Pas-de-Calais

La saignée historique infligée par Emmanuel Macron aux communes de France !

Publié le

Bilde Bruno AN

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député Front National du Pas-de-Calais, conseiller spécial de Marine le Pen du 02/08/2017

La purge d’Emmanuel Macron continue de frapper très durement nos collectivités territoriales. Plutôt que de réduire le budget dédié à l’asile et à l’accueil des migrants (en augmentation de 217 millions d’euros) ainsi que celui destiné à l’hébergement d’urgence (en hausse de 122 millions d’euros), le Président de la République Emmanuel Macron et son Premier ministre, Edouard Philippe ont préféré passer un coup de rabot historique sur les dotations allouées aux collectivités territoriales.

Plus de 300 millions d’annulation de crédit et 280 millions d’autorisations d’engagement non honorées : cela représente une perte considérable pour des communes déjà confrontées à une baisse de 10.7 milliards d’euros de dotations entre 2015 et 2017.

Par cette décision irresponsable et injuste, cet échelon de proximité pourtant plébiscité par une immense majorité de Français, sera privé d’une grande partie de ses capacités de fonctionnement et d’investissement.

C’est le bon fonctionnement des services publics de proximité et de l’économie locale qui est menacé.

Ce sont les communes rurales qui sont en danger d’asphyxie budgétaire, présageant tout bonnement leur disparition ! Là encore, les prévisions de Marine le Pen concernant les véritables intentions d’Emmanuel Macron se sont révélées être exactes : le Président de la République est bien le serviteur des métropoles et le fossoyeur de la France périphérique et de la ruralité.

Nous appelons les maires, les élus locaux et tous les Français à se mobiliser pour défendre la survie de leurs communes.

C’est l’avenir de nos territoires et de la démocratie locale qui en dépend.

Front National

Inéligibilité des députés pour délit d’opinion : en marche vers le gouvernement des juges !

Publié le

Bilde Bruno député du PDC

Communiqué de presse de Bruno Bilde, député FN du Pas-De-Calais du 27/07/2017

Les députés de la République en marche et leurs collègues d’extrême gauche viennent d’adopter un article de loi orwellien qui menace très gravement la liberté d’expression des parlementaires et les place sous la tutelle de l’institution judiciaire.

En effet, l’article de loi qui vient d’être adopté, prévoit l’instauration d’une peine d’inéligibilité de 10 ans à l’encontre de personnes condamnées pour des propos jugés « racistes » ou « discriminatoires ». Sous prétexte de lutter contre le racisme, l’instauration de ce régime liberticide va museler encore un peu plus les parlementaires et autres élus locaux qui osent combattre l’immigration massive, la progression du communautarisme et son corollaire l’islamisme.

L’autocensure deviendra la règle de conduite car les parlementaires seront suspendus au bon vouloir de juges qui comptent parmi eux, des militants politiques d’extrême gauche issus du syndicat de la magistrature. Rappelons que pour avoir comparé des prières de rue à une forme d’occupation du territoire national, Marine le Pen a été poursuivie par la LICRA pour racisme et propos discriminatoires. Si elle avait été jugée à la suite de l’adoption d’une telle loi, un obscur juge aurait pu la condamner à une peine d’inéligibilité de 10 ans ce qui l’aurait empêché de se présenter à l’élection présidentielle…

Cet article de loi, fruit d’un lobbying abject de groupuscules antiracistes gavés d’argent public, est en réalité l’arme ultime du système Macron contre Marine le Pen et les députés du Front National. Il vise à les réduire au silence car ils incarnent aujourd’hui, la seule opposition sérieuse au recul inquiétant des libertés publiques et de la démocratie.

Non au gouvernement des juges ! Oui à la liberté d’expression !

Front National

Attentat terroriste perpétré par un Tunisien résidant à Lens : le spectre de l’État islamique plane sur Anvers

Publié le

briois-8

Communiqué de presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin-Beaumont, Député français au Parlement européen et Vice-Président du Front National du 24/03/2017

Un ressortissant tunisien résidant à Lens dans le Pas-de-Calais a été intercepté par la police belge après avoir foncé sur la foule en voiture dans la principale artère commerçante à Anvers. Ressortissant tunisien qui était autorisé de séjour en France malgré des condamnations judiciaires. D’après les autorités belges, aucune victime n’est à déplorer mais le sort de cette attaque aurait pu être bien plus dramatique dans la mesure où son véhicule contenait fusils et armes blanches. S’il n’a pas encore été revendiqué par l’État islamique, cet attentat intervient deux jours après celui de Londres qui a fait trois morts et une trentaine de blessés. Un quotidien britannique avait d’ailleurs révélé une vidéo tournée à Anvers dans laquelle DAESH promettait d’y commettre un attentat laissant ainsi peu de place au doute quant à la motivation de cet individu.

Paris, Bruxelles, Nice, Berlin, Londres et aujourd’hui Anvers, la multiplication des attaques terroristes ces derniers mois traduit l’incapacité de nos dirigeants et de l’Union européenne à lutter efficacement contre le développement du fondamentalisme islamique en dépit de services de renseignement de qualité. Mais surtout, ces événements dramatiques démontrent une fois de plus la nécessité mettre un terme au principe de libre circulation des individus au sein de l’espace Schengen. Or, plutôt que de s’attaquer aux racines du problème, nos adversaires politiques préfèrent voter au Parlement européen des directives inutiles comme celle sur les armes à feu qui vise à interdire les armes semi-automatiques comme si les apprentis djihadistes se souciaient de la législation en vigueur.

Le Front National apporte tout son soutien aux Belges confrontés comme en France aux folies meurtrières d’individus prêtant allégeance à une idéologie mortifère. Pour éradiquer cette menace islamiste, il est indispensable d’expulser de notre territoire national l’ensemble des étrangers fichés S et de déchoir de la nationalité française les binationaux qui se rendent coupables d’intelligence avec l’ennemi. Enfin pour s’attaquer à la racine du mal, le Front National rappelle l’impérieuse nécessité de fermer l’intégralité des mosquées salafistes, d’interdire le financement étranger des lieux de culte et de couper les vivres aux associations culturelles sous l’emprise des Frères Musulmans et des Islamistes.

Front National

Macron à Hénin-Beaumont : il fuit le peuple !

Publié le

Briois 8

Communiqué de Presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin-Beaumont, Vice-Président du Front National du 13/01/2017

La présence d’Emmanuel Macron ce jour dans le Pas-de-Calais et en particulier à Hénin-Beaumont est la preuve d’un cynisme achevé.

Alors que notre département et notre bassin minier sont les claires démonstrations de l’incapacité de François Hollande et de ses gouvernements à résoudre la crise économique, sociale et migratoire, la venue de l’ancien ministre de l’Economie est proche de la blague douteuse.

Emmanuel Macron est-il venu ce matin danser sur les ruines de ce que le socialisme nous a laissé et que nous reconstruisons à présent à Hénin-Beaumont ? Est-il venu expliquer aux chômeurs, aux précaires, aux artisans, commerçants, dirigeants de petites entreprises, et salariés d’entreprises en difficultés combien son action a été bénéfique, et combien la loi Macron est bonne ?

La vérité est qu’Emmanuel Macron vient dans le Pas de Calais comme certains vont au safari, avec pour seul but de revenir avec de belles photos et de profiter de la notoriété de Marine Le Pen, comme Jean-Luc Mélenchon aux législatives de 2012 et Manuel Valls aux municipales de 2014 l’ont fait, avec le cuisant échec que l’on connaît.

Il devrait surtout retenir qu’être le chouchou des médias n’est jamais très bon signe, les exemples récents sont légion…

Toujours est-il qu’il n’est pas venu se frotter au peuple, fuyant le marché d’Hénin-Beaumont, préférant choisir ses interlocuteurs dans des milieux où il se sait moins exposé.

Et ça se comprend : qu’est-ce que l’ancien agent de la Banque Rothschild, qui a gagné 2,4 millions d’euros au cours des 18 mois qu’il y a passé, aurait pu comprendre de la détresse des plus fragiles de nos concitoyens ?

Front National

Annulation de la crèche de Noël d’Hénin-Beaumont : le tribunal administratif de Lille viole la jurisprudence du Conseil d’Etat !

Publié le

briois-8

Communiqué de presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin-Beaumont, Député européen, Vice-président du Front National du 01/12/2016

A la demande de David Noël, ancien adjoint de Gérard Dalongeville et élu communiste d’Hénin-Beaumont, le tribunal administratif de Lille a prononcé l’annulation a posteriori de la crèche de Noël de l’année dernière.

En cédant à la stratégie d’obstruction de l’opposition héninoise – toujours hostile par principe à ce qui relève des traditions populaires ou fêtes familiales –, le tribunal administratif de Lille, connu pour être l’un des plus à gauche de France, témoigne ainsi d’une servilité toute particulière à l’égard de certaines formations politiques, au mépris du plus élémentaire principe d’indépendance.

La chose est d’autant plus évidente que le jugement est rendu 24 h après l’audience : du jamais-vu pour une procédure qui n’est pas un référé !

Dans une décision hallucinante, les magistrats indiquent que l’annulation est due à l’absence de proximité immédiate entre la crèche de Noël installée dans le hall de l’hôtel de ville et le marché de Noël… Pourtant situé 5 mètres en contrebas des marches du bâtiment ! Cette appréciation particulièrement subjective atteste du caractère profondément idéologique de cette affaire.

La Municipalité fait bien évidemment appel de cette décision ubuesque, politique et contraire à une jurisprudence constante du Conseil d’Etat en la matière.

Les Héninois et Beaumontois attachés au respect de l’esprit festif et des traditions culturelles qui prévalent en cette période de fin d’année auront en attendant le plaisir de retrouver la crèche, dès le 9 décembre prochain, sur le site du Marché de Noël…

Front National

Incendies de la « jungle » de Calais : la préfète du Pas-de-Calais doit être démise

Publié le Mis à jour le

calais-bus-en-feu

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National du 26/10/2016

Les propos hallucinants de la préfète du Pas-de-Calais expliquant que les incendies qui ont embrasé une partie de la « jungle » de Calais cette nuit relèvent de la « tradition des populations migrantes » doivent entraîner sa démission immédiate. Ses propos sont d’autant plus graves que la préfète admet avoir été prévenue par « les chefs des communautés » et avoir tenté de les dissuader dans cette entreprise.

Le rôle d’une préfète n’est pas de constater, ni moins d’expliquer, des actes délictueux d’une telle gravité mais de faire respecter la loi de la République et de combattre tout comportement qui s’en éloignerait.

Mme la préfète du Pas-de-Calais considèrera-t-elle demain que les centres d’accueil où vont être relogés des milliers de migrants aux frais de l’Etat peuvent être incendiés au nom de la « tradition » ?

Front National

Le député socialiste Nicolas Bays a-t-il été corrompu par le Qatar ?

Publié le

briois-7

Communiqué de Presse de Steeve Briois, Vice-Président du Front National du 20/10/2016

D’après le livre écrit par les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, le député socialiste et adjoint au maire de Wingles Nicolas Bays aurait sollicité de l’argent et des avantages en nature au Qatar et plus particulièrement à son ambassadeur.

D’après l’enquête, Nicolas Bays, par ailleurs vice-président du groupe d’amitié France-Qatar à l’Assemblé Nationale, aurait demandé par SMS à l’ambassadeur des billets d’avion et des nuits d’hôtel pour sa femme et ses enfants, des chaussures de luxe et de l’argent pour finaliser les travaux de son appartement.

Si la présomption d’innocence est de mise, les auteurs affirment détenir des «éléments probants » pour chacune de leurs déclarations. Si ces accusations venaient à s’avérer vraies dans les mois à venir, elles démontreraient les conflits d’intérêt politico-financiers que nous dénonçons depuis toujours entre la France et le Qatar. Outre la corruption, c’est la question de la loyauté de ces hommes politiques à la France qui est gravement remise en cause.

Il est bien évident que Nicolas Bays doit suspendre sa candidature à sa réélection sur la 12ème circonscription du Pas-de-Calais.

Front National