Édouard Philippe

Macron : ni force ni ordre

Publié le Mis à jour le

Bilde Bruno bureau

Communiqué de presse de Bruno Bilde, Député du Pas-de-Calais du 19/10/2017

Macron : encore de la communication ; à quand l’action ?

Faut-il que M. Macron soit à ce point dénué d’imagination pour nous servir, en guise de projet de sécurité publique, un tel chapelet de poncifs : dans un inventaire à la Prévert, il nous propose de renouer avec des mesures qui ont toutes été essayées et qui ont toutes échoué, comme la police de proximité, rebaptisée pour l’occasion, ou le énième plan de lutte contre le malaise dans la police. Comme si la réponse policière seule suffisait, le président fait l’impasse sur la politique pénale ou carcérale qui constitue pourtant le cœur du problème de la délinquance.

Un président hors-sol

Avec ce plan, M. Macron montre une vision hors-sol : il nous parle de « plan de dé radicalisation » quand il faudrait un plan contre l’islamisation ; il nous dit « accueil des migrants » quand il faudrait un moratoire sur l’immigration, première cause de l’insécurité ; il nous dit « abaissement de l’état d’urgence » quand la menace terroriste se fait plus pressante. Il nous parle de « sentiment d’insécurité » quand les Français subissent des agressions effectives et demandent des mesures pour faire respecter la loi républicaine.

Des mesurettes inefficaces ne font pas une politique

Bruno Bilde, Député Front National du Pas-de-Calais, dénonce l’indigence irresponsable de ce plan qui ne peut tenir lieu de politique. Il demande que soit mise en place sans plus tarder une politique de tolérance zéro (certitude des poursuites, des condamnations et des peines) qui s’accompagnera, pour les délinquants étrangers, d’une expulsion automatique.

Front National

Publicités

Agressions de pompiers : mettre fin à l’impunité !

Publié le

Pompiers ambulance

Communiqué de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône du 16/10/2017

Nieul (Charente), Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Nîmes (Gard)… : les agressions contre nos pompiers se multiplient sur l’ensemble du territoire national, notamment dans les zones de non-droit pudiquement baptisées « quartiers sensibles ». En 2015, 1939 pompiers ont en effet déclaré avoir été agressés en intervention : une hausse de 21% par rapport à 2014, et de 80% par rapport à 2009 !

Pour les assaillants, l’objectif est évidemment de contrôler des territoires et les soustraire à l’autorité de l’Etat pour protéger leurs trafics illégaux. Symbole de l’Etat, les pompiers sont donc ciblés, mais également les patrouilles de police ou les tournées des postiers.

Le Front National rappelle son attachement à nos soldats du feu. Symptomatique d’un ensauvagement de notre pays, le problème des agressions contre les pompiers doit être combattu.

Rompre avec le laxisme judiciaire en durcissant les peines contre les voyous qui agressent les dépositaires de l’autorité publique, suspendre les allocations familiales des familles de délinquants, réinvestir les « quartiers sensibles » avec des forces de police reconstituées et soutenues, et enfin – parce qu’il serait naïf de le cacher ! – en finir avec une politique d’immigration sauvage : telles sont nos solutions pour rétablir l’autorité de l’Etat sur chaque mètre carré du territoire !

Front National

Réaction de Marine Le Pen à l’intervention du Président de la République du 15/10/2017

Publié le

Marine 29072016 France 2

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 15/10/2017

Lors d’une intervention ponctuée de tunnels technocratiques du niveau d’un Premier ministre, nous avons vu un président qui tente laborieusement de s’expliquer sur son jugé presque unanimement méprisant ou suffisant et sur des systèmes qui apparaissent au fil des explications comme des usines à gaz.

Sur le fond, il a confirmé son projet de construction d’une société nomade avec des priorités réaffirmées en boucle :

Pousser les salariés à démissionner plus facilement en leur ouvrant le droit à l’indemnisation, forcer les chômeurs à travailler même loin de chez eux, traquer les épargnants appelés à placer leurs économies au casino, désigner comme cibles les propriétaires immobiliers, aller chercher le prétendu magot des offices HLM censés -selon son expression – détenir des rentes.

Sa démonstration se heurte à des incohérences notoires : comment résoudre, comme il le prétend, le problème du logement en décourageant l’investissement dans la pierre ? Comment faire croire qu’en augmentant la CSG, il augmente le pouvoir d’achat des retraités ?

Le Front National, qui a entendu le président promettre de discuter de l’expulsion de délinquants en situation irrégulière, lui rappelle que le séjour illégal est en soi un acte qui, à lui seul, mérite une reconduite systématique à la frontière.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, l’attend de pied ferme sur ce sujet et le met au défi d’étendre ce débat à l’ensemble de la politique d’immigration qui ruine le pays et accroît tous les jours le risque terroriste qui pèse sur nos compatriotes .

Front National

Personnes âgées violemment agressées par des migrants : maintenant ça suffit

Publié le

Drapeau FN 2

Communiqué de Presse du Front National du 14/10/2017

A quelques jours d’intervalle, l’agression ultraviolente à coups de couteau d’une personne âgée à Oloron-Sainte-Marie et le viol d’une octogénaire à Montauban par des migrants soulèvent l’effroi et l’indignation.

Effroi et indignation, car une fois encore, une fois de trop, le lien sanglant entre l’immigration sauvage, anarchique et l’insécurité est dramatiquement démontré.

Effroi et indignation, car la responsabilité des autorités françaises et européennes, initiatrices de ces politiques migratoires est engagée.

Alors qu’il a déjà été prouvé que des terroristes se sont infiltrés dans les colonnes ininterrompues de migrants pour semer la mort et le chaos sur le territoire français, il est désormais avéré que certains de ces migrants sont des assassins qui n’hésitent pas à s’en prendre aux plus fragiles de nos compatriotes.

Face à cette inquiétante et insupportable recrudescence de la violence liée à l’immigration, le Front National enjoint le gouvernement à prendre immédiatement les mesures de sécurité publique qui s’imposent :

– Arrêt total de l’arrivée de nouveaux migrants et/ou prétendus réfugiés sur le territoire.
– Expulsion immédiate de tout étranger en situation irrégulière.
– Recouvrement de notre souveraineté territoriale par la maîtrise permanente de nos frontières.

Cette politique qu’exige la sûreté du peuple français doit s’accompagner d’une dénonciation de la folle politique de la Commission européenne qui prévoit d’accélérer l’installation de 50 000 nouveaux migrants dans les pays de l’Union européenne.

Front National

Pour un renforcement de la sécurité de nos centrales nucléaires

Publié le

T111I_centrales2906chap

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Mylène Troszczynski, députés français au Parlement européen du 13/10/2017

Ce Jeudi 12 Octobre, des membres de Greenpeace se sont introduits sur le site d’une centrale nucléaire en Lorraine. L’ONG voulait démontrer la « vulnérabilité » des sites nucléaires en France.

Pour les activistes, ce genre d’opération est loin d’être une première, et l’évènement aurait pu passer relativement inaperçu s’il ne s’était pas terminé par un feu d’artifice.

Les autorités françaises et EDF ont voulu minimiser cette atteinte évidente à la sécurité et à la sûreté de notre pays. De toute évidence, nos centrales nucléaires ne sont pas suffisamment protégées.

Alors que nous sommes confrontés au terrorisme, que la circulation illégale d’armes de guerre est en augmentation, et que des groupes terroristes ont appelé à viser nos infrastructures, les députés Front National au Parlement européen demandent le renforcement de la sécurité de nos centrales nucléaires.

Elles sont la clé de voûte de notre souveraineté énergétique, et le gouvernement français doit mettre en place des moyens d’urgence afin de les sécuriser correctement.

Front National

A Rungis, Emmanuel Macron fait la leçon aux agriculteurs ruinés !

Publié le

Loiseau Ferrand

Communiqué de presse de Édouard Ferrand et Philippe Loiseau, députés français au Parlement européen, membres de la Comagri du 12/10/2017

2018, une nouvelle année perdue pour les agriculteurs français.

En renonçant à renforcer la position des agriculteurs avant l’ouverture des négociations commerciales qui fixeront les prix des denrées alimentaires pour les mois à venir, Emmanuel Macron les condamne à  voir leur situation s’aggraver !

En 2016, ils sont un tiers à avoir gagné moins de 350 euros par mois quand des milliers d’autres ont fait faillite. Pire, plus de 700 d’entre eux se sont suicidés sur leur exploitation.

La vérité, c’est qu’Emmanuel Macron est l’obligé de ceux qui l’ont porté au pouvoir, à commencer par les grandes surfaces, les grands groupes alimentaires et les centrales d’achat.

La vérité, c’est que l’élu des bienheureux de la mondialisation sauvage veut accélérer la conclusion de désastreux traités commerciaux négociés parBruxelles qui ruinent nos agriculteurs.

La vérité, c’est que celui qui épargne l’ISF aux spéculateurs boursiers, mais pas aux propriétaires fonciers, ne veut pas remettre en cause les « paquets  » agricoles mettant les producteurs à la merci des conglomérats et autres cartels.

Pire encore, au chantage d’une hypothétique révision de la construction des prix, Macron propose une « restructuration » des filières dont on ne connaît aucune caractéristique.

En résumé, le système Macron, pour les agriculteurs comme pour l’ensemble des Français, c’est en marche, permanente, contre les intérêts de la France.

Front National

GEMAPI : l’État se désengage en chargeant fiscalement les communes et donc les contribuables !

Publié le

aliot

Communiqué de presse de Louis Aliot, Député des Pyrénées-Orientales du 11/10/2017

La loi du 27 janvier 2014 a donné la compétence de gestion des risques d’inondation aux communautés de communes ou aux agglomérations.

L’État s’est ainsi désengagé de sa mission de protection des citoyens sur les communes regroupées. Ce transfert de compétences s’est fait sans aucun transfert des moyens financiers.

Simultanément à ce transfert, le gouvernement a diminué les dotations aux communes. Ce qui signifie une hausse des dépenses obligatoires et une baisse des aides de l’État.

Pour compenser, le gouvernement a utilisé les mêmes recettes depuis 30 ans : la création d’une taxe.

La taxe GEMAPI a ainsi vu le jour et va être prélevée dès 2018.

L’État a donc confié une nouvelle responsabilité aux communes, mais ne donne aucun moyen pour la réaliser.

Mais dans ce système, que deviennent les petites communes, qui même regroupées, n’auront pas les moyens de protéger les citoyens de ces risques. La ruralité sera, encore, traitée comme une zone non prioritaire. Les oubliés de la ruralité commencent à être nombreux à se soucier de ce manque d’attention qui est une atteinte à l’égalité des citoyens.

C’est ainsi que par exemple la Communauté Urbaine de Perpignan a voté une taxe à hauteur de 20 € qui viendra amputer le budget des familles et aura une incidence néfaste sur le pouvoir d’achat et le dynamisme de l’économie locale.

Cette aggravation de la fiscalité locale est désastreuse pour l’avenir de la ruralité et la prospérité de ses habitants et de ses entreprises.

La logique du désengagement de l’État aggrave la situation budgétaire des finances locales et charge un peu plus l’effort fiscal du contribuable déjà trop fortement sollicité, ce qui est inadmissible.

Front National