télévision

Discrimination médiatique : le FN saisit le CSA

Publié le

Flamme large

Communiqué de presse du Front National du 15/12/2017

France Télévisions n’en finit pas de sombrer. Depuis l’arrivée de Madame Ernotte  à la tête des chaînes du service public les audiences sont en chute libre tout autant que la crédibilité de la direction. Et ce n’est pas le dernier relevé du temps de parole des formations politiques à la télévision, publié par le CSA, qui va redorer le blason de France Télévisions. En effet, en ne consacrant en septembre 2017 que 3,2% du temps de parole au Front National sur France 2 et 4,5% sur France 3, les chaînes de service public ont bafoué les règles les plus élémentaires du respect du pluralisme politique sans lequel il n’est pas de démocratie.

Alors qu’un électeur sur trois a voté Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle en mai dernier, le Front National se retrouve largement écarté des rendez-vous d’information et des magazines des chaînes d’Etat. Pendant toute la durée du mois de septembre, le FN n’aura eu que 20 minutes pour s’exprimer sur France 2 soit 5 fois moins que Les Républicains ou 4 fois moins que la France insoumise !

De quel droit les près de 11 millions d’électeurs de Marine Le Pen qui eux aussi payent la redevance se voient-ils méprisés par les chaînes qu’ils financent ?

La France peut-elle encore être considérée comme une démocratie si l’un des principaux partis d’opposition est mis au ban du service public d’information ?

Face à ce traitement discriminatoire, le Front National a décidé de saisir le CSA pour obliger France Télévisions à respecter le pluralisme et la liberté d’expression.

Front National

Publicités

Marine Le Pen sur France 3 le 05/11/2017

Publié le

Réaction de Marine Le Pen à l’intervention du Président de la République du 15/10/2017

Publié le

Marine 29072016 France 2

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 15/10/2017

Lors d’une intervention ponctuée de tunnels technocratiques du niveau d’un Premier ministre, nous avons vu un président qui tente laborieusement de s’expliquer sur son jugé presque unanimement méprisant ou suffisant et sur des systèmes qui apparaissent au fil des explications comme des usines à gaz.

Sur le fond, il a confirmé son projet de construction d’une société nomade avec des priorités réaffirmées en boucle :

Pousser les salariés à démissionner plus facilement en leur ouvrant le droit à l’indemnisation, forcer les chômeurs à travailler même loin de chez eux, traquer les épargnants appelés à placer leurs économies au casino, désigner comme cibles les propriétaires immobiliers, aller chercher le prétendu magot des offices HLM censés -selon son expression – détenir des rentes.

Sa démonstration se heurte à des incohérences notoires : comment résoudre, comme il le prétend, le problème du logement en décourageant l’investissement dans la pierre ? Comment faire croire qu’en augmentant la CSG, il augmente le pouvoir d’achat des retraités ?

Le Front National, qui a entendu le président promettre de discuter de l’expulsion de délinquants en situation irrégulière, lui rappelle que le séjour illégal est en soi un acte qui, à lui seul, mérite une reconduite systématique à la frontière.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, l’attend de pied ferme sur ce sujet et le met au défi d’étendre ce débat à l’ensemble de la politique d’immigration qui ruine le pays et accroît tous les jours le risque terroriste qui pèse sur nos compatriotes .

Front National