Emmanuel Macron

Politique de la France et de ses alliés dans le conflit irako-syrien : les révélations s’accumulent, le gouvernement reste muet

Publié le


Marine AssembleenationaleCommuniqué de presse de Marine Le Pen, député du Pas-de-Calais, Présidente du Front National du 15/12/2017

Pas un jour sans que la presse révèle des faits soulignant l’ambigüité des pays occidentaux dans le conflit irako-syrien et donc dans la lutte contre l’Etat Islamique.

Avant-hier, l’entreprise Lafarge, accusée d’avoir payé  Daesh pour pouvoir continuer son business, expliquait que le gouvernement via le Ministère des Affaires étrangères était tout à fait au courant ; la révélation d’hier, encore plus grave, nous confirmait que des armes fournies par les États-Unis et ses alliés (et donc la France) avaient in fine atterri dans les mains des djihadistes de l’Etat Islamique.

Le Front National a toujours dénoncé cette politique de soutien à des rebelles syriens modérés, car il savait que ces soi-disant modérés étaient au mieux complices des islamistes et au pire eux-mêmes djihadistes. Rappelons-nous les propos de M. Fabius sur Al-Nosra!

Marine Le Pen a déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale le 13 octobre 2017 une proposition de résolution demandant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le rôle du ministère des Affaires étrangères dans ce conflit. Elle n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Suite aux annonces formulées par l’Union Européenne de déblocage de fonds pour la reconstruction de la Syrie, Marine Le Pen a sollicité le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 24 novembredernier, là encore pas de réponse du gouvernement.

Les différentes révélations sur le conflit syrien montrent jour après jour qu’un certain nombre de choix stratégiques se sont avérés désastreux pour la paix dans cette région. Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, Marine Le Pen demande au gouvernement des explications sur ses choix politiques passés et futurs.

Front National

Publicités

Wauquiez à la tête des Républicains : la politique, c’est pas du toc !

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSecrétaire Général du Front National du 15/12/2017

Les Français n’ont vraiment plus aucun enthousiasme pour ces politiques usés, devenus maîtres de la duplicité et de l’artifice.

Wauquiez est à ce titre un cas d’école. Formé en politique par l’ancien vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot, il est lui-même ancien ministre des Affaires européennes de Sarkozy et Fillon. Il est fondamentalement et intrinsèquement un européiste zélé et à l’opportunisme notoire, dont la fermeté et le semblant d’authenticité ne sont jamais que stratégiques.

Son élection à la tête des Républicains dimanche dernier va permettre de révéler ce qu’est devenue cette pseudo-droite de la compromission et des arrangements perpétuels. Loin d’une campagne interne destinée à séduire les adhérents et militants de LR fondamentalement proches de nos positions, il se recentrera à vitesse grand V et montrera le visage qui est le sien depuis le début de sa carrière politique. Et l’enthousiasme de la base électorale de LR, sincère et optimiste, se délitera avec la même célérité.

Ils croyaient à un projet de fermeté sur l’immigration, sur l’insécurité, sur la lutte contre le terrorisme, sur notre souveraineté ? Ils auront laxisme, langue de bois et frilosité. Comme toujours avec cette droite d’apparence, le cocufiage est un projet de grande ampleur.

De son côté, Marine Le Pen conserve une côte de sympathie auprès des adhérents et sympathisants plus forte qu’aucun autre responsable de parti. Le Front National reste la seule force politique capable de rendre à nos compatriotes les clés de leur destin. L’engouement pour la refondation  est chaque jour un peu plus fort, comme en témoigne le nombre impressionnant de réponses au questionnaire : près de30 000 exemplaires déjà retournés, plus de la moitié des adhérents ont donc d’ores et déjà apporté leur contribution.

De quoi constituer une base de réflexion pertinente, au service du renouveau de notre formation. Car le Front National, ce n’est pas d’un côté une base militante et de l’autre côté des cadres déphasés. C’est une même volonté d’ouvrir une nouvelle page pour notre peuple et pour notre pays. Notre refondation, elle, est bien réelle, et vous vous en emparez : la démocratie interne n’est pas un vain mot, et les quelques-uns qui s’y sont soustraits et ont déserté l’ont avant tout fait par peur de devoir assumer leur déconnexion et leur refus de se remettre en question.

Cette refondation est un acte de maturité, de mise à plat et de franchise. Et tout prouve que nous sommes les seuls capables d’effectuer une telle démarche.

Le début de la Présidence Macron est bien l’échec annoncé, et sa déconnexion et son mépris du peuple semblent se distiller par contagion chez l’ensemble des élites de notre pays.

Exemple parmi d’autres, mais ô combien frappant : interrogé sur le financement du terrorisme via les aides sociales, Bruno Dalles, patron de Tracfin, autorité financière liée au Ministère de l’Economie, admettait qu’ « il a pu arriver que les allocations continuent à être versées pour savoir où sont les personnes recherchées ».

Le RSA comme moyen de traque des terroristes, il fallait oser. Nos millions de compatriotes dans la précarité apprécieront, les contribuables encore plus.

Il y a urgence à préparer les échéances à venir. Chaque élection intermédiaire jusqu’à 2022 doit être l’occasion d’une claque démocratique pour cette caste. C’est à vous de nous donner les moyens d’y parvenir !

Front National

Le FN de Loire-Atlantique précise sa position sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Publié le Mis à jour le

Notre-Dame-des-Landes

Communiqué de presse du Front National de la Loire-Atlantique du 14/12/2017

Ce projet de transfert aéroportuaire qui dure depuis quarante ans doit être tranché définitivement. Le référendum, tronqué de par son périmètre, doit être élargi à tous les payeurs, et donc à la Région Bretagne, ainsi qu’à l’ensemble des départements des Pays de la Loire.

En effet, la nécessité d’un transfert d’aéroport est plus que douteuse sur plusieurs points et beaucoup d’habitants de Vendée ou de Sarthe, ne veulent pas de cet aéroport, comme en témoigne la lettre de Philippe de Villiers au Gouvernement.

En effet, l’aéroport de Nantes Atlantique (NTE) est suffisant et peut-être agrandi avec un allongement de piste. Il est suffisant pour aller jusqu’à dix millions de voyageurs, comme l’aéroport de Stuttgart ou Genève. Aujourd’hui, nous n’avons que cinq millions de voyageurs, et l’aérogare peut facilement être agrandie.

Le bilan carbone de NTE est satisfaisant.

L’impact des nuisances sonores est limité, du fait des avions beaucoup moins bruyants depuis dix ans.

Les collectivités endettées ne peuvent supporter le coût de ce transfert, sans compter qu’il faut ajouter deux franchissements de la Loire (un milliard d’euros), et que les études sur ces nouveaux ponts ne font que commencer.

Les coûts des infrastructures routières et ferroviaires pour desservir Notre-Dame-des-Landes ont été éludés dans le coût global du projet. Or, cela pourrait aller jusqu’à trois milliards d’euros (selon le Canard enchaîné).

Un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, c’est l’hyper-métropolisation qui continue, avec une augmentation du foncier et  des loyers à  Bouguenais, défavorisant ainsi les catégories populaires et les es moyennes.

C’est la double peine sur le plan écologique, avec la suppression des zones humides qui contribuent pourtant, à la qualité de l’eau par la dépollution, et qui limitent les risques d’inondation et de sécheresseet avec la « bétonisation » de NTE, qui devenant constructible fera l’objet de programmes immobiliers.

Ce transfert vers Notre-Dame-des-Landes cause un problème de conflits d’intérêts : si le projet est réellement rentable, pourquoi a-t-il besoin de fonds privés et pourquoi un partenariat public-privé (PPP) ? Et comment se fait-il que Vinci construise l’aéroport et récupère la gestion de l’aéroport pendant cinquante ans ?

L’évacuation de la ZAD est une nécessité. L’État de droit doit prévaloir sur tout le territoire nationale. Les zadistes sont responsables de beaucoup de dégradations dans le centre de Nantes, il faut donc évacuer cette ZAD et mettre ces personnes hors d’état de nuire.

Nous redisons donc notre opposition à ce projet ruineux, notre volonté qu’un référendum plus large consulte les Ligériens et les Bretons et que la ZAD soit évacuée, aéroport ou pas d’ailleurs.

FN 44

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

Publié le

Marine 3

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 13/12/2017

Le projet «d’Eurodéfense» de Macron sera une trahison de la France !

63 ans après l’enterrement par l’Assemblée nationale du plan Pléven de création de la Communauté Européenne de Défense (C.E.D.) sous supervision de l’OTAN, le tandem franco-allemand MacronMerkel et l’UE reviennent à la charge pour que la France  abandonne sa souveraineté  militaire afin de réaliser une nouvelle lubie : l’union de la sécurité et de la défense européenne.

C’est ainsi que la Commission européenne vient de signer un accord avec 23 États membres de l’UE qui prend la forme d’une « coopération structurée permanente » en matière de défense (CSP ou PESCO, en anglais). Selon J.C Juncker et F. Mogherini, ce serait « un moment historique pour la défense européenne».

Ce projet de l’UE est tragique pour l’indépendance de la FranceC’est une liquidation de la défense française. Notre patrie est la seule puissance nucléaire continentale en Europe. En 2009, N. Sarkozy avait déjà soumis la France aux États-Unis en l’incorporant au commandement intégré de l’OTAN.

Et maintenant, elle devrait se fondre dans un pacte européen de défense. Les arguments politiques des europhiles sont toujours les mêmes : économiques. Il s’agirait de mutualiser le financement et la production industrielle de matériels militaires.

A l’heure où le risque terroriste islamiste est très élevé sur notre territoire, l’Union européenne pratique une politique ultra-immigrationniste qui aggrave le danger d’attentats.

Enfin, depuis 1945, l’Allemagne est au faîte de sa puissance économique dans l’UE. Avec ce nouveau projet d’Eurodéfense, l’Allemagne se réarmerait pour redevenir une grande puissance militaire. La Francedoit-elle prendre ce risque de vassalisation accrue? Il est donc inconcevable de transférer notre souveraineté militaire nationale à une institution supranationale et encore moins à des pays tiers.

Si E. Macron  entérine par son vote ce projet «d’Eurodéfense» lors du Conseil européen du 14 et 15 décembre prochains, le chef des armées françaises commettra un acte de trahison contre les Français.

En matière de politique de sécurité et de défense nationale, je proposais, à l’inverse d’E. Macron, la construction d’un second porte-avions nucléaire, une hausse du budget militaire portée à plus de 2 % du PIB et précisais que « Notre défense doit être la priorité. C’est une question majeure pour recouvrer notre souveraineté nationale ».

Front National

Non à la gabegie financière de l’UE !

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député FN au Parlement européen du 08/12/2017

L’Union européenne défendue par le président Macron et par Les Républicains est totalement déconnectée de la réalité. Elle dépense sans compter alors que dans le même temps, elle soumet à l’austérité les États européens. En voici cinq exemples.

D’abord, elle vient d’ouvrir à Bruxelles un musée qui s’appelle la « Maison de l’histoire européenne ». Cet outil de propagande a coûté 56 millions d’euros.

Ensuite, l’Union veut ouvrir à Paris une nouvelle « Maison de l’Europe », là encore pour faire sa propagande. Son choix s’est porté sur un bel immeuble néoique situé au n°51 Boulevard Haussmann, dans un beau quartier. Le coût de la location sera de 6 millions d’euros par an. Cette fois, ce ne sera pas un musée mais « un espace de communication pour rapprocher les Européens de l’Union ». Il faudra dépenser en travaux 12 millions d’euros supplémentaires pour adapter l’immeuble à cette destination fumeuse. Pendant que les eurocrates se payent à nos frais un pied-à-terre à Paris, beaucoup de Français se serrent la ceinture et les Grecs vont à la soupe populaire.

Dans le même esprit, l’Union s’apprête à raser et à reconstruire entièrement une partie du Parlement européen de Bruxelles, sous prétexte que le bâtiment, qui n’a que 25 ans, présente des signes de fragilité. Cette fois, il nous en coûtera officiellement 500 millions d’euros. Mais en réalité ce sera probablement plus d’un milliard.

En quatrième lieu, l’Union envisage de dépenser 600 000 euros pour rénover le musée Jean Monnet en France et acquérir le terrain mitoyen pour y construire une « petite maison d’hôtes pour recevoir les invités de conférences », d’après une information publiée le 30 novembre 2017 par le journal Politico.

Enfin, d’après le même journal, le Parlement européen prévoit de créer pour la modique somme d’1 million 900 000 euros, une « maison des citoyens » à Bruxelles pour en faire un espace événementiel et de discussion pour les citoyens européens.

Cette gabegie discrédite l’oligarchie européenne et les partis politiques qui la soutiennent. Le Front national, lui, refuse de l’accepter : il y mettra fin avec ses alliés en substituant à l’Union européenne une Union des nations européennes qui sera respectueuse des intérêts des peuples européens.

Front National

 

Editorial de Steeve Briois, SG du Front National du 08/12/2017

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSG du Front National du 08/12/2017

Chaque jour, et souvent sans bruit, de nouveaux pas sont franchis vers un fédéralisme européen destructeur :

Mercredi, la Commission européenne a présenté ses propositions pour réformer la zone euro : surveillance plus stricte des politiques budgétaires des pays de la zone euro, budget commun, ministre européen de l’Économie et des Finances ou même parlement de la zone euro. L’Allemagne, Bruxelles et E. Macron ne manquent pas d’idées quand il s’agit de détruire la souveraineté des peuples et d’effacer les spécificités des nations.

Jeudi, c’est par la menace et une procédure judiciaire que l’Union européenne a tenté d’imposer ses choix. Le groupe de Višegrad (Hongrie, Pologne et République tchèque) a été renvoyé devant la justice européenne pour avoir refusé de se conformer aux accords européens sur les quotas de migrants. 

Promotion des symboles européens en France, débat sur la création desÉtats-Unis d’Europe relancé en Allemagne, menaces judiciaires à l’Est et projets d’extension du pouvoir économique de Bruxelles… on le voit, les eurofanatiques sont prêts à tout pour relancer l’idée européenne, le tout sans, voire, contre l’avis des peuples et de leurs représentants.

Le Front National, lui, travaillera toujours à la restauration de notre entière souveraineté et de l’indépendance de la France. Ce combat restera prioritaire dans les années à venir, il en va de l’existence même de nos nations et de leurs identités.

Front National

Suite au rapport PIRLS, démonstration de force du service communication de M. Blanquer

Publié le

Forum Ecole et Nation

Communiqué du Forum Ecole et Nation du 05/12/2017

Mardi 5 décembre, l’IEA* (Association internationale pour l’évaluation de la réussite scolaire) a rendu public son dernier rapport. Réalisé en 2016 auprès d’un large échantillon d’écoliers de 10 ans (niveau CM1) dans 50 pays développés, ce document souligne les très graves carences du système scolaire français. Bien qu’il faille toujours rester prudent face aux ements internationaux (qui, par leur approche chiffrée, ont forcément des biais méthodologiques), le rapport PIRLS** est accablant pour notre pays. ée seulement 34e, la France est l’un des seuls pays où le niveau de lecture baisse (par rapport à la précédente étude datée de 2011/2012). Ce ement, dont les conclusions ont été largement médiatisées, corrobore les observations de nombreux enseignants.

Face à cette nouvelle alerte, les services de M. Blanquer ont organisé un contre-feu médiatique immédiat : conférence de presse du Ministre et diffusion d’un plan com’ intitulé « maîtriser le français : une exigence pour tous ». Le ministère souhaite montrer qu’il répond rapidement et massivement au rapport PIRLS. Les visuels et les slogans vantent « une réponse d’urgence » et « un volontarisme pédagogique pour tous les élèves ».

Pourtant le long catalogue des mesures ne comporte presque aucune annonce nouvelle et se contente de compiler toutes les décisions prises par M. Blanquer bien avant la publication du rapport : dédoublement des es de CP/CE1 des réseaux prioritaires, création d’un conseil scientifique (présidé par M. Dehaene), nomination d’une nouvelle Présidente du CSP (après la démission de M. Lussault), opération « un livre pour les vacances », la maternelle décrétée « école du langage », recours aux « stages de réussite » pendant les vacances, dispositif devoirs faits… Ces mesures, dont certaines sont intéressantes, ne sont pas réellement une réaction au constat fait par l’IEA.

Quant à la promesse d’une dictée quotidienne, il faut rester très prudent car une telle annonce a déjà été faite en 2015 et n’a jamais été mise en œuvre. Sans grande originalité, ce plan annonce la tenue de conférences (sur « la production d’écrits par les élèves », sur la maternelle, sur le rôle des ATSEM…), la rédaction de « recommandations » (sur la pratique quotidienne de la lecture, l’orthographe, la grammaire, sur le choix des manuels…), la production de supports pédagogiques et une énième modification de l’évaluation des élèves.

De telles mesures, prévues pour la plupart avant la conférence de presse de M. Blanquer, ne sont pas forcément inutiles mais ont démontré depuis des décennies leurs limites.

Cette communication tous azimuts ne doit pas faire oublier l’essentiel : notre système éducatif est en crise profonde, résultat des politiques calamiteuses menées par les gouvernements successifs. Ecole & Nation se félicitera de toutes les mesures positives qui pourront être prises par Jean-Michel Blanquer mais restera extrêmement vigilant quant à la réalité de sa politique. Le plan « maîtriser le français : une exigence pour tous » démontre que le nouveau ministre est un communiquant très actif. Cependant les Français sont en droit d’attendre des résultats concrets. C’est pour contrôler ces résultats et pour apporter notre contribution que nous nous mobilisons dès vendredi 8 décembre autour de Marine Le Pen.

Pour consulter la méthodologie du rapport PIRLS (texte en anglais) : https://timssandpirls.bc.edu/publications/pirls/2016-methods.html

* International Association for the Evaluation of Educational Achievement.

** Progress in International Reading Literacy Study.

Forum Ecole et Nation