Hauts-de-France

Politique de la France et de ses alliés dans le conflit irako-syrien : les révélations s’accumulent, le gouvernement reste muet

Publié le


Marine AssembleenationaleCommuniqué de presse de Marine Le Pen, député du Pas-de-Calais, Présidente du Front National du 15/12/2017

Pas un jour sans que la presse révèle des faits soulignant l’ambigüité des pays occidentaux dans le conflit irako-syrien et donc dans la lutte contre l’Etat Islamique.

Avant-hier, l’entreprise Lafarge, accusée d’avoir payé  Daesh pour pouvoir continuer son business, expliquait que le gouvernement via le Ministère des Affaires étrangères était tout à fait au courant ; la révélation d’hier, encore plus grave, nous confirmait que des armes fournies par les États-Unis et ses alliés (et donc la France) avaient in fine atterri dans les mains des djihadistes de l’Etat Islamique.

Le Front National a toujours dénoncé cette politique de soutien à des rebelles syriens modérés, car il savait que ces soi-disant modérés étaient au mieux complices des islamistes et au pire eux-mêmes djihadistes. Rappelons-nous les propos de M. Fabius sur Al-Nosra!

Marine Le Pen a déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale le 13 octobre 2017 une proposition de résolution demandant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le rôle du ministère des Affaires étrangères dans ce conflit. Elle n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Suite aux annonces formulées par l’Union Européenne de déblocage de fonds pour la reconstruction de la Syrie, Marine Le Pen a sollicité le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 24 novembredernier, là encore pas de réponse du gouvernement.

Les différentes révélations sur le conflit syrien montrent jour après jour qu’un certain nombre de choix stratégiques se sont avérés désastreux pour la paix dans cette région. Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, Marine Le Pen demande au gouvernement des explications sur ses choix politiques passés et futurs.

Front National

Publicités

Questionnaire de la refondation : un succès déjà acté !

Publié le

FB_IMG_1512306859671

Communiqué de presse de Steeve BrioisSecrétaire général en charge de l’organisation du Congrès du 13/12/2017

Il y a maintenant un mois, et après une longue séquence électorale à l’issue de laquelle notre mouvement a franchi un palier jamais atteint, nous lancions de manière inédite une grande consultation de nos adhérents.

Cette consultation, une des étapes de la refondation souhaitée par notre Présidente, Marine Le Pen, a pris la forme d’un questionnaire envoyé à nos 51 487 adhérents à jour de cotisation au 19 novembre. Ce document de 80 questions aborde tous les sujets relatifs au fonctionnement de notre mouvement, à son organisation et à nos propositions pour construire le projet du Front National de demain.

Après la grande affluence enregistrée lors de chaque étape de la tournée des régions de Marine Le Pen, l’opération « questionnaire de la refondation » peut déjà être considérée comme un grand succès ! Face à un nombre exceptionnel de retours (27 371 à ce jour et dans l’attente de réponses supplémentaires des Outre-mer et des Français de l’étranger) des militants bénévoles de nos fédérations franciliennes ont été sollicités pour procéder à l’ouverture de ces milliers de contributions.

Les opérations de dépouillement commencent dès cette semaine  au siège du Front National et en parallèle s’ouvre une nouvelle étape de la refondation : nos 18 ambassadeurs se rendront dans chaque fédération à l’écoute des élus, cadres et fidèles militants.

Cette mobilisation exceptionnelle à chaque étape, et dont le point d’orgue sera observé lors de notre Congrès à Lille les 10 et 11 mars prochains, portera, j’en suis sûr, ses fruits lors des prochains scrutins.

Front National

Classement du bassin minier en bassin urbain à redynamiser : la victoire du vote Front National !

Publié le

Drapeaux BBR

Communiqué de presse des députés Front National du bassin minier du 06/12/20017

L’Assemblée Nationale vient d’adopter l’article 13 du projet de loi de finance rectificative pour l’année 2017 qui prévoit la création de dispositifs d’exonération fiscale au profit du bassin minier. Cette mesure fiscale est une victoire sans précédent pour les électeurs du Front National. L’élection de cinq députés soutenus par Marine le Pen a créé un électrochoc et instauré un véritable rapport de force avec le nouveau gouvernement. Ce que les édiles socialistes étaient incapables d’obtenir pendant le quinquennat Hollande, la simple élection des députés du Front National a permis en moins de six mois, d’obtenir un ement du bassin minier en bassin urbain à redynamiser.

Le principe d’une exonération du paiement de l’impôt sur les sociétés, de la taxe foncière, de la cotisation foncière et sur la valeur ajoutée des entreprises créée à partir du 1er janvier 2018 va dans le bon sens. Il est un préalable nécessaire, mais non suffisant à la revitalisation économique d’un territoire qui a payé le prix fort de la désindustrialisation et des délocalisations.

– Non suffisant, car il n’est pas garanti dans le temps et ne permettra donc pas d’assurer un effet levier optimal en matière de création d’entreprises. Pour garantir l’exonération de l’impôt sur les sociétés pour au moins cinq ans, les députés du Front National ont déposé un amendement rejeté par le gouvernement, prorogeant ce dispositif jusqu’en 2022.

– Non suffisant, car la moitié de l’exonération de la taxe et de la cotisation foncières devra être supportée par les communes, qui n’en ont plus les moyens. Là encore, les députés du Front national ont déposé un amendement rejeté par le gouvernement, demandant que la prise en charge de l’exonération incombe entièrement à l’Etat et non à des collectivités territoriales qui ont largement pris leur part dans la réduction des dépenses publiques.

Malgré le sectarisme du Gouvernement, les députés du Front National ont dans l’intérêt des populations, voté en faveur de l’article 13 du projet de loi de finances rectificative. De plus, ils présenteront très prochainement des propositions concrètes au nouveau délégué interministériel en charge du bassin minier et se mettront à disposition de tous les maires de leur circonscription pour les accompagner dans la communication des dispositifs d’exonération fiscale. L’enjeu pour le renouveau du bassin minier commande désormais l’action collective au-delà des clivages partisans.

Front National

La Voix du Nord condamnée pour avoir censuré un droit de réponse de la municipalité FN d’Hénin-Beaumont

Publié le

 

Briois PEjpg

Communiqué de la municipalité FN d’Hénin-Beaumont du 30/11/2017

La Cour d’appel de Douai, dans un arrêt du 28 novembre 2017, a condamné Gabriel d’Harcourt, directeur de la publication de la Voix du Nord, pour avoir censuré un droit de réponse de la mairie d’Hénin-Beaumont et de deux adjoints de Steeve Briois.

La Voix du Nord devra verser 1 500 euros à la mairie et à ses élus. Le journal devra également insérer le droit de réponse ainsi qu’un communiqué judiciaire dans un délai d’un mois.

Depuis des mois, la municipalité FN d’Hénin-Beaumont et ses élus sont systématiquement mis en cause par la Voix du Nord qui invente des polémiques à répétition. Ce traitement discriminatoire n’est appliqué à aucune autre ville dans la région.

En début de mois, un nouveau palier a été franchi avec la participation du responsable de l’agence Héninoise de la Voix du Nord à un meeting anti-FN à Strasbourg en compagnie d’une élue d’opposition. Au cours de cette soirée, le Maire d’Hénin-Beaumont a été violemment pris à partie par les orateurs, dont le journaliste de la Voix du Nord sans jamais laisser la possibilité à Steeve Briois de s’exprimer.

La municipalité d’Hénin-Beaumont se félicite de cette décision judicaire contre la censure de la Voix du Nord. Ce journal monopolistique dans la région a donné des consignes de vote aux dernières régionaleset prend régulièrement en otage ses lecteurs et abonnés par un militantisme politique très à gauche.

Front National

Cinéma français : la cigarette partie en fumée ?

Publié le

Chenu AN 1

Communiqué de presse de Sébastien Chenu, Député de la 19ème circonscription du Nord du 23/11/2017

L’année 2020 semble se profiler comme étant celle de la lutte contre le tabac. Déjà engagée à augmenter le prix du paquet de cigarettes à 10 euros à cette date, la ministre de la Santé souhaite désormais réduire l’apparition de la cigarette dans le cinéma français, car elle n’y « comprend pas l’importance de la cigarette ».

Mme Buzyn se lance dans une croisade idéologique contre la cigarette, dans la plus grande indifférence de la ministre de la Culture. Elle s’attaque à la liberté individuelle et notamment à la liberté artistique. En effet, il s’agit de faire disparaître la figuration des fumeurs dans une logique d’aseptisation du cinéma français.

Considérer qu’il faut interdire la vision de la cigarette au motif que sa présence amènerait les jeunes à fumer est tout à fait liberticide. Par souci de cohérence, nous invitons Mme Buzyn à aller au bout de sa logique en interdisant la présence d’alcool dans les films, ainsi que les homicides et agressions dans les films policiers. Il faut alors bannir courageusement Les Tontons flingueurs, les films de Jean-Paul Belmondo et une bonne partie des œuvres de la Nouvelle Vague.

Front National

Nouvelle délocalisation intra-européenne, les salariés français encore une fois victimes de la financiarisation de l’économie

Publié le Mis à jour le

Marine 3

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Député du Pas-de-Calais, Présidente du Front National du 14/11/2017

Il faut croire que les cadeaux du gouvernement, dans la lignée du précédent, faits pour les grandes entreprises ne suffisent plus à l’appétit vorace des financiers. Ainsi, malheureusement pour les salariés français, les semaines se suivent et se ressemblent ! Cette semaine c’est au tour des salariés de Castorama de se retrouver sur la sellette !

Le groupe , propriétaire des magasins Castorama et Brico Dépôt, a annoncé que les services de compatibilité et de gestion allaient être regroupés en Pologne.

Traduisez, ces services coûtent trop cher en France et vont être délocalisés. Selon les syndicats plusieurs centaines de postes sont menacés, c’est-à-dire plusieurs centaines de familles des Hauts de France concernées !

Avec plus de 18 000 salariés en France, le Groupe Kingfisher a pu bénéficier pleinement du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Or, le CICE avait été mis en place pour préserver l’emploi ! Nous réclamons que si cette délocalisation était confirmée, le Groupe Kingfisher rembourse ce qu’il a perçu au titre duCICE. Plus généralement, nous réclamons que tout abaissement de charges soit conditionné à un maintien durable de l’emploi !

Il faut en finir avec cette vision ultralibérale de l’économie défendue par les financiers, vision dans laquelle les salariés ne sont que de simples lignes budgétaires ! Il est temps également de mettre un terme à cette course aux bas coûts salariaux, course encouragée par l’Union européenne et son ouverture totale des frontières, course que le gouvernement a pleinement intégrée avec ses ordonnances de réforme du droit du travail !

Enfin, le cas des salariés de Castorama dans la lignée de celui de Whirpool, souligne bien que l’Union européenne dans sa forme actuelle ne protège nullement les salariés ! Il est plus qu’urgent de réformer l’organisation politique et économique de l’Europe pour que les nations européennes puissent enfin mettre en œuvre pour les peuples d’Europe, des politiques efficaces pour développer et protéger l’emploi.

Front National

Budget 2018 immigration et asile : Macron fait pire que le quinquennat de François Hollande !

Publié le

Bilde Bruno député du PDC

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais du 09/11/2017

Les rodomontades et autres effets de manche du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb ne masqueront pas longtemps le contenu très inquiétant de la mission ministérielle relative à l’immigration, l’asile et l’intégration. En effet le budget 2018 prévoit une augmentation de tous les postes budgétaires relatifs à l’accueil des migrants et aux politiques d’asile pour un montant de 300 millions d’euros, mais une baisse injustifiable de 7 millions d’euros des moyens alloués à la lutte contre l’immigration clandestine. Alors que le ministre de l’intérieur annonce à qui veut l’entendre qu’il renforcera les contrôles aux frontières nationales et améliorera les dispositifs d’expulsion des migrants clandestins, il réduit dans le même temps les crédits alloués aux centres de rétention administrative et aux mesures d’éloignement du territoire national.

Concernant les centres de rétention administrative, excepté celui de Lille, rien n’est prévu pour augmenter les capacités d’accueil des 27 établissements aujourd’hui saturés par l’explosion des flux migratoires. Rien par exemple pour augmenter les capacités d’accueil du CRA de Lyon St Exupéry, tristement célèbre pour avoir refusé la prise en charge du terroriste tunisien de Marseille Ahmed Hanachi qui était en situation irrégulière sur le sol français. Rien non plus pour construire un nouveau centre de rétention administrative à proximité du port de Ouistreham devenu un nouveau point de fixation migratoire. Enfin, rien pour augmenter le taux des expulsions de clandestins, aujourd’hui plafonné à 50%.

Mais le plus grave c’est que les dépenses relatives à l’accompagnement des migrants vont tout simplement exploser à cause notamment de la mise en œuvre du contrat d’insertion républicaine, véritable Pass spécial migrants qui prévoit pendant 5 ans des aides à l’insertion professionnelle, à l’alphabétisation, à l’accès à la culture et aux sports. Le coût des politiques d’asile va également augmenter de plus de 200 millions d’euros alors que la Cour des comptes avait dénoncé en 2015, un dévoiement assimilable à une nouvelle filière d’immigration.

Le gouvernement d’Edouard Philippe et son ministre de l’intérieur Gérard Collomb ont fait le choix du laxisme migratoire et de politiques pro migrants.

Un choix budgétaire dramatique contraire aux intérêts du peuple qui menace l’ordre public et les comptes de la Nation.

Front National