Santé

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau du 13/10/2017

Publié le

goddyn

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau, députés FN au Parlement européen du 13/10/2017

L’audition conjointe des Commissions Agriculture et Environnement sur les « Monsanto papers » et le glyphosate, à laquelle ont participé Sylvie Goddyn et Phillipe Loiseau, a permis de mieux comprendre quels sont les enjeux politiques du renouvellement de cette substance.

Dans leurs interventions, nos deux députés ont demandé plus de transparence et de clarté dans ce débat de société important, puisqu’il s’agit de la santé des Européens et des Français.

Agriculteur de métier, Philippe Loiseau a interpellé le représentant de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les méthodes douteuses employées par l’agence pour évaluer le glyphosate. En effet, la probité de l’EFSA est remise en cause par des collusions entre les industriels de la chimie et les équipes en charge de l’évaluation.

La réponse de M.Tarazona, représentant de l’agence, est terrifiante puisqu’il a confirmé devant la commission que pour conduire ces évaluations « indépendantes », le « copier-coller » est une méthode classique au sein de l’EFSA.

À quoi sert alors une agence européenne dotée d’un budget de 73 millions d’euros et 460 employés si ses évaluations sont biaisées par des multinationales ?

Sylvie Goddyn a quant à elle démontré qu’en l’absence d’alternative au glyphosate, le monde agricole est confronté à une impasse.

Si l’autorisation de ce produit n’est pas renouvelée, il faudra développer, dans les meilleurs délais, un substitut qui présente moins de risques, ou alors soutenir financièrement les agriculteurs face aux pertes de rendement que cela engendrerait.

Dans les deux cas, l’Union européenne est loin de proposer un cadre crédible pour apporter une solution aux problèmes que pose le glyphosate.

FN-ENL

Publicités

Le scandale du Levothyrox

Publié le

Mélin PE

Communiqué de presse de Joëlle Melin‏, Député français au Parlement européen du 19/09/2017

Le scandale du Levothyrox prend des proportions médiatiques alors que le problème était avéré depuis des mois. Mais il était important de prendre du recul pour mesurer l’étendue factuelle des dysfonctionnements nationaux et surtout internationaux et leurs tenants et aboutissants.

Le Levothyrox Merck (laboratoire international) sur le marché depuis 30 ans est prescrit à vie et scrupuleusement pris aujourd’hui par 3,5 millions de patients, Tchernobyl oblige… Depuis 30 ans, grâce à de multiples dosages, l’équilibre du traitement de pathologies hautement instables était bien assuré.

Alors, pourquoi avoir changé la formule pour la France si ce n’est pour la diffuser à l’Union européenne et donc dans un marché quasi monopolistique de 30 millions de malades ? Pourquoi cela s’est-il fait une fois de plus avec l’aval du ministère et de l’ANSM ? Comment expliquer clairement que ce scandale arrive après une rupture de stock en officine française, scandale parallèle, en relation avec la distribution de médicament au niveau européen ? Comment expliquer le refus du ministère de faire appel à une solution alternative ?

Le Dr Joëlle Mélin s’indigne de ce nouveau scandale qui mêle opacité financière et mise en danger de la vie de patients très fragilisés et leur faisant perdre confiance dans un joyau français qu’est notre système de santé. Elle demande une enquête parlementaire sur les actions des différents Ministres de la Santé.

Il est temps que l’industrie pharmaceutique, indispensable, revienne à sa juste place.

Front National

Levothyrox : Madame Buzyn nous doit des explications

Publié le

Lévothyrox

Communiqué de presse de Sébastien Chenu, Député du Nord, Conseiller régional des Hauts-de-France du 15/09/2017

Alors que l’affaire du Levothyrox prend chaque jour de l’ampleur et que Mme le Ministre Buzyn déclarait ce matin qu’ « il n’y a pas de scandale » et qu’elle va « contacter le laboratoireMerck », lumière doit être faite sur les liens qui existeraient entre Mme le Ministre et ce laboratoire Merck.

En effet, entre 2009 et 2011, celui-ci aurait financé l’association Robert Debré pour la recherche médicale dont Mme le Ministre était Présidente pour des montants non rendus publics via Shering Plough, un laboratoire américain acheté par Merck en 2009.

Plus largement, nous demandons des éclaircissements sur les très nombreuses incohérences et imprécisions entre les Déclarations Publiques d’Intérêts (DPI) de Mme Buzyn de juillet 2012 liées à ses activités au conseil d’administration de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et celle de décembre 2013 liée à sa qualité de présidente de l’Institut National du Cancer (INC).

Enfin, nous nous associons à la demande des médecins réclamant qu’une enquête soit diligentée pour comprendre comment cette seconde version Levothyrox a-t-elle pu être mise sur le marché par le laboratoire Merck.

Front National

Scandale du Levothyrox : transparence et respect des patients s’imposent

Publié le

Philippot officiel 1

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-president du Front National du 14/09/2017

Alors que des milliers de patients prenant du Levothyrox se plaignent d’effets secondaires des suites du changement de formule du médicament exigé par les autorités sanitaires, les pouvoirs publics ont l’ardente obligation de faire preuve de la plus totale transparence sur ce dossier.

Tous les ingrédients d’un scandale sanitaire de premier ordre sont en effet réunis. Le nombre de plaintes est tel que l’ensemble de la chaîne de santé, du laboratoire aux pharmaciens en passant par les médecins et les agences publiques, éprouve d’immenses difficultés à gérer la crise.

À l’origine de ce chaos, notamment, le manque d’information de la part de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) et du laboratoire. La légèreté de la ministre de la Santé, pour qui il n’y a « pas eu d’erreur » dans ce dossier, n’est donc pas admissible. Il faut cesser de mépriser les patients qui souffrent physiquement des décisions prises par l’ANSM sans information préalable. L’attitude de la ministre est d’autant moins compréhensible que les conclusions définitives de l’enquête de pharmacovigilance ne seront pas connues avant octobre.

Enfin, il est évident que la réponse des autorités publiques ne peut pas être seulement de l’ordre de la communication et il est très étonnant que ces dernières refusent le retour à l’ancienne formule, même transitoirement, alors qu’elle était manifestement bien mieux tolérée par les patients.

Front National

Levothyrox : La nouvelle formule est-elle dangereuse ?

Publié le

Lévothyrox.jpg

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn, cosigné par Jean-François Jalkh et Mireille d’Ornano, au Parlement européen  du 31/08/2017

Les patients qui se sont vus prescrire du Levothyrox contre les troubles de la thyroïde alertent sur l’augmentation des effets secondaires qu’ils subissent depuis que le médicament a changé de formule : trous de mémoire, dépression, envies suicidaires, et dégradation de leur état psychique.

Le changement de formule du Levothyrox a certes été recommandé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour stabiliser le médicament. Mais la multiplication des personnes victimes de ces effets secondaires doit inciter les autorités sanitaires à l’action.

Pour le moment, l’Agence nationale de sécurité du médicament invite les victimes d’effets secondaires à consulter leur médecin et signaler les effets indésirables perçus sur le site du ministère de la Santé.

Néanmoins, les députés européens du Front National siégeant au sein de la Commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire invitent les autorités sanitaires à contrôler rapidement l’innocuité de la nouvelle formule du Levothyrox et, si nécessaire, à demander au laboratoire concerné de revenir provisoirement à l’ancienne formule.

Front National

Oeufs contaminés : le scandale continue

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Edouard Ferrand ,Sylvie Goddyn et Jean-François Jalkh, Députés français au Parlement européen du 30/08/2017

A la suite des révélations du mois dernier sur la contamination d’oeufs au fipronil, les autorités françaises, néérlandaises et belges ont eu connaissance de l’utilisation d’un autre insecticide, l’amitraze, dans les élevages avicoles. Cet usage est pourtant strictement prohibé dans la filière des volailles.

En dépit de la toxicité avérée de cette substance, la Commission européenne n’a pas jugé bon de donner suite à l’alerte néérlandaise, pourtant lancée dès le 23 août. Ce manquement, qui illustre les profondes défaillances du système européen de surveillance, expose donc le consommateur français à des oeufs potentiellement contaminés importés de Belgique et des Pays-Bas.

Alors que la liste des produits concernés ne cesse de s’allonger, les députés « ENL » encouragent les Français à faire preuve de précaution dans l’attente des conclusions des autorités sanitaires françaises.

Front National

Oeufs contaminés : un scandale qui aurait pu être évité

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen du 12/08/2017

L’affaire des oeufs contaminés présente un triple problème sanitaire, juridique et politique.

Tout d’abord sanitaire car le fipronil est une substance active de médicaments vétérinaires de la e des insecticides et acaricides élaborée pour débarrasser les animaux de leurs parasites.

Il n’aurait pas dû être utilisé.

Juridique car son utilisation est interdite dans la chaîne alimentaire en France. Il s’agit donc ici d’une fraude.

Politique car le scandale des œufs est lié à une fraude facilitée par le marché unique et la libre-circulation. Nous pouvons rappeler que le Parlement européen a voté le projet de règlement sur les médicaments vétérinaires qui risque de faciliter ce genre de fraude.

Notre conseil est aujourd’hui d’inviter les Français à consommer de préférence des œufs locaux.

FN-ENL