justice

Communiqué de Ludovic Pajot, député du Pas-de-calais du 11/10/2017

Publié le

 

Pajot Ludovic FN

Communiqué de Ludovic Pajot, député du Pas-de-calais du 11/10/2017

Le Tribunal correctionnel de Béthune vient de rendre son jugement aux termes duquel il a tout d’abord confirmé les violences physiques subies lors de l’agression dont j’ai fait l’objet à Béthune le samedi 7 octobre dernier. Cette agression m’avait occasionné cinq jours d’incapacité temporaire de travail.

Une peine de six mois de prison avec sursis, assortie d’une condamnation au paiement de 850 euros au titre de dommages et intérêts a été prononcée envers un des individus, auteur de l’agression.

Le second n’a pas été jugé en raison d’un vice de procédure lié à une erreur dans la citation dont il a fait l’objet, erreur dont la cause peut être recherchée dans la faiblesse des moyens dont dispose actuellement la justice. Contrairement à ce qu’indiquait La Voix du Nord, la motivation politique de l’agression a quant à elle bien été admise.

La validation de la procédure de garde à vue va permettre de faire citer le second prévenu pour un nouveau procès qui se tiendra prochainement.

Front National

Publicités

Communiqué de Ludovic Pajot, Député du Pas-de-Calais du 08/10/2017

Publié le Mis à jour le

Ludovic Pajot AN

Communiqué de Ludovic Pajot, Député du Pas-de-Calais du 08/10/2017

Samedi soir, dans le cadre d’une sortie dans un bar de Béthune, j’ai soudainement été pris à partie par un groupe d’individus dont certains se revendiquant de l’extrême-gauche antifa.

Après un premier échange aux termes duquel j’ai été insulté de manière répétée, plusieurs individus de ce groupe se sont jetés sur moi. Ils m’ont asséné plusieurs coups, dont certains au visage, ce qui m’a occasionné cinq jours d’incapacité temporaire de travail.

J’ai ensuite pu m’extraire en me mettant à l’abris dans un autre établissement.

La violence de ces militants, ou plutôt de ces délinquants ultra-violents toujours prêts à en découdre, est connue de tous. J’ai bien évidemment déposé plainte pour permettre à la police et à la justice de se saisir de cette affaire et de faire condamner les auteurs de ces violences.

Je tiens à remercier chaleureusement les personnes qui se sont interposées afin de m’apporter le secours nécessaire ainsi que toutes celles qui m’ont témoigné aujourd’hui leur soutien par leurs nombreux messages.

Front National

Communiqué de Presse de Jordan Bardella, porte-parole du FN, Secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis, Conseiller régional

Publié le

Bardella Jordan FN93.jpg

Communiqué de Presse de Jordan Bardella, porte-parole du FNSecrétaire départemental de Seine-Saint-Denis, Conseiller régional du 06/10/2017

Convoqué ce jour devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour avoir évoqué, à l’occasion d’une séance plénière du Conseil régional d’Île-de-France, les liens troubles du maire d’Aulnay-sous-Bois (Les Républicains) avec l’islamisme radical, j’ai été notifié de ma mise en examen par le vice-président chargé de l’instruction.

Au regard du sérieux et de l’authenticité des éléments dont je dispose – et dont la presse s’est-elle même fait l’écho, je demeure parfaitement confiant pour la suite de la procédure.

À l’heure où le pays vit sous la menace permanente du terrorisme islamiste, ce procès sera une nouvelle occasion de rappeler l’accointance d’un certain nombre d’élus locaux avec cette idéologie barbare et meurtrière.

Enfin, je rappelle qu’en dépit d’une insécurité croissante et des nuits de violences auxquelles continue de faire face la ville d’Aulnay-sous-Bois depuis l’affaire Théo, le maire utilise les deniers publics pour me persécuter en justice, faisant ainsi voter la prise en charge des frais de procédure par le Conseil municipal, au titre de la protection fonctionnelle.

Front National

Institution judiciaire débordée, dispositifs d’accueil pour mineurs isolés saturés : les premiers symptômes très inquiétants de la submersion migratoire !

Publié le

Bilde Bruno AN

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 19/09/2017

Le phénomène migratoire que subit actuellement la France est littéralement en train de submerger ses structures d’accueil et de mettre en péril le fonctionnement de ses institutions régaliennes.

La police aux frontières est débordée par le nombre record d’entrées illégales sur le territoire national, la justice doit mobiliser des moyens exceptionnels pour faire face à l’explosion du contentieux lié à l’immigration clandestine et nos départements dont les dotations ont été considérablement réduites, ne savent plus comment gérer la prise en charge des mineurs étrangers dont le coût avoisine celui de l’aide médicale d’Etat, soit 1 milliard d’euros.

En effet rien qu’au Tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer, le contentieux de l’immigration a augmenté de 128% par rapport à 2016 et a plus que quadruplé par rapport à 2015 ! Dans le même temps, la criminalité liée aux réseaux de passeurs a explosé autant que le gain financier généré par cette filière : un petit groupe de 3 à 4 passeurs peut aujourd’hui espérer gagner plus de 60 000 € par jour.

Dans ce dossier le pire est à venir puisque les contrôles aux frontières nationales seront définitivement levés à partir du 13 novembre et il sera alors impossible de renvoyer automatiquement les clandestins interpellés en provenance des pays limitrophes.

Alors que selon une enquête réalisée par l’institut Ipsos, seuls 14% des Français considèrent que l’immigration a un impact positif pour notre pays, alors que ce phénomène grève très lourdement les budgets déjà appauvris de la justice, de la police, de l’aide sociale à l’enfance et de la santé, le Gouvernement refuse par angélisme de mettre en œuvre une politique de dissuasion migratoire et préfère par exemple, racheter des hôtels F1 pour les transformer en centres d’accueil pour migrants.

Bruno Bilde demande donc que le projet de loi sécurité intérieure actuellement débattu à l’Assemblée Nationale, prévoit un volet thématique relatif au traitement de l’immigration illégale. Ce projet de loi doit durcir la législation relative à l’entrée et au séjour des migrants sur notre sol, prolonger et renforcer les contrôles aux frontières nationales au-delà du 13 novembre 2017, imposer aux départements de ne plus prendre en charge des mineurs étrangers âgés de plus de 16 ans et enfin alourdir l’échelle des peines prévues pour les passeurs de migrants, que leurs motivations soient mafieuses ou politiques.

Seules ces mesures de bon sens permettront de préserver l’ordre public, la paix sociale, l’unité et l’identité de notre pays.

Front National

Décision scandaleuse de la CJUE : les nations d’Europe doivent pouvoir se défendre face à la submersion migratoire !

Publié le

Bay Normandie

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 06/09/2017

La Cour de justice de l’Union Européenne vient derendre un arrêt scandaleux sur les recours introduits par la Hongrie et la Slovaquie au sujet de la décision prise par le Conseil de l’UE sur la « relocalisation » des « migrants ». Cette décision inique avait pour objectif de mettre en place l’accueil obligatoire par tous les pays de l’UE de 120.000 des clandestins actuellement en Italie et en Grèce.

La Hongrie et la Slovaquie, qui avec la République Tchèque et la Roumanie avaient déjà voté au sein du Conseil contre cette décision, avaient déposé des recours pour dénoncer une procédure entachée d’erreurs, réalisée sur une base juridique inappropriée, et surtout inapte à résoudre la crise migratoire. Ces deux pays étaient soutenus par laPologne, contre les dirigeants allemands et français, et bien sûr la Commission européenne.

Cet arrêt de la Cour de justice est gravissime. Alors que, les 25 et 26 juin 2015, le Conseil européen avait estimé que les États membres devaient décider à ce sujet « par consensus », aujourd’hui, la CJUE permet à des pays d’imposer leurs vues à des nations souveraines, contre les intérêts de ces dernières.

Au prétexte qu’il s’agit d’un acte non législatif, cette politique de « relocalisation » peut être mise en place sans même l’approbation des parlements nationaux et donc, a fortiori, sans l’aval des peuples qui subiront cette immigration massive. Enfin, cet arrêt de la CJUE ouvre la porte à de nouvelles décisions de ce type, actant une véritable submersion migratoire qu’il serait interdit de refuser.

La position des gouvernements hongrois et slovaque est légitime. Les nations doivent être libres de mettre en place une politique ferme et volontaire pour endiguer enfin le tsunami migratoire.

La relocalisation des clandestins doit se faire dans leur pays d’origine.

Front National

Plainte d’Estrosi : David Rachline relaxé

Publié le

rachline-frejus-2

Communiqué de presse David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus du 26/06/2017

Il y a quelques mois, j’avais dans une émission mis en évidence les liens entre Christian Estrosi et l’UOIF.

M. Estrosi avait alors porté plainte pour de soi-disant propos diffamants.

Aujourd’hui, dans un jugement rendu par le tribunal de Nice, les juges me relaxent et déboutent M. Estrosi.

Je me réjouis donc de ce jugement et je continuerai à dénoncer les ambiguïtés de certains responsables politiques avec le communautarisme et parfois les religieux aux discours extrémistes.

Front National

La députée Obono veut pouvoir « niquer la France » ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République !

Publié le Mis à jour le

Rachline amf

Communiqué de Presse de David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus du 21/06/2017

Danièle Obono, nouvellement élue députée de la « France Insoumise », qui a récemment participé à un débat organisé par les anti-Français des Indigènes de la République , avait également signé une pétition pour défendre la « chanson » du groupe ZEP intitulée  « Nique la France « .

Interrogée aujourd’hui à ce sujet dans les « Grandes Gueules » sur RMC, celle-ci a maintenu son soutien, mettant en avant la défense de la liberté d’expression et la « licence créative ».

En siégeant à l’Assemblée Nationale, cette Mme Obono semble ne pas avoir pris la mesure des siècles d’Histoire de France qui la contemplent et l’obligent. Etre une élue du peuple nécessite un minimum de respect pour les Français, la France et ses institutions.

Un Député est élu pour se mettre au service du peuple français, pas pour l’insulter.

Madame Obono veut pouvoir « niquer la France » tranquillement ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République et renonce à tous les avantages liés !

Front National