économie

Macron va-t-il trouver du pétrole ?

Publié le

Macron triste

L’arrivée du très médiatique Nicolas Hulot au gouvernement se voulait un symbole fort de la transition énergétique.

N’a-t-il pas annoncé la fin de la commercialisation des voitures diesel et essence d’ici 2040 ?

C’est dommage puisqu’il se pourrait bien que M. Macron finisse par trouver du pétrole, pour reprendre l’expression d’André Santini commentant la chute dans les sondages d’une certaine Edith Cresson.

En effet le factotum de l’UE enregistre une nouvelle baisse de popularité de 7 points, après celle de 10 points le mois précédent.

Selon la dernière enquête d’opinion commanditée par le Huffington Post etCNews,  il ne reste plus que 36%  de Français à juger positivement l’action de M. Macron. Sans doute obtiendrait-il un meilleur résultat chez les « migrants ».

A ce rythme il risque de battre le record de ses prédécesseurs.

Nous avions déjà expliqué les raisons de cette chute, qui risque de s’accélérer au fur et à mesure que les Français vont comprendre l’imposture dont ils ont été les victimes consentantes, et le véritable projet qui anime M. Macron.

Sans parler de l’amateurisme d’un grand nombre de ses députés, de ses ministres souvent loin d’être à la hauteur.

Enfin à la rentrée, le gouvernement va devoir aborder les sujets qui fâchent, comme la loi travail, loi Macron II qu’ils veulent faire passer en force, alors que la loi Macron I (dite loi El Khomri ou El Macron) est à peine appliquée et n’a fait l’objet d’aucune évaluation.

Il ne suffira plus alors de montrer les jambes de Brigitte Macron en couverture de Paris Match pour maintenir la popularité du couple élyséen.

Jupiteux va bientôt se retrouver face à la réalité, et les Français découvrir que le roi est nu.

Le Front National sera au rendez-vous pour rassembler tous ceux qui refusent cette politique désastreuse.

Le 04/08/2017

FN 41

Nationalisation de STX France : une décision bienvenue mais restons vigilants

Publié le

flamme-3Communiqué de presse du Front National du 27/07/2017

Le Front National salue la décision du gouvernement de nationaliser les chantiers de Saint-Nazaire, conformément à ce que nous réclamions depuis des années, au nom de la préservation des intérêts stratégiques et industriels de la France.

Depuis 2006, les chantiers de Saint-Nazaire ont en effet été victimes du manque de vision stratégique de l’Etat, passant entre les mains d’actionnaires étrangers (norvégiens puis coréens), manifestement instables et peu fiables. Aujourd’hui, le danger était que les chantiers passent sous le contrôle de leur principal concurrent italien, le groupe Fincantieri, aux intentions potentiellement hostiles. Dans ce contexte, la nationalisation des chantiers, qu’elle soit temporaire ou non, apparaissait comme la seule décision pertinente pour protéger nos intérêts nationaux et préserver les savoir-faire et l’emploi.

La France a besoin d’un État stratège, avec une vision claire, capable d’agir pour protéger mais aussi développer notre industrie, dans tous les domaines.

Nous espérons à présent que cette décision du gouvernement ne sera pas retoquée par la Commission européenneet que l’Etat assumera jusqu’au bout ses responsabilités, sans dérobade ni faux semblant.

Front National

Énergie : l’arnaque européenne et la soumission du gouvernement

Publié le

Philippot Dijon 050514

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 20/07/2017

Nicolas Hulot a annoncé avant-hier deux décisions imposées par l’Union européenne qui vont considérablement nuire aux Français.

D’abord, la fin des tarifs réglementés dans le gaz, au nom de la sacro-sainte concurrence voulue par Bruxelles. L’introduction de la concurrence dans le secteur de l’énergie a été présentée aux Français commeun gage de service optimal et de prix bas. C’est évidemment l’inverse qui s’est produit : les prix explosent, les arnaques se multiplient, les citoyens sont désorientés. Alors que la précarité énergétique devrait être une priorité absolue pour préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens etprotéger notre environnement, le gouvernement se soumet aux injonctions ultra-libérales venues de Bruxelles aux dépens des Français.

L’autre décision, c’est la scandaleuse privatisation des barrages hydroélectriques. Elle est aberrante pour deux raisons : la première, c’est que les barrages sont bien gérés et la concurrence n’améliorera rien. La seconde, c’est qu’un barrage représente un danger important si jamais il est mal entretenu. La France se souvient encore du drame de Malpasset et de ses 423 victimes, le 2 décembre 1959.

Pour éviter une autre catastrophe de ce genre, il est indispensable que la sécurité soit une priorité dans la gestion des barrages, avant la recherche du profit maximal. Or, le secteur privé est par nature enclin à chercher le plus grand profit possible. C’est à la puissance publique d’assurer son rôle et de garantir la sécurité absolue des citoyens. Encore une fois, on va dépouiller le peuple du patrimoine qu’il a construit pour enrichir des entreprises privées qui auront à cœur de bien rémunérer leurs actionnaires et non de bien servir les Français.

L’Union européenne continue à imposer ses dogmes sans rencontrer aucune résistance de la part du gouvernement ou du président de la République.

Nous voulons que la France retrouve la maîtrise de son secteur énergétique et investisse pour les générations à venir de façon responsable et intelligente, en privilégiant le bien commun et le service public.

Front National

Maladie de Lyme: L’urgence d’un plan efficace pour les malades et d’une réelle politique de recherche médicale

Publié le Mis à jour le

goddyn

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn, Cosigné par Jean-François Jalkh et Mireille D’Ornano, Députés français au Parlement européen (Commission Environnement) du 12/07/2017

Dans la droite ligne des discours creux et des effets d’annonce vidés de leurs sens, le gouvernement français a souligné par sa ministre de la Santé début Juillet, « les avancées réalisées » dans le cadre du plan de lutte contre la maladie de Lyme.

Une réunion d’où les représentants des malades sont sortis déçus et choqués par un énième « exercice de communication ».

L’augmentation du nombre de tiques et de leurs morsures est directement responsable de l’ampleur de cette maladie. Mais l’inaction, le manque de moyen et le désintérêt des pouvoirs publics pour cette maladie « rurale » aggravent la situation des malades et de leurs familles.

En tant que député français au Parlement Européen, je demande que le plan de lutte contre cette maladie permette réellement de la soigner et de la prendre en charge. Qu’enfin une vraie politique de lutte contre ce fléau se substitue aux incantations et aux opérations épisodiques de prévention.

Front National

Questions écrites à Monsieur le Ministre de l’Agriculture par Louis Aliot le 12/07/2017

Publié le

aliot-louis-fn

M. Louis Aliot attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la situation difficile des producteurs de pêche du Roussillon, obligés de déverser une partie de leur production sur la voie publique pour se faire entendre de leur gouvernement ! Leur action légitime vise à dénoncer le dumping des fruits venus d’Espagne, qui sont vendus sur le marché intérieur espagnol à un prix raisonnable, mais qui dès qu’ils traversent notre frontière, sont vendus à des prix défiant toute concurrence. Cette situation inacceptable doit mobiliser les pouvoirs publics après les difficultés rencontrées par d’autres producteurs victimes de la même concurrence déloyale.

– Que comptez-vous faire pour défendre nos agriculteurs victimes de cette concurrence déloyale à l’intérieur de l’Europe ?
– Allez-vous interpeller les instances européennes afin qu’elles prennent dans les plus brefs délais les mesures appropriées afin que cesse ce scandale ?
– Enfin, quelles sont les mesures que vous comptez prendre pour contraindre la grande distribution à ne plus « jouer » à une forme « de bourse agricole européenne » sur le dos des agriculteurs français du Roussillon ?

—————-

M. Louis Aliot interroge M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les retards de paiement des aides PAC de plus en plus importants et qui s’accumulent depuis 2015. La situation est particulièrement problématique sur les aides Bio et les MAEC dont les annuités 2015 n’ont toujours pas été payées et pour lesquelles le versement vient d’être à nouveau différé à novembre 2017.

Cela fait donc plus d’un an que l’Etat Français ne remplit pas ses engagements et pénalise ainsi de trop nombreuses exploitations. Par ailleurs il est question de mars 2018 en ce qui concerne les paiements des MAEC et des aides à l’agriculture biologique de 2016, le paiement des aides PAC 2017 étant quant à lui prévu en février 2018.

– Ces retards ont des conséquences sur la vie et le quotidien des agriculteurs qui perdent beaucoup d’argent et différent leurs projets de développement.
– Où est passé l’argent de la PAC qui a été versé par Bruxelles au moment où la Cour des Comptes relève des insincérités dans les comptes de la Nation ?
– Pourriez-vous m’indiquer dans des délais assez brefs l’état des versements perçus par la France au titre des aides PAC depuis 2014 ?

Front National

Coupes budgétaires : la sécurité des Français scandaleusement sacrifiée

Publié le

Flamme large

Communiqué de Presse du Front National du 11/07/2017

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a livré ce matin le détail des coupes sèches prévues dans le budget de l’Etat, appliquant docilement l’austérité exigée par la Commission européenne.

Ainsi, sur les 4,5 milliards d’euros de coupes budgétaires annoncées, plus du tiers (soit 1,5 milliard d’euros) proviendront des trois ministères chargés d’assurer la sécurité des Français (Armées, Intérieur et Justice).

Cet arbitrage scandaleux met en lumière tout le cynisme du président Macron qui s’était engagé à faire de la sécurité une « priorité » de son action, assurant que les budgets afférents seraient « sanctuarisés ».

On voit à présent qu’il n’en sera rien. En plein État d’urgence, le gouvernement trahit une nouvelle promesse de campagne, rognant massivement les moyens affectés à notre sécurité collective.

Dans le cas du ministère des Armées, les choses sont encore plus révoltantes. Le président Macron avait en effet promis pendant la campagne de porter le budget des Armées à 2% du PIB d’ici 2025. Alors que cet objectif déjà très lointain aurait nécessité un effort progressif et constant, le premier geste du gouvernement consiste à amputer de 850 millions d’euros le budget des Armées, ce qui revient à reculer la ligne de départ avant même le début de la course.

Nous sommes désormais certains que cette promesse de campagne ne sera pas respectée, elle non plus.

Dans ce contexte, nous l’affirmons sans détour : les terroristes n’ont rien à craindre d’un pouvoir politique qui méprise à ce point sa parole et la sécurité des Français.

Le Front National exige qu’un nouvel arbitrage soit rendu, préservant l’intégralité du budget de ces trois ministères absolument prioritaires.

Front National

Fermeture de réacteurs nucléaires : Nicolas Hulot dans la démagogie la plus crasse

Publié le

philippot-lorraine

Communiqué de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 10/07/2017

L’annonce par le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, de la fermeture possible de 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025 est une folie aussi démagogique que dangereuse.

En effet,les centrales nucléaires françaises assurent à notre pays une autonomie énergétique des plus précieuses et permettent aux Français de bénéficier d’une électricité parmi les moins chères en Europe.

Fermer autant de réacteurs en un temps aussi court est donc particulièrement irresponsable et se fera soit au détriment du pouvoir d’achat des Français, soit au détriment de la planète, soit les deux, s’il s’agit d’importer de l’électricité en provenance des centrales à charbon allemandes par exemple.

Si l’on peut s’entendre sur une diminution très progressive de la part du nucléaire dans notre production énergétique, et à condition de trouver une énergie propre et française de substitution, les centrales françaises ont pour l’heure besoin d’investissements importants de l’État pour sécuriser et pérenniser leurs installations, pas d’un retrait aussi brutal.

Après avoir capitulé en rase campagne devant l’Union européenne sur la question des perturbateurs endocriniens, l’on se demande si Nicolas Hulot ne cherche pas tout simplement à se rattraper auprès des écologistes les plus extrémistes, par une attitude anti-nucléaire particulièrement dogmatique et contraire à nos intérêts.

Front National