PS

Affaire Lafarge/Fabius/Daech : Marine Le Pen demande une commission d’enquête parlementaire

Publié le

Marine Poitiers 300917

Communiqué de presse de Marine le Pen, Députée du Pas-de-Calais, Présidente du Front national du 13/10/2017

L’affaire Lafarge semble mettre en évidence un jeu trouble des autorités politiques françaises dans le financement des groupes terroristes islamistes en Irak et en Syrie. Tout le monde garde à l’esprit le soutien revendiqué publiquement de Laurent Fabius aux milices islamistes armées de l’opposition syrienne qui semble aujourd’hui corroborer cette attitude pour le moins trouble.

Une affaire d’État ?

Les nouvelles révélations de l’affaire Lafarge, si elles étaient avérées, confirmeraient l’irresponsabilité criminelle de la politique menée par le gouvernement de François Hollande vis-à-vis des groupes terroristes qui dans l’hypothèse d’un soutien direct ou indirect à l’état islamique couvert par le Quai d’Orsay constituerait alors une affaire d’État.

Les Français ont le droit de savoir

Au moment où nos soldats sont engagés sur les théâtres d’opération extérieure contre le terrorisme islamiste au risque de leur vie, au moment où nos compatriotes se font assassiner dans les rues par des djihadistes, les Français ont le droit de connaître la vérité, toute la vérité.

Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais, a déposé ce jour à l’Assemblée nationale une résolution demandant la création d’une commission d’enquête parlementaire sur l’attitude du gouvernement français dans le financement ou l’aide directe ou indirecte apportés par la France à des groupes islamistes et tout particulièrement à ceux és comme ennemis de la France.

Front National

Publicités

Désenclavement du Grand Sud-Ouest : le Front National dit OUI à la LGV !

Publié le

Léonardelli FN Toulouse

Communiqué de presse de Julien Leonardelli, Secrétaire départemental du Front National de Haute-Garonne, Conseiller régional d’Occitanie du 05/10/2017

Dans le cadre des Assises nationales de la mobilité, la Région Occitanie organisait aujourd’hui une journée de mobilisation pour les transports collectifs et notamment,en faveur des lignes LGV de Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan, menacées d’abandon par les dernières déclarations du Président Macron.

Membre de la Commission Aménagement du territoire au Conseil régional d’Occitanie, j’y représentais le Groupe des élus régionaux du Front National pour réaffirmer notre soutien aux projets de liaisons LGV en question.

Si le Front National plaide effectivement pour un aménagement du territoire performant, qui permettrait enfin de désenclaver le Grand Sud-Ouest, il ne peut se réjouir qu’à moitié de la prise de conscience bien tardive de ceux qui, lorsqu’ils étaient aux responsabilités ont pourtant brillé par leur immobilisme politique en la matière.

Qu’ont fait les Baylet, Gayssot et Delga lors de ces dernières années ? N’ont-ils pas aussi participé tout récemment à l’élection du Président Macron qui s’applique à déconstruire la France ?

Une chose est sûre, il n’est plus temps de pleurer sur le lait renversé. Ces lignes LGV de Bordeaux-Toulouse, Montpellier-Perpignan et même de Toulouse-Narbonne sont plus que jamais nécessaires à un maillage territorial optimal, qui faciliterait les déplacements, favoriserait l’emploi et la croissance de notre région dans une France durable.

Ce combat qui doit être un combat collectif de tous les habitants et élus d’Occitanie ne doit pas masquer que la principale compétence du conseil régional en matière de Transports reste celle des trains du quotidien. De ce point de vue, Carole Delga a encore beaucoup de travail et elle ne pourra pas sur ce sujet accuser le Gouvernement.

Front National

Communiqué de presse de Valérie Laupies sur l’école du 25/09/2017

Publié le Mis à jour le

Flamme large

Communiqué du Front National du 25/09/2017

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, est sans doute le ministre d’Emmanuel Macron le plus audible et le plus rassurant pour les Français actuellement. Il faut dire que son prédécesseur, Mme Najat Vallaud-Belkacem, avait réussi à faire l’unanimité contre elle ;parents, professeurs, collectivités locales, fustigeaient ses réformes d’idéologue gauchiste.

Jean-Michel Blanquer affirme sa volonté de mettre le savoir et l’autorité des professeurs, au cœur de l’Ecole ; c’est évidemment une très bonne chose. En revanche, on est en droit de poser les questions suivantes :

– comment réaliser ce défi lorsque l’on garde à des postes de responsabilité les personnes mises en place par Najat Vallaud Belkacem ? Par exemple le président duConseil supérieur des programmes et tant d’autres cadres de l’EN.

– comment réaliser ce défi lorsque l’Union européenne dicte un modèle utilitariste de l’école ayant pour but de faire de nos enfants des citoyens « employables » plutôt que des personnes libres et éclairées. L’évaluation des élèves sur « les compétences » et non sur « les savoirs » est la preuve de cet objectif.

Si M. Blanquer est prêt à poursuivre l’autonomisation des établissements scolaires dans la logique de Najat Vallaud-Belkacem et de Luc Chatel, le Front national quant à lui, y est opposé.

En effet, la compétence des enseignants ne se mesure pas à l’aune des projets d’établissement « pédagogico-culturels » mais à la capacité des professeurs à enseigner strictement leurs disciplines respectives.

Front National

Communiqué du Front National à la suite de la forte progression de notre mouvement aux élections sénatoriales

Publié le

FN Pupitre

Communiqué du Front National du 24/09/2017

Le Front National présentait, pour les élections sénatoriales de ce dimanche 24 septembre, des candidatures individuelles et des listes bleu marine pour la défense de nos communes et de nos départements dans 39 départements. Alors qu’il ne disposait théoriquement que d’environ 700 grands électeurs dans les départements concernés, le Front National a obtenu 2026 voix, enregistrant une progression d’environ 60% par rapport à 2011.

Parmi les hausses les plus significatives, on peut signaler l’Essonne (de 18 voix en 2011 à 87 voix en 2017), la Haute-Loire (de 7 à 24 voix), le Pas-de-Calais (de 101 à 260 voix) ou encore les Pyrénées-Orientales (de 27 à 56 voix). Enfin, deux listes de rassemblement, conduites par des élus de droite mais présentées par le Front National, ont permis respectivement de passer de 45 à 122 voix (Isère) et de 64 à 107 voix (Seine-et-Marne).

Ces importantes progressions montrent qu’un nombre important de grands électeurs, notamment dans la ruralité, ont été convaincus par les candidats Front national qui défendaient nos départements et nos communes menacés par la politique du gouvernement qui met a mal leur autonomie financière et vise à les supprimer au profit des intercommunalités et des métropoles. Le Front national s’affirme plus que jamais comme le grand mouvement de défense des terroirs et des territoires.

Front National

Les décisions contestables de Jean-Michel Blanquer

Publié le

Lebreton PE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, Député européen FN du 08/09/2017

Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education nationale nommé par Emmanuel Macron, était l’invité de Laurent Ruquier samedi soir sur France 2. La twittosphère a apprécié son intervention en lui décernant un flot de compliments inhabituels : compétence, clarté, détermination, humilité, pragmatisme, etc.

Ce bon accueil ne m’étonne pas car je connais personnellement l’homme, que j’ai rencontré quand nous étions deux jeunes professeurs de droit public, et je reconnais qu’il ne manque pas de qualités. Mais sera-t-il vraiment un bon ministre de l’Education nationale ?

Certes,il apparaît plus raisonnable que son catastrophique prédécesseur Najat Vallaud-Belkacem, ce qui n’est pas très difficile. C’est ainsi, par exemple, qu’il a décidé de rétablir les es bilangues, comme le demandait le Front National.

Mais il a aussi pris d’autres décisions qui augurent mal de l’avenir. Son idée d’accueillir les élèves en musique pour rétablir « l’harmonie » dans les es paraît farfelue, et n’est en tout cas pas à la hauteur de l’enjeu quand on constate par exemple l’emprise de l’islamisme radical dans beaucoup d’établissements. Quant à sa volonté de supprimer les devoirs à la maison pour les remplacer par des devoirs faits en e, elle risque d’aboutir en pratique à la diminution de la somme d’efforts exigée des élèves et semble donc de nature à renforcer la politique de nivellement par le bas que droite et gauche ont pratiquée depuis plusieurs décennies. Son projet d’alléger le bac en le réduisant à quatre épreuves encourt d’ailleurs le même reproche car il va décrédibiliser encore davantage ce diplôme qu’il faudrait au contraire revaloriser.

Ces quelques exemples montrent en définitive à l’évidence que Jean-Michel Blanquer ne sera pas le grand ministre de l’Education nationale que le peuple cherche.

Front National

L’agriculture biologique est en péril en Île-de-France

Publié le

WDSJ 2016

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île-de-France du 03/08/2017

L’actuel ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur la coupe budgétaire de 800 millions d’euros décidée par son prédécesseur socialiste, Stéphane Le Foll !

Ce sont les aides à l’agriculture biologique qui souffriront le plus de ces mesures d’austérité mises en place pour satisfaire les exigences de Bruxelles.

Le groupe FN-IDF au Conseil régional d’Île de France soutient les protestations du Groupement des agriculteurs bio d’Île de France qui écrit avec raison que « les dispositifs d’aide sont trop instables et ne permettent pas aux agriculteurs de se projeter dans les investissements nécessaires à la transition écologique de leurs exploitations ».

Wallerand de Saint Just adresse ce jour une lettre à la présidente de la Région, Madame Valérie Pécresse, pour lui demander d’envisager rapidement, au niveau du Conseil régional, les mesures propres à tenter de pallier l’incroyable irresponsabilité gouvernementale, bien entendu, dans le cadre du budget régional qui pourrait augmenter, de ce chef, plus que des 400.000 euros décidés au budget primitif 2017.

Front National

Comptes publics, gel du point d’indice : les multiples mensonges d’Emmanuel Macron

Publié le

flamme-3

Communiqué de presse du Front National du 30/06/2017

Hier la Cour des comptes a révélé le montant du dérapage attendu des finances publiques en 2017, de l’ordre de 8 milliards d’euros. Cette situation n’étonnera que ceux qui faisaient semblant de croire aux promesses et à l’action du précédent gouvernement, dont on rappelle que Monsieur Macron a eu la responsabilité de l’Économie jusqu’à la fin du mois d’août 2016.

En d’autre termes, si les finances publiques de notre pays se sont dégradées en 2017 c’est bien à cause de la politique inefficace de Monsieur Macron et des mensonges de ses amis quant à la trajectoire budgétaire de la France.

L’une des premières conséquences de ce dérapage est le gel du point d’indice des fonctionnaires annoncé hier par le ministre des Comptes publics, Gerald Darmanin. Gelé depuis 2010, le point d’indice des fonctionnaires avait connu deux petites hausses fin 2016 et début 2017, en pleine période électorale.

Sitôt les élections passées, les fonctionnaires repassent évidemment au moulinet de l’austérité.

Ce nouveau gel met en évidence un autre mensonge de Monsieur Macron. Pendant la campagne, celui-ci avait en effet promis de mettre un terme à « l’évolution uniforme des rémunérations dans la fonction publique ». Or ce gel frappera uniformément tous les fonctionnaires, y compris ceux des catégories les moins bien rémunérées.

Le Front National met en garde les Français contre la cure d’austérité qui se prépare et dont les fonctionnaires ont été les premières victimes annoncées. Les mensonges du précédent gouvernement sur l’état de nos finances publiques ne servent que de prétexte à l’actuel gouvernement pour justifier la poursuite d’une politique de soumission à Bruxelles, particulièrement injuste et inefficace, et dont le seul effet sera l’inverse de celui recherché : tuer la croissance et augmenter notre dette.

Front National