Les Républicains

V. Pécresse instrumentalise honteusement la Shoah

Publié le

WDSJ 2016 1

Communiqué de Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN-IDF à la région Ile-de-France du 22/11/2017

Les élus prétendument républicains persistent dans l’instrumentalisation dégradante du devoir de mémoire.

La semaine dernière, V. Pécresse avait pris la décision de refuser à tous les élus du Conseil régional d’Ile-de-France la possibilité d’accompagner les scolaires à Auschwitz, au motif que deux élues du groupe FN avaient osé s’inscrire.

Aujourd’hui, V. Pécresse a demandé à tous ses élus de voter un amendement du Front de gauche réservant ce voyage aux « élus de groupes représentant les forces républicaines et démocratiques de l’assemblée régionale ».

Cet amendement est scélérat : que la gauche communiste le propose n’est pas étonnant, mais en s’y associant, V. Pécresse et les élus « républicains » se déshonorent. En outre, ils se croient autorisés à désigner les élus « républicains et démocrates » et ceux qui ne le sont pas.

Ce scandale prouve que ces élus dévoyés n’ont aucun scrupule à se servir de la Shoah et du devoir de mémoire pour mettre en place des combines politiciennes et sectaires.

Les plaintes pénales et les recours administratifs nécessaires seront déposés afin de tenter de faire cesser cette injustice moralement monstrueuse.

Front National

Publicités

Les élus du Front National empêchés de se rendre à Auschwitz

Publié le

WDSJ 2016 1

Communiqué de Wallerand de Saint Just, Président du groupe Front National à la Région Île-de-France du 16/11/2017

Le 8 novembre, les élus Front national ont reçu l’annonce par la « direction des politiques éducatives » du Conseil régional d’Ile-de-France de la possibilité, pour ceux le souhaitant, de se joindre aux voyages à Auschwitz, organisés, comme tous les ans, au profit des lycéens franciliens.

Deux élus du groupe Front National se sont inscrits.

Par un message téléphonique de ce jour, le Conseil régional me fait savoir que, puisque deux élus du Front National sont inscrits, le Conseil régional a décidé qu’aucun élu ne pourra finalement participer à ce voyage.

Cette décision est scandaleuse et honteuse. Valérie Pécresse s’est évidemment aplatie devant des revendications particulièrement sectaires.

Confrontés à cette décision, les élus du Front national expriment et exprimeront leur profonde indignation et déposent plainte pour discrimination à raison des idées politiques en vertu des articles 225.1 et 225.2 du Code pénal.

Front National

Procès Merah, levée d’immunité de Marine le Pen et budget 2018 sur l’immigration: le bal des tartuffes !

Publié le

Briois 2017

Éditorial de Steeve Briois, SG du Front National du 10/11/2017

Chers amis,

Sept jours seulement se sont écoulés pendant lesquels trois évènements m’ont interpellé. Trois évènements qui illustrent le désarmement moral et matériel de notre pays, au moment où la menace terroriste n’a jamais été aussi forte. Arrêtons-nous tout d’abord sur l’emblématique procès Merah. Abdelkader Merah n’a été condamné qu’à une peine de 20 ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. 20 ans de prison avec une peine de sûreté de 13 ans, c’est indécent. Cette condamnation sonne comme une véritable insulte à la mémoire des victimes du monstre Merah et un grave aveu de faiblesse à l’heure où des centaines de djihadistes partis combattre aux côtés de Daesh, s’apprêtent à revenir en France. Cette décision de justice démontre surtout que notre arsenal pénal est totalement périmé et ne correspond plus au standard nécessaire à la lutte antiterroriste.

Comme Marine le Pen l’a rappelé, le terrorisme islamiste n’est pas un crime de droit commun comme un autre, mais un acte de guerre contre la France. Il doit donc être traité comme tel au moyen d’un droit spécifique, de juridictions dédiées et d’un arsenal de sanctions exemplaires. Pourquoi par exemple ne pas revoir à la hausse l’échelle des peines lorsqu’un tel personnage est condamné pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ? A un tel chef d’inculpation doit désormais correspondre la perpétuité ou à tout le moins une peine de 30 ans de prison. Mais surtout, il faut désormais rechercher la culpabilité des familles, car nous ne pouvons plus laisser impunis, des comportements éducatifs qui font la part belle à la haine de la France, aux sympathies pour l’islam radical et au refus ostensible de respecter les valeurs de la République. Comme le préconisait en son temps le regretté Charles Pasqua, il faut maintenant « terroriser les terroristes » !

Ce n’est semble-t-il pas le chemin qu’a emprunté le bureau de l’Assemblée nationale, préférant lever l’immunité parlementaire de notre présidente et député Marine le Pen pour la publication de tweets dénonçant les exactions de Daesh. Une levée d’immunité sans débat et sans audition de l’intéressée, prise par des députés « En Marche » adeptes de l’esprit munichois. Des députés godillots aux ordres d’un Emmanuel Macron plus soucieux de museler une opposante politique, que de combattre les islamistes ou même sanctionner ses propres parlementaires dont certains commettent des agressions physiques ou publient des photos faisant l’apologie de la haine anti-flic.

Dans cette affaire, c’est la liberté d’expression de chaque député qui est gravement menacée et donc la démocratie représentative qui est attaquée.

Puisque nous évoquons l’actualité de l’Assemblée nationale, il convient de souligner un fait notable : vos députés Front National et parmi eux, Bruno Bilde et Ludovic Pajot ont été les seuls à déposer et défendre à l’Assemblée nationale, des amendements pour contrer les orientations de la mission immigration du projet de loi de finances de 2018. Les députés « les Républicains » ont pour leur part brillé par leur absence et leur inconstance. En effet, sur les 100 députés que compte le groupe LR, seuls 2 étaient présents. Ils n’ont déposé aucun amendement et ont même refusé de voter  ceux du Front National, contredisant une fois de plus leur discours prétendument « sécuritaire ».

Pourtant, la mission évoquée diminue de 7 millions € les crédits alloués à la lutte contre l’immigration clandestine et augmente de 300 millions € les programmes d’accueil des migrants sur notre sol, allant même jusqu’à proposer de financer un véritable « pass avantages migrants ». Pass qui inclut des programmes d’alphabétisation et des aides pour l’accès à l’emploi, au sport et à la culture…

Vous avez dit tartufferie ?

Front National

Sondage Ifop/JDD : pour les Français, Marine Le Pen est toujours la première opposante à Emmanuel Macron

Publié le

Marine VS Macron

Communiqué de presse du Front National du 22/10/2017

Une enquête réalisée par l’Ifop et publiée ce jour par le JDD vient confirmer que, six mois après l’élection présidentielle, c’est bien Marine Le Pen qui est toujours considérée par les Français comme la première opposante à Emmanuel Macron.

Ainsi, si les Français étaient aujourd’hui appelés à revoter, Marine Le Pen arriverait à nouveau en deuxième position, améliorant même son résultat d’avril dernier.

Ce sondage est intéressant à plusieurs titres car il démontre aussi un recul de Jean-Luc Mélenchon (dont l’agitation est pourtant présentée par les médias comme de l’opposition) et – encore beaucoup plus significativement – une chute sévère du candidat LR, lequel semble être la principale victime de la progression d’Emmanuel Macron.

Les dirigeants de ce parti paient ainsi très cher leurs appels à voter contre les nationaux – et in fine contre la Nation – au second tour.

Constatons enfin que Nicolas Dupont-Aignan améliorerait lui aussi son résultat, le courage dont il a fait preuve lors de l’entre-deux-tours étant sans doute récompensé.

Première force d’opposition dans les enquêtes d’opinion, dans les idées et sur le terrain, le Front National, engagé dans un profond processus de refondation, seprépare désormais à incarner la première force d’alternance.

Front National

 

 

Communiqué de Presse de Jordan Bardella, porte-parole du FN, Secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis, Conseiller régional

Publié le

Bardella Jordan FN93.jpg

Communiqué de Presse de Jordan Bardella, porte-parole du FNSecrétaire départemental de Seine-Saint-Denis, Conseiller régional du 06/10/2017

Convoqué ce jour devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour avoir évoqué, à l’occasion d’une séance plénière du Conseil régional d’Île-de-France, les liens troubles du maire d’Aulnay-sous-Bois (Les Républicains) avec l’islamisme radical, j’ai été notifié de ma mise en examen par le vice-président chargé de l’instruction.

Au regard du sérieux et de l’authenticité des éléments dont je dispose – et dont la presse s’est-elle même fait l’écho, je demeure parfaitement confiant pour la suite de la procédure.

À l’heure où le pays vit sous la menace permanente du terrorisme islamiste, ce procès sera une nouvelle occasion de rappeler l’accointance d’un certain nombre d’élus locaux avec cette idéologie barbare et meurtrière.

Enfin, je rappelle qu’en dépit d’une insécurité croissante et des nuits de violences auxquelles continue de faire face la ville d’Aulnay-sous-Bois depuis l’affaire Théo, le maire utilise les deniers publics pour me persécuter en justice, faisant ainsi voter la prise en charge des frais de procédure par le Conseil municipal, au titre de la protection fonctionnelle.

Front National

Communiqué du Front National à la suite de la forte progression de notre mouvement aux élections sénatoriales

Publié le

FN Pupitre

Communiqué du Front National du 24/09/2017

Le Front National présentait, pour les élections sénatoriales de ce dimanche 24 septembre, des candidatures individuelles et des listes bleu marine pour la défense de nos communes et de nos départements dans 39 départements. Alors qu’il ne disposait théoriquement que d’environ 700 grands électeurs dans les départements concernés, le Front National a obtenu 2026 voix, enregistrant une progression d’environ 60% par rapport à 2011.

Parmi les hausses les plus significatives, on peut signaler l’Essonne (de 18 voix en 2011 à 87 voix en 2017), la Haute-Loire (de 7 à 24 voix), le Pas-de-Calais (de 101 à 260 voix) ou encore les Pyrénées-Orientales (de 27 à 56 voix). Enfin, deux listes de rassemblement, conduites par des élus de droite mais présentées par le Front National, ont permis respectivement de passer de 45 à 122 voix (Isère) et de 64 à 107 voix (Seine-et-Marne).

Ces importantes progressions montrent qu’un nombre important de grands électeurs, notamment dans la ruralité, ont été convaincus par les candidats Front national qui défendaient nos départements et nos communes menacés par la politique du gouvernement qui met a mal leur autonomie financière et vise à les supprimer au profit des intercommunalités et des métropoles. Le Front national s’affirme plus que jamais comme le grand mouvement de défense des terroirs et des territoires.

Front National

L’agriculture biologique est en péril en Île-de-France

Publié le

WDSJ 2016

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île-de-France du 03/08/2017

L’actuel ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur la coupe budgétaire de 800 millions d’euros décidée par son prédécesseur socialiste, Stéphane Le Foll !

Ce sont les aides à l’agriculture biologique qui souffriront le plus de ces mesures d’austérité mises en place pour satisfaire les exigences de Bruxelles.

Le groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île de France soutient les protestations du Groupement des agriculteurs bio d’Île de France qui écrit avec raison que « les dispositifs d’aide sont trop instables et ne permettent pas aux agriculteurs de se projeter dans les investissements nécessaires à la transition écologique de leurs exploitations ».

Wallerand de Saint Just adresse ce jour une lettre à la présidente de la Région, Madame Valérie Pécresse, pour lui demander d’envisager rapidement, au niveau du Conseil régional, les mesures propres à tenter de pallier l’incroyable irresponsabilité gouvernementale, bien entendu, dans le cadre du budget régional qui pourrait augmenter, de ce chef, plus que des 400.000 euros décidés au budget primitif 2017.

Front National