Consommation

Oeufs contaminés : le scandale continue

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Edouard Ferrand ,Sylvie Goddyn et Jean-François Jalkh, Députés français au Parlement européen du 30/08/2017

A la suite des révélations du mois dernier sur la contamination d’oeufs au fipronil, les autorités françaises, néérlandaises et belges ont eu connaissance de l’utilisation d’un autre insecticide, l’amitraze, dans les élevages avicoles. Cet usage est pourtant strictement prohibé dans la filière des volailles.

En dépit de la toxicité avérée de cette substance, la Commission européenne n’a pas jugé bon de donner suite à l’alerte néérlandaise, pourtant lancée dès le 23 août. Ce manquement, qui illustre les profondes défaillances du système européen de surveillance, expose donc le consommateur français à des oeufs potentiellement contaminés importés de Belgique et des Pays-Bas.

Alors que la liste des produits concernés ne cesse de s’allonger, les députés « ENL » encouragent les Français à faire preuve de précaution dans l’attente des conclusions des autorités sanitaires françaises.

Front National

Publicités

Oeufs contaminés : un scandale qui aurait pu être évité

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen du 12/08/2017

L’affaire des oeufs contaminés présente un triple problème sanitaire, juridique et politique.

Tout d’abord sanitaire car le fipronil est une substance active de médicaments vétérinaires de la e des insecticides et acaricides élaborée pour débarrasser les animaux de leurs parasites.

Il n’aurait pas dû être utilisé.

Juridique car son utilisation est interdite dans la chaîne alimentaire en France. Il s’agit donc ici d’une fraude.

Politique car le scandale des œufs est lié à une fraude facilitée par le marché unique et la libre-circulation. Nous pouvons rappeler que le Parlement européen a voté le projet de règlement sur les médicaments vétérinaires qui risque de faciliter ce genre de fraude.

Notre conseil est aujourd’hui d’inviter les Français à consommer de préférence des œufs locaux.

FN-ENL

Nouvelles dérives dans les abattoirs : à quand de vraies mesures ?

Publié le

Logo-belaud

Communiqué de presse du Collectif Belaud-Argos du 29/06/2016

De nouvelles vidéos ont été diffusées aujourd’hui par l’association L214, qui mettent en lumière les nombreuses dérives qui se produisent dans les abattoirs de Pézenas dans l’Hérault et du Mercantour, à Puget­-Théniers dans les Alpes­-Maritimes.

Les détails sordides sont nombreux : veau se débattant deux minutes entières, à moitié décapité, la tête dans un bac de sang, mouton recevant un coup de couteau dans l’œil avant d’être égorgé, égorgements par cisaillement, etc.

Force est de constater que ces deux établissements, comme la plupart des établissements, sont insuffisamment contrôlés et ce alors même que l’abattoir du Mercantour est géré par un syndicat mixte composé d’élus de la commune, du département (notamment le député LR Charles-Ange Ginésy) et de la Chambre d’agriculture.

De manière générale, les élus n’ont pas l’air de bien saisir les enjeux de l’abattage. Le 21 juin dernier, les députés français ont ainsi visité un abattoir hallal qui procédait à des égorgements sans étourdissement préalable, sans qu’ils ne trouvent rien à y redire. Saluons donc le rôle de l’association L214 qui fait le travail que nos élus ne font pas.

En réalité, rien n’est fait pour améliorer les conditions d’abattage des animaux, alors que le diagnostic est pourtant simple : la France compte en effet trop peu d’inspecteurs vétérinaires (moins qu’en Italie par exemple), la formation des personnels n’est pas suffisante, et les dérogations à l’étourdissement obligatoire des animaux (pour les produits issus de l’abattage rituel) devraient être supprimées. Autant de points sur lesquels il est impératif de travailler, plutôt que de s’accorder des satisfecit comme le font les députés français, déterminés qu’ils sont à ce que rien ne change.

Collectif Belaud-Argos