Islam en France

Meeting de Marine Le Pen visé à Marseille : silence honteux des autorités

Publié le

Flamme large

Communiqué de presse du Front National du 16/05/2017

Près de deux mois après les faits, c’est par des fuites dans le journal Libération que nous apprenons que l’attentat déjoué de Marseille visait notamment le meeting marseillais de Marine Le Pen du 19 avril 2017. Selon les informations disponibles, les explosifs découverts auraient pu faire des dégâts considérables.

Il est surprenant, exceptionnel et parfaitement inadmissible, que jamais Marine Le Pen ni son équipe de campagne n’aient été informées par les autorités de cette menace très grave. Elle leur serait aujourd’hui toujours inconnue si des fuites de presse n’avaient pas eu lieu.

La lutte contre le terrorisme suppose de s’extraire des petits raisonnements politiciens ou électoralistes et de travailler en bonne intelligence avec tout le monde, y compris des adversaires politiques. Sur l’affaire de Marseille il semble que le gouvernement se soit placé très loin de cette exigence.

Le ministre de la Justice doit évidemment ouvrir une enquête afin de découvrir les raisons de cette grave dissimulation.

Front National

De Londres à Paris : quand l’islamisme sera-t-il vraiment combattu ?

Publié le

Etat islamique ville

Éditorial de Nicolas Bay, du Front National du 09/06/2017

Mois après mois, semaine après semaine, la liste des attentats islamistes frappant l’Europe ne cesse de s’allonger. Et avec elle, celle des victimes… Le profil des terroristes est toujours le même : immigré (ou issu de l’immigration), inféodé à l’État islamique et habité d’une haine profonde de notre civilisation et de notre identité. Et, le plus souvent, ces terroristes ont bénéficié du laxisme judiciaire autant que du laxisme migratoire.

Et ce cauchemar risque de continuer. Les mesures annoncées par le nouveau Président de la République, telles que la création d’une « Task Force », instrument de communication qui relève davantage du gadget que de l’action opérationnelle, et le gouvernement d’Edouard Philippe sont bien loin d’être à la hauteur des enjeux. Leur soumission aux grands dogmes de l’Union Européenne sur la libre circulation des biens et des personnes les amène à écarter tout véritable contrôle aux frontières, mesure pourtant indispensable pour empêcher d’éventuels terroristes de pénétrer sur le territoire national.

Face à l’inertie d’un pouvoir qui se contente de dire qu’il faut être « vigilant » et non combattif, nous serons à l’Assemblée nationale les défenseurs de la sécurité nationale. Le temps ne doit plus être aux faux-semblants et aux déclarations pompeuses, mais bien à une action forte et déterminée pour combattre la barbarie islamiste. Les fichés S étrangers doivent être expulsées, les différentes branches de l’islamisme (salafisme, Frères musulmans…) éradiquées de notre territoire, les mosquées radicales fermées.

Voter dimanche pour un candidat Front National, c’est s’assurer une opposition implacable aux tergiversations d’une e politique largement responsable de la guerre intérieure qui nous est menée !

Votez pour défendre la France et protéger les Français.

Front National

Nous ne préserverons pas notre sécurité en sacrifiant notre liberté !

Publié le

Flamme large

Communiqué du Front National du 09/06/2017

Le projet de loi anti-terroriste du gouvernement est très inquiétant, à double titre. D’une part, il ne propose pas les mesures utiles et nécessaires pour lutter contre la menace islamiste dans notre pays. D’autre part, il porte gravement atteinte aux libertés fondamentales et il transforme en régime normal un régime juridique d’exception.

En autorisant les préfets à assigner à résidence et à perquisitionner nuit et jour sans passer par un juge, ce projet met à mal la séparation des pouvoirs et la protection des individus contre une détention arbitraire décidée par le pouvoir. Ces deux principes sont pourtant des éléments fondamentaux dans une démocratie et il est difficilement concevable qu’un gouvernement puisse avoir seulement l’idée de les remettre ainsi en question.

Bien sûr, il faut adapter notre législation à l’ampleur de la menace terroriste actuelle. Des procédures spécifiques, voire des tribunaux d’exception liés aux affaires terroristes peuvent être envisagés. L’ensemble de l’institution judiciaire gagnerait à être plus rapide et plus efficace, cela est certain. Mais il est essentiel de préserver le caractère exceptionnel des mesures qui ont été prévues pour des cas d’urgence et des situations extraordinaires. Nous devons nous armer le temps d’éliminer la menace mais nous ne devons pas nous laisser dominer par elle sans fin.

Et ces mesures ne traitent pas le problème de fond, qui n’est pas le terrorisme tout court mais bien l’islamisme radical, cette doctrine qui pousse ses adeptes à haïr la France et à tuer des Français. Le terrorisme n’est que son moyen d’action. Le gouvernement veut aujourd’hui pérenniser l’état d’urgence, comme s’il nous demandait d’accepter durablement la perte de nos libertés, la présence des islamistes et la certitude de nouveaux attentats. Il a déjà renoncé à gagner la lutte contre cette idéologie de mort. Il lui cède en la laissant altérer nos institutions.

Car rien n’est fait pour éliminer la menace. Ce n’est pas l’état d’urgence qui fera disparaître l’islamisme. Lutter contre l’islamisme, c’est fermer toutes les mosquées radicales qui propagent la haine. C’est expulser tous les étrangers fichés S. C’est déchoir de leur nationalité les binationaux convaincus de liens avec des organisations terroristes islamistes. C’est appliquer l’article 411-4 du Code pénal sur l’intelligence avec l’ennemi pour placer en détention préventive tout individu de nationalité française en lien avec une organisation étrangère suscitant des actes d’hostilité ou d’agression contre la France et les Français (ce qui suppose d’établir cette liste !). C’est interdire et dissoudre les organismes de toute nature liés aux fondamentalistes islamistes.

Jamais l’adage de Benjamin Franklin n’a sonné avec plus de justesse : «Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

Front National

Attentat islamiste à Notre-Dame : le laxisme migratoire en accusation

Publié le

bay-1er-mai-2016

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Directeur de la campagne des élections législatives du 07/06/2017

L’attaque perpétrée hier après-midi, devant la cathédrale Notre-Dame, par « un étudiant algérien de 40 ans » met une nouvelle fois en évidence l’invraisemblable laxisme des politiques d’immigration qui ont été menées jusqu’aujourd’hui et qui perdurent.

Cet attentat, qui aurait pu faire de très nombreuses victimes, doit ramener le Président de la République à la réalité de la menace, lui qui durant la campagne présidentielle s’est rendu en Algérie pour expliquer qu’il fallait mettre en œuvre une autoroute migratoire entre la France et le Maghreb. On se rappelle qu’il déclarait ainsi : « Je proposerai au gouvernement algérien la création d’un Office franco-algérien de la Jeunesse (…) pour favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée. »

L’assouplissement des conditions d’obtention des visas ainsi que l’augmentation de leurs attributions sont, à l’heure où la France fait face au terrorisme islamiste, d’une irresponsabilité totale.

Tant les filières clandestines que les voies légales d’immigration sont empruntées par des ennemis de la France pour venir nous frapper sur notre sol. Il est donc d’une urgence absolue de mettre un coup d’arrêt net et ferme tant à l’immigration illégale que légale et de durcir considérablement les conditions d’octroi de visas.

Il en va de la sécurité des Français.

Front National

Des députés pour défendre la liberté et le respect des femmes !

Publié le

bay-fd-noir

Éditorial de Nicolas Bay, SG du Front National du 02/06/2017

Insultées, sifflées, agressées : le quotidien insupportable que vivent les femmes du quartier de La Chapelle-Pajol, au cœur de Paris, n’est malheureusement pas une exception. Des zones où « plusieurs centaines de mètres carrés de bitume [sont] abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité, où cafés, bars et restaurants leur sont interdits comme les trottoirs, la station de métro et les squares », comme l’a rapporté Le Parisien, sont aussi présents ailleurs sur le territoire national. Pour beaucoup de femmes, la vie dans ces zones de non-droit est devenue infernale. Et c’est aujourd’hui une réalité indéniable qu’il n’est plus possible de dissimuler : les femmes subissent un recul des libertés fondamentales, se voyant contraintes d’adapter leurs tenues vestimentaires et de déserter, davantage chaque jour, l’espace public.

On se souvient de l’incroyable déclaration de Benoît Hamon qui avait relativisé l’absence des femmes dans certains cafés de quartiers à forte population immigrée de la banlieue parisienne. Une indulgence, ou plutôt une complaisance, qui caractérise l’inaction de notre e politique, incapable de s’attaquer au fléau de l’islamisme qui a remplacé les lois de la République dans de nombreux quartiers !

Ce n’est pas en organisant « une marche exploratoire », comme le propose Mme Hidalgo, ou en agrandissant les trottoirs, comme le prétendent certains militants de gauche, dont le féminisme s’arrête là où les barbus imposent leurs fatwas, que nous règlerons le problème. Pour lutter contre le communautarisme, pour protéger les femmes, pour affirmer la laïcité et notre mode de vie nous avons besoin d’une opposition solide et déterminée à l’Assemblée.

Nous proposerons au plus vite une extension de la loi de 2004 sur la laïcité dans les écoles afin de bannir les signes religieux ostensibles dans l’ensemble de l’espace public (hors personnel religieux). Le burkini en fera évidemment partie.

Nous ferons tout pour que pour soit mis un terme aux capitulations du quotidien face au communautarisme, terreau de l’islamisme !

Front National

Législatives : les inquiétants candidats islamistes du « Parti Égalité et Justice »

Publié le

Bay

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Directeur de la campagne des élections législatives du 22/05/2017

Dans le cadre des élections législatives des 11 et 18 juin, le « Parti Egalité et Justice » présentera 68 candidats. Ce parti, ayant déjà concouru à plusieurs élections locales, en particulier dans l’Est de la France, est une excroissance dans notre pays de l’AKP turc, parti islamiste du président Erdogan actuellement au pouvoir.

Derrière des mots d’ordre et des formules passe-partout se cache en réalité la promotion d’un projet de société communautariste, ouvrant la porte aux revendications islamistes ; un projet aux antipodes de nos valeurs de civilisation et de notre consensus républicain.

Il s’agit ainsi d’une attaque contre notre identité, d’un défi à notre laïcité, mais aussi d’une atteinte à notre souveraineté puisqu’un pouvoir politique étranger s’appuie sur une communauté immigrée implantée sur notre territoire pour tenter d’y étendre son influence.

Ces manoeuvres doivent être non seulement dénoncées, mais aussi surveillées. Partout où les candidats islamistes du PEJ seront présents, ils trouveront les candidats patriotes du Front National pour leur rappeler les lois et les valeurs de notre pays.

Front National

NDLR : Le Jura ne fait pas exception puisque le PEJ présente des candidats sur les trois circonscriptions du département. Ali Kurt sur la 3ème, Ramazan Ipek sur la 1ère et Larbi Laabid sur la deuxième.

Du bureau de Marine Le Pen

Publié le

Marine Bureau 1

Mes chers amis,

Cette fin de campagne de premier tour est sombre, elle souligne à quel point les enjeux sont immenses.

Je veux rendre hommage à nos forces de l’ordre, à nos courageux policiers et en particulier à Xavier Jugelé, lâchement assassiné dans la force de l’âge hier soir par un terroriste. Qu’il repose en paix, après avoir servi la Nation jusqu’au sacrifice ultime, et que sa famille, ses proches, soient assurés de notre immense solidarité.

Ce drame épouvantable nous rappelle combien la situation est grave, à quel point le cauchemar continue.

J’ai souvent rappelé les mesures que je propose pour lutter contre le terrorisme et l’islamisme. J’en ai beaucoup parlé, seule et dans le désintérêt général de mes concurrents, dans chacune de mes réunions publiques, parce que je considère que c’est un sujet crucial pour l’avenir de notre pays, de nos enfants. La menace est réelle, constante, les politiques, de droite comme de gauche, sous les deux derniers quinquennats, n’ont rien fait. Cela doit changer. Il est temps d’agir. Nous devons prendre conscience de l’importance des enjeux et décider les mesures qui s’imposent. Je le ferai, sans faiblir, en accord avec vous.

Dimanche, je vous appelle solennellement à aller voter et à faire voter tous ceux que vous connaissez. C’est important. Le vote est bien plus qu’un droit pour les citoyens, c’est un devoir. Et, dans la situation où se trouve notre pays, c’est un devoir vital. Chaque bulletin de vote a un poids immense. Chacun doit sentir la mission dont il est investi et l’importance du choix que notre peuple est amené à faire. Aucune voix patriote ne doit manquer à la seule candidature utile pour la France. Plus que jamais, les Français doivent s’unir pour défendre et protéger leur pays, leur modèle social, leur identité.

Courage, restez unis, fiers, courageux, je compte sur vous comme vous pourrez compter sur moi, et bon vote !

Front National