Commission européenne

Wauquiez à la tête des Républicains : la politique, c’est pas du toc !

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSecrétaire Général du Front National du 15/12/2017

Les Français n’ont vraiment plus aucun enthousiasme pour ces politiques usés, devenus maîtres de la duplicité et de l’artifice.

Wauquiez est à ce titre un cas d’école. Formé en politique par l’ancien vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot, il est lui-même ancien ministre des Affaires européennes de Sarkozy et Fillon. Il est fondamentalement et intrinsèquement un européiste zélé et à l’opportunisme notoire, dont la fermeté et le semblant d’authenticité ne sont jamais que stratégiques.

Son élection à la tête des Républicains dimanche dernier va permettre de révéler ce qu’est devenue cette pseudo-droite de la compromission et des arrangements perpétuels. Loin d’une campagne interne destinée à séduire les adhérents et militants de LR fondamentalement proches de nos positions, il se recentrera à vitesse grand V et montrera le visage qui est le sien depuis le début de sa carrière politique. Et l’enthousiasme de la base électorale de LR, sincère et optimiste, se délitera avec la même célérité.

Ils croyaient à un projet de fermeté sur l’immigration, sur l’insécurité, sur la lutte contre le terrorisme, sur notre souveraineté ? Ils auront laxisme, langue de bois et frilosité. Comme toujours avec cette droite d’apparence, le cocufiage est un projet de grande ampleur.

De son côté, Marine Le Pen conserve une côte de sympathie auprès des adhérents et sympathisants plus forte qu’aucun autre responsable de parti. Le Front National reste la seule force politique capable de rendre à nos compatriotes les clés de leur destin. L’engouement pour la refondation  est chaque jour un peu plus fort, comme en témoigne le nombre impressionnant de réponses au questionnaire : près de30 000 exemplaires déjà retournés, plus de la moitié des adhérents ont donc d’ores et déjà apporté leur contribution.

De quoi constituer une base de réflexion pertinente, au service du renouveau de notre formation. Car le Front National, ce n’est pas d’un côté une base militante et de l’autre côté des cadres déphasés. C’est une même volonté d’ouvrir une nouvelle page pour notre peuple et pour notre pays. Notre refondation, elle, est bien réelle, et vous vous en emparez : la démocratie interne n’est pas un vain mot, et les quelques-uns qui s’y sont soustraits et ont déserté l’ont avant tout fait par peur de devoir assumer leur déconnexion et leur refus de se remettre en question.

Cette refondation est un acte de maturité, de mise à plat et de franchise. Et tout prouve que nous sommes les seuls capables d’effectuer une telle démarche.

Le début de la Présidence Macron est bien l’échec annoncé, et sa déconnexion et son mépris du peuple semblent se distiller par contagion chez l’ensemble des élites de notre pays.

Exemple parmi d’autres, mais ô combien frappant : interrogé sur le financement du terrorisme via les aides sociales, Bruno Dalles, patron de Tracfin, autorité financière liée au Ministère de l’Economie, admettait qu’ « il a pu arriver que les allocations continuent à être versées pour savoir où sont les personnes recherchées ».

Le RSA comme moyen de traque des terroristes, il fallait oser. Nos millions de compatriotes dans la précarité apprécieront, les contribuables encore plus.

Il y a urgence à préparer les échéances à venir. Chaque élection intermédiaire jusqu’à 2022 doit être l’occasion d’une claque démocratique pour cette caste. C’est à vous de nous donner les moyens d’y parvenir !

Front National

Publicités

Scandale ! : les phosphates dans la viande de kebab vont être autorisés

Publié le

goddyn

Communiqué de Sylvie Goddyn, député FN au Parlement européen du 14/12/2017

À la suite d’un vote où la majorité requise n’à pas été atteinte, la Commission va généraliser l’usage des phosphates alimentaires dans les « kebabs ». Et ce, au mépris de la santé des consommateurs puisque ces additifs sont responsables d’une hausse des maladies cardiovasculaires.

Les députés Front National du Parlement européen ont soutenu, ce mercredi 13 décembre 2017, une objection qui s’opposait à cette autorisation des phosphates.

Aujourd’hui la Commission a les mains libres pour le faire !

Les phosphates alimentaires vont permettre de casser les prix d’un secteur qui souffre déjà d’une mauvaise réputation, où les viandes sont majoritairement de mauvaise qualité, saturées en graisses, et enprovenance d’abattoirs halal.

Généraliser l’autorisation de ces additifs, c’est aussi donner une prime aux mauvaises habitudes alimenune mauvaise réputation, où letaires, à l’obésité et au surpoids.

ENL France

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

Publié le

Marine 3

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 13/12/2017

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

63 ans après l’enterrement par l’Assemblée nationale du plan Pléven de création de la Communauté Européenne de Défense (C.E.D.) sous supervision de l’OTAN, le tandem franco-allemand MacronMerkel et l’UE reviennent à la charge pour que la France  abandonne sa souveraineté  militaire afin de réaliser une nouvelle lubie : l’union de la sécurité et de la défense européenne.

C’est ainsi que la Commission européenne vient de signer un accord avec 23 États membres de l’UE qui prend la forme d’une « coopération structurée permanente » en matière de défense (CSP ou PESCO, en anglais). Selon J.C Juncker et F. Mogherini, ce serait « un moment historique pour la défense européenne».

Ce projet de l’UE est tragique pour l’indépendance de la FranceC’est une liquidation de la défense française. Notre patrie est la seule puissance nucléaire continentale en Europe. En 2009, N. Sarkozy avait déjà soumis la France aux États-Unis en l’incorporant au commandement intégré de l’OTAN.

Et maintenant, elle devrait se fondre dans un pacte européen de défense. Les arguments politiques des europhiles sont toujours les mêmes : économiques. Il s’agirait de mutualiser le financement et la production industrielle de matériels militaires.

A l’heure où le risque terroriste islamiste est très élevé sur notre territoire, l’Union européenne pratique une politique ultra-immigrationniste qui aggrave le danger d’attentats.

Enfin, depuis 1945, l’Allemagne est au faîte de sa puissance économique dans l’UE. Avec ce nouveau projet d’Eurodéfense, l’Allemagne se réarmerait pour redevenir une grande puissance militaire. La Francedoit-elle prendre ce risque de vassalisation accrue? Il est donc inconcevable de transférer notre souveraineté militaire nationale à une institution supranationale et encore moins à des pays tiers.

Si E. Macron  entérine par son vote ce projet «d’Eurodéfense» lors du Conseil européen du 14 et 15 décembre prochains, le chef des armées françaises commettra un acte de trahison contre les Français.

En matière de politique de sécurité et de défense nationale, je proposais, à l’inverse d’E. Macron, la construction d’un second porte-avions nucléaire, une hausse du budget militaire portée à plus de 2 % du PIB et précisais que « Notre défense doit être la priorité. C’est une question majeure pour recouvrer notre souveraineté nationale ».

Front National

Souveraineté énergétique : L’Union européenne condamne la France à la fédéralisation

Publié le

 

Commission européenneCommuniqué de presse de Christelle LechevalierSylvie GoddynJoëlle Mélin, et Jean-François Jalkh, députés français au Parlement européen du 12/12/2017

Le Jeudi 7 décembre 2017, les commissions industrie-énergie et environnement du Parlement européen ont validé, à une courte majorité, le texte relatif à la Gouvernance de l’Union de l’énergie qui devra maintenant être adopté en séance plénière.

Ce texte est une atteinte directe à la souveraineté des États en matière de politique énergétique. Il pose les premiers jalons de la fédéralisation du marché de l’énergie et impose la Commission européenne comme chef d’orchestre de ce programme. La Commission aura notamment le droit de juger les politiques et le mix énergétique des États membres au détriment des intérêts nationaux.

Fournissant 77% de l’électricité française, à la source de 400 000 emplois et d’un savoir-faire de pointe pour notre nation, le nucléaire français est directement menacé par ce texte. Le rapporteur a voulu imposer des contraintes aux États en matière d’énergies renouvelables alors que la logique aurait voulu que l’on légifère en promouvant les énergies décarbonées, incluant le nucléaire.

La délégation Front National au Parlement européen s’oppose à ce texte, qui porte une atteinte grave à la souveraineté nationale dans le domaine de l’énergie et est contraire à sa vision d’une coopération libre des États au sein d’une Europe des Nations.

Front National

UE : l’obsession de la mobilité

Publié le

Bilde Dominique Parlement européen

Communiqué de presse de Dominique Bilde, Député européen FN du 11/12/20017

On connaissait déjà l’obsession de Bruxelles pour la mobilité, prétendant que la meilleure solution au chômage serait de rendre les travailleurs mobiles afin qu’ils se déplacent en fonction du marché de l’emploi. Tout doit y concourir. Erasmus+ doit ainsi apprendre à tout Européen à vivre à l’autre bout de l’Europe. Europass doit faciliter la recherche d’un travail au-delà des frontières nationales à l’aide d’un CV à la forme identique pour tous. Bref, l’idée est de faire de nous tous des travailleurs détachés.

Cette mobilité n’est pas au service des travailleurs mais au service des entreprises. Elle ne concerne d’ailleurs pas seulement ceux qui recherchent du travail mais aussi ceux qui sont en poste. Un exemple : l’UE envisage de contraindre tous ses fonctionnaires interprètes basés à Strasbourg d’accepter une mutation à Bruxelles. Peu importe qu’eux et leurs familles y soient installés depuis de nombreuses années, ils paieront le prix d’une mauvaise gestion conduisant le Parlement à siéger à la fois à Strasbourg et Bruxelles. Si l’on ne parle plus de liberté de circulation comme autrefois, mais de « mobilité », c’est tout simplement parce que celle-ci n’est plus choisie mais imposée.

Le dogme est tellement puissant que la « mobilité » devient aussi obligatoire sur le plan professionnel. Le Secrétariat général entend par exemple rendre obligatoire à partir de janvier le changement de poste aux agents permanents des institutions de l’UE en charge de la gestion interne, communément appelés Assistants (AST), lorsqu’ils sont au même poste depuis au moins 7 ans. Peu importe que vous soyez satisfait de votre poste ou que l’on soit content de votre travail, il faut bouger.

A l’heure où l’idéologie du bougisme est remise en cause, l’UE nous ferait-elle une crise de spasmophilie ?

Front National

Non à la gabegie financière de l’UE !

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député FN au Parlement européen du 08/12/2017

L’Union européenne défendue par le président Macron et par Les Républicains est totalement déconnectée de la réalité. Elle dépense sans compter alors que dans le même temps, elle soumet à l’austérité les États européens. En voici cinq exemples.

D’abord, elle vient d’ouvrir à Bruxelles un musée qui s’appelle la « Maison de l’histoire européenne ». Cet outil de propagande a coûté 56 millions d’euros.

Ensuite, l’Union veut ouvrir à Paris une nouvelle « Maison de l’Europe », là encore pour faire sa propagande. Son choix s’est porté sur un bel immeuble néoique situé au n°51 Boulevard Haussmann, dans un beau quartier. Le coût de la location sera de 6 millions d’euros par an. Cette fois, ce ne sera pas un musée mais « un espace de communication pour rapprocher les Européens de l’Union ». Il faudra dépenser en travaux 12 millions d’euros supplémentaires pour adapter l’immeuble à cette destination fumeuse. Pendant que les eurocrates se payent à nos frais un pied-à-terre à Paris, beaucoup de Français se serrent la ceinture et les Grecs vont à la soupe populaire.

Dans le même esprit, l’Union s’apprête à raser et à reconstruire entièrement une partie du Parlement européen de Bruxelles, sous prétexte que le bâtiment, qui n’a que 25 ans, présente des signes de fragilité. Cette fois, il nous en coûtera officiellement 500 millions d’euros. Mais en réalité ce sera probablement plus d’un milliard.

En quatrième lieu, l’Union envisage de dépenser 600 000 euros pour rénover le musée Jean Monnet en France et acquérir le terrain mitoyen pour y construire une « petite maison d’hôtes pour recevoir les invités de conférences », d’après une information publiée le 30 novembre 2017 par le journal Politico.

Enfin, d’après le même journal, le Parlement européen prévoit de créer pour la modique somme d’1 million 900 000 euros, une « maison des citoyens » à Bruxelles pour en faire un espace événementiel et de discussion pour les citoyens européens.

Cette gabegie discrédite l’oligarchie européenne et les partis politiques qui la soutiennent. Le Front national, lui, refuse de l’accepter : il y mettra fin avec ses alliés en substituant à l’Union européenne une Union des nations européennes qui sera respectueuse des intérêts des peuples européens.

Front National

 

Editorial de Steeve Briois, SG du Front National du 08/12/2017

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSG du Front National du 08/12/2017

Chaque jour, et souvent sans bruit, de nouveaux pas sont franchis vers un fédéralisme européen destructeur :

Mercredi, la Commission européenne a présenté ses propositions pour réformer la zone euro : surveillance plus stricte des politiques budgétaires des pays de la zone euro, budget commun, ministre européen de l’Économie et des Finances ou même parlement de la zone euro. L’Allemagne, Bruxelles et E. Macron ne manquent pas d’idées quand il s’agit de détruire la souveraineté des peuples et d’effacer les spécificités des nations.

Jeudi, c’est par la menace et une procédure judiciaire que l’Union européenne a tenté d’imposer ses choix. Le groupe de Višegrad (Hongrie, Pologne et République tchèque) a été renvoyé devant la justice européenne pour avoir refusé de se conformer aux accords européens sur les quotas de migrants. 

Promotion des symboles européens en France, débat sur la création desÉtats-Unis d’Europe relancé en Allemagne, menaces judiciaires à l’Est et projets d’extension du pouvoir économique de Bruxelles… on le voit, les eurofanatiques sont prêts à tout pour relancer l’idée européenne, le tout sans, voire, contre l’avis des peuples et de leurs représentants.

Le Front National, lui, travaillera toujours à la restauration de notre entière souveraineté et de l’indépendance de la France. Ce combat restera prioritaire dans les années à venir, il en va de l’existence même de nos nations et de leurs identités.

Front National