RPS

Conférence de presse de Julien Sanchez et Jordan Bardella du 28/11/2017

Publié le

Publicités

Règlement E-CARD : La Commission européenne souhaite euthanasier l’économie française

Publié le Mis à jour le

Parlement europeen

Communiqué de presse de Mylène TroszczynskiJoëlle MélinMarie-Christine BoutonnetChristelle LechevallierDominique Martin, Gilles Lebreton et Nicolas BayDéputés français au Parlement européen du 23/11/2017

La Commission européenne tente un véritable coup de force au Parlement européen en tentant d’imposer son paquet « services ».

Dans ce paquet législatif, le Règlement et la Directive E-CARD (carte européenne électronique des services) constituent un véritable attentat contre le plus élémentaire principe de subsidiarité et violent ainsi ouvertement le Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne censé le sanctuariser.

Les pouvoirs que s’arroge la Commission européenne pour déréguler le secteur des services déjà ravagé par la Directive sur les travailleurs détachés sont démesurés et appellent une réaction urgente des forces politiques démocratiques.

Les groupes politiques majoritaires du Parlement européen soutiennent, sans grande surprise, les grandes lignes du projet, à rebours de toutes les mises en garde, qu’elles soient politiques ou économiques, qui se sont multipliées ces dernières semaines.

Les députés européens du Front National, siégeant dans les commissions thématiques sont en première ligne pour tenter non seulement de mettre en échec cette offensive autoritaire et fédéraliste sans précédent, mais aussi pour remettre en cause le principe de la Directive dite « services », dont les effets néfastes se font sentir désormais partout.

Front National

Les députés du groupe Front National ont rejeté en bloc le budget présenté par le gouvernement pour l’année 2018

Publié le

Députés FN21 juin 2017

Communiqué de presse des députés du groupe Front National du 21/11/2017

« Choisir c’est renoncer » dit l’adage. Ainsi pour le budget 2018, le gouvernement a choisi :

de favoriser les Français les plus riches avec la fin de l’ISF ou l’instauration de la Flat Tax sur les revenus de l’épargne ;

de ne pas lutter contre l’immigration de masse, y compris illégale, en augmentant le budget de l’Aide Médicale d’Etat ou en augmentant celui dédié à l’accueil des migrants ;

de se soumettre  à l’Union européenne, en augmentant de plus de 2 milliards d’euros la contribution de la France à ces institutions ;

de supprimer la taxe d’habitation et d’abaisser la dotation globale de fonctionnement des collectivités ;

de persévérer dans une politique de la ville coûteuse et inefficace.

Mais il a donc renoncé :

à aider les Français des es moyennes à s’enraciner en augmentant le  diesel  ou en créant l’IFI ;

à lutter contre l’immigration clandestine en abaissant le budget qui y est consacré ;

à présenter un budget équilibré et à préserver la France de la domination des financiers ;

à aider les communes qui sont pourtant le premier échelon des pouvoirs publics ;

à augmenter de façon importante le budget de nos armées alors qu’elles sont mises à rude épreuve dans de nombreuses opérations.

En clair, il a choisi un budget qui ne défend ni le bien commun ni les Français les plus fragiles, un budget qui ne participera en rien au redressement économique et moral de la France, un budget qui finalement s’inscrit dans la droite ligne de ceux du dernier quinquennat.

Mais il a donc renoncé à ce que l’argent des Français serve avant tout à défendre leurs intérêts et ceux de leur patrie.

C’est ce budget que les députés du Groupe Front national n’ont cessé de dénoncer durant ce mois de discussions budgétaires et qu’ils ont rejeté en bloc à l’occasion du vote solennel de ce jour.

Front National

Communiqué du Front National du 21/11/2017

Publié le

Flamme 4

Communiqué du Front National du 21/11/2017

Il y a bientôt quatre ans, en décembre 2013, le Front National dénonçait dans l’indifférence générale à l’Assemblée nationale, les effets ravageurs de la directive des travailleurs détachés.

Déjà, nous étions les seuls à alerter l’opinion publique sur les conséquences dramatiques sur le plan économique et social d’une directive découlant directement de la doxa ultralibérale, fixant comme horizon indépassable des salariés français, le moins disant social et salarial.

Déjà, dans une opération de communication opportune et dilatoire, le gouvernement Hollande promettait d’arracher à la Commission européenne des garanties, et de juguler cette nouvelle forme de concurrence déloyale intra-européenne.

Quatre ans après, les chiffres viennent dramatiquement, une fois encore, confirmer ce que le Front National était le seul à prédire : alors que la courbe du chômage n’a eu de cesse de grimper, celle du nombre de travailleurs détachés a connu la même ascension. 286 025 en 2015, 354 151 en 2016.

Ni les déclarations d’intention, ni les promesses criées haut et fort de défendre une Europe sociale comme l’a fait Emmanuel Macron en Europe de l’Est il y a quelques semaines et à Stockholm, en Suède, il y a 3 jours, n’ont changé quoi que ce soit.

Emmanuel Macron à l’instar de ses prédécesseurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, est le relais docile des injonctions européistes, l’exécuteur sans états d’âme d’une politique qui a tourné le dos aux intérêts des Français parce que mondialiste avant d’être nationale.

Face à ce drame qui s’aggrave de jour en jour, le Front National réitère la demande qu’il avait déjà formulée en 2013 et qu’il n’a eu de cesse de défendre depuis, la suppression pure et simple d’une directive qui est un non-sens économique et une déclaration de guerre sociale faite aux salariés français.

Front National

Prières de rue : les élus FN mobilisés à Clichy

Publié le

WDSJ 2016

Communiqué de Wallerand de Saint Just, président du groupe FN au conseil régional IDF du 10/11/2017

3 conseillers régionaux d’Île-de-France du groupe Front National, Mathilde Androuet, Audrey Guibert et Aurélien Legrand, ainsi que Laurent Salles élu de Suresnes, se sont joints aujourd’hui aux élus rassemblés à Clichy-la-Garenne pour protester contre les prières de rue.

Devant des forces de l’ordre passives, faute d’avoir reçu l’ordre de faire respecter la République, il a fallu aux élus présents entonner à plusieurs reprises la Marseillaise pour couvrir le bruit des prédicateurs en plein centre-ville. Une fois encore, la passivité, voire la complicité de l’Etat devant des revendications communautaristes inacceptables doivent être soulignées.. Cela fait 9 mois que les prières de rue ont cours à Clichy, alors que la ville dispose d’une mosquée, sans que la Préfecture ne réagisse.

Il est inadmissible de devoir en arriver à organiser une telle manifestation pour faire respecter l’ordre républicain dans les rues de nos villes. La République ne doit pas se faire complice de revendications qui relèvent de querelles communautaristes étrangères à la France. Les élus du Front National étaient mobilisés à Clichy aujourd’hui, ils restent mobilisés en tout lieu pour faire respecter nos valeurs et notre identité face au communautarisme.

Front National

A Saclay, Emmanuel Macron enterre l’avenir de l’excellence française

Publié le

WDSJ 2016

Communiqué de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF Bleu Marine à la Région Ile-de-France du 26/10/2017

Emmanuel Macron a enterré hier à Saclay le grand projet de centre universitaire d’envergure internationale lancé il y a plus de 10 ans et qui a déjà coûté près de 5 milliards d’euros, cela à l’heure où la recherche française souffre de sous-financement chronique. En lieu et place du grand campus prévu, deux, voire trois regroupements différents : d’un côté les grandes écoles, de l’autre les universités et en leur sein une division entre les 3 premières années et le reste du cursus, éloignant ainsi fatalement la recherche de l’enseignement. Il a acté un divorce entre les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche.

On l’aura compris, le projet initial a été complètement vidé de sa substance et n’est au final qu’une couteuse opération de déménagement. Cet abandon révèle la faiblesse de vue de nos gouvernants et leur soumission aux pressions d’intérêts corporatistes. Il est pourtant évident que l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur français se trouve dans la convergence de toutes les excellences, grandes écoles et universités et dans le rapprochement de la recherche et de l’enseignement. Soit l’exact opposé de la direction prise à Saclay par M. Macron.

C’est à ce prix et à celui des nécessaires changements de mentalité qu’il implique, que la France pourra retrouver la grandeur qui était la sienne dans le domaine de la recherche et de l’innovation technologique, malgré des budgets contraints et dans un contexte international plus que concurrentiel. Mais aussi au prix de la révision en profondeur du système d’orientation afin de privilégier les résultats scolaires, l’assimilation des savoirs et le mérite, la revalorisation des filières professionnelles et leur intégration dans les filières d’excellence.

C’est au politique d’imposer cette vision de l’avenir en face de l’inertie des habitudes. Il est clair qu’on ne peut pas compter sur Emmanuel Macron dans ce domaine non plus.

Front National