Hauts-de-France

La saignée historique infligée par Emmanuel Macron aux communes de France !

Publié le

Bilde Bruno AN

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député Front National du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 02/08/2017

La purge d’Emmanuel Macron continue de frapper très durement nos collectivités territoriales. Plutôt que de réduire le budget dédié à l’asile et à l’accueil des migrants (en augmentation de 217 millions d’euros) ainsi que celui destiné à l’hébergement d’urgence (en hausse de 122 millions d’euros), le Président de la République Emmanuel Macron et son Premier ministre, Edouard Philippe ont préféré passer un coup de rabot historique sur les dotations allouées aux collectivités territoriales.

Plus de 300 millions d’annulation de crédit et 280 millions d’autorisations d’engagement non honorées : cela représente une perte considérable pour des communes déjà confrontées à une baisse de 10.7 milliards d’euros de dotations entre 2015 et 2017.

Par cette décision irresponsable et injuste, cet échelon de proximité pourtant plébiscité par une immense majorité de Français, sera privé d’une grande partie de ses capacités de fonctionnement et d’investissement.

C’est le bon fonctionnement des services publics de proximité et de l’économie locale qui est menacé.

Ce sont les communes rurales qui sont en danger d’asphyxie budgétaire, présageant tout bonnement leur disparition ! Là encore, les prévisions de Marine le Pen concernant les véritables intentions d’Emmanuel Macron se sont révélées être exactes : le Président de la République est bien le serviteur des métropoles et le fossoyeur de la France périphérique et de la ruralité.

Nous appelons les maires, les élus locaux et tous les Français à se mobiliser pour défendre la survie de leurs communes.

C’est l’avenir de nos territoires et de la démocratie locale qui en dépend.

Front National

Inéligibilité des députés pour délit d’opinion : en marche vers le gouvernement des juges !

Publié le

Bilde Bruno député du PDC

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député FN du Pas-De-Calais du 27/07/2017

Les députés de la République en marche et leurs collègues d’extrême gauche viennent d’adopter un article de loi orwellien qui menace très gravement la liberté d’expression des parlementaires et les place sous la tutelle de l’institution judiciaire.

En effet, l’article de loi qui vient d’être adopté, prévoit l’instauration d’une peine d’inéligibilité de 10 ans à l’encontre de personnes condamnées pour des propos jugés « racistes » ou « discriminatoires ». Sous prétexte de lutter contre le racisme, l’instauration de ce régime liberticide va museler encore un peu plus les parlementaires et autres élus locaux qui osent combattre l’immigration massive, la progression du communautarisme et son corollaire l’islamisme.

L’autocensure deviendra la règle de conduite car les parlementaires seront suspendus au bon vouloir de juges qui comptent parmi eux, des militants politiques d’extrême gauche issus du syndicat de la magistrature. Rappelons que pour avoir comparé des prières de rue à une forme d’occupation du territoire national, Marine le Pen a été poursuivie par la LICRA pour racisme et propos discriminatoires. Si elle avait été jugée à la suite de l’adoption d’une telle loi, un obscur juge aurait pu la condamner à une peine d’inéligibilité de 10 ans ce qui l’aurait empêché de se présenter à l’élection présidentielle…

Cet article de loi, fruit d’un lobbying abject de groupuscules antiracistes gavés d’argent public, est en réalité l’arme ultime du système Macron contre Marine le Pen et les députés du Front National. Il vise à les réduire au silence car ils incarnent aujourd’hui, la seule opposition sérieuse au recul inquiétant des libertés publiques et de la démocratie.

Non au gouvernement des juges ! Oui à la liberté d’expression !

Front National

Mes propositions pour sauver Whirlpool

Publié le

Marine Whirlpool

Communiqué de presse de Marine Le Pen du 26/04/2017

J’étais tout à l’heure à Amiens sur le site de l’usine de Whirlpool à la rencontre des salariés. La multinationale Whirlpool a décidé de délocaliser le site d’Amiens en Pologne d’ici 2018, laissant dans l’incertitude la plus totale 290 salariés mais aussi 250 intérimaires.

Je ne peux me résoudre à cela. La ville d’Amiens a déjà trop souffert et fut dévastée par les 1100 destructions d’emplois en 2014 par Goodyear, véritable drame humain.

Le site d’Amiens, qui produit des sèche-linges, est le dernier site de production de Whirlpool en France. Il y a une quinzaine d’années, il employait encore 1300 personnes. Depuis, les ravages de la mondialisation et de la concurrence déloyale sont passés par là. Il n’en reste plus que 290.

Ceci est d’autant plus choquant que la France est le premier marché de Whirlpool en Europe.

L’indifférence de ces multinationales au sort de ses salariés est inqualifiable. Trois mois après l’annonce de la fermeture, les dividendes du groupe Whirlpool ont augmenté de 10%, sans aucune honte.

Et, après avoir bénéficié de 40 millions d’euros d’aides de l’Etat au titre du CICE, les dirigeants du groupe ont décidé de délocaliser cette usine pourtant rentable, en Pologne. J’exigerai que ces sommes versées au titre du CICE soient remboursées en cas de départ de l’entreprise.

Jacques Attali, mentor et principal conseil d’Emmanuel Macron, a parfaitement résumé le mépris du candidat de l’oligarchie pour le sort des salariés de Whirlpool en osant dire que « Whirlpool est une anecdote ».

M. Macron n’a pas daigné rencontrer les salariés de l’entreprise ce matin, préférant dialoguer avec des syndicats dans les salons de la Chambre de Commerce. On notera qu’il a menti aux Français quand il a indiqué que l’usine interdisait tout déplacement de candidat sur le site : c’était faux, et il a lui-même confirmé qu’il avait menti en déclarant par la suite qu’il se rendrait sur le site…

Face à cette inhumanité du camp de l’oligarchie, j’ai une vision diamétralement opposée : je considère que rien n’est plus important que le sort des salariés qui pourraient subir une décision scandaleuse prise par une multinationale avide de profits.

Et je m’engage à sauver ce site.

Whirlpool Amiens ne fermera pas. Je l’ai dit, je le répète, je l’assume et j’en prends l’engagement ferme.

Il ne fermera pas parce que je mènerai un bras de fer avec le groupe pour le dissuader de fermer ce site. Si le groupe persiste à vouloir partir, l’Etat mettra toute son énergie, sous ma supervision directe, à trouver des repreneurs industriels sérieux et qui s’engagent à préserver les emplois. Ils seront en cela aidés par la politique que je mettrai en œuvre au service des PME, c’est-à-dire une fusion des dispositifs de baisses de charges qui seront réorientées vers ce type d’entreprises.

En attendant, l’usine sera mise sous protection temporaire, via une prise de participation de l’Etat si nécessaire.

Enfin, je rappelle une proposition importante de mon projet qui doit éviter à l’avenir ce type de délocalisation scandaleuse : tout produit qui sortira d’une usine délocalisée afin d’être importé et revendu sur le marché français sera taxé à hauteur de 35 %. C’est une mesure dissuasive qui permettra de maintenir les emplois sur le territoire français.

Front National

Whirlpool Amiens ne fermera pas

Publié le

Whirlpool Amiens.jpg

Par Marine Le Pen le 13/04/2017

L’usine Whirlpool d’Amiens doit être délocalisée dans quelques mois en Pologne, jetant dans l’incertitude la plus totale ses 295 salariés, mais aussi les intérimaires employés sur le site et les dizaines de sous-traitants.

Cette délocalisation est insupportable. Elle permet à la maison mère d’être gagnante sur deux tableaux en même temps : en baissant ses coûts de production pour augmenter ses marges, tout en conservant un accès libre au juteux marché français, le premier marché de Whirlpool en Europe, le quatrième dans le monde.

C’est trop facile.

Je répète l’engagement qui est celui de mon projet présidentiel : chaque produit qui sortira d’une usine délocalisée afin d’être revendu sur le marché français sera taxé à hauteur de 35 %. Cette taxe sur les délocalisations sera une juste réponse à des choix financiers inacceptables. Mais elle sera aussi une arme de dissuasion : la délocalisation ne peut pas être du 100 % gagnant pour les multinationales ; il faut qu’elles en paient aussi le prix, pour y réfléchir à deux fois avant d’agir.

Bien sûr cette taxe sur les délocalisations nécessitera pour être mise en œuvre qu’on se libère des interdits de l’Union Européenne : mon projet l’a prévu.

Une délégation de Whirlpool est reçue ce jour à Matignon au sujet de l’avenir du site. Je veux dire aux salariés de l’entreprise, à ceux qui travaillent au quotidien avec eux, à leurs familles, que présidente de la République je ne laisserai pas faire. Whirlpool Amiens n’a aucune raison de fermer, le savoir-faire est présent, il est reconnu. Et Whirlpool Amiens ne fermera pas.

On fera le bras de fer avec le groupe pour le dissuader de fermer ce site.

Et si le groupe prend malgré tout la folle décision de fermer, on cherchera des repreneurs industriels sérieux et responsables.

Et l’Etat lui-même via la Caisse des Dépôts et Consignations interviendra directement tant qu’un repreneur privé n’aura pas été retrouvé.

Mais Whirlpool Amiens ne fermera pas.

J’en prends l’engagement.

Marine 2017

Incendie du campement de Grande Synthe : le laxisme migratoire doit cesser

Publié le

marine-france-3-juin-2016

Communiqué de Marine Le Pen du 11/04/2017

L’incendie géant du campement de migrants de Grande-Synthe, causé par des bagarres entre migrants, est le signe du grand chaos migratoire qui bouscule notre pays depuis des années. .Un an seulement après son ouverture dans sa forme actuelle, au prix de plusieurs millions d’euros, le campement est parti en fumée

Le laxisme migratoire crée du trouble, de la violence, du danger pour les migrants eux-mêmes et pour les services de secours et les forces de l’ordre. Ce laxisme laisse le champ libre à des mafias étrangères qui se reconstituent sur notre sol : ainsi le camp de Grande-Synthe était réputé être tenu par des passeurs kurdes irakiens.

Ce chaos doit cesser. L’ensemble des campements de migrants seront démantelés après mon élection si les Français m’élisent à la tête de l’Etat. Les clandestins et les déboutés du droit d’asile seront reconduits à la frontière. Les demandes d’asile ne seront plus étudiées en France, mais dans nos consulats et nos ambassades dans les pays d’origine ou à leurs limites. Nous réduirons drastiquement l’asile. Nos frontières nationales seront immédiatement rétablies.

Pour l’heure, nous veillerons à ce que les migrants du campement de Grande-Synthe ne soient pas relocalisés dans des communes françaises comme ce fut déjà massivement le cas ces dernières années.

Front National

Communiqué de Presse du Front National du 29/03/2017

Publié le

FN Pupitre

Communiqué de Presse du Front National du 29/03/2017

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès d’Alexandre Cavé.

Il était un infatigable militant patriote, qui avait rejoint le Front National en 2014 et avait été élu cette année-là maire de sa commune de Catigny (Oise).

D’un dévouement reconnu par tous, il laissera le souvenir d’un homme de conviction, toujours au service de ses administrés. La direction du Front National salue sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Front National