Hongrie

Les leçons du triomphe de Viktor Orban

Publié le

Publicités

Elections en Hongrie: la reprise en main du destin de l’Europe par ses peuples se poursuit

Publié le

monot-b

Communiqué de presse de Bernard Monot, Député Européen du 09/04/2018

Le verdict démocratique des élections générales qui viennent de se tenir hier en Hongrie est parfaitement clair : M. Viktor Orbán et son parti, le Fidesz, ont été élus triomphalement pour une troisième fois consécutive, avec un taux de participation extrêmement élevé.

La leçon politique en est tout aussi claire. Quand un parti de centre-gauche ou de centre-droit arrive au pouvoir, les électeurs le congédient systématiquement à l’élection suivante : c’est « l’alternance ». En revanche quand un parti véritablement soucieux de défendre ses concitoyens et l’identité nationale est élu, il sera immanquablement réélu, et de plus en plus largement.

Les citoyens hongrois ont ainsi vigoureusement remercié M. Orbán. Pour avoir remis sur pied l’économie du pays -et surtout pour avoir protégé la nation hongroise contre la submersion migratoire, prônée par Bruxelles.

En préparation notamment des élections européennes de 2019, le Front National va poursuivre et intensifier ses stratégies d’alliances européennes. Il est de notre devoir de chercher à substituer à l’UE fédéraliste un projet pro-Européen mais respectueux de l’indépendance des nations et de la volonté des peuples. La Hongrie nous démontre, s’il en était besoin, que notre projet d’union des nations européennes, est bien celui qu’attendent les citoyens.

Front National

 

Communiqué de Steeve Briois suite au déclenchement sans précédent par la Commission européenne d’une procédure contre le gouvernement polonais

Publié le

briois-8

Communiqué de Steeve Briois, SG du Front Nationaldéputé européen du FN du 21/12/2017

La Commission européenne a déclenché Mercredi 20 Décembre une procédure sans précédent contre le gouvernement polonais, en activant l’article 7 du traité de Lisbonne, débouchant sur la suspension du droit de vote de la Pologne au sein du Conseil de l’union. En cause : la réforme constitutionnelle menée par le gouvernement polonais qui modifie le mode de désignation des juges à la Cour constitutionnelle.

La Commission européenne ne recule devant rien pour contraindre la Pologne à renoncer à l’application de ses réformes pourtant parfaitement conformes au droit polonais !

Cette décision scandaleuse est une menace supplémentaire envers tous les pays qui osent engager le bras de fer légitime contre l’absolutisme de l’Union européenne et démontre ses graves dérives arbitraires génératrices de conflits !​

Aujourd’hui la Pologne, demain la Hongrie puis l’Autriche : autant de pays courageux résistant aux fondements d’une Union européenne  libre-échangiste, immigrationniste, créatrice de chômage et de déficits.​

Avec tous nos partenaires européens, œuvrons ensemble pour mettre en place une Europe des Nations souveraines !

ENL France

Décision scandaleuse de la CJUE : les nations d’Europe doivent pouvoir se défendre face à la submersion migratoire !

Publié le

Bay Normandie

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 06/09/2017

La Cour de justice de l’Union Européenne vient derendre un arrêt scandaleux sur les recours introduits par la Hongrie et la Slovaquie au sujet de la décision prise par le Conseil de l’UE sur la « relocalisation » des « migrants ». Cette décision inique avait pour objectif de mettre en place l’accueil obligatoire par tous les pays de l’UE de 120.000 des clandestins actuellement en Italie et en Grèce.

La Hongrie et la Slovaquie, qui avec la République Tchèque et la Roumanie avaient déjà voté au sein du Conseil contre cette décision, avaient déposé des recours pour dénoncer une procédure entachée d’erreurs, réalisée sur une base juridique inappropriée, et surtout inapte à résoudre la crise migratoire. Ces deux pays étaient soutenus par laPologne, contre les dirigeants allemands et français, et bien sûr la Commission européenne.

Cet arrêt de la Cour de justice est gravissime. Alors que, les 25 et 26 juin 2015, le Conseil européen avait estimé que les États membres devaient décider à ce sujet « par consensus », aujourd’hui, la CJUE permet à des pays d’imposer leurs vues à des nations souveraines, contre les intérêts de ces dernières.

Au prétexte qu’il s’agit d’un acte non législatif, cette politique de « relocalisation » peut être mise en place sans même l’approbation des parlements nationaux et donc, a fortiori, sans l’aval des peuples qui subiront cette immigration massive. Enfin, cet arrêt de la CJUE ouvre la porte à de nouvelles décisions de ce type, actant une véritable submersion migratoire qu’il serait interdit de refuser.

La position des gouvernements hongrois et slovaque est légitime. Les nations doivent être libres de mettre en place une politique ferme et volontaire pour endiguer enfin le tsunami migratoire.

La relocalisation des clandestins doit se faire dans leur pays d’origine.

Front National

Le vrai visage de l’Union européenne : une dictature mondialiste et immigrationniste

Publié le

ferrand-png

Communiqué d’Édouard Ferrand, Chef de la Délégation FN-RBM au Parlement européen du 15/06/2017

En obéissant comme à l’accoutumée aux oukases de la Commission, le Parlement a donné son aval aux sanctions contre la République tchèque, la Hongrie et la Pologne. Ces nations européennes ont été sanctionnées pour avoir refusé de subir la politique de submersion migratoire édictée par Merkel et Juncker, rejoints récemment par Macron. L’Union européenne veut dénaturer nos nations, noyer notre civilisation, mettre en péril la survie de nos peuples. A contrario, le Parlement s’est montré tout aussi agressif à l’égard de Marine Le Pen qui avait voulu avant tout mettre en garde nos concitoyens contre le danger islamiste. Un autre rallié, au passage, au système Macron…

Il est plus que temps, dans la foulée du Brexit, de se débarrasser de Bruxelles et de sa caste mondialiste et dictatoriale.

FN-ENL

La Hongrie dit non à la politique de quotas de migrants imposée par l’Union européenne

Publié le

Hongrie Orban 1.jpg

Communiqué de la Délégation FN RBM au Parlement européen du 03/10/2016

Les Hongrois refusent massivement la submersion migratoire organisée par Bruxelles : les autres peuples européens doivent pouvoir aussi se prononcer.

95 % des Hongrois qui ont choisi de s’exprimer ont refusé le plan d’installation des migrants dans leur pays dicté par Bruxelles.

C’est une victoire pour le peuple hongrois qui a clairement indiqué son opinion profonde sur cette question.

En dépit de l’abstention qui ne valide pas le référendum, la position du peuple hongrois témoigne d’un très vif rejet de la politique immigrationniste dictée par Merkel, Juncker et Hollande.

Les autres peuples européens, le peuple français en premier lieu, doivent être interrogés directement sur cette question fondamentale.

Front National