20160126 - LOGO FN39

Communiqué d’Eric SilvestreSecrétaire départemental du Front National du Jura du 06/12/2017

Les députés du groupe « En Marche » à l’Assemblée Nationale ont proposé de voter une résolution « visant à promouvoir les symboles de l’Union européenne ».

C’est une attaque en règle contre les symboles nationaux et notre Constitution, qui stipule dans son article 2 : « L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité. Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Le message est très clair : toujours plus d’Union Européenne et de facto moins de France ! Cette démarche des députés LREM s’inscrit pleinement dans le projet global de déconstruction de la France défendu par Emmanuel Macron.

Pour porter la voix des millions de Français charnellement attachés aux trois couleurs, la fédération du Jura du Front National déclare le 6 décembre « Journée du drapeau » pour affirmer haut et fort notre attachement aux symboles de notre Nation, en mémoire de ceux qui ont péri pour elle, et pour défendre l’indépendance de la France, son histoire et ses valeurs.

La fédération du Jura mènera un ensemble d’actions dans le cadre de cette « Journée du drapeau », et invite tous ceux qui restent fidèles à nos trois couleurs à nous rejoindre lors de ces actions.

Lettre de Marine Le Pen à M. le Ministre des Affaires étrangères du 01/12/2017

Publié le

Marine Assembleenationale

Lettre de Marine Le Pen à M. le Ministre des Affaires étrangères du 01/12/2017

Objet : Plan d’aide à la reconstruction de la Syrie

Monsieur le ministre,

Les défaites successives de l’Etat Islamiste en Irak et en Syrie et la reconquête des territoires occupés marquent un tournant dans la guerre qui ravage cette région depuis des années.

Même si la Paix est encore loin, la fin de l’occupation territoriale de Daesh est la première étape pour le rétablissement d’une vie normale dans ces zones.

Depuis la fin des hostilités on assiste à un retour des réfugiés dans les zones où la guerre et plus largement les violences se sont estompées (cf. Déclaration du HCR de juin 2017).

L’Union Européenne a lancé une action fortement dotée pour aider à la reconstruction de la Syrie (« le processus de Bruxelles ») ; c’est sur cette action que je souhaiterais avoir quelques précisions.

Il me semble en effet indispensable de ne pas réitérer les graves erreurs qu’ont été le soutien politique à des rebelles soi-disant modérées et la fourniture d’armes directe ou indirecte à des organisations peu fiables voire terroristes.

Ces erreurs ont clairement participé à entretenir ces conflits dans la durée.

Ainsi je souhaite tout d’abord connaitre la position de la France sur ce dossier et plus globalement la politique mise en œuvre sur le sujet de l’aide à la reconstruction en Syrie.

Pourriez-vous me préciser quels sont les montants concernés par cette action et quelle sera la répartition entre l’Union Européenne et les États membres.

Pourriez-vous m’indiquer si des fonds ont déjà été débloqué et le cas échéant à qui ont-ils été versés.

Ces fonds seront ils versés directement ou via des intermédiaires ? Si ce sont via des intermédiaires, lesquels ? Quelles seront les interactions avec les autorités syriennes légitimes et avec l’opposition ?

Ensuite, je souhaiterais connaitre les critères qui seront retenus pour l’attribution de ces fonds

La fin de l’état Islamiste est certes une bonne nouvelle mais Il est nécessaire que les erreurs du passé ne soient pas réitérés et que ces fonds ne servent pas à poursuivre la guerre civile qui ravage la Syrie et dont notre pays, que ce soit de façon directe et indirecte, en subit les conséquences.

Je vous prie de croire, Monsieur le ministre, à l’expression de mes salutations distinguées.

Front National

Trahison des électeurs lensois

Publié le

Chenu AN 1

Communiqué de presse de Sébastien Chenu, coordinateur des députés du groupe Front National du 27/11/2017

Les députés du groupe Front National apprennent ce jour par voie de presse le départ du député Evrard. Sur la forme, cette défection les attriste, car à aucun moment M. Evrard n’a manifesté le souhait de quitter le mouvement politique grâce auquel il a été élu ! Pas plus tard que mardi dernier, il participait d’ailleurs à une rencontre du groupe des députés FN avec le président de l’Assemblée nationale François de Rugy.

Depuis plusieurs semaines nous avions noté une très forte baisse de son activité à l’Assemblée nationale. Son équipe avait justifié cette inactivité pour des raisons de santé ; il semblerait qu’en réalité de basses raisons politiciennes en étaient la principale cause.

M. Evrard, avec ce départ, trahit les électeurs du bassin minier qui avaient évidemment voté davantage pour le Front National que pour son seul nom !

Cette trahison impardonnable s’explique certainement par l’alignement des positions de M. Philippot sur celles de Jean-Luc Mélenchon avec lequel il a exprimé, à plusieurs reprises, le souhait de vouloir travailler.

Ce rapprochement avec l’un des grands défenseurs d’une immigration de masse et dont la position sur l’Union européenne est pour le moins confuse est une déloyauté sans nom pour les électeurs de la 3ème circonscription du Pas-de-Calais. J’ai ce matin une pensée pour eux et je les assure que les autres députés du Front National continueront à les défendre avec force.

Front National

La majorité parlementaire incite le Gouvernement à porter atteinte aux symboles de la France !

Publié le

Assemblée nationale 4

Communiqué de presse du groupe des députés Front national du 27/11/2017

Le groupe En Marche à l’Assemblée propose ce soir de voter une résolution « visant à promouvoir les symboles de l’Union européenne ».

Si les résolutions sont symboliques et non législatives, le message est très clair :plus d’Union européenne et de facto moins de France ! Cette démarche des députés LREM s’inscrit pleinement dans le projet global de déconstruction de la France défendu par Emmanuel Macron.

Cette résolution attaque directement notre Constitution. En effet, pour les symboles de la France, l’article 2 est extrêmement clair: « L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité. Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

C’est par le référendum du 28 septembre 1958 que ce texte est devenu, par le vote des Français, notre texte fondamental. En revanche jamais les Français n’ont voté pour la reconnaissance de ces symboles européens ; bien au contraire, une large majorité les a rejetés lors du référendum sur la constitution européenne de 2005.

En termes de symboles, l’ajout d’un drapeau, d’un hymne et d’une devise se fait nécessairement au détriment de ceux existants ; l’ajout du drapeau européen, c’est moins de drapeau tricolore, l’ajout de l’Ode à la joie c’est moins de Marseillaise et l’ajout de la devise « Unis dans la diversité » c’est moins de « Liberté, Égalité, Fraternité » !

Or, c’est bien le « drapeau tricolore [qui] a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie » et pour lequel des millions de Français ont versé leur sang ! Si « les morts gouvernent les vivants », combien de Français sont tombés pour le drapeau européen ?

Les élites croient-elles un Français assez fou pour se sacrifier pour la Commission de Bruxelles ?

Enfin, l’examen de ce texte pose une nouvelle fois un vrai problème démocratique. Le Front National, parti arrivé en tête lors des dernières élections européennes, ne dispose d’aucune possibilité pour intervenir ce soir à l’Assemblée nationale. Des millions de Français sont une nouvelle fois privés de parole ! Malgré cette maltraitance, les députés du Front National continueront de défendre sans relâche la pleine et entière souveraineté de la France, notamment à travers ses symboles.

Front National

Écriture dite inclusive : ma question au ministre de l’éducation nationale

Publié le

Ménard Emmanuelle

Communiqué d’Emmanuelle Ménard, député de la 6e circonscription de l’Hérault du 23/11/2017

Mardi 7 octobre 2017, 314 enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur ont signé un manifeste où ils revendiquent avoir cessé (ou vouloir cesser) d’enseigner les règles de grammaire classiques, notamment celle qui veut que « le masculin l’emporte sur le féminin », notamment celle qui veut que « le masculin l’emporte sur le féminin ».

Cette revendication n’est pas nouvelle puisqu’en 2012 déjà, une pétition enjoignait à « révolutionner les écrits, les correcteurs d’orthographe et nos habitudes ». Le 26 octobre 2017, l’Académie française prend clairement position par rapport à l’écriture inclusive : « C’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration et ‘inclusive’, la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre Nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures. » L’une des Immortels, Mme Dominique Bona, a également déclaré que : « la liberté et l’égalité des femmes ne passent pas par le massacre de la langue française ».

M. le ministre a lui-même déclaré qu’« on ne peut pas instrumentaliser la langue au nom d’une cause, aussi noble soit-elle. Ce n’est pas rendre service aux élèves que de ne pas enseigner cette langue telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui et telle que les programmes la déterminent ».

Au ministre, je demande donc quelles mesures il compte prendre pour empêcher que les enseignants qui soutiennent l’écriture inclusive, enseignent aux élèves cette dénaturation de la grammaire.

Page Facebook d’Emmanuelle Ménard