Sylvie Goddyn

Sectarisme politique et préférence pour les multinationales, l’UMPS condamne nos abeilles !

Publié le

goddyn

Communiqué de Sylvie Goddyn, député FN au Parlement européen du 20/10/2017

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a autorisé le 27 septembre dernier deux nouveaux insecticides – le Closer et le Transform – qui contiennent du sulfoxaflor, une substance qui tue les abeilles. Cette autorisation inquiète à juste titre les apiculteurs qui ont demandé à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, de « sortir de sa torpeur » et d’interdire le sulfoxaflor.

Seront-ils entendus ? Rien n’est moins sûr. Pour mémoire, en tant que député européen, j’avais engagé en octobre 2015 une procédure d’urgence pour faire obstacle au sulfoxaflor, qui venait d’être autorisé par la Commission européenne.

D’une manière tout à fait scandaleuse, les députés « UMPS » de la commission Environnement du Parlement européen avaient rejeté ma demande (31 voix Contre / 18 voix Pour / 6 Abstentions), sacrifiant les abeilles et l’environnement parce qu’ils ne voulaient pas voter une proposition émanant du Front National.

S’agissant du Closer et du Transform, je souhaite une large mobilisation des défenseurs de l’environnement, de tous bords politiques, pour relayer l’information le plus largement possible. Ce n’est que par l’information massive du public que l’on pourra pour faire pression sur les autorités publiques. Le silence tue les abeilles autant que les poisons des industries chimiques.

Je vous demande donc de relayer ce communiqué à vos proches pour les sensibiliser à ce nouveau scandale sanitaire.

ENL France

Publicités

Pour un renforcement de la sécurité de nos centrales nucléaires

Publié le

T111I_centrales2906chap

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Mylène Troszczynski, députés français au Parlement européen du 13/10/2017

Ce Jeudi 12 Octobre, des membres de Greenpeace se sont introduits sur le site d’une centrale nucléaire en Lorraine. L’ONG voulait démontrer la « vulnérabilité » des sites nucléaires en France.

Pour les activistes, ce genre d’opération est loin d’être une première, et l’évènement aurait pu passer relativement inaperçu s’il ne s’était pas terminé par un feu d’artifice.

Les autorités françaises et EDF ont voulu minimiser cette atteinte évidente à la sécurité et à la sûreté de notre pays. De toute évidence, nos centrales nucléaires ne sont pas suffisamment protégées.

Alors que nous sommes confrontés au terrorisme, que la circulation illégale d’armes de guerre est en augmentation, et que des groupes terroristes ont appelé à viser nos infrastructures, les députés Front National au Parlement européen demandent le renforcement de la sécurité de nos centrales nucléaires.

Elles sont la clé de voûte de notre souveraineté énergétique, et le gouvernement français doit mettre en place des moyens d’urgence afin de les sécuriser correctement.

Front National

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau du 13/10/2017

Publié le

goddyn

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn et Philippe Loiseau, députés FN au Parlement européen du 13/10/2017

L’audition conjointe des Commissions Agriculture et Environnement sur les « Monsanto papers » et le glyphosate, à laquelle ont participé Sylvie Goddyn et Phillipe Loiseau, a permis de mieux comprendre quels sont les enjeux politiques du renouvellement de cette substance.

Dans leurs interventions, nos deux députés ont demandé plus de transparence et de clarté dans ce débat de société important, puisqu’il s’agit de la santé des Européens et des Français.

Agriculteur de métier, Philippe Loiseau a interpellé le représentant de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les méthodes douteuses employées par l’agence pour évaluer le glyphosate. En effet, la probité de l’EFSA est remise en cause par des collusions entre les industriels de la chimie et les équipes en charge de l’évaluation.

La réponse de M.Tarazona, représentant de l’agence, est terrifiante puisqu’il a confirmé devant la commission que pour conduire ces évaluations « indépendantes », le « copier-coller » est une méthode classique au sein de l’EFSA.

À quoi sert alors une agence européenne dotée d’un budget de 73 millions d’euros et 460 employés si ses évaluations sont biaisées par des multinationales ?

Sylvie Goddyn a quant à elle démontré qu’en l’absence d’alternative au glyphosate, le monde agricole est confronté à une impasse.

Si l’autorisation de ce produit n’est pas renouvelée, il faudra développer, dans les meilleurs délais, un substitut qui présente moins de risques, ou alors soutenir financièrement les agriculteurs face aux pertes de rendement que cela engendrerait.

Dans les deux cas, l’Union européenne est loin de proposer un cadre crédible pour apporter une solution aux problèmes que pose le glyphosate.

FN-ENL

Glyphosate : Collusion de l’UE avec l’industrie chimique

Publié le

Soya Plantation in the Amazon
Plantação de soja na Amazônia

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn, cosigné par Mireille d’Ornano et Jean-François Jalkh, Députés français au Parlement européen du 15/09/2017

L’Union européenne via son agence en charge de la sécurité alimentaire (Autorité européenne de sécurité des aliments -EFSA-) a copié-collé dans son rapport d’évaluation sur la dangerosité du Glyphosate en 2015 des passages entiers d’un autre rapport bien plus confidentiel émis par la Glyphosate TaskForce en 2012 (RMC/BFM 15/09/2017).

Cet organisme est le faux nez de l’industrie chimique et notamment de l’entreprise Monsanto.

Aussi les États membres doivent se prononcer dans trois semaines sur la reconduction de l’autorisation de mise sur le marché du Glyphosate sur la base du rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

En toute collusion, les passages copiés concernent selon les journalistes «des points cruciaux quant à l’impact du glyphosate sur la santé humaine ».

L’EFSA démontre par ces procédés qu’elle n’est plus uneagence indépendante. C’est pourquoi le Front National et ses élus européens demandent l’ouverture d’une commission spéciale temporaire au sein du Parlement européen dans les plus brefs délais.

Prise en défaut, l’Union européenne prouve comme pour les perturbateurs endocriniens, qu’elle est incapable de protéger la santé des Français et de leurs voisins européens face à la puissance des lobbys.

Front National

Levothyrox : La nouvelle formule est-elle dangereuse ?

Publié le

Lévothyrox.jpg

Communiqué de presse de Sylvie Goddyn, cosigné par Jean-François Jalkh et Mireille d’Ornano, au Parlement européen  du 31/08/2017

Les patients qui se sont vus prescrire du Levothyrox contre les troubles de la thyroïde alertent sur l’augmentation des effets secondaires qu’ils subissent depuis que le médicament a changé de formule : trous de mémoire, dépression, envies suicidaires, et dégradation de leur état psychique.

Le changement de formule du Levothyrox a certes été recommandé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour stabiliser le médicament. Mais la multiplication des personnes victimes de ces effets secondaires doit inciter les autorités sanitaires à l’action.

Pour le moment, l’Agence nationale de sécurité du médicament invite les victimes d’effets secondaires à consulter leur médecin et signaler les effets indésirables perçus sur le site du ministère de la Santé.

Néanmoins, les députés européens du Front National siégeant au sein de la Commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire invitent les autorités sanitaires à contrôler rapidement l’innocuité de la nouvelle formule du Levothyrox et, si nécessaire, à demander au laboratoire concerné de revenir provisoirement à l’ancienne formule.

Front National

Oeufs contaminés : le scandale continue

Publié le

Parlement europeen

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Edouard Ferrand ,Sylvie Goddyn et Jean-François Jalkh, Députés français au Parlement européen du 30/08/2017

A la suite des révélations du mois dernier sur la contamination d’oeufs au fipronil, les autorités françaises, néérlandaises et belges ont eu connaissance de l’utilisation d’un autre insecticide, l’amitraze, dans les élevages avicoles. Cet usage est pourtant strictement prohibé dans la filière des volailles.

En dépit de la toxicité avérée de cette substance, la Commission européenne n’a pas jugé bon de donner suite à l’alerte néérlandaise, pourtant lancée dès le 23 août. Ce manquement, qui illustre les profondes défaillances du système européen de surveillance, expose donc le consommateur français à des oeufs potentiellement contaminés importés de Belgique et des Pays-Bas.

Alors que la liste des produits concernés ne cesse de s’allonger, les députés « ENL » encouragent les Français à faire preuve de précaution dans l’attente des conclusions des autorités sanitaires françaises.

Front National

Principe de précaution : l’interprétation dangereuse de la Commission de Bruxelles

Publié le

D'Ornano

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Jean-François Jalkh et Sylvie Goddyn, Députés français au Parlement européen du 20/07/2017

Le principe de précaution est consacré à l’article 191-2 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il implique qu’en cas de doute sur la potentielle dangerosité d’un produit, il est possible d’empêcher sa distribution ou de le retirer du marché. Or, la Commission applique l’inverse de ce principe : des produits susceptibles d’être dangereux sont autorisés et distribués, en attendant que des données scientifiques permettent d’estimer leur risque réel.

En mai 2017, la Commission a relancé la procédure visant à autoriser le glyphosate pour 10 ans. De même, en réponse à l’une de mes questions écrites sur le dioxyde de titane, la Commission a affirmé en janvier 2017 que « l’utilisation du TiO2 […] ne suscite pas d’inquiétude ». Ces deux substances sont pourtant « cancérigènes probables » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La Commission refuse également toute mesure de précaution concernant les perturbateurs endocriniens, générateurs de nombreux cancers et maladies neurodégénératives, là encore, d’après l’OMS.

Pour justifier ses décisions risquées, la Commission européenne répond souvent en citant les rapports de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Pourtant, l’indépendance de l’EFSA a plusieurs fois été remise en cause, notamment par les révélations de diverses organisations non gouvernementales. À l’inverse, la crédibilité de l’OMS, dont les avis sont régulièrement contraires à ceux de l’EFSA, n’est plus à démontrer.

L’Union européenne devrait davantage tenir compte des études de l’OMS, organisation qui applique le « principe de précaution » de manière équilibrée. L’approche que Bruxelles a choisie confirme, si cela était nécessaire, que « l’Europe qui protège », défendue par les dirigeants Macron et Merkel, n’existe malheureusement pas.

Front National