terrorisme

Affaire Lafarge/Fabius/Daech : Marine Le Pen demande une commission d’enquête parlementaire

Publié le

Marine Poitiers 300917

Communiqué de presse de Marine le Pen, Députée du Pas-de-Calais, Présidente du Front national du 13/10/2017

L’affaire Lafarge semble mettre en évidence un jeu trouble des autorités politiques françaises dans le financement des groupes terroristes islamistes en Irak et en Syrie. Tout le monde garde à l’esprit le soutien revendiqué publiquement de Laurent Fabius aux milices islamistes armées de l’opposition syrienne qui semble aujourd’hui corroborer cette attitude pour le moins trouble.

Une affaire d’État ?

Les nouvelles révélations de l’affaire Lafarge, si elles étaient avérées, confirmeraient l’irresponsabilité criminelle de la politique menée par le gouvernement de François Hollande vis-à-vis des groupes terroristes qui dans l’hypothèse d’un soutien direct ou indirect à l’état islamique couvert par le Quai d’Orsay constituerait alors une affaire d’État.

Les Français ont le droit de savoir

Au moment où nos soldats sont engagés sur les théâtres d’opération extérieure contre le terrorisme islamiste au risque de leur vie, au moment où nos compatriotes se font assassiner dans les rues par des djihadistes, les Français ont le droit de connaître la vérité, toute la vérité.

Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais, a déposé ce jour à l’Assemblée nationale une résolution demandant la création d’une commission d’enquête parlementaire sur l’attitude du gouvernement français dans le financement ou l’aide directe ou indirecte apportés par la France à des groupes islamistes et tout particulièrement à ceux és comme ennemis de la France.

Front National

Publicités

Exigeons une grande loi contre le terrorisme islamiste !

Publié le

Opération Sentinelle

Le projet de loi contre le terrorisme présenté parle gouvernement est totalement insuffisant. Loin de renforcer la sécurité des Français, il affaiblit les dispositions de l’État d’urgence que le texte prétend pourtant reprendre et pérenniser dans le droit. Ainsi, par exemple, les assignations à résidence tout comme les fermetures administratives définitives de mosquée deviennent impossibles à mettre en œuvre avec ce projet de loi.

A l’Assemblée Nationale, les élus du Front National ont défendu des amendements permettant de lutter efficacement contre la menace tels que :

– L’assimilation du terrorisme à un acte de guerre dans le Code pénal;

– L’autorisation du port d’arme pour les policiers, gendarmes et militaires en retraite;

– L’expulsion automatique des délinquants et criminels étrangers;

– La déchéance de nationalité des binationaux djihadistes;

– La création d’une Cour de sûreté de l’État contre le terrorisme;

– L’interdiction des organisations islamistes.

Parce que le terrorisme n’est pas un acte criminel de droit commun mais un acte de guerre, parce qu’on ne pourra pas vaincre le terrorisme djihadiste sans s’attaquer à l’idéologie islamiste et à toutes ses ramifications dans notre société, avec nous exigez une grande loi d’union nationale contre le terrorisme islamiste !

Pétition en ligne sur le site du Front National

Terrorisme : il n’y a que le FN !

Publié le Mis à jour le

Marine 29072016 France 2

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National, du 06/10/2017

Alors qu’après la présidentielle, beaucoup croyaient que le temps s’était arrêté, que l’élection de M. Macron marquait une sorte de fin de l’histoire, l’horrible attentat de Marseille vient nous rappeler qu’il n’en est rien, que le cours parfois tragique de la vie n’est pas interrompu et que notre responsabilité à l’égard de notre pays reste immense.

Ces deux jeunes filles qui souriaient à la vie étaient nos enfants, égorgée et poignardée, un après-midi dans notre pays, tout simplement parce qu’elles étaient Françaises.

Ce qui est arrivé, arrivera encore.

La loi prétendument « contre le terrorisme » qui vient d’être votée instaure un sous-état d’urgence, c’est-à-dire abaisse notre arsenal juridique alors que la menace terroriste n’a jamais été aussi pressante. Cette  loi inutile et même nuisible peut pratiquement se résumer en un manuel de politesse à l’égard des islamistes.

Le texte du gouvernement comporte, de surcroît, deux vices originels qui le rendent quasiment hors sujet :

Il envisage l’acte terroriste comme un acte de délinquance normal alors même qu’il s’agit d’un acte de guerre qui exige des procédures et des juridictions spéciales. Il ne s’attaque pas à la cause du terrorisme qu’est l’idéologie islamiste.

En avril 2017, après l’attentat des Champs-Élysées, M. Macron avait le cynisme d’avouer qu’il n’allait « pas inventer un programme contre le terrorisme dans la nuit. »  (sic)

Plus de 5 mois et 7 attentats après, force est de constater qu’il n’a toujours pas de plan contre le terrorisme.

Front National

Attentat rue Chanez : le FN auprès des riverains

Publié le

Legrand Aurélien FN

Communiqué d’Aurélien Legrand, Secrétaire départemental du FN Paris, Conseiller régional d’Île-de-France du 03/10/2017

Nous apprenions hier, en parallèle de la tuerie islamiste de Marseille, qu’un drame similaire avait été évité presque miraculeusement dans le 16ème arrondissement de Paris. Une bombe parfaitement opérationnelle et dont la mise à feu avait heureusement échouée, a été retrouvée au pied d’un immeuble de la rue Chanez.

Plusieurs suspects ont été arrêté, l’un d’eux fiché S pour radicalisation, laissant peu de doute sur la motivation islamiste de cette nouvelle tentative d’attentat sur le sol parisien. Après le clandestin délinquant multirécidiviste laissé libre de tuer à Marseille, c’est un fiché S islamiste qu’on laisse sévir à Paris et tuer, dans leur immeuble, de simples habitants.

Les militants du FN parisien seront dès aujourd’hui auprès des riverains de la rue Chanez pour partager avec eux nos solutions dans la lutte contre le fléau du terrorisme islamiste en France, et pour dénoncer l’incurie des gouvernements successifs : Expulsion des fichés S étrangers et mise hors d’état de nuire des nationaux, lutte contre l’islam politique et maitrise de nos frontières sont les seules solutions pour que ce ne soit pas encore un miracle qui empêche un nouveau drame, mais bien nos actes.

Front National

Projet de loi sécurité intérieure : un manuel de politesse pour les terroristes islamistes !

Publié le

Marine Poitiers 300917

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National du 30/09/2017

Dans un exercice d’enfumage médiatique dont il a le secret, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a présenté devant la représentation nationale un projet de loi censé renforcer nos capacités de lutte contre le terrorisme islamiste. Cependant, derrière la transcription de certaines dispositions de l’État d’urgence dans le droit commun, se cache surtout un texte de loi indigent qui condamne nos forces de sécurité et de renseignement à l’impuissance face au risque imminent de nouveaux attentats terroristes. Un texte qui assimile tout bonnement le terrorisme à un acte de délinquance ordinaire alors que c’est un acte de guerre qui doit être traité comme tel.

Avec ce projet de loi, il sera par exemple interdit de retenir plus de 4 heures sur son lieu d’habitation un islamiste soupçonné de préparer un attentat terroriste. L’assignation à résidence se transforme en assignation au périmètre de la commune, permettant ainsi à un fiché S de se balader tranquillement dans une ville comme Paris, Lyon ou Marseille et la fermeture des mosquées salafistes, qui ne pourra plus excéder 6 mois, sera soumise au contrôle d’un juge. Enfin ce texte transcrit des dispositions des accords de Schengen qui interdisent à nos forces de sécurité de contrôler plus de 12 heures consécutives et de manière systématique nos frontières qu’elles soient terrestres, maritimes ou aériennes !

Mais le plus grave, c’est que ce texte est hémiplégique car il ne traite pas la racine du mal : l’islamisme. Rien n’est prévu pour lutter contre le prosélytisme dans les prisons, pour faciliter l’expulsion des étrangers fichés S, pour réarmer moralement et matériellement nos forces de l’ordre, pour dissoudre les associations salafistes,  pour déchoir de la nationalité les binationaux condamnés pour terrorisme ou encore pour rétablir le crime d’indignité nationale à l’égard des Français partis combattre aux côtés de Daesh.

Face à  l’impuissance du Gouvernement,vos députés du Front National ont été forces de propositions courageuses, crédibles et innovantes. Plus de 60 amendements ont été déposés sur tous les articles de ce projet de loi et ces derniers comptent à leur actif une moyenne de 10 interventions orales dont certaines se sont tenues jusque tard dans la nuit.  Plus que jamais, vos députés sont mobilisés pour défendre pied à pied la sécurité de tous les Français.

Front National