Etat Islamique

L’attaque islamiste de Saint-Etienne-du-Rouvray aurait pu être évitée : le gouvernement doit apporter des réponses !

Publié le

Bay 6 sept 2017

Communiqué de presse de Nicolas BayVice-président du Front NationalDéputé français au Parlement européen du 05/01/2018

Une enquête journalistique fouillée vient révéler ce jour de probables dysfonctionnements d’une rare gravité dans la chaîne opérationnelle du renseignement antiterroriste. Ainsi, non seulement le projet d’attaque ayant conduit au terrible assassinat du père  Hamel, et ses auteurs, auraient pu être identifié et stoppé, mais de surcroît, certains éléments de la hiérarchie de la DRPP auraient sciemment falsifié, en les antidatant, des documents démontrant leurs manquements dans cette affaire.

Cette ignoble attaque islamiste, par sa dimension symbolique, avait profondément traumatisé tous les Français. L’enquête journalistique, révélant des éléments diffusés sur les réseaux sociaux par l’un des deux tueurs islamistes, démontre que l’attaque d’une église et même de celle de Saint-Etienne-du-Rouvray avaient déjà été évoquées.

Président du groupe Front National au Conseil régional de Normandie, ancien élu municipal de la commune voisine d’Elbeuf, je m’associe pleinement à la question écrite adressée par le député Gilbert Collardau Premier ministre ce jour. Toutes les réponses doivent être apportées, toutes les responsabilités doivent être identifiées et sanctionnées, toutes les mesures doivent être prises afin que cela ne se reproduise plus jamais.

Front National

Publicités

Politique de la France et de ses alliés dans le conflit irako-syrien : les révélations s’accumulent, le gouvernement reste muet

Publié le


Marine AssembleenationaleCommuniqué de presse de Marine Le Pen, député du Pas-de-Calais, Présidente du Front National du 15/12/2017

Pas un jour sans que la presse révèle des faits soulignant l’ambigüité des pays occidentaux dans le conflit irako-syrien et donc dans la lutte contre l’Etat Islamique.

Avant-hier, l’entreprise Lafarge, accusée d’avoir payé  Daesh pour pouvoir continuer son business, expliquait que le gouvernement via le Ministère des Affaires étrangères était tout à fait au courant ; la révélation d’hier, encore plus grave, nous confirmait que des armes fournies par les États-Unis et ses alliés (et donc la France) avaient in fine atterri dans les mains des djihadistes de l’Etat Islamique.

Le Front National a toujours dénoncé cette politique de soutien à des rebelles syriens modérés, car il savait que ces soi-disant modérés étaient au mieux complices des islamistes et au pire eux-mêmes djihadistes. Rappelons-nous les propos de M. Fabius sur Al-Nosra!

Marine Le Pen a déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale le 13 octobre 2017 une proposition de résolution demandant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le rôle du ministère des Affaires étrangères dans ce conflit. Elle n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Suite aux annonces formulées par l’Union Européenne de déblocage de fonds pour la reconstruction de la Syrie, Marine Le Pen a sollicité le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 24 novembredernier, là encore pas de réponse du gouvernement.

Les différentes révélations sur le conflit syrien montrent jour après jour qu’un certain nombre de choix stratégiques se sont avérés désastreux pour la paix dans cette région. Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, Marine Le Pen demande au gouvernement des explications sur ses choix politiques passés et futurs.

Front National

Lettre de Marine Le Pen à M. le Ministre des Affaires étrangères du 01/12/2017

Publié le

Marine Assembleenationale

Lettre de Marine Le Pen à M. le Ministre des Affaires étrangères du 01/12/2017

Objet : Plan d’aide à la reconstruction de la Syrie

Monsieur le ministre,

Les défaites successives de l’Etat Islamiste en Irak et en Syrie et la reconquête des territoires occupés marquent un tournant dans la guerre qui ravage cette région depuis des années.

Même si la Paix est encore loin, la fin de l’occupation territoriale de Daesh est la première étape pour le rétablissement d’une vie normale dans ces zones.

Depuis la fin des hostilités on assiste à un retour des réfugiés dans les zones où la guerre et plus largement les violences se sont estompées (cf. Déclaration du HCR de juin 2017).

L’Union Européenne a lancé une action fortement dotée pour aider à la reconstruction de la Syrie (« le processus de Bruxelles ») ; c’est sur cette action que je souhaiterais avoir quelques précisions.

Il me semble en effet indispensable de ne pas réitérer les graves erreurs qu’ont été le soutien politique à des rebelles soi-disant modérées et la fourniture d’armes directe ou indirecte à des organisations peu fiables voire terroristes.

Ces erreurs ont clairement participé à entretenir ces conflits dans la durée.

Ainsi je souhaite tout d’abord connaitre la position de la France sur ce dossier et plus globalement la politique mise en œuvre sur le sujet de l’aide à la reconstruction en Syrie.

Pourriez-vous me préciser quels sont les montants concernés par cette action et quelle sera la répartition entre l’Union Européenne et les États membres.

Pourriez-vous m’indiquer si des fonds ont déjà été débloqué et le cas échéant à qui ont-ils été versés.

Ces fonds seront ils versés directement ou via des intermédiaires ? Si ce sont via des intermédiaires, lesquels ? Quelles seront les interactions avec les autorités syriennes légitimes et avec l’opposition ?

Ensuite, je souhaiterais connaitre les critères qui seront retenus pour l’attribution de ces fonds

La fin de l’état Islamiste est certes une bonne nouvelle mais Il est nécessaire que les erreurs du passé ne soient pas réitérés et que ces fonds ne servent pas à poursuivre la guerre civile qui ravage la Syrie et dont notre pays, que ce soit de façon directe et indirecte, en subit les conséquences.

Je vous prie de croire, Monsieur le ministre, à l’expression de mes salutations distinguées.

Front National

Communiqué de presse de Marine Le Pen et du Front National du 24/11/2017

Publié le

Marine 11112017

Communiqué de presse de Marine Le Pen et du Front National du 24/11/2017

Le terrorisme islamiste vient encore de semer la mort en Egypte, massacrant au moins 235 personnes et blessant plusieurs centaines d’autres dans la mosquée Al-Rawda située au nord du Sinaï.

Cette mosquée est connue pour appartenir au soufisme, un courant mystique de l’islam, considéré comme hérétique par le groupe Etat Islamique qui est omniprésent dans la péninsule et contre lequel le gouvernement égyptien mène une guerre sans merci depuis plusieurs années.

Cet islamisme aveugle et criminel qui entend éliminer tout ce qui n’est pas lui, franchit un nouveau degré dans l’horreur. L’attentat a fauché des innocents venus prier paisiblement, parmi lesquels un grand nombre de policiers et de militaires égyptiens.

Le Front National et sa présidente  condamnent fermement cet acte odieux et présentent leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple égyptien.

Cette tuerie nous rappelle dramatiquement que les défaites successives de l’organisation Etat Islamique en Irak et en Syrie ne doivent pas nous faire baisser la garde ; le terrorisme se poursuivra par d’autres moyens et sur d’autres théâtres. Plus que jamais, la France, tout en prenant enfin à bras le corps la lutte contre cette idéologie mortifère sur son propre sol, doit se tenir aux côtés de tous les pays qui font du combat contre le fondamentalisme islamiste une priorité, à commencer par l’Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi.

Front National

Attentats du 13 novembre : derrière le recueillement, la nécessité d’agir enfin

Publié le

Flamme large

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint Just, Membre du Bureau exécutif du Front National, Président du groupe FN au Conseil régional d’Ile-de-France du 13/11/2017

Ce 13 novembre, la France se recueille et se souvient des victimes du terrorisme islamiste de l’attentat du Bataclan à Paris. Si le devoir de mémoire est indispensable, 2 ans après ces tragiques évènements, force est de constater que l’émotion l’emporte malheureusement toujours sur l’action et que les signaux envoyés sont des plus inquiétants.

Ce sont les associations de victimes, quasiment abandonnées par l’Etat, et dont les responsables jettent l’éponge les uns derrière les autres. Ce sont les conditions de détention du seul terroriste survivant qui ont été assouplies. Ce sont les très rares mosquées salafistes fermées qui s’apprêtent à rouvrir leur porte, avec la fin de l’Etat d’urgence. C’est le communautarisme, plus que jamais présent dans nos villes et jusque dans nos campagnes.

Le plus bel hommage aux victimes du 13 novembre ce ne sont pas des cérémonies, c’est une lutte acharnée contre l’idéologie à l’origine de ce terrorisme barbare : Expulsion des fichés S étrangers pour radicalisation, fermeture des lieux de cultes radicaux, inscription du refus du communautarisme dans notre Constitution.

Des gestes forts sont possibles, les Français ont compris que seul le Front National est capable de mener ce nécessaire combat.

Front National

Procès Merah, levée d’immunité de Marine le Pen et budget 2018 sur l’immigration: le bal des tartuffes !

Publié le

Briois 2017

Éditorial de Steeve Briois, SG du Front National du 10/11/2017

Chers amis,

Sept jours seulement se sont écoulés pendant lesquels trois évènements m’ont interpellé. Trois évènements qui illustrent le désarmement moral et matériel de notre pays, au moment où la menace terroriste n’a jamais été aussi forte. Arrêtons-nous tout d’abord sur l’emblématique procès Merah. Abdelkader Merah n’a été condamné qu’à une peine de 20 ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. 20 ans de prison avec une peine de sûreté de 13 ans, c’est indécent. Cette condamnation sonne comme une véritable insulte à la mémoire des victimes du monstre Merah et un grave aveu de faiblesse à l’heure où des centaines de djihadistes partis combattre aux côtés de Daesh, s’apprêtent à revenir en France. Cette décision de justice démontre surtout que notre arsenal pénal est totalement périmé et ne correspond plus au standard nécessaire à la lutte antiterroriste.

Comme Marine le Pen l’a rappelé, le terrorisme islamiste n’est pas un crime de droit commun comme un autre, mais un acte de guerre contre la France. Il doit donc être traité comme tel au moyen d’un droit spécifique, de juridictions dédiées et d’un arsenal de sanctions exemplaires. Pourquoi par exemple ne pas revoir à la hausse l’échelle des peines lorsqu’un tel personnage est condamné pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ? A un tel chef d’inculpation doit désormais correspondre la perpétuité ou à tout le moins une peine de 30 ans de prison. Mais surtout, il faut désormais rechercher la culpabilité des familles, car nous ne pouvons plus laisser impunis, des comportements éducatifs qui font la part belle à la haine de la France, aux sympathies pour l’islam radical et au refus ostensible de respecter les valeurs de la République. Comme le préconisait en son temps le regretté Charles Pasqua, il faut maintenant « terroriser les terroristes » !

Ce n’est semble-t-il pas le chemin qu’a emprunté le bureau de l’Assemblée nationale, préférant lever l’immunité parlementaire de notre présidente et député Marine le Pen pour la publication de tweets dénonçant les exactions de Daesh. Une levée d’immunité sans débat et sans audition de l’intéressée, prise par des députés « En Marche » adeptes de l’esprit munichois. Des députés godillots aux ordres d’un Emmanuel Macron plus soucieux de museler une opposante politique, que de combattre les islamistes ou même sanctionner ses propres parlementaires dont certains commettent des agressions physiques ou publient des photos faisant l’apologie de la haine anti-flic.

Dans cette affaire, c’est la liberté d’expression de chaque député qui est gravement menacée et donc la démocratie représentative qui est attaquée.

Puisque nous évoquons l’actualité de l’Assemblée nationale, il convient de souligner un fait notable : vos députés Front National et parmi eux, Bruno Bilde et Ludovic Pajot ont été les seuls à déposer et défendre à l’Assemblée nationale, des amendements pour contrer les orientations de la mission immigration du projet de loi de finances de 2018. Les députés « les Républicains » ont pour leur part brillé par leur absence et leur inconstance. En effet, sur les 100 députés que compte le groupe LR, seuls 2 étaient présents. Ils n’ont déposé aucun amendement et ont même refusé de voter  ceux du Front National, contredisant une fois de plus leur discours prétendument « sécuritaire ».

Pourtant, la mission évoquée diminue de 7 millions € les crédits alloués à la lutte contre l’immigration clandestine et augmente de 300 millions € les programmes d’accueil des migrants sur notre sol, allant même jusqu’à proposer de financer un véritable « pass avantages migrants ». Pass qui inclut des programmes d’alphabétisation et des aides pour l’accès à l’emploi, au sport et à la culture…

Vous avez dit tartufferie ?

Front National

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Député du Pas-de-Calais, présidente du Front National du 08/11/2017

Publié le

Marine 3
Communiqué de presse de Marine Le Pen, Député du Pas-de-Calais, présidente du Front National du 08/11/2017 

Suite à la demande formulée par Madame Nicole Belloubet, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le bureau de l’Assemblée nationale a décidé ce jour la levée de mon immunité parlementaire.

Le gouvernement actuel s’inscrit ainsi une nouvelle fois dans la continuité du précédent, car c’est Bernard Cazeneuve, alors ministre socialiste de l’Intérieur, qui avait saisi la justice dans cette affaire de liberté d’expression politique.

En effet, souhaitant dénoncer le parallèle ignoble établi entre le Front National et l’Etat islamique sur le plateau de BFMTV en décembre 2015, j’avais publié sur le réseau Twitter des photos des exactions de l’organisation terroriste, photos montrant l’horrible réalité de ces crimes.

En s’associant à cette opération politique menée hier par unministre socialiste et aujourd’hui par une ministre en marche, les deux étant résolument engagés dans un combat violent contre le Front national, le bureau de l’Assemblée nationale affiche une volonté clairement revendiquée de persécuter une adversaire politique et de tenter de museler celle qui incarne l’opposition et l’alternative au pouvoir en place.

Au moment où la France est la cible permanente des attentats islamistes, où nos compatriotes sont sauvagement assassinés par les tueurs de l’Etat islamique, il est pour le moins scandaleux que l’Assemblée nationale feigne d’ignorer le fond de cette affaire et cherche à lui donner une connotation totalement étrangère au but qui était poursuivi.

Le pouvoir et ceux qui le servent entendent donner à cette affaire une tournure politique. Un procès sera donc l’occasion de dénoncer publiquement les agissements monstrueux de l’Etat islamique, mais également les défaillances coupables des pouvoirs publics.

Front National