PCF

Communiqué du Front National à la suite de la forte progression de notre mouvement aux élections sénatoriales

Publié le

FN Pupitre

Communiqué du Front National du 24/09/2017

Le Front National présentait, pour les élections sénatoriales de ce dimanche 24 septembre, des candidatures individuelles et des listes bleu marine pour la défense de nos communes et de nos départements dans 39 départements. Alors qu’il ne disposait théoriquement que d’environ 700 grands électeurs dans les départements concernés, le Front National a obtenu 2026 voix, enregistrant une progression d’environ 60% par rapport à 2011.

Parmi les hausses les plus significatives, on peut signaler l’Essonne (de 18 voix en 2011 à 87 voix en 2017), la Haute-Loire (de 7 à 24 voix), le Pas-de-Calais (de 101 à 260 voix) ou encore les Pyrénées-Orientales (de 27 à 56 voix). Enfin, deux listes de rassemblement, conduites par des élus de droite mais présentées par le Front National, ont permis respectivement de passer de 45 à 122 voix (Isère) et de 64 à 107 voix (Seine-et-Marne).

Ces importantes progressions montrent qu’un nombre important de grands électeurs, notamment dans la ruralité, ont été convaincus par les candidats Front national qui défendaient nos départements et nos communes menacés par la politique du gouvernement qui met a mal leur autonomie financière et vise à les supprimer au profit des intercommunalités et des métropoles. Le Front national s’affirme plus que jamais comme le grand mouvement de défense des terroirs et des territoires.

Front National

Publicités

Les indignations à géométrie variables de François de Rugy…

Publié le

Ménard Emmanuelle

Communiqué d’Emmanuelle Ménard, député de l’Hérault du 09/08/2017

Alors que François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale s’est engagé à sanctionner le parlementaire qui a imité des cris de chèvre en plein débat alors qu’une députée de La République En Marche s’exprimait, je suis toujours en attente de sa réaction alors que j’ai moi-même été insultée par un député communiste dans l’hémicycle.

Y-aurait-t-il deux poids deux mesures ? Si je m’associe à la protestation de la députée LREM Alice Thourot et à la condamnation du président de l’Assemblée de pareils comportements et de pareils propos, je m’étonnes que ce dernier n’ai rien à redire quand un parlementaire communiste, Stéphane Peu, ne trouve rien de mieux que de me traiter de « facho » en pleine séance.

Dans un courrier que j’ai adressée le 4 aoùt à François de Rugy, je lui rappelais que ce « facho » a été proféré par ce député alors que j’intervenais sur … la liberté d’expression.

Et d’ajouter « je ne doute pas un  instant que vous interviendrai de la même façon  à mon sujet (que pour la députée Alice Thourot ) auprès du député communiste Stéphane Peu pour le rappeler à l’ordre de la plus élémentaire courtoisie républicaine. Et devant la gravité de l’insulte je suis certaine que ce rappel à l’ordre de votre part fera l’objet d’une inscription au procès-verbal de la séance, conformément à l’article 70 de notre réglement intérieur ».

Faute, à l’heure qu’il est, de toute réponse de François de Rugy, alors qu’il vient encore dans l’hémicycle, de rappeler sa ferme condamnation de l’incident dont a été victime la députée LREM Alice Thourot, je crains que celui-ci n’ait des indignations à géométrie variable : Scandalisé à juste raison quand il s’agit d’une « attitude inadmissible » à l’égard d’une députée de sa sensibilité, il ne trouve rien à redire lorsqu’une « attitude inadmissible » vise une parlementaire dont il ne partage pas les opinions…

On pouvait espérer un comportement différent du président de l’Assemblée nationale, alors même qu’il aspire, dit-il, à une pratique différente de la politique.

Comme quoi, les vieux réflexes politiciens ont la vie dure…

Source : Page FB d’Emmanuelle Ménard