Budget

L’agriculture biologique est en péril en Île-de-France

Publié le

WDSJ 2016

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île-de-France du 03/08/2017

L’actuel ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur la coupe budgétaire de 800 millions d’euros décidée par son prédécesseur socialiste, Stéphane Le Foll !

Ce sont les aides à l’agriculture biologique qui souffriront le plus de ces mesures d’austérité mises en place pour satisfaire les exigences de Bruxelles.

Le groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île de France soutient les protestations du Groupement des agriculteurs bio d’Île de France qui écrit avec raison que « les dispositifs d’aide sont trop instables et ne permettent pas aux agriculteurs de se projeter dans les investissements nécessaires à la transition écologique de leurs exploitations ».

Wallerand de Saint Just adresse ce jour une lettre à la présidente de la Région, Madame Valérie Pécresse, pour lui demander d’envisager rapidement, au niveau du Conseil régional, les mesures propres à tenter de pallier l’incroyable irresponsabilité gouvernementale, bien entendu, dans le cadre du budget régional qui pourrait augmenter, de ce chef, plus que des 400.000 euros décidés au budget primitif 2017.

Front National

Démission du général Pierre de Villiers : les Armées perdent un défenseur acharné

Publié le Mis à jour le

Marine Concarneau 2017

Communiqué de presse de Marine Le Pen du 19/07/2017

La démission du Chef d’État-major des armées, le général Pierre de Villiers, est une très mauvaise nouvelle pour les armées françaises qui perdent un homme d’une valeur inestimable qui s’est toujours attaché à défendre ses troupes, sans jamais manquer à ses obligations et gardant toujours à l’esprit l’intérêt supérieur du pays et de sa sécurité.

Cette démission illustre les dérives très graves et les limites très inquiétantes de Monsieur Macron, aussi bien dans son attitude que dans sa politique.

Humilier devant ses troupes un homme comme le général de Villiers n’est pas digne d’un vrai chef des Armées.

Sabrer dans le budget de la Défense, au mépris de sa propre parole et des dangers du monde, n’est pas digne d’un chef d’État lucide et responsable.

La démission du Chef d’État-major des armées, événement rarissime, doit alerter l’ensemble des Français sur les risques que la politique de Monsieur Macron fait peser sur notre sécurité et la défense de nos intérêts vitaux.

Le Front National continuera à se battre pour que les Armées françaises disposent d’un budget équivalent à au moins 2% du PIB, puis tende vers les 3%, soit le minimum que la Nation leur doit.

Front National

2% du PIB pour nos Armées maintenant !

Publié le Mis à jour le

Armées propositions FN

Pétition armées

En infligeant une sévère cure d’austérité aux armées, Emmanuel Macron joue scandaleusement avec la sécurité des Français et trahit ses propres promesses de campagne.

Comme si cela ne suffisait pas, le président de la République a humilié le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, militaire exemplaire et méritant, dans une crise d’autoritarisme tout à fait ridicule et malvenue.

Parce que nos armées sont en première ligne en France et dans le monde pour combattre le terrorisme ; parce que l’indépendance de la France et la préservation de ses intérêts stratégiques supposent une armée forte et puissante ; parce quenotre industrie nationale de défense se doit d’être soutenue, exigez avec le Front National un budget pour nos armées équivalent à 2% du PIB maintenant !

Nos armées sont à l’os, elles ne peuvent plus attendre !

Signez la pétition sur le site du Front National

Soutien au général Pierre de Villiers, défenseur des intérêts de nos armées

Publié le

Philippot officiel 1

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-president du Front National du 16/07/2017

Après avoir été honteusement humilié par le président de la République la veille du 14 juillet, on apprend aujourd’hui que le chef d’État-Major des armées, le général Pierre de Villiers, est convoqué à l’Elysée vendredi prochain.

Irréprochable en tout point et parfaitement dans son rôle lorsqu’il s’émeut, à huis clos, devant les parlementaires, des coupes budgétaires drastiques que vont devoir subir cette année encore nos forces armées, le général Pierre de Villiers doit pouvoir compter sur le soutien de l’ensemble des Français soucieux de préserver nos capacités de défense et donc notre sécurité commune.

Dans cette affaire, Emmanuel Macron étonne par son manque de maturité, réagissant sans discernement ni conscience des enjeux.

Dans le contexte de guerre contre le terrorisme, d’état d’urgence et devant la multiplication des points de tension à travers le globe, son arbitrage budgétaire en défaveur des armées est aussi irresponsable qu’incompréhensible et il est normal que cela suscite l’indignation générale.

Quant aux militaires français, personne ne peut leur faire le reproche de manquer de « dignité » comme les en accuse le président de la République, alors qu’ils subissent, en silence, depuis des années, et parfois au prix de leurs vies, la dégradation continue des conditions d’exercice de leurs missions.

Le général Pierre de Villiers, défenseur des intérêts de nos armées, peut donc compter sur mon entier soutien et celui du Front National dans cette confrontation inégale qui l’oppose désormais au président de la République en personne.

Front National

Rendre à l’armée française les moyens de la puissance et de l’indépendance

Publié le

Bay Normandie

Éditorial de Nicolas Bay, SG du Front National du 14/07/2017

En ce 14 juillet, nous rendons hommage à notre armée et, en particulier, à tous nos militaires engagés dans des opérations extérieures au Sahel, en Irak et en Syrie.   Si nous voulons rendre à notre puissance militaire son rang, il est indispensable de sécuriser durablement son budget pour conserver un outil opérationnel capable de protéger nos compatriotes. 

Notre armée n’a aujourd’hui plus les moyens humains et matériels de nous protéger, ni de se protéger elle-même.   Nos troupes sont, en effet, dramatiquement sous-équipées, au point de compromettre la sécurité de nos soldats sur les théâtres d’opération extérieure. D’année en année, les effectifs de nos unités combattantes n’ont cessé de régresser : entre 2009 et 2019, nos armées auront perdu près de 80 000 soldats. En dépit des promesses présidentielles de sanctuariser le budget de la Défense, la réduction de 850 millions d’euros du budget des armées envoie un signal de laxisme extrêmement dangereux.  

C’est mettre la sécurité des Français en péril que de rogner ainsi sur un pilier majeur de la capacité de défense du pays face notamment à une menace islamiste plus forte que jamais.   Une armée forte est la condition d’une France libre et souveraine.

Voilà pourquoi il est urgent de permettre à nos soldats de disposer de l’entraînement et des effectifs, des équipements et des armements nécessaires. L’intérêt supérieur de la France l’exige.

Front National

Salaire des migrants : Merkel organise la délocalisation à domicile

Publié le

CONVENTIONFN DEPARTEMENTALES

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 02/01/2016

Le quotidien Süddeutsche Zeitung nous apprend que le gouvernement allemand souhaite à présent remettre en cause le salaire minimum pour les prétendus « réfugiés » arrivés en masse depuis janvier 2015. Si on note que seulement 34 000 des 1,2 millions des immigrés clandestins travaillent, il semble donc qu’Angela Merkel ait trouvé la solution miracle pour inciter à l’embauche des immigrés illégaux avec des salaires de misère, et l’impact qui en résultera pour tous les Allemands.

Continuant dans sa lancée catastrophique, Mme Merkel entend donc organiser une véritable délocalisation à domicile, avec des conditions rapprochant davantage de l’esclavage que du salariat. Bien loin des prétentions humanistes, ce projet vient une nouvelle fois souligner combien l’immigration massive est utilisée pour peser à la baisse sur les salaires et les droits sociaux des salariés dans les pays européens.

En Allemagne comme en France, les conséquences de l’immigration sur l’emploi et la préservation de la protection sociale sont terribles. Autant de raisons supplémentaires qui imposent de rompre totalement avec les politiques promues et mises en œuvre par les ex-Premiers ministres et ministres à présent candidats à l’élection présidentielle, de François Fillon à Manuel Valls en passant par Emmanuel Macron.

Front National

Une ambition pour notre Défense

Publié le

Armée française Nice Legion-etrangere.jpg

Par Marine Le Pen le 21/12/2016

C’est avec grand intérêt que j’ai lu ce matin dans la presse la tribune du chef d’état-major des Armées, le général Pierre de Villiers, appelant à une augmentation de l’effort en matière de défense. A plus d’un titre, cette tribune a retenu mon attention, tant il est vrai que je me suis toujours battue pour défendre nos militaires et promouvoir un modèle d’armée à la hauteur des ambitions que je nourris pour la France.

S’il est rare en effet qu’un aussi haut gradé prenne publiquement la plume pour défendre nos armées, ce n’est toutefois pas la première fois, et derrière l’habilité de formules empreintes de respect pour l’autorité politique en place, chacun doit bien comprendre que ces mots du chef d’état-major des armées sont l’expression d’une inquiétude forte et parfaitement légitime, et font écho aux accusations que nous portons régulièrement, contre tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédé à la tête du pays et qui ont affaibli, de manière constante, par leurs politiques, la France et ses armées.

Cependant si tous les gouvernements sont responsables de ce cette triste réalité, certains le sont quand même plus que d’autres. Il en est ainsi du gouvernement de Monsieur Fillon qui de 2007 à 2012 a fait subir aux armées françaises la plus sévère cure d’amaigrissement de leur histoire, votant la suppression de 54 000 postes ! Aujourd’hui, les armées françaises comptent environ 203 000 militaires et 60 000 civils. En 2002, le compteur de nos armées affichait respectivement 355 000 militaires et 81 000 civils…

Il faut bien mesurer que cet effondrement des effectifs, qui a accompagné un effondrement des budgets et une réduction drastique du format de nos armées (toujours moins d’avions, de véhicules blindés, de navires, etc.), ne s’explique évidemment pas par le seul progrès technologique ou par une évolution des doctrines d’emplois de nos forces, par ailleurs toujours plus sollicitées et à l’avant-poste de toutes les crises, qu’elles soient militaires, civiles ou climatiques. 

Non, cette déflation généralisée n’est rien d’autre que le reflet d’une absence d’ambition nationale de nos gouvernants, doublée d’une inconscience sécuritaire très grave. 

Quand le général Pierre de Villiers demande que le budget de la défense soit progressivement amené à 2% du PIB (contre 1,77% aujourd’hui), il ne fait que réitérer un objectif que je formulais déjà en 2012. De fait, comment ne pas être consterné, en mesurant tout ce temps perdu par le gouvernement ? Malgré les attentats à répétition, malgré les guerres et la multiplication des points de tension aux quatre coins du monde, le sursaut « stratégique » du gouvernement n’a donc été pour l’instant que de « mettre un terme à la tendance baissière » du budget de la défense pour 2017, pour reprendre les mots très pudiques du chef d’état-major des Armées.

Hélas, arrêter une baisse continue, cela ne signifie rien d’autre que maintenir l’effort à son niveau le plus bas, ce qui, bien entendu, est parfaitement insuffisant.

L’effort de défense doit donc être immédiatement porté à 2 % du PIB, puis sanctuarisé à ce niveau qui est un minimum acceptable. De toutes les personnalités politiques, je suis la seule à proposer cette sanctuarisation du budget de la Défense, par une inscription inédite dans la Constitution, afin que les armées ne soient plus la variable d’ajustement budgétaire de gouvernements faibles et sans vision. L’objectif doit être ensuite de porter cet effort à 3% du PIB en fin de quinquennat.

Le général Pierre de Villiers explique par ailleurs très bien en quoi cet effort financier n’en est pas réellement un, tant les investissements en matière de défense profitent à tous et rapportent au final à la France le double de ce que l’État a mis par des effets de levier considérables (recherche, progrès technologique, industrie, emplois, etc.).

A la différence de mes principaux concurrents, je ne suis pas soumise à Bruxelles. Je n’accepte pas de suivre une austérité qui ne s’attaque pas seulement à nos droits sociaux mais porte également atteinte à notre sécurité collective et à notre puissance nationale.

Au-delà de cet effort budgétaire immédiat, c’est tout un modèle de défense qu’il faut revoir et repenser, y compris au niveau industriel. Il est ainsi parfaitement scandaleux que sous la contrainte de règles européennes fondamentalement contraires à nos intérêts, nos armées aient dû sélectionner, il y a quelques mois seulement, un armurier étranger pour la fourniture de leurs fusils d’assaut, armement de base du soldat ! De même, la commande d’un second porte-avions (nécessité stratégique de premier ordre) sera l’un des premiers grands chantiers que je lancerai. Ces exemples, qui ne sont pas les seuls (la France ne produisant déjà plus suffisamment de munitions et de corps de bombes), démontrent là encore le manque de vision stratégique de nos gouvernants.

C’est pourquoi je porterai pour la France une ambition en matière de défense digne de ce nom, à même de garantir notre sécurité et de soutenir nos intérêts partout dans le monde.

Carnet d’Espérances