Gilles Lebreton

Non à la gabegie financière de l’UE !

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député FN au Parlement européen du 08/12/2017

L’Union européenne défendue par le président Macron et par Les Républicains est totalement déconnectée de la réalité. Elle dépense sans compter alors que dans le même temps, elle soumet à l’austérité les États européens. En voici cinq exemples.

D’abord, elle vient d’ouvrir à Bruxelles un musée qui s’appelle la « Maison de l’histoire européenne ». Cet outil de propagande a coûté 56 millions d’euros.

Ensuite, l’Union veut ouvrir à Paris une nouvelle « Maison de l’Europe », là encore pour faire sa propagande. Son choix s’est porté sur un bel immeuble néoique situé au n°51 Boulevard Haussmann, dans un beau quartier. Le coût de la location sera de 6 millions d’euros par an. Cette fois, ce ne sera pas un musée mais « un espace de communication pour rapprocher les Européens de l’Union ». Il faudra dépenser en travaux 12 millions d’euros supplémentaires pour adapter l’immeuble à cette destination fumeuse. Pendant que les eurocrates se payent à nos frais un pied-à-terre à Paris, beaucoup de Français se serrent la ceinture et les Grecs vont à la soupe populaire.

Dans le même esprit, l’Union s’apprête à raser et à reconstruire entièrement une partie du Parlement européen de Bruxelles, sous prétexte que le bâtiment, qui n’a que 25 ans, présente des signes de fragilité. Cette fois, il nous en coûtera officiellement 500 millions d’euros. Mais en réalité ce sera probablement plus d’un milliard.

En quatrième lieu, l’Union envisage de dépenser 600 000 euros pour rénover le musée Jean Monnet en France et acquérir le terrain mitoyen pour y construire une « petite maison d’hôtes pour recevoir les invités de conférences », d’après une information publiée le 30 novembre 2017 par le journal Politico.

Enfin, d’après le même journal, le Parlement européen prévoit de créer pour la modique somme d’1 million 900 000 euros, une « maison des citoyens » à Bruxelles pour en faire un espace événementiel et de discussion pour les citoyens européens.

Cette gabegie discrédite l’oligarchie européenne et les partis politiques qui la soutiennent. Le Front national, lui, refuse de l’accepter : il y mettra fin avec ses alliés en substituant à l’Union européenne une Union des nations européennes qui sera respectueuse des intérêts des peuples européens.

Front National

 

Publicités

Les décisions contestables de Jean-Michel Blanquer

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, Député européen FN du 08/09/2017

Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education nationale nommé par Emmanuel Macron, était l’invité de Laurent Ruquier samedi soir sur France 2. La twittosphère a apprécié son intervention en lui décernant un flot de compliments inhabituels : compétence, clarté, détermination, humilité, pragmatisme, etc.

Ce bon accueil ne m’étonne pas car je connais personnellement l’homme, que j’ai rencontré quand nous étions deux jeunes professeurs de droit public, et je reconnais qu’il ne manque pas de qualités. Mais sera-t-il vraiment un bon ministre de l’Education nationale ?

Certes,il apparaît plus raisonnable que son catastrophique prédécesseur Najat Vallaud-Belkacem, ce qui n’est pas très difficile. C’est ainsi, par exemple, qu’il a décidé de rétablir les es bilangues, comme le demandait le Front National.

Mais il a aussi pris d’autres décisions qui augurent mal de l’avenir. Son idée d’accueillir les élèves en musique pour rétablir « l’harmonie » dans les es paraît farfelue, et n’est en tout cas pas à la hauteur de l’enjeu quand on constate par exemple l’emprise de l’islamisme radical dans beaucoup d’établissements. Quant à sa volonté de supprimer les devoirs à la maison pour les remplacer par des devoirs faits en e, elle risque d’aboutir en pratique à la diminution de la somme d’efforts exigée des élèves et semble donc de nature à renforcer la politique de nivellement par le bas que droite et gauche ont pratiquée depuis plusieurs décennies. Son projet d’alléger le bac en le réduisant à quatre épreuves encourt d’ailleurs le même reproche car il va décrédibiliser encore davantage ce diplôme qu’il faudrait au contraire revaloriser.

Ces quelques exemples montrent en définitive à l’évidence que Jean-Michel Blanquer ne sera pas le grand ministre de l’Education nationale que le peuple cherche.

Front National

Le Parlement européen tente d’interférer dans la campagne législative de Marine Le Pen !

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de Gilles Lebreton, député FN au Parlement européen du 14/06/2017

Le parquet d’Aix-en-Provence a demandé au Parlement européen de lever l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, accusée d’avoir diffamé Christian Estrosi.

Saisie de cette demande, la commission des affaires juridiques du Parlement, dans laquelle j’ai l’honneur de siéger, s’est réunie le soir du lundi 12 juin. Le rapporteur du dossier étant absent pour cause de mission officielle au Kosovo, elle aurait dû repousser l’examen de la demande. Mais de façon scandaleuse, elle a décidé de dessaisir l’infortuné rapporteur de son dossier, de nommer un nouveau rapporteur, et de charger celui-ci de rédiger son rapport dans la nuit du lundi au mardi !

J’ai bien entendu protesté en comparant ce coup de force à l’instauration illégale d’une sorte d’état d’urgence au sein du Parlement, et en dénonçant la violation de toutes les procédures démocratiques.

Rien n’y a fait. Le rapport a été rendu le matin du mardi 13 juin, ce qui a permis à la commission des affaires juridiques de se réunir l’après-midi du même jour et de voter la levée d’immunité de Marine Le Pen. L’objectif est de toute évidence de permettre à l’assemblée plénière du Parlement de confirmer la levée d’immunité de Marine Le Pen le jeudi 15 juin pour perturber sa campagne législative.

Informée de cette décision, Marine Le Pen a exprimé sa satisfaction qu’on lui donne ainsi l’occasion de faire le procès de Monsieur Estrosi et de tous les élus qui frayent au quotidien avec les organisations fondamentalistes.

Gilles Lebreton

Les quatre handicaps de Macron le 27/01/2017

Publié le