clandestins

Crise migratoire à Calais : le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb a capitulé !

Publié le

Bilde Bruno député du PDC

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député Front National du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 31/07/2017

Le Conseil d’Etat a confirmé le jugement du tribunal administratif enjoignant la commune de Calais et l’Etat à mettre à disposition des migrants clandestins, des points d’accès à l’eau et des sanitaires. Sous prétexte d’un risque de violation d’une liberté fondamentale, cette décision irresponsable rendue par la haute juridiction administrative va à nouveau faire de Calais, un point de fixation pour les migrants décidés à passer en Angleterre. Désormais des centaines d’entre eux vont se rassembler à Calais, prélude à la constitution d’une nouvelle jungle et avec elle son lot de chaos et d’anarchie.

Dans le même temps, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb vient de décider d’ouvrir deux centres d’accueil pour migrants à Troisvaux et à Bailleul, passant outre l’avis des riverains et dont les capacités de prise en charge ne correspondent même pas au nombre de potentiels « demandeurs d’asile » ! Les libertés fondamentales des Calaisiens, des habitants de Troisvaux et de Bailleul et parmi elles, celle de vivre en sécurité, ne pèsent pas lourd face au lobbying indécent des associations d’extrême gauche pro migrants ni face à un Conseil d’Etat à genoux devant la convention européenne des droits de l’homme.

La mansuétude pour les clandestins mais l’indifférence crasse pour les citoyens français : telles sont les terribles conséquences du renoncement de gouvernement d’Edouard Philippe à la souveraineté juridique et territoriale.

Bruno Bilde demande au ministre de l’intérieur Gérard Collomb de fermer immédiatement ces deux nouveaux centre d’accueil et de les remplacer par des centres de rétention administrative. Il l’exhorte d’engager dans les plus brefs délais, un projet de réforme du droit de l’immigration et de l’asile dont le fil conducteur doit aboutir à l’expulsion du territoire, de toute personne y ayant pénétré illégalement. Enfin, les contrôles aux frontières nationales doivent être immédiatement rétablis pour empêcher les migrants d’arriver jusqu’à Calais.

Face à l’immigration massive, il faut appliquer la tolérance zéro !

Front National

Mur « anti-migrants » de Séméac, la révolte gronde contre la folie migratoire!

Publié le

Semeac-Migrants-Mur-Juil17.jpg

Communiqué de presse d’Olivier Monteil, Secrétaire départemental du Front National des Hautes-Pyrénées du 25/07/2017

Les habitants de Séméac riverains de l’hôtel Formule 1 destiné à devenir un centre d’accueil pour migrants ont érigé un mur de 2 m de haut et 18 m de long la nuit du 23 au 24 juillet, afin d’en bloquer symboliquement l’accès.

En faisant racheter ce site comme 61 autres hôtels Formule 1 à la chaine ACCOR par la Société Nationale Immobilière (SNI, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations), donc par l’Etat, le pouvoir politique va mettre à la rue les 8 employés de l’hôtel (directeur inclus) ou les délocaliser hors département, ce qui est un véritable scandale.

Nous avions d’ailleurs déjà réagi à cette situation insupportable par un précédent communiqué de notre candidate sur la 1ère circonscription, publié le 30 avril dernier.

Les riverains du Collectif Séméac ont précisé dans un communiqué « ne pas être contre l’accueil (…) mais il faut prendre également en compte les citoyens ».

Ils ont donc parfaitement compris que les premiers responsables du chaos migratoire qui frappe notre pays ne sont pas les immigrés clandestins en eux-mêmes, mais les politiciens de Gauche comme de Droite qui depuis des décennies ont abandonné nos frontières et les ont ouvertes à tous les vents de l’immigration-invasion, sans aucun contrôle sérieux ni crédible.

Les conséquences en sont désastreuses pour nos concitoyens : licenciements sans préavis, situations sécuritaires nouvelles et difficiles,surcoût considérable pour la collectivité nationale et « préférence étrangère », véritable discrimination à l’encontre des Français les plus démunis.

Le Front National des Hautes-Pyrénées soutient sans réserve l’action symbolique des citoyens de Séméac, révoltés à juste titre contre la politique migratoire anarchique, dangereuse et incontrôlée que mène le gouvernement Macron, dans la droite ligne de son prédécesseur Hollande.

Après à peine quelques mois de folle gouvernance Macron, la révolte gronde et la colère ne cesse de monter.

Seul le Front National propose l’arrêt immédiat de l’immigration, le rétablissement de véritables frontières contrôlées et la protection des Français, libres de vivre en paix chez eux !

 FN 65

L’Europe pousse les jeunes à se faire harakiri !

Publié le

melin

Communiqué de presse de Joëlle Mélin, Députée française au Parlement européen, Groupe Europe des Nations et des Libertés, Conseillère municipale et de territoire d’Aubagne du 13/07/2017

La Commission européenne a trouvé un nouveau subterfuge pour dissimuler le catastrophique chômage des jeunes européens.

Elle a créé le Corps Européen de Solidarité, qui vise à réunir des jeunes, en stage ou en emploi, qui souhaitent bâtir une société plus inclusive, en venant en aide à des communautés et des personnes dans toute l’Europe. Elle vise aussi à relever des défis sociétaux. Ce dispositif offrira aux jeunes, de deux à douze mois, la possibilité de ne plus figurer dans les cohortes de chômeurs.

La France et l’Italie sont les deux premiers pays concernés par le soutien financier de l’Europe à destination de 6.000 jeunes, déjà chiffré à plus de 14 millions d’euros.

Parmi les activités proposées, on trouve encore et toujours la lutte contre la discrimination, le travail avec des groupes minoritaires tels que les Roms, les questions interculturelles et interreligieuses, ou bien encore l’accueil des nouveaux migrants pour les aider à s’intégrer dans leur nouvelle communauté.

A défaut de réunir les conditions économiques pour favoriser l’emploi des jeunes, l’Europe va donc utiliser sa jeunesse, au travers d’emplois précaires ou de stages non rémunérés, pour faciliter l’accueil des migrants à leur propre détriment !

Marianne Thyssen, Commissaire européen pour l’emploi, va jusqu’à déclarer que « cette démarche permettra aux jeunes de développer leurs compétences et d’améliorer leurs perspectives sur le marché du travail ».

C’est tout le contraire qui se profile !

Joëlle Mélin, membre de la Commission Emploi et affaires sociales, dénonce ce dispositif qui n’est en réalité qu’un énième tour de prestidigitation, pour dissimuler la dramatique réalité du chômage des jeunes en Europe et, qui tente, de manière abjecte, de faire croire aux jeunes qu’ils pourront trouver un emploi à l’issue de ces pseudos stages ou emplois !

Front National

Bruxelles et les migrants : Incompétence ou enfumage ?

Publié le

Commission européenne

Communiqué de presse d’Edouard Ferrand, Député français au Parlement européen du 13/07/2017

La semaine dernière, leCommissaire européen en charge des migrations avouait candidement que « trop peu de migrants sont renvoyés » dans leur pays d’origine et que « le retour vers le pays d’origine est un aspect indispensable d’une politique migratoire globale ». Il s’agissait là déjà d’un désaveu -tardif mais cinglant- pour les européistes qui essayaient de nous persuader du contraire.

Que répondront maintenant les immigrationnistes auMinistre algérien des Affaires étrangères, qui vient de dénoncer l’arrivée massive de migrants comme une «menace pour la sécurité », établissant le lien évident entre flux massifs de migrants et réseaux criminels.

En pleine contradiction, dans sa publication intitulée « Contribution des fonds structurels et d’investissement européens aux dix priorités de la Commission » la Commission annonce que des fonds destinés au développement des territoires ruraux pourront désormais « contribuer à soutenir l’intégration à long terme des migrants » en Europe.

Une fois de plus, la Commission montre, au mieux, son incompétence, au pire, sa fourberie devant la colère des peuples européens, violemment hostiles à cette politique migratoire de masse, organisée pour satisfaire les intérêts du capitalisme mondialisé.

Les peuples européens réclament l’arrêt immédiat de la submersion migratoire afin de préserver l’identité, la sécurité et la solidarité nationale.

Front National

Annonces du gouvernement : à quand un plan ANTI-immigration ?

Publié le

Bay Normandie

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 12/07/2017

Dans le cadre de son « plan immigration », le gouvernement a annoncé la création de 7 500 places d’hébergement pour les migrants en deux ans. Par ailleurs, 5 000 places seront aussi créées sur la même période pour aider les prétendus « réfugiés » à accéder au logement. Alors que des sans-abris français meurent chaque année dans la rue et que nous comptons près de 4 millions de Français en situation de mal-logement il s’agit d’une véritable injustice et d’une insupportable démonstration de préférence étrangère.

Le Premier ministre a aussi parlé de « maintenir le contrôle aux frontières nationales jusqu’en novembre 2017. » À quelles frontières fait-il référence ? De quels contrôles parle-t-il ? En réalité, ce sont plusieurs centaines de clandestins qui entrent chaque jour en France, notamment par les Alpes-Maritimes, où la situation devient chaque jour plus chaotique.

L’expulsion automatique et immédiate de toute personne entrée illégalement sur le sol national doit être une priorité. Cette politique ne peut être appliquée que si elle s’accompagne, bien sûr, d’un rétablissement complet de nos frontières nationales et d’un choix clair : l’arrêt de l’immigration massive, incontrôlée et continue.

Les Français ne réclament pas un « plan immigration » mais un plan ANTI-immigration.

Front National

Matraquage fiscal, submersion migratoire : un quinquennat qui s’annonce terrible pour les Français

Publié le

bay-fd-noir

Éditorial de Nicolas Bay, SG du Front National du 07/07/2017

Le discours de politique générale prononcé par Edouard Philippe mardi dernier s’inscrivait dans la droite ligne de ceux de ses prédécesseurs. Les orientations politiques sont, en effet, sensiblement les mêmes. Il s’agit encore et toujours de matraquer fiscalement les Français alors qu’aucune économie nouvelle n’est réalisée notamment sur la fraude sociale, l’immigration, ou encore la contribution annuelle au budget de l’Union européenne.  

La hausse de la CSG pénalisera ainsi 8 millions de retraités qui verront leur pouvoir d’achat fortement diminuer puisqu’il n’y aura aucune compensation par la suppression de la taxe d’habitation pourtant promise durant la campagne. À cela s’ajoutera l’augmentation du prix du diesel, dès 2018, et ce sont avant tout les ménages modestes, bien souvent propriétaires de voitures diesel assez anciennes et qui n’ont pas les moyens d’en acheter une neuve, qui vont en souffrir.

L’augmentation du prix du paquet de cigarettes, les projets de mise en place de péages sur certaines sections de routes nationales font également partie des mesures qui porteront des coups sévères au pouvoir d’achat des es moyenne et modeste.   Pléthorique pour ce qui concerne les taxes, Edouard Philippe ne l’aura pas tant été concernant la lutte contre l’islamisme et l’immigration de masse.

Aucune mesure forte pour stopper la submersion migratoire n’a été annoncée, alors que plus de 100 000 migrants clandestins sont arrivés en Europe depuis janvier et que la Commission de Bruxelles s’apprête à les répartir dans les pays membres de l’Union. Le gouvernement est absent là où il devrait être le plus combatif et énergique mais il est omnipotent là où il devrait laisser de l’oxygène, en particulier en matière économique.  

Ce discours de politique générale présage ainsi du pire. Si les 3/4 des députés Les Républicains sont d’accord avec ce projet (sur 100 députés LR seuls 23 ont voté contre la confiance au gouvernement), le Front National et ses parlementaires seront intraitables et ne laisseront rien passer face aux politiques mortifères annoncées.

Front National