Société Générale

Marine Le Pen sur BFM-TV le 28/11/2017

Publié le

Publicités

SG à l’égard du FN : la BdF ne voit pas de discrimination ? Evidemment elle n’a pas cherché

Publié le

Marine 3

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 28/11/2017

La lettre par laquelle la Banque de France « croit pouvoir conclure qu’il n’y aurait pas eu de discrimination politique de la Société Générale à l’égard du Front National » est un chef d’œuvre de jésuitisme.

M. Le Maire avait donné le ton vendredi en déclarant avant même toute enquête que le système étatique défendrait par principe le système bancaire. On comprend que la Banque de France se soit, dans ces conditions, volontairement interdit d’aller chercher querelle à la SG. Pour autant, chacun remarquera qu’elle s’est évertuée à la nuance et la prudence.

Une prudence de la BDF qui en dit long.

L’honorable institution qu’est la Banque de France a l’honnêteté de déclarer qu’elle n’a pas fait d’enquête ; elle admet notamment qu’elle s’est contentée de recueillir les déclarations téléphoniques de la Société Générale pour arriver à une conclusion dont chacun remarquera la prudence « ne laisse pas supposer de discrimination ».

Il est logique que compte tenu de la plainte pénale et de l’instruction judiciaire qui va se dérouler et révèlera immanquablement la vérité, l’Hôtel de Toulouse choisisse la prudence et ne s’avance pas davantage pour défendre de manière définitive la SG.

La Peur de découvrir la vérité ?

Pourquoi la Banque de France n’a-t-elle pas cherché à aller au fond de l’affaire? Avait–t-elle peur de trouver une nouvelle turpitude à la SG ?

Une affaire de discrimination sur la liste déjà longue des affaires qui entachent l’histoire récente de la Société générale n’aurait pas arrangé les affaires d’une banque contrainte de procéder à des licenciements massifs et dont le cours de bourse témoigne de la perte de confiance des investisseurs dans ses actuels dirigeants.

Quant à la clôture brutale du compte personnel de la Présidente duFN par la HSBC, la BDF, prudemment n’en dit mot.

Le FN appelle ses électeurs à en tirer toutes les conclusions

Au moment où le système semble avoir décidé d’étrangler financièrement leFN en le privant des moyens techniques de son existence, Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande à ses électeurs de soutenir par tous moyens le Front National. Au-delà de son cas propre, le Front National mène un combat contre les abus manifestes d’une oligarchie bancaire qui asservit la France, les Français, l’Etat et les entreprises.

Concernant la SG et la HSBC, elle leur laisse la liberté d’apprécier ce qu’il faut penser d’une banque qui a fait le choix de traquer les nationaux du seul fait qu’ils soient des patriotes.

Front National

Lettre ouverte de Marine Le Pen à Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances

Publié le

Marine 11112017

Lettre ouverte de Marine Le Pen à Bruno Le MaireMinistre de l’Economie et des Finances du 27/11/2017

Monsieur le Ministre,

Le Front National se trouve depuis quelque temps dans la quasi-impossibilité technique de fonctionner du fait de la fermeture unilatérale et sans raison autre que politique de son compte bancaire par La Société Générale. Le Crédit du Nord, filiale de la SG, désigné par la Banque de France au titre de l’obligation bancaire, s’est exécuté, mais en privant le parti et le mandataire financier de l’usage de chèques,d’encaissement par carte bleue ou de prélèvements automatiques. Cette situation nous empêche techniquement de percevoir les dons, les adhésions ou les reversements d’élus indispensables à notre trésorerie.

J’ai trouvé auprès du président de la République que j ‘ai saisi de cette question lors de notre entretien à l’Elysée une attention qui m’a semblé bienveillante. Je l’ai vu soucieux de l’application de l’article 4 de la Constitution qui garantit le droit à l’existence des partis politiques et donc les conditions techniques de leur fonctionnement normal.

De votre côté, comme ministre de l’Economie, vous avez cru pouvoir proclamer dans la presse et avant d’avoir recueilli le moindre élément d’information objectif que votre rôle « était de défendre le système bancaire ». Je ne sais ce que vous avez pu retenir de l’école d’administration que, je crois, vous avez fréquentée, mais vous avez oublié que le bon fonctionnement de l’Etat, tout particulièrement en démocratie, procédait de sa neutralité.

Votre position apparaît extrêmement inquiétante pour tous les Français et notamment pour les usagers des banques et les contribuables qui renflouent régulièrement les caisses des banques défaillantes. Cette partialité que vous revendiquez constitue l’aveu gênant que vous sacrifierez par principe tout intérêt, même juste, à celui des banques. Cette profession de foi consternante n’a que le mérite d’une maladroite honnêteté.

Par ailleurs, je me permets de vous faire observer que cette déclaration pour le moins précipitée précède les conclusions de la Banque de France et avant même que cette honorable institution ne nous ait entendus dans le cadre d’une enquête qu’on ne peut imaginer comme non contradictoire. Il semble que dans votre esprit les principes de droit et notamment le droit de la défense doivent céder le pas devant les allégeances qui sont fondamentalement les vôtres.

Ce comportement n’est guère rassurant pour tous les contribuables qui dépendent de vos services et donc potentiellement de vos instructions.

Ayant pu constater par le passé, comme tout le monde, la solidité de vos déclamations et les opportuns revirements politiques qui vous ont permis de vous hisser au poste où vous êtes, je garde un secret espoir que vous puissiez revoir votre position.

Au-delà de son cas propre qui est le révélateur d’un abus de position dominante de la part des banques, le Front National entend poser la question de la moralisation du système bancaire : comment admettre que l’on puisse laisser les banques augmenter leurs tarifs unilatéralement, ponctionner sur les comptes des frais opaques, voire indus, effectuer des placements douteux, refuser aux entreprises les crédits dont elles ont besoin pour financer les investissements et donc l’emploi, s’adonner au casino boursier au risque d’effondrer l’économie comme ce fut le cas par le passé… ?

Plus graves sont les comportements qui relèvent de l’indignité morale et même de l’infraction pénale et qui conduisent les banques à adopter des pratiques humiliantes pour les plus vulnérables, à pratiquer la discrimination notamment à l’égard des malades, à organiser la fraude et la « délocalisation » fiscales ou même à financer le terrorisme.

Ce débat s’imposera à la société, comme se posera la question de la démocratie si un parti d’opposition français, comme le nôtre, devait être contraint à l’exil bancaire pour fuir les persécutions ou, plus simplement, pouvoir continuer à fonctionner.

Je vous prie d’agréer, monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Front National

Le FN 33 victime de la dictature bancaire

Publié le

Edwige Duiaz FN33

Communiqué de presse du Front National de la Gironde du 26/11/2017

Qu’il est loin le temps où François Bayrou, éphémère garde des Sceaux d’Emmanuel Macron, jugeait « insupportable qu’une banque privée ait le droit de vie ou de mort sur une formation politique ».

Après la clôture unilatérale des comptes n ationaux de notre Mouvement par la direction de la Société Générale, le Front National de la Gironde est, à son tour, victime d’un véritable bannissement bancaire !

Alors que le FN33 a toujours eu son compte à la Société Générale, qu’il dispose de ressources stables, qu’il a fait preuve d’une gestion saine et qu’il n’a jamais connu le moindre incident de compte, il s’est vu clôturer de manière arbitraire et unilatérale son compte.

La dictature bancaire est en marche ! Nous avons contacté 8 enseignes bancaires en Gironde qui ont toutes adopté la même stratégie : demandes pléthoriques de documents, exigence de pièces inexistantes, impossibilité de prendre rendez-vous… Le système bancaire démontre son mépris à l’égard du Front National en s’opposant à nous transmettre une lettre de refus officiel, sésame obligatoire pour nous permettre de saisir la Banque de France, seul établissement habilité à obliger une banque à nous ouvrir un compte.

Cet acharnement du pouvoir à notre encontre nous conforte dans notre statut d’opposants les plus crédibles au système Macron.

A l’instar de Marine Le Pen, le Front National de la Gironde appelle ses cadres, ses adhérents et ses électeurs à tirer les conséquences de ces humiliations anti-démocratiques.

Edwige Diaz, SD FN33

Laurent Lamara, trésorier FN33

FN 33

Contre le Front, tous les moyens sont bons…

Publié le

Briois 2017

Editorial de Steeve BrioisSG du Front National du 24/11/2017

Je ne vais pas énumérer ici la liste des nombreuses persécutions dont le FN, Marine Le Pen et les dirigeants politiques sont victimes depuis plusieurs années. Pour tenter d’endiguer la montée du seul mouvement défenseur de la France, le système aura déployé tous les moyens. Des procédures judiciaires ouvertes pour nous empêcher d’alerter nos compatriotes sur les dangers que constituent l’immigration et l’islamisme radical à l’acharnement médiatique quotidien, nous avions pensé que le système avait tiré toutes ses cartouches. Et bien non. Le dernier en date, ce sont les scandaleuses décisions des banques. Non seulement elles refusent de prêter de l’argent à nos candidats pour faire campagne – ce dont bénéficient nos adversaires – mais aujourd’hui la Société Générale décide de fermer les comptes bancaires du Front National et de ses fédérations. 

La décision de suppression de l’ensemble des comptes du Front National s’inscrit dans un long processus de discrimination, non pas seulement à l’égard du mouvement,mais aussi de l’ensemble des 11 millions de Français qui se sont portés sur la candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle.

Car derrière cette décision, le but est la mort politique du Front National ! Sans comptes bancaires, pas de fonctionnement possible !

Mais l’affaire ne s’arrête pas simplement au Front National. Les comptes personnels de Marine Le Pen à la HSBC ont également été fermés de façon hallucinante pour le motif suivant : « manque d’informations ». 

De qui se moque-t-on ? 

Nous déposerons évidemment plainte tant au nom du Front National contre la SG, que Marine Le Pen à titre personnel contre la HSBC.

Nous appelons également nos cadres, nos élus, nos adhérents, nos électeurs à en tirer toutes les conséquences et à soutenir plus que jamais le Front National.

Front National

Macron en Europe : En Marche vers l’effacement de la France !

Publié le

Macron conseil europeen

Communiqué de presse de la Délégation FN-RBM au Parlement européen du 07/09/2017

Ce que niFrançois Mitterrand, ni Jacques Chirac, ni Nicolas Sarkozy, ni même François Hollande, pourtant tous imprégnés par l’idéologie européiste, n’avaient osé faire, Emmanuel Macron est en passe de le réaliser.

Par le biais d’une note diffusée par le Secrétariat Général aux Affaires Européennes, le gouvernement annonce en effet son intention en vue des prochaines élections européennes de 2019 :

« Du point de vue des autorités françaises, la révision de la composition du Parlement européen dans le contexte du retrait du Royaume-Uni constitue une opportunité pour renforcer le caractère européen du scrutin en créant une circonscription européenne suffisamment représentative de la diversité politique européenne, d’une cinquantaine de sièges environ ».

Pour Emmanuel Macron, le but de la manœuvre est clair : écarter les Français du débat de fond sur la raison d’être de l’Union européenne, promouvoir les seules forces politiques européistes et mondialistes.

Il montre à travers ce projet son mépris du peuple français et de la souveraineté nationale.

Raymond Aron disait de Valéry Giscard d’Estaing que son problème c’était le peuple.

Celui d’Emmanuel Macron, c’est le peuple et c’est la France.

Front National