justice

La députée Obono veut pouvoir « niquer la France » ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République !

Publié le Mis à jour le

Rachline amf

Communiqué de Presse de David Rachline, Sénateur-Maire de Fréjus du 21/06/2017

Danièle Obono, nouvellement élue députée de la « France Insoumise », qui a récemment participé à un débat organisé par les anti-Français des Indigènes de la République , avait également signé une pétition pour défendre la « chanson » du groupe ZEP intitulée  « Nique la France « .

Interrogée aujourd’hui à ce sujet dans les « Grandes Gueules » sur RMC, celle-ci a maintenu son soutien, mettant en avant la défense de la liberté d’expression et la « licence créative ».

En siégeant à l’Assemblée Nationale, cette Mme Obono semble ne pas avoir pris la mesure des siècles d’Histoire de France qui la contemplent et l’obligent. Etre une élue du peuple nécessite un minimum de respect pour les Français, la France et ses institutions.

Un Député est élu pour se mettre au service du peuple français, pas pour l’insulter.

Madame Obono veut pouvoir « niquer la France » tranquillement ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République et renonce à tous les avantages liés !

Front National

Meeting de Marine Le Pen visé à Marseille : silence honteux des autorités

Publié le

Flamme large

Communiqué de presse du Front National du 16/05/2017

Près de deux mois après les faits, c’est par des fuites dans le journal Libération que nous apprenons que l’attentat déjoué de Marseille visait notamment le meeting marseillais de Marine Le Pen du 19 avril 2017. Selon les informations disponibles, les explosifs découverts auraient pu faire des dégâts considérables.

Il est surprenant, exceptionnel et parfaitement inadmissible, que jamais Marine Le Pen ni son équipe de campagne n’aient été informées par les autorités de cette menace très grave. Elle leur serait aujourd’hui toujours inconnue si des fuites de presse n’avaient pas eu lieu.

La lutte contre le terrorisme suppose de s’extraire des petits raisonnements politiciens ou électoralistes et de travailler en bonne intelligence avec tout le monde, y compris des adversaires politiques. Sur l’affaire de Marseille il semble que le gouvernement se soit placé très loin de cette exigence.

Le ministre de la Justice doit évidemment ouvrir une enquête afin de découvrir les raisons de cette grave dissimulation.

Front National

Le Parlement européen tente d’interférer dans la campagne législative de Marine Le Pen !

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de Gilles Lebreton, député FN au Parlement européen du 14/06/2017

Le parquet d’Aix-en-Provence a demandé au Parlement européen de lever l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, accusée d’avoir diffamé Christian Estrosi.

Saisie de cette demande, la commission des affaires juridiques du Parlement, dans laquelle j’ai l’honneur de siéger, s’est réunie le soir du lundi 12 juin. Le rapporteur du dossier étant absent pour cause de mission officielle au Kosovo, elle aurait dû repousser l’examen de la demande. Mais de façon scandaleuse, elle a décidé de dessaisir l’infortuné rapporteur de son dossier, de nommer un nouveau rapporteur, et de charger celui-ci de rédiger son rapport dans la nuit du lundi au mardi !

J’ai bien entendu protesté en comparant ce coup de force à l’instauration illégale d’une sorte d’état d’urgence au sein du Parlement, et en dénonçant la violation de toutes les procédures démocratiques.

Rien n’y a fait. Le rapport a été rendu le matin du mardi 13 juin, ce qui a permis à la commission des affaires juridiques de se réunir l’après-midi du même jour et de voter la levée d’immunité de Marine Le Pen. L’objectif est de toute évidence de permettre à l’assemblée plénière du Parlement de confirmer la levée d’immunité de Marine Le Pen le jeudi 15 juin pour perturber sa campagne législative.

Informée de cette décision, Marine Le Pen a exprimé sa satisfaction qu’on lui donne ainsi l’occasion de faire le procès de Monsieur Estrosi et de tous les élus qui frayent au quotidien avec les organisations fondamentalistes.

Gilles Lebreton

Drogues : le gouvernement Philippe invente la dépénalisation douce

Publié le

bay-officiel-2016

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 25/05/2017

D’après le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, des contraventions pour réprimer l’usage de drogue seront mises en place « dans les 3-4 mois » à venir, concrétisant ainsi une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Au lieu de passer devant un tribunal et de risquer jusqu’à une année d’emprisonnement, les consommateurs de stupéfiants pourront ainsi désormais échapper à une procédure judiciaire au tribunal en s’acquittant d’une simple amende.

Du fait du laxisme de l’État, le nombre de jeunes consommateurs, bien souvent mineurs, ne cesse d’augmenter en France et fait peser d’immenses risques sur la santé publique tout autant que sur la sécurité. Face à cette situation, le gouvernement d’Édouard Philippe (lequel s’était déjà signalé pour sa sympathie pour les « salles de shoot » qu’il voulait accueillir dans sa ville du Havre) témoigne d’une bien étrange philosophie pénale : puisque la loi n’est pas suffisamment et correctement appliquée, assouplissons la !

En réalité, le gouvernement fait preuve de faiblesse et se fait ainsi le complice des réseaux qui prospèrent sur la consommation de drogues, alimentant notamment aujourd’hui des filières terroristes.

À l’Assemblée Nationale , les députés patriotes combattront ce projet dangereux et défendront le renforcement des peines pour les trafiquants ainsi qu’une prévention accrue dès le plus jeune âge.

Front National

Communiqué de Me Dassa Le Deist avocat de Jean-François Jalkh du 28/04/2017

Publié le Mis à jour le

JF Jalkh

Communiqué de Me Dassa Le Deist avocat de Jean-François Jalkh du 24/04/2017

Maitre David Dassa-Le Deist, avocat au barreau de Paris, indique avoir reçu mandat de la part de Monsieur Jean-François Jalkh d’engager immédiatement une procédure en diffamation contre le journal Le Monde qui publie aujourd’hui un article dont le titre est : « Auteur de propos négationnistes, Jean-François Jalkh ne sera finalement pas président du FN ».

M. Jalkh n’a jamais tenu le moindre propos négationniste et il est tout à fait mensonger et contraire à son honneur et à sa considération que de le prétendre.

Front National

Le Cabinet noir

Publié le

collard-assemblee

Question écrite de Gilbert Collard, Député du Gard du 24/03/2017

Type de question : QE

Ministère interrogé : Ministère de la justice

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice sur les révélations dévoilées par un livre récemment publié : « Les secrets inavouables d’un quinquennat ».

Selon cet ouvrage, certains services de l’État seraient totalement détournés de leur mission initiale; et ce dans le seul but d’accomplir une mission d’espionnage et de basse police destinée à discréditer les adversaires de l’Élysée et du candidat manifestement favorisé par le Président sortant.

Certains extraits de ces révélations ont été publiés par deux hebdomadaires sérieux, mais de sensibilités opposées (Valeurs Actuelles et Les Inrocks); sans donner lieu au moindre démenti ni droit de réponse. Les constats sont convergents : à Bercy, la cellule Tracfin serait plus préoccupée par le ciblage de personnalités d’opposition que par la lutte contre le blanchiment ou le financement du terrorisme. Mais le constat le plus accablant, non réfuté à ce jour, concerne la Chancellerie, c’est à dire votre propre administration centrale. En effet, selon là encore des informations non démenties, votre Direction des affaires criminelles et des grâces serait très impliquée dans une dérive politicienne de notre Justice. Le traitement de certaines affaires serait accéléré ou au contraire ralenti par le Directeur concerné, Monsieur Robert Gelli. Ce magistrat, dont nul n’ignore les affinités politiques et syndicales, interviendrait de façon intempestive dans certains dossiers qui lui seraient principalement révélés par un journal satyrique paraissant le mercredi. Or, ce Directeur d’administration centrale occupe actuellement un emploi discrétionnaire révocable ad nutum.

M. Gilbert Collard souhaiterait donc savoir si le Garde des sceaux a d’ores et déjà diligenté une mission d’inspection; afin qu’une personnalité aussi partiale cesse de jeter le discrédit sur l’ensemble de l’institution judiciaire.

Front National