Les Républicains

Listes transnationales : Une défaite des européistes dans le temple du fédéralisme

Publié le

Marine Bureau 1

Communiqué de presse de Marine Le PenPrésidente du Front National du 08/02/2018

Premier vote et premier désaveu

Avec le vote très net du Parlement européen rejetant le principe des listes transnationales, M. Macron qui se présentait comme le sauveur de l’Union Européenne, est ramené à la réalité.

La proposition inspirée par M. Cohn-Bendit que M. Macron portait a été largement repoussée par une majorité de députés européens.

L’affaiblissement de Mme Merkel comme les doutes qui s’emparent des européistes du PPE (groupe dans lequel siègent les députés LR) expliquent ce beau résultat que les partisans des peuples souverains ont imposé.

Un vote qui en annonce d’autres

Marine Le Pen se réjouit de ce vote, certes symbolique, mais qui constitue une victoire idéologique dans le temple du fédéralisme. Il montre le poids grandissant des partis qui sont attachés à la souveraineté des peuples et annonce le grand bouleversement politique auquel pourraient donner lieu les prochaines élections européennes.

Front National

Publicités

M.Bedier préfère construire des mosquées plutôt que des écoles

Publié le Mis à jour le

Cyril Nauth FN

Communiqué de presse Cyril Nauth, maire de Mantes-la-Ville, conseiller régional Ile-de-France, et de Mathilde Androuët, secrétaire départementale des Yvelines, conseillère régionale du 07/02/2018

Alors que l’organisme public, Epamsa, dont le président n’est autre que M.Pierre Bédier vient de vendre à la communauté turque 4.000 m2 de terrain à Carrières-sous-Poissy pour la construction d’une mosquée, ce même organisme tarde toujours à céder un terrain de 5.000m2 pour la construction d’une école à Mantes-la-Ville.

Surenchère de mosquées

Alors même qu’un chantier financé par les dons des fidèles pour une mosquée de 2700 m2 et d’une capacité de 700 fidèles est en cours à Carrières-sous-Poissy, la puissance publique, via l’Etablissement Public du Mantois Seine aval (Epamsa) a conclu vendredi dernier la vente de 4.000m2 de terrain pour la construction d’une autre mosquée à destination de la communauté turque.

Ingérence turque

Cette vente soulève de nombreux problèmes laissant plus croire à une opération de clientélisme que d’aménagement du culte. En effet, donner un tel soutien public à une communauté encourage la concurrence cultuelle et donne un signal fort à destination de la communauté turque, officiellement représentée le jour de la vente par le consul de Turquie en France. L’ingérence de pays étrangers sur des cultes se déroulant sur le territoire français est problématique et va à l’encontre de nos lois et de nos principes. Celle de la Turquie l’est davantage au vu des ambiguïtés, parfois menaçantes, de M.Erdogan à l’égard de l’Europe et des violences que celui-ci fait subir aux minorités kurdes en Syrie pourtant en première ligne des combats contre Daesh.

Étonnant usage de l’argent public français : Ecole, non – Mosquée, oui

L’Epamsa, organisme public dirigé par le président du Conseil départemental des Yvelines, M.Pierre Bédier, a pour objectif de développer des projets d’urbanisme visant en premier lieu le dynamisme économique local ou le développement de projets novateurs (eco-quartiers). L’érection d’une mosquée sur une parcelle non négligeable dans un territoire francilien touché par la pression des prix de l’immobilier ne semble pas relever de ce cas-là, d’autant qu’un chantier est à ce jour en cours.

Par ailleurs, ce même organisme tarde toujours à céder un terrain à la mairie de Mantes-la-Ville qui souhaite construire une école dans le nouveau quartier Mantes-Université. L’opération qui a eu lieu vendredi en parallèle de cette fin de non-recevoir laisse clairement entrevoir les priorités du groupe Les Républicains dans les Yvelines.

Les Yvelinois de toutes origines apprécieront que la construction d’école publique et donc l’avenir des enfants passent –voire ici ne passeront pas du tout-après l’intérêt des communautés religieuses.

Le Front National des Yvelines dénonce ici une opération qui va clairement à l’encontre de nos valeurs de défense de l’instruction comme de notre refus de toute ingérence étrangère, de tout communautarisme et de tout clientélisme. Vendredi dernier, par cette vente, la République et la France ont reculé

Front National

Refusons de devenir étrangers dans notre région !

Publié le

Refusons de devenir étrangers dans notre région.jpg

Communiqué de Julien Odoul, Président du  groupe Front National au CR de Bourgogne-Franche-Comté du  5 février 2017

Avant l’examen du projet de loi sur « l’asile et l’immigration » qui sera débattu à l’Assemblée nationale en mars prochain, le groupe Front National – BFC se mobilise pour dénoncer les complaisances de l’exécutif régional envers les migrants.

Depuis le début de sa mandature, la majorité socialiste de Marie-Guite Dufay a octroyé avec l’appui du groupe de la droite et du centre dirigé par François Sauvadet, plus de 972 000 euros aux associations favorisant l’immigration clandestine.

Les faits divers récurrents dans la presse nous rappellent pourtant que ces migrants ne sont majoritairement pas des réfugiés de guerre, ni des chances pour la France ; mais des profiteurs venus pour des raisons économiques et ne partageant ni notre culture, ni nos traditions ou notre mode de vie.

A l’heure où la crise sociale touche plus de 370 000 pauvres en Bourgogne Franche-Comté, dans un contexte explosif où immigration massive rime avec tragédie humaine et insécurité grandissante ; il devient impératif de rompre avec l’angélisme immigrationniste pour appliquer la priorité régionale.

Pour ces raisons, le groupe Front National de Bourgogne Franche-Comté demande à Marie-Guite Dufay de couper toutes les subventions en faveur des associations pro-migrants et de reverser ces sommes aux habitants de notre région qui devraient être les premiers servis.

Plus que jamais, les nôtres doivent passer avant les autres.

Page Facebook du groupe FN au CR de Bourgogne-Franche-Comté

Wauquiez à la tête des Républicains : la politique, c’est pas du toc !

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSecrétaire Général du Front National du 15/12/2017

Les Français n’ont vraiment plus aucun enthousiasme pour ces politiques usés, devenus maîtres de la duplicité et de l’artifice.

Wauquiez est à ce titre un cas d’école. Formé en politique par l’ancien vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot, il est lui-même ancien ministre des Affaires européennes de Sarkozy et Fillon. Il est fondamentalement et intrinsèquement un européiste zélé et à l’opportunisme notoire, dont la fermeté et le semblant d’authenticité ne sont jamais que stratégiques.

Son élection à la tête des Républicains dimanche dernier va permettre de révéler ce qu’est devenue cette pseudo-droite de la compromission et des arrangements perpétuels. Loin d’une campagne interne destinée à séduire les adhérents et militants de LR fondamentalement proches de nos positions, il se recentrera à vitesse grand V et montrera le visage qui est le sien depuis le début de sa carrière politique. Et l’enthousiasme de la base électorale de LR, sincère et optimiste, se délitera avec la même célérité.

Ils croyaient à un projet de fermeté sur l’immigration, sur l’insécurité, sur la lutte contre le terrorisme, sur notre souveraineté ? Ils auront laxisme, langue de bois et frilosité. Comme toujours avec cette droite d’apparence, le cocufiage est un projet de grande ampleur.

De son côté, Marine Le Pen conserve une côte de sympathie auprès des adhérents et sympathisants plus forte qu’aucun autre responsable de parti. Le Front National reste la seule force politique capable de rendre à nos compatriotes les clés de leur destin. L’engouement pour la refondation  est chaque jour un peu plus fort, comme en témoigne le nombre impressionnant de réponses au questionnaire : près de30 000 exemplaires déjà retournés, plus de la moitié des adhérents ont donc d’ores et déjà apporté leur contribution.

De quoi constituer une base de réflexion pertinente, au service du renouveau de notre formation. Car le Front National, ce n’est pas d’un côté une base militante et de l’autre côté des cadres déphasés. C’est une même volonté d’ouvrir une nouvelle page pour notre peuple et pour notre pays. Notre refondation, elle, est bien réelle, et vous vous en emparez : la démocratie interne n’est pas un vain mot, et les quelques-uns qui s’y sont soustraits et ont déserté l’ont avant tout fait par peur de devoir assumer leur déconnexion et leur refus de se remettre en question.

Cette refondation est un acte de maturité, de mise à plat et de franchise. Et tout prouve que nous sommes les seuls capables d’effectuer une telle démarche.

Le début de la Présidence Macron est bien l’échec annoncé, et sa déconnexion et son mépris du peuple semblent se distiller par contagion chez l’ensemble des élites de notre pays.

Exemple parmi d’autres, mais ô combien frappant : interrogé sur le financement du terrorisme via les aides sociales, Bruno Dalles, patron de Tracfin, autorité financière liée au Ministère de l’Economie, admettait qu’ « il a pu arriver que les allocations continuent à être versées pour savoir où sont les personnes recherchées ».

Le RSA comme moyen de traque des terroristes, il fallait oser. Nos millions de compatriotes dans la précarité apprécieront, les contribuables encore plus.

Il y a urgence à préparer les échéances à venir. Chaque élection intermédiaire jusqu’à 2022 doit être l’occasion d’une claque démocratique pour cette caste. C’est à vous de nous donner les moyens d’y parvenir !

Front National

V. Pécresse instrumentalise honteusement la Shoah

Publié le

WDSJ 2016 1

Communiqué de Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN-IDF à la région Ile-de-France du 22/11/2017

Les élus prétendument républicains persistent dans l’instrumentalisation dégradante du devoir de mémoire.

La semaine dernière, V. Pécresse avait pris la décision de refuser à tous les élus du Conseil régional d’Ile-de-France la possibilité d’accompagner les scolaires à Auschwitz, au motif que deux élues du groupe FN avaient osé s’inscrire.

Aujourd’hui, V. Pécresse a demandé à tous ses élus de voter un amendement du Front de gauche réservant ce voyage aux « élus de groupes représentant les forces républicaines et démocratiques de l’assemblée régionale ».

Cet amendement est scélérat : que la gauche communiste le propose n’est pas étonnant, mais en s’y associant, V. Pécresse et les élus « républicains » se déshonorent. En outre, ils se croient autorisés à désigner les élus « républicains et démocrates » et ceux qui ne le sont pas.

Ce scandale prouve que ces élus dévoyés n’ont aucun scrupule à se servir de la Shoah et du devoir de mémoire pour mettre en place des combines politiciennes et sectaires.

Les plaintes pénales et les recours administratifs nécessaires seront déposés afin de tenter de faire cesser cette injustice moralement monstrueuse.

Front National

Les élus du Front National empêchés de se rendre à Auschwitz

Publié le

WDSJ 2016 1

Communiqué de Wallerand de Saint Just, Président du groupe Front National à la Région Île-de-France du 16/11/2017

Le 8 novembre, les élus Front national ont reçu l’annonce par la « direction des politiques éducatives » du Conseil régional d’Ile-de-France de la possibilité, pour ceux le souhaitant, de se joindre aux voyages à Auschwitz, organisés, comme tous les ans, au profit des lycéens franciliens.

Deux élus du groupe Front National se sont inscrits.

Par un message téléphonique de ce jour, le Conseil régional me fait savoir que, puisque deux élus du Front National sont inscrits, le Conseil régional a décidé qu’aucun élu ne pourra finalement participer à ce voyage.

Cette décision est scandaleuse et honteuse. Valérie Pécresse s’est évidemment aplatie devant des revendications particulièrement sectaires.

Confrontés à cette décision, les élus du Front national expriment et exprimeront leur profonde indignation et déposent plainte pour discrimination à raison des idées politiques en vertu des articles 225.1 et 225.2 du Code pénal.

Front National

Procès Merah, levée d’immunité de Marine le Pen et budget 2018 sur l’immigration: le bal des tartuffes !

Publié le

Briois 2017

Éditorial de Steeve Briois, SG du Front National du 10/11/2017

Chers amis,

Sept jours seulement se sont écoulés pendant lesquels trois évènements m’ont interpellé. Trois évènements qui illustrent le désarmement moral et matériel de notre pays, au moment où la menace terroriste n’a jamais été aussi forte. Arrêtons-nous tout d’abord sur l’emblématique procès Merah. Abdelkader Merah n’a été condamné qu’à une peine de 20 ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. 20 ans de prison avec une peine de sûreté de 13 ans, c’est indécent. Cette condamnation sonne comme une véritable insulte à la mémoire des victimes du monstre Merah et un grave aveu de faiblesse à l’heure où des centaines de djihadistes partis combattre aux côtés de Daesh, s’apprêtent à revenir en France. Cette décision de justice démontre surtout que notre arsenal pénal est totalement périmé et ne correspond plus au standard nécessaire à la lutte antiterroriste.

Comme Marine le Pen l’a rappelé, le terrorisme islamiste n’est pas un crime de droit commun comme un autre, mais un acte de guerre contre la France. Il doit donc être traité comme tel au moyen d’un droit spécifique, de juridictions dédiées et d’un arsenal de sanctions exemplaires. Pourquoi par exemple ne pas revoir à la hausse l’échelle des peines lorsqu’un tel personnage est condamné pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ? A un tel chef d’inculpation doit désormais correspondre la perpétuité ou à tout le moins une peine de 30 ans de prison. Mais surtout, il faut désormais rechercher la culpabilité des familles, car nous ne pouvons plus laisser impunis, des comportements éducatifs qui font la part belle à la haine de la France, aux sympathies pour l’islam radical et au refus ostensible de respecter les valeurs de la République. Comme le préconisait en son temps le regretté Charles Pasqua, il faut maintenant « terroriser les terroristes » !

Ce n’est semble-t-il pas le chemin qu’a emprunté le bureau de l’Assemblée nationale, préférant lever l’immunité parlementaire de notre présidente et député Marine le Pen pour la publication de tweets dénonçant les exactions de Daesh. Une levée d’immunité sans débat et sans audition de l’intéressée, prise par des députés « En Marche » adeptes de l’esprit munichois. Des députés godillots aux ordres d’un Emmanuel Macron plus soucieux de museler une opposante politique, que de combattre les islamistes ou même sanctionner ses propres parlementaires dont certains commettent des agressions physiques ou publient des photos faisant l’apologie de la haine anti-flic.

Dans cette affaire, c’est la liberté d’expression de chaque député qui est gravement menacée et donc la démocratie représentative qui est attaquée.

Puisque nous évoquons l’actualité de l’Assemblée nationale, il convient de souligner un fait notable : vos députés Front National et parmi eux, Bruno Bilde et Ludovic Pajot ont été les seuls à déposer et défendre à l’Assemblée nationale, des amendements pour contrer les orientations de la mission immigration du projet de loi de finances de 2018. Les députés « les Républicains » ont pour leur part brillé par leur absence et leur inconstance. En effet, sur les 100 députés que compte le groupe LR, seuls 2 étaient présents. Ils n’ont déposé aucun amendement et ont même refusé de voter  ceux du Front National, contredisant une fois de plus leur discours prétendument « sécuritaire ».

Pourtant, la mission évoquée diminue de 7 millions € les crédits alloués à la lutte contre l’immigration clandestine et augmente de 300 millions € les programmes d’accueil des migrants sur notre sol, allant même jusqu’à proposer de financer un véritable « pass avantages migrants ». Pass qui inclut des programmes d’alphabétisation et des aides pour l’accès à l’emploi, au sport et à la culture…

Vous avez dit tartufferie ?

Front National