Santé

Glyphosate : Le Front National rappelle la vérité

Publié le

Parlement UE Strasbourg.jpg

Communiqué de presse de la délégation française ENL du 01/12/2017

Bruxelles, le 1er décembre 2017

Dans un article du 28 novembre, le journal Le Monde veut jeter le discrédit sur le Front National. Mélangeant allègrement questions européennes et nationales, s’arrêtant au titre de rapports parlementaires sans les analyser, établissant une liste à la Prévert discutable, le journal a oublié que sa mission était d’informer. Il est donc temps de rétablir la vérité.

La vérité est donc que le Front National soutient un plan de sortie du glyphosate, articulé autour de trois axes indispensables : ne pas pénaliser injustement nos agriculteurs en créant les conditions économiques qui rendent possible l’abandon du glyphosate, permettre l’arrivée rapide de produits de remplacement en finançant la recherche et en accélérant les autorisations, et enfin interdire l’importation de produits alimentaires exposés à cet herbicide.

En vérité, il serait irresponsable de maintenir notre agriculture et l’alimentation mondiale sous la dépendance d’une seule molécule, aujourd’hui contrôlée par des intérêts américains, demain très probablement des intérêts allemands suite à la fusion entre Bayer et Monsanto.

La vérité enfin, c’est que le gouvernement français ne pourra pas lutter contre le dumping intra-européen. Même s’il interdit en France la molécule dans 3 ans, Monsieur Macron est lié par l’UE qui l’obligera à importer des céréales concurrentes à notre production. L’Union européenne montre encore ici qu’elle défend les intérêts des multinationales avant ceux des citoyens.

Il est temps de créer une autre Europe.

Front National

Publicités

Stop aux éoliennes !

Publié le

Stop éoliennes 1

Communiqué de presse du groupe Front National au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté du 30/11/2017

A l’occasion de la Semaine de la transition énergétique, le groupe Front National au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté lance une grande campagne de sensibilisation aux dangers des éoliennes.

En effet, la majorité socialiste afait du développement de l’éolien l’une de ses priorités avec le projet de recouvrir les territoires de la région de 500 à 600 mats à l’horizon 2020.

Contrairement aux arguments avancés, l’idéologie du vent n’a aucun intérêt écologique majeur mais engendre des nuisances sonores et visuelles qui affectent sérieusement la qualité de vie des riverains, selon le rapport de l’Académie nationale de médecine du 9 mai sur les nuisances sanitaires des éoliennes terrestres. Le groupe Front National présentera cette semaine un tract régional afin d’informer les Bourguignons et les Francs-Comtois des principaux méfaits des éoliennes.

Toute cette semaine, nos élus du groupe Front National BFC lancent une opération de sensibilisation visant à interpeler l’opinion et les pouvoirs publiques sur ce sujet.

Page Facebook du groupe Front National au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté 

Question au Ministre des Solidarités et de la Santé : Grave incident qui s’est produit à l’Hôpital de Vannes

Publié le Mis à jour le

Collard 2017

Type de question : QE
Ministère interrogé : Ministère des Solidarités et de la Santé
Question n° 45-00207 : du 13 novembre 2017

M. Gilbert Collard interroge Mme la Ministre des Solidarités et de la Santé sur le grave incident qui s’est produit à l’Hôpital de Vannes.

En effet, une octogénaire souffrante aurait été chassée de sa chambre à minuit et aurait été obligé de débourser plus de cent euros pour rentrer chez elle affaiblie.

M. Gilbert Collard souhaiterait savoir si au vu de cette attitude inadmissible vis à vis d’une personne âgée , mettant en danger la santé d’autrui, une enquête a été d’ores et déjà diligentée par vos Services.

Front National

Adoption du PLFSS 2018 : le gouvernement et la majorité continuent de déconstruire le modèle social français et de s’attaquer aux classes moyennes

Publié le

Députés FN21 juin 2017Communiqué de presse des députés du groupe Front National du 31/10/2017

L’Assemblée nationale votait aujourd’hui l’ensemble du projet de loi de financement de la sécurité sociale. Comme le gouvernement et la majorité n’ont ni voulu revenir sur certaines mesures, ni prendre en compte les propositions formulées par les députés Front National, c’est un vote contre qui a sanctionné ce PLFSS 2018.

Ce PLFSS est une traduction fidèle du projet de société défendu par le président de la République : escamotage de la politique familiale, attaques en règle contre le pouvoir d’achat des retraités et détricotage progressif de la couverture santé des Français.

Il alourdit ainsi considérablement la pression fiscale des retraités par l’augmentation sans précédent de la CSG, plus de 20%. Il prévoit la transformation du CICE en baisse de cotisations patronales au profit des très grandes entreprises alors que l’effort aurait dû prioritairement se concentrer sur les TPE/PME comme l’ont proposé les députés du Front National. Il préfigure la hausse des cotisations sociales des travailleurs indépendants en leur imposant une affiliation brutale et sans concertation au régime général de sécurité sociale. Il prévoit enfin l’augmentation du forfait hospitalier et du prix du paquet de cigarettes, et la baisse drastique de la PAJE (prestation d’accueil du jeune enfant) qui impactera durement les familles modestes.

Les députés du Front National ont pourtant proposé des pistes d’économie et de réformes. Ces propositions de bon sens ont été rejetées par une ministre des affaires sociales sectaire, refusant par principe toute discussion et évolution allant dans le sens de l’intérêt général, jusqu’à rejeter l’amendement qui visait à supprimer les allocations familiales versées aux familles de djihadistes partis combattre en Syrie !

Dans la continuité des gouvernements précédents, notre modèle social est une nouvelle fois mis à mal, notre politique familiale continue d’être détricotée et notre politique de santé reste envisagée sous le seul angle comptable. C’est contre cette vision que le groupe des députés Front National s’est prononcé et c’est pour la préservation de notre modèle social qu’il continuera à se battre.

Front National

Plan de surveillance du CETA : Stop à l’enfumage du ministre de l’écologie !

Publié le

CETA

Communiqué de presse des députés du groupe Front National du 26/10/2017

Echaudé par les critiques pertinentes à l’encontre du CETA, le ministre de l’écologie Nicolas Hulot tente lamentablement de sauver la face en prétendant neutraliser les effets les plus nocifs du traité CETA. Cette annonce gouvernementale n’est pourtant qu’une vaste opération d’enfumage ayant pour objet de contrer les oppositions massives à l’entrée en vigueur d’un accord profondément anti-écologique, dangereux sur le plan sanitaire et qui constitue une menace sans précédent pour les filières bovine, porcine et pour des dizaines d’appellations d’origine protégé.

La seule manière d’empêcher un tel fiasco écologique, alimentaire et social, c’est tout simplement d’obtenir du Parlement qu’il rejette la ratification d’un tel traité. Car si ce dernier entre définitivement en vigueur, alors les mesures de sanction des carburants issus des sables bitumineux, d’interdiction du glyphosate ou encore d’étiquetage du bœuf et du porc canadien pourront être attaqués devant des tribunaux d’arbitrage par les lobbys de défense des intérêts canadiens.

Le Front National demande que le Gouvernement et le Chef de l’État adoptent une position ferme et définitive contre la ratification du traité CETA. Les députés et sénateurs En Marche doivent agir en conscience et refuser d’adopter un tel projet de loi de ratification, contraire au respect de l’accord de Paris mais surtout contraire aux intérêts et à la souveraineté juridique de la France

Front National

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau du 13/10/2017

Publié le

goddyn

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau, députés FN au Parlement européen du 13/10/2017

L’audition conjointe des Commissions Agriculture et Environnement sur les « Monsanto papers » et le glyphosate, à laquelle ont participé Sylvie Goddyn et Phillipe Loiseau, a permis de mieux comprendre quels sont les enjeux politiques du renouvellement de cette substance.

Dans leurs interventions, nos deux députés ont demandé plus de transparence et de clarté dans ce débat de société important, puisqu’il s’agit de la santé des Européens et des Français.

Agriculteur de métier, Philippe Loiseau a interpellé le représentant de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les méthodes douteuses employées par l’agence pour évaluer le glyphosate. En effet, la probité de l’EFSA est remise en cause par des collusions entre les industriels de la chimie et les équipes en charge de l’évaluation.

La réponse de M.Tarazona, représentant de l’agence, est terrifiante puisqu’il a confirmé devant la commission que pour conduire ces évaluations « indépendantes », le « copier-coller » est une méthode classique au sein de l’EFSA.

À quoi sert alors une agence européenne dotée d’un budget de 73 millions d’euros et 460 employés si ses évaluations sont biaisées par des multinationales ?

Sylvie Goddyn a quant à elle démontré qu’en l’absence d’alternative au glyphosate, le monde agricole est confronté à une impasse.

Si l’autorisation de ce produit n’est pas renouvelée, il faudra développer, dans les meilleurs délais, un substitut qui présente moins de risques, ou alors soutenir financièrement les agriculteurs face aux pertes de rendement que cela engendrerait.

Dans les deux cas, l’Union européenne est loin de proposer un cadre crédible pour apporter une solution aux problèmes que pose le glyphosate.

FN-ENL

Le scandale du Levothyrox

Publié le

Mélin PE

Communiqué de presse de Joëlle Melin‏, Député français au Parlement européen du 19/09/2017

Le scandale du Levothyrox prend des proportions médiatiques alors que le problème était avéré depuis des mois. Mais il était important de prendre du recul pour mesurer l’étendue factuelle des dysfonctionnements nationaux et surtout internationaux et leurs tenants et aboutissants.

Le Levothyrox Merck (laboratoire international) sur le marché depuis 30 ans est prescrit à vie et scrupuleusement pris aujourd’hui par 3,5 millions de patients, Tchernobyl oblige… Depuis 30 ans, grâce à de multiples dosages, l’équilibre du traitement de pathologies hautement instables était bien assuré.

Alors, pourquoi avoir changé la formule pour la France si ce n’est pour la diffuser à l’Union européenne et donc dans un marché quasi monopolistique de 30 millions de malades ? Pourquoi cela s’est-il fait une fois de plus avec l’aval du ministère et de l’ANSM ? Comment expliquer clairement que ce scandale arrive après une rupture de stock en officine française, scandale parallèle, en relation avec la distribution de médicament au niveau européen ? Comment expliquer le refus du ministère de faire appel à une solution alternative ?

Le Dr Joëlle Mélin s’indigne de ce nouveau scandale qui mêle opacité financière et mise en danger de la vie de patients très fragilisés et leur faisant perdre confiance dans un joyau français qu’est notre système de santé. Elle demande une enquête parlementaire sur les actions des différents Ministres de la Santé.

Il est temps que l’industrie pharmaceutique, indispensable, revienne à sa juste place.

Front National