écologie

Glyphosate : Le Front National rappelle la vérité

Publié le

Parlement UE Strasbourg.jpg

Communiqué de presse de la délégation française ENL du 01/12/2017

Bruxelles, le 1er décembre 2017

Dans un article du 28 novembre, le journal Le Monde veut jeter le discrédit sur le Front National. Mélangeant allègrement questions européennes et nationales, s’arrêtant au titre de rapports parlementaires sans les analyser, établissant une liste à la Prévert discutable, le journal a oublié que sa mission était d’informer. Il est donc temps de rétablir la vérité.

La vérité est donc que le Front National soutient un plan de sortie du glyphosate, articulé autour de trois axes indispensables : ne pas pénaliser injustement nos agriculteurs en créant les conditions économiques qui rendent possible l’abandon du glyphosate, permettre l’arrivée rapide de produits de remplacement en finançant la recherche et en accélérant les autorisations, et enfin interdire l’importation de produits alimentaires exposés à cet herbicide.

En vérité, il serait irresponsable de maintenir notre agriculture et l’alimentation mondiale sous la dépendance d’une seule molécule, aujourd’hui contrôlée par des intérêts américains, demain très probablement des intérêts allemands suite à la fusion entre Bayer et Monsanto.

La vérité enfin, c’est que le gouvernement français ne pourra pas lutter contre le dumping intra-européen. Même s’il interdit en France la molécule dans 3 ans, Monsieur Macron est lié par l’UE qui l’obligera à importer des céréales concurrentes à notre production. L’Union européenne montre encore ici qu’elle défend les intérêts des multinationales avant ceux des citoyens.

Il est temps de créer une autre Europe.

Front National

Publicités

Plan de surveillance du CETA : Stop à l’enfumage du ministre de l’écologie !

Publié le

CETA

Communiqué de presse des députés du groupe Front National du 26/10/2017

Echaudé par les critiques pertinentes à l’encontre du CETA, le ministre de l’écologie Nicolas Hulot tente lamentablement de sauver la face en prétendant neutraliser les effets les plus nocifs du traité CETA. Cette annonce gouvernementale n’est pourtant qu’une vaste opération d’enfumage ayant pour objet de contrer les oppositions massives à l’entrée en vigueur d’un accord profondément anti-écologique, dangereux sur le plan sanitaire et qui constitue une menace sans précédent pour les filières bovine, porcine et pour des dizaines d’appellations d’origine protégé.

La seule manière d’empêcher un tel fiasco écologique, alimentaire et social, c’est tout simplement d’obtenir du Parlement qu’il rejette la ratification d’un tel traité. Car si ce dernier entre définitivement en vigueur, alors les mesures de sanction des carburants issus des sables bitumineux, d’interdiction du glyphosate ou encore d’étiquetage du bœuf et du porc canadien pourront être attaqués devant des tribunaux d’arbitrage par les lobbys de défense des intérêts canadiens.

Le Front National demande que le Gouvernement et le Chef de l’État adoptent une position ferme et définitive contre la ratification du traité CETA. Les députés et sénateurs En Marche doivent agir en conscience et refuser d’adopter un tel projet de loi de ratification, contraire au respect de l’accord de Paris mais surtout contraire aux intérêts et à la souveraineté juridique de la France

Front National

Sectarisme politique et préférence pour les multinationales, l’UMPS condamne nos abeilles !

Publié le

goddyn

Communiqué de Sylvie Goddyn, député FN au Parlement européen du 20/10/2017

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a autorisé le 27 septembre dernier deux nouveaux insecticides – le Closer et le Transform – qui contiennent du sulfoxaflor, une substance qui tue les abeilles. Cette autorisation inquiète à juste titre les apiculteurs qui ont demandé à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, de « sortir de sa torpeur » et d’interdire le sulfoxaflor.

Seront-ils entendus ? Rien n’est moins sûr. Pour mémoire, en tant que député européen, j’avais engagé en octobre 2015 une procédure d’urgence pour faire obstacle au sulfoxaflor, qui venait d’être autorisé par la Commission européenne.

D’une manière tout à fait scandaleuse, les députés « UMPS » de la commission Environnement du Parlement européen avaient rejeté ma demande (31 voix Contre / 18 voix Pour / 6 Abstentions), sacrifiant les abeilles et l’environnement parce qu’ils ne voulaient pas voter une proposition émanant du Front National.

S’agissant du Closer et du Transform, je souhaite une large mobilisation des défenseurs de l’environnement, de tous bords politiques, pour relayer l’information le plus largement possible. Ce n’est que par l’information massive du public que l’on pourra pour faire pression sur les autorités publiques. Le silence tue les abeilles autant que les poisons des industries chimiques.

Je vous demande donc de relayer ce communiqué à vos proches pour les sensibiliser à ce nouveau scandale sanitaire.

ENL France

Glyphosate : Collusion de l’UE avec l’industrie chimique

Publié le

Soya Plantation in the Amazon
Plantação de soja na Amazônia

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn, cosigné par Mireille d’Ornano et Jean-François Jalkh, Députés français au Parlement européen du 15/09/2017

L’Union européenne via son agence en charge de la sécurité alimentaire (Autorité européenne de sécurité des aliments -EFSA-) a copié-collé dans son rapport d’évaluation sur la dangerosité du Glyphosate en 2015 des passages entiers d’un autre rapport bien plus confidentiel émis par la Glyphosate TaskForce en 2012 (RMC/BFM 15/09/2017).

Cet organisme est le faux nez de l’industrie chimique et notamment de l’entreprise Monsanto.

Aussi les États membres doivent se prononcer dans trois semaines sur la reconduction de l’autorisation de mise sur le marché du Glyphosate sur la base du rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

En toute collusion, les passages copiés concernent selon les journalistes «des points cruciaux quant à l’impact du glyphosate sur la santé humaine ».

L’EFSA démontre par ces procédés qu’elle n’est plus uneagence indépendante. C’est pourquoi le Front National et ses élus européens demandent l’ouverture d’une commission spéciale temporaire au sein du Parlement européen dans les plus brefs délais.

Prise en défaut, l’Union européenne prouve comme pour les perturbateurs endocriniens, qu’elle est incapable de protéger la santé des Français et de leurs voisins européens face à la puissance des lobbys.

Front National

Communiqué de Jean-François Jalkh cosigné par Mireille d’Ornano et Sylvie Goddyn, Députés FN au Parlement européen

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de Jean-François Jalkh cosigné par Mireille d’Ornano et Sylvie Goddyn, Députés FN au Parlement européen du 15/06/2017

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un rapport encadrant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, s’inscrivant dans le cadre de l’accord de Paris. La délégation FN/RBM au Parlement européen s’est opposée au rapport de M. Gerbrandy, conformément aux positions défendues depuis dix-huit mois et compte tenu du retrait des États-Unis de l’accord de Paris, lequel entraîne sa quasi-nullité.

Le texte est en effet arc-bouté sur la réduction des gaz à effet de serre dans le but de réduire le réchauffement climatique. Le mode opératoire retenu consiste en un système d’enchères écologiques et une plateforme d’investissements qui accélèreront la financiarisation du domaine, sans aucun gage de résultats. Nous plaidons pour la relocalisation de l’économie comme préalable nécessaire à une véritable politique de protection de l’environnement, y compris dans son aspect climatique.

Les contributions financières exigées toucheront d’abord les pays occidentaux, pourtant largement désindustrialisés. De plus, le retrait des États-Unis accroît d’autant le poids financier appelé à peser sur la France. En effet, la modification des niveaux de référence indexés sur le critère du PIB/habitant conduit les pays riches à payer le fruit de leur propre travail et à devoir fournir plus d’efforts de réduction des émissions alors qu’ils supportent déjà l’essentiel de cette diminution à l’échelle de l’Union européenne.

Nous souhaitons que prévale un critère de PIB/émissions.

Conscients des périls immenses qui pèsent sur la santé publique et la protection de l’environnement, nous refusons de soutenir une contrainte à la fois financiarisée et nuisible à l’industrie française, incertaines dans ses résultats pratiques et imposant une autorité internationale dangereuse à l’indépendance des États.

Front National

Rebondir après la décision américaine

Publié le Mis à jour le

Marine 29072016 France 2

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 02/06/2017

Même s’il correspond à un engagement de campagne, le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris est bien sûr regrettable, car il représente un signal globalement négatif sur la nécessaire action en faveur de l’environnement.

Il serait cependant contre-productif de réagir par l’agressivité ou l’abattement. Soyons au contraire capables de repenser le chantier écologique en des termes plus positifs, plus concrets et plus efficaces. Les grands accords internationaux ne suffiront jamais s’il n’est pas mis fin en parallèle aux politiques économiques les plus désastreuses pour la planète, à commencer par les traités internationaux de libre-échange qui poussent au moins-disant environnemental et accroissent la pollution liée aux transports.

Ce sont les circuits courts et la proximité par le patriotisme économique qui seront une réponse efficace à la pollution de l’air, de l’eau et aux scandales sanitaires. C’est l’innovation dans laquelle acteurs publics et privés doivent massivement investir qui permettra une énergie plus propre.

Front National